péril


Recherches associées à péril: périple

péril

[ peril] n.m. [ lat. periculum ] Sout.
1. Situation où la sécurité de qqn, de qqch est menacée : En acceptant cette offre, vous auriez mis votre entreprise en péril danger
2. Danger qui menace qqch, qqn : Les spationautes sont conscients des périls que présente leur mission écueil, risque
Au péril de sa vie,
en s'exposant à la mort : Le pompier est entré dans la maison en flammes au péril de sa vie.

PÉRIL

(pé-rill, ll mouillées ; au pluriel, l's ne se lie pas : des pé-rill imminents ; cependant plusieurs la lient : des pé-rill-z imminents) s. m.
État où il y a quelque chose de fâcheux à craindre.
Ce vieux oracle rapporté par Aristote, qu'il faut appeler le péril au secours du péril, et sortir d'un mal par un autre mal [BALZ., De la cour, 5e disc.]
Puisque les actions qui se font avec péril sont plus estimées que les autres [VOIT., Lett. 22]
À tout oser le péril doit contraindre [CORN., Héracl. I, 5]
Aux grands périls tel a pu se soustraire, Qui périt pour la moindre affaire [LAFONT., Fabl. II, 9]
Ce qui me reste, c'est d'avoir les pieds et les mains enflés.... mais cela s'appelle des incommodités, et point du tout des périls [SÉV., 2 févr. 1676]
On croit qu'il expose les troupes : il les ménage en abrégeant le temps des périls par la vigueur des attaques [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Qu'il marchât avec une armée parmi les périls, ou qu'il conduisît ses amis dans ces superbes allées au bruit de tant de jets d'eau qui ne se taisaient ni jour ni nuit [ID., Louis de Bourbon.]
Quand je considère en moi-même les périls extrêmes et continuels qu'a courus cette princesse sur la mer et sur la terre [ID., Reine d'Anglet.]
Hélas ! de quel péril je l'avais su tirer ! [RAC., Athal. I, 2]
Avant de se jeter dans le péril, il faut le prévoir et le craindre [FÉN., Tél. I]
Le bon esprit nous découvre notre devoir, notre engagement à le faire, et, s'il y a du péril, avec péril [LA BRUY., II]
Il [Mithridate] marcha de péril en péril par le pays des Laziens [MONTESQ., Rom. VII]
Je ne méprise pas moins celui qui cherche un péril inutile, que celui qui fuit un péril qu'il doit affronter [J. J. ROUSS., Hél. I, 57]
Il se dit aussi des choses.
Le manque de bonheur Met en péril ta vie, et non pas ton honneur [CORN., Cinna, I, 3]
L'ltalie mit leur empire en péril [BOSSUET, Hist. I, 9]
Tout sera en péril d'être altéré au gré du roi [FÉN., Tél. XXIII]
Tomber en péril, être exposé à.
Quand il tombe en péril de quelque ignominie [CORN., Hor. v, 2]
Être en péril, être menacé de quelque chose de funeste.
Sa vie était en péril [BOSSUET, Hist. II, 3]
Au péril de, aux périls de, en s'exposant à.
Au péril de tout perdre, il met tout à mon choix [CORN., Androm. V, 2]
J'aime mon maître assez pour m'exposer sans peine, Jusqu'à l'oser servir, au péril de sa haine [QUINAULT, Astrate, V, 3]
Au péril de, aux périls de, aux dépens de, au risque de.
J'ai conquis votre cœur aux périls de ma vie [CORN., Perth. I, 4]
Vous servant au péril de ma vie [FÉN., Tél. XII]
Faire une chose à ses risques et périls, ou, simplement, à ses périls, la faire au hasard de ce qui peut en arriver.
Contente à tes périls ton curieux désir [CORN., Mél. v, 1]
Souffrez.... Qu'il soit à ses périls possesseur de son bien [MOL., Tart. IV, 1]
J'ai trop à mes périls appris à la connaître [Catherine de Médicis] [VOLT., Henr. II]
Terme de pratique. Prendre une affaire à ses risques, périls et fortunes, se charger de tout ce qui peut en arriver.
Puisque les déchargeurs le font pour eux, et conduisent chez eux les marchandises et les déchargent à leurs périls et fortune [SCARR., Lett. Œuv. t. I, p. 244, dans POUGENS]
Il y a péril en la demeure, le moindre retardement peut causer un grand préjudice (voy. DEMEURE).
Il se dit de ce qui est à craindre pour le salut de l'âme.
Aussitôt qu'on cesse pour nous de compter les heures.... nous arrivons au règne de la vérité.... notre âme n'est plus en péril [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Ne disons plus que la mort a tout d'un coup arrêté le cours de la plus belle vie du monde.... disons qu'elle a mis fin aux plus grands périls dont une âme chrétienne puisse être assaillie [ID., ib.]
Il se dit des craintes que l'on court d'être saisi de sentiments amoureux.
L'indifférence qu'elle [une belle fille] conservait pour tous les hommes, qu'elle voyait, disait-elle, sans aucun péril [LA BRUY., III]
Une belle femme est aimable dans son naturel ; elle ne perd rien à être négligée.... il y aurait moins de péril à la voir avec tout l'attirail de l'ajustement et de la mode [ID., XII]
Tous les amants savent feindre : Nymphes, craignez leurs appas : Le péril le plus à craindre Est celui qu'on ne craint pas [J. B. ROUSS., Cant. v.]
Il se dit de ce qui peut faire perdre de l'argent, des valeurs.
Si la dot est mise en péril, la femme peut poursuivre la séparation de biens [, Code Nap. art. 1563]
Il se dit, par exagération, de petits inconvénients qui sont à craindre.
Celui qui a la mémoire fidèle et une grande prévoyance est hors du péril de censurer dans les autres ce qu'il a peut-être fait lui-même [LA BRUY., XII]
Plus on voudra les pousser au delà des notions communes, plus on les mettra en péril de se tromper [VAUVENARGUES, Max. CCLXX.]
Un bâtiment est en péril, lorsque sa façade sur la voie publique ou une de ses parties menace ruine [PERNOT, ]

HISTORIQUE

  • Xe s.
    Sic liberat de cel peril [, Fragm. de Valenc. p. 469]
    Es perils [, ib. p. 467]
  • XIe s.
    À la grant feste Saint Martin du peril [, Ch. de Rol. x]
    Gueri [sauve] de mei l'ame de touz perilz [, ib. CLXXIII]
  • XIIIe s.
    Le grant peril que cil de Venise avoient empris [VILLEH., XXXI]
    Quant aucuns est semons et il n'oze aler, porce que se [sa] femme ou si enfant sont en peril de mort [BEAUMANOIR, I I, 6]
    Mes voisins pot apoier son merien contre mon mur qui joint à li, voille ou non, mes que li murs soit si fors que me [ma] meson ne demeure en peril [ID., XXIV, 22]
    C'est un des plus grand perix qui soit en l'office de bailli que d'estre negligens ou poi soigneus de ses contes [ID., I, 10]
    Si vous proi jou [je vous prie] d'eskiever les perieus.... [, Anc. poés. franç. Valic. n° 1490, f° 75, dans LACURNE]
  • XIVe s.
    Qui aime le peril, il cherra en peril [, Ménagier, I, 9]
  • XVe s.
    Ils se rendirent par composition, saufs leurs corps et leurs biens, et les devoit le duc faire conduire jusques à Bordeaux sur son peril [FROISS., I, I, 256]
  • XVIe s.
    À quelque peril que le blé se venaist [à tout hasard], voulurent essayer leur mauvaise fortune [, Hist. du chev. Bayard, t. II, p. 163, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. peril, perilh ; catal. peril ; espagn. peligro ; portug. perigo ; ital. periglio ; du lat. periculum, ou periclum, rapproché par Curtius du grec, traverser ; lat. ex-per-ior, éprouver.

péril

PÉRIL. (On prononce l'L.) n. m. Danger, risque, état où il y a quelque chose de fâcheux à craindre. Péril imminent. Affronter, braver le péril, les périls. Se jeter au milieu des périls. Craindre, éviter, fuir le péril. Échapper au péril. Se dérober au péril. S'exposer au péril pour secourir quelqu'un. Être en péril. Ce malade est en péril de mort. Il y a du péril, beaucoup de péril à faire telle chose. Sortir du péril. Être hors de péril, hors du péril. Être en péril de la vie, de sa vie. Courir un grand péril. Vous ne courez point de péril. Votre argent ne court aucun péril. Je vous servirai au péril de ma vie. Au péril de la mer.

En termes de Procédure, Prendre une affaire à ses risques, périls et fortunes, Se charger de tout ce qui en peut arriver, se charger du bon et du mauvais succès. On dit communément, dans le même sens, Faire une chose à ses risques et périls.

Il y a péril en la demeure, Le moindre retard peut causer du préjudice. Il n'y a pas péril en la demeure, On ne risque rien à attendre.

peril

Peril, m. acut. Vient de Periculum Latin, et signifie le mesme, l'Italien dit Periculo plus approchant dudit Latin, et l'Espagnol Peligro par transposition de lettres, Periculum, Discrimen, Autrement danger.

Il n'y a rien qui soit tant sujet à peril, Nihil tam discrimini objectum, obnoxium est.

Il n'y a rien qui soit si subjet à peril, Nihil in rebus mortalius.

Prendre au peril de l'amende, que ce n'est point procez par escrit, Sponsionem vltro facere in verba ad mulctam pertinentia, ni causa sit eius generis, quae clausula transcribi ad scriptas lites non debeat, B.

Je le pren à mes perils et fortunes, Saluum fore recipio, B. ex Vlpian. Rem periculi mei facio. Tryphonynus.

Qui delivre de peril, Sospitalis.

Ce sera à tez perils et fortunes, Id tuo periculo erit, Liu. lib. 23. Id est si quid grauius accidet, Id damno tibi soli erit.

Qui est eschappé du peril de la mer, apres que la navire où il estoit a esté rompue par tempeste, Naufragus.

Avec peril, Perilleusement, Periculose, Cum periculo.

péril


PÉRIL, s. m. PÉRILLEUX, EûSE, adj. PÉRILLEûSEMENT, adv. [1re é fer. 3e lon. 4e e muet: mouillez l'l finale du 1er et les ll des aûtres: péri-glieû, glieû-ze, glieû-ze-man.] Péril, danger, risque; état, où il y a quelque chôse de fâcheux à craindre. Périlleux, où il y a du péril. Périlleûsement, avec péril. "Afronter, braver, ou, craindre, éviter, fuir le péril. " Être en péril, hors de péril, ou, du péril. = "Poste, périlleux, ocasion, afaire, entreprise périlleûse. = L'Acad. dit aussi, maladie périlleûse. Je crois qu'on ne dit que dangereûse, tout comme on dit, en danger, et non pas en péril de mort, quand il s'agit de maladies. Saut périlleux, saut dificile et dangereux, que font les danseurs de corde. = Marcher périlleusement entre des précipices. = Péril. Voy. DANGER.
   Rem. Péril, régit de et l'infinitif. "Il faut se résoudre au péril de les chercher (les Plantes, les simples) et de les ramasser. FONTEN. Él. de M. de Tournefort. "Tout sera en péril d'être altéré au gré des Rois, si on les fait entrer dans les questions, qui regardent les chôses sacrées. Télém. — Quand il ne s'agit pas de la vie, on dit plutôt en danger. = Être, ou se mettre en péril, est une expression souvent employée par Bossuet. "Moïse se mit en péril pour les soulager. = Montesquieu a dit aussi: "De tous les Rois, que les Romains attaquèrent, Mithridate seul se défendit avec courage et les mit en péril. = L'Acad. dit bien être en péril; ce malade est en péril de mort, mais elle ne dit point, se mettre en péril; et, à mon avis, quand il est question de maladie, on dit plutôt être en danger, qu'en péril de mort. Voy. plus haut, périlleux.
   Au péril de, adv. "Au péril de ma vie. "Aux risques, périls et fortunes de... terme de Pratique. Prendre une afaire à ses risques, périls et fortunes, se charger du bon ou du mauvais succês. — Le Rich. Port. met fortune au singulier; et je crois qu'en éfet le singulier vaut mieux. L'Acad. met fortunes au pluriel. "Une Loi d' Égypte défendoit de purger avant le quatrième jour de la maladie, à moins qu'ils ne voulussent le faire à leurs périls et fortunes. Le Gendre. — Cet Auteur retranche risques contre l'usage.

Synonymes et Contraires

péril

nom masculin péril
Situation menaçante.
danger, menace, nuage, risque -littéraire: écueil.
Traductions

péril

peril, hazardousness, riskסיכון (ז), סכנה (נ), סִכּוּן, סַכָּנָהgevaar, risicobahayapericolo위험 (peʀil)
nom masculin
danger mettre qqch en péril faire qqch à ses risques et périls

péril

[peʀil] nmperil
au péril de sa vie → at the risk of his life
à ses risques et périls → at one's own risk
il n'y a pas péril en la demeure → there's nothing to worry about