périr

(Mot repris de périrait)

périr

v.i. [ du lat. perire, s'en aller tout à fait ] Litt.
1. Mourir : Trois passagers ont péri dans l'accident succomber ; survivre
2. Tomber en ruine, dans l'oubli ; disparaître : Son secret a péri avec lui s'éteindre

PÉRIR

(pé-rir) v. n.
Prendre fin.
Elle [Mme de Soubise] avait une de ses dents du devant de la bouche un peu endommagée ; ma foi, elle a péri [SÉV., 21 oct. 1676]
Lui [Dieu], aux yeux de qui rien ne se perd.... verra-t-il périr sans ressource ce qu'il a fait capable de le connaître et de l'aimer ? [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Les corps peuvent donc changer, mais ils ne peuvent pas périr [MALEBR., Rech. vér. IV, 2]
Il est trop clair par l'expérience, que Dieu a fait des machines pour être détruites ; nous sommes l'ouvrage de sa sagesse, et nous périssons ; pourquoi n'en serait-il pas de même du monde ? [ID., Phil. Newt. I, 6]
Fig.
J'ai de l'ambition, mais plus noble et plus belle : Cette grandeur périt, j'en veux une immortelle [CORN., Poly. IV, 3]
Le psalmiste a dit qu'à la mort périront toutes nos pensées [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Être détruit, en parlant d'un pays, d'un royaume, d'un prince, etc.
Que s'il se trouve quelque province ou quelque ville qui ne veuille point prendre part à cette fête solennelle, nous voulons qu'elle périsse par le fer et par le feu [SACI, Bible, Esther, XVI, 24]
Mithridate n'aurait point péri, si, dans les prospérités, le roi voluptueux et barbare n'avait pas détruit ce que, dans la mauvaise fortune, avait fait le grand prince [MONTESQ., Esp. XXI, 12]
En parlant des personnes, mourir, avec l'idée que la fin est prématurée ou violente.
Il est beau de périr pour éviter un crime [CORN., Attila, IV, 6]
Vous périssez d'un mal que vous dissimulez [RAC., Phèdre, I, 1]
Souvenez-vous que celui qui commande doit être le modèle de tous les autres.... ne craignez donc aucun danger, ô Télémaque, et périssez dans les combats plutôt que de faire douter de votre courage [FÉN., Tél. XI]
Il y périt [dans le Languedoc, lors de la révocation de l'édit de Nantes] près de cent mille hommes, dont dix mille moururent par la corde, par la roue ou par le feu, sous l'administration de l'intendant Lamoignon-Bâville [VOLT., Mél. hist. Observ. sur les mém. de Noailles.]
C'est après l'hiver et au commencement de la nouvelle saison que les hommes, comme les plantes, périssent en plus grand nombre [BUFF., Prob. de la vie, Œuv. t. x, p. 514]
Il est prouvé par des registres d'une autorité certaine que, depuis 1714 jusqu'en 1776, il a péri [à Batavia], dans l'hôpital seulement, 87000 matelots ou soldats [RAYNAL, Hist. phil. II, 19]
Par exagération. Périr d'ennui, en être excédé, y succomber. À périr, de la façon la plus ennuyeuse du monde.
Notre maître est sombre à périr [BEAUMARCH., Mère coupable, III, 1]
Je vous ai beaucoup d'obligation de me retirer de cette Allemagne où je m'ennuyais à périr [STAËL, Corinne, I, 3]
Terme de dévotion.
Se damner, mourir de la mort spirituelle Il entra dans le monde avec tout ce qu'il faut pour y plaire et pour y périr [MASS., Or. fun. Conti.]
Tant de victimes infortunées renoncent à la pudeur pour servir à vos plaisirs, et viennent sur des théâtres criminels chanter des passions pour flatter les vôtres, périr pour vous plaire [ID., Pet. carême, Vices et vert. des grands.]
Terme de marine. Se dit d'un navire qui est détruit et démoli dans un naufrage, ou qui a sombré en mer et dont la perte est complète. Un navire périt corps et biens lorsque, de son équipage, de son chargement, de ses agrès, rien n'échappe.
Tomber en ruine, en décadence, en parlant des choses. Les maisons inhabitées périssent plus promptement que les autres. Fig. La liberté périt par la licence. Cette branche de commerce a péri.
Votre bon droit ne peut jamais périr [SÉV., 30 juin 1681]
Tout l'État périssant n'a pu t'encourager ! [RAC., Alex. III, 2]
Tout pouvoir, en un mot, périt par l'indulgence [VOLT., Alz. I, 1]
Être effacé, anéanti.
Je conserve le sang qu'elle veut voir périr [CORN., Cinna, III, 1]
Je [Épaminondas] ne compte point mourir sans enfants ; Leuctres et Mantinée sont pour moi deux filles illustres qui ne laisseront point périr mon nom [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. v, p. 445, dans POUGENS]
[ô Dieu] J'ai vu tomber ton temple et périr ta mémoire [VOLT., Zaïre, II, 3]
Le nom de mon époux.... a donc péri pour vous ! [ID., Mérope, I, 2]
L'esprit qui l'anima ne périra jamais [ID., Orphel. IV, 4]
Il se dit en un sens vague de ce qui cesse d'avoir son effet, de valoir.
Le jour que je vis périr dans ce nuage épais le soleil qui avait brillé tout le jour [SÉV., 18 janv. 1690]
Je vois le bon usage que vous faites de ce conte.... il est vrai qu'il périt entièrement entre mes mains ; vous l'avez ressuscité, ma chère belle, et vous l'avez fort bien appliqué [ID., 30 mars 1689]
Ce qui n'est que noble et fier, ce qui ne demande qu'une voix sonore et assurée périt absolument dans sa bouche [de Lekain] [VOLT., Lett. d'Argental, 2 avr. 1755]
Être inutilement dépensé.
Sauvez quelque chose de l'excessive dépense ....ayez une vue générale de ne rien laisser périr, et de ne vous relâcher sur rien [SÉV., 6 avril 1672]
En termes de jurisprudence. Synonyme de périmer. Il a laissé périr son appel.
Par imprécation.
Périsse mon amour, périsse mon espoir, Plutôt que de ma main parte un crime si noir ! [CORN., Cinna, III, 3]
Périsse le Troyen auteur de nos alarmes ! [RAC., Iphig. II, 3]
Périssent enfin ces jalousies fatales qui rendent les hommes ennemis des hommes ! que le sang humain, ce sang qui souille toujours la terre, soit épargné ! [MONTESQ., Disc. récept. Acad. fr.]
10° Périr, construit d'ordinaire avec l'auxiliaire avoir, se construit aussi avec être.
Et ce cheval ailé fût péri mille fois, Avant que de voler sous un indigne poids [CORN., Androm. III, 4]
Ainsi est péri devant nos yeux cet homme si aimable et si illustre [le cardinal de Retz] [SÉV., 25 août 1679]
L'héritage promis à Jésus-Christ était péri et ses promesses anéanties [BOSSUET, Var. 15]
Que si l'État [juif] à la fin était péri sous ces rois qui avaient abandonné Dieu [ID., 5e avert. 48]
Ne cherchez plus, ni votre père qui doit être péri dans les flots.... ni votre mère.... [FÉN., Tél. XX]
Mes espérances sont péries, moi-même je me sens périr [ID., t. XXI, p. 304]
Des organes qui sont péris faute de pouvoir se conserver [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Si, au moment de la vente, la chose vendue était périe en totalité, la vente serait nulle [, Code Nap. art. 1601]
Avec l'auxiliaire être, périr exprime plus particulièrement l'état ; mais cette nuance n'est pas toujours observée.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Li peccheür periront [, Liber psalm. p. 48]
    Beaus services ne sera jà peris à fin amant qui en bon lieu l'emploie [, Couci, p. 124]
    D'un seul mesfait ne deit nuls huem [nul homme] dous feiz [deux fois] perir ; Quant li clers pert sun ordre, nel puet hum plus hunir [, Th. le mart. 28]
  • XIIIe s.
    Ha, seigneur, pour Dieu, ne perissons mie la grant honeur que nostre sire nous a faite [VILLEH., LXXXIX]
    Un an enter e plus [il] langui ; Trestuz le tenent à peri [, Lai del desiré]
    [Les avares].... les povres dehors regardent De froit trembler, de fain perir [, la Rose, 5142]
    Cil qui en est ferus [de l'épée spirituelle] est peris en l'ame espirituelment [BEAUMANOIR, XLVI, 11]
    Se je proeve l'une de ces choses, le [la] querele est perie au demandeur [ID., LXI, 18]
    Sire, ces seigneurs qui ci sont, arcevesques, evesques, m'ont dit que je vous deisse que la crestienté se perit entre vos mains [JOINV., 200]
    À l'aler que nous feismes outre mer, une nef en semblable fait avoit esté perie [ID., 192]
  • XIVe s.
    C'est li hons qui nul bien ne fait, Ne em parolle ne en fait ; Mais tous boins fruis en li perist [J. DE CONDÉ, t. II, p. 88]
  • XVIe s.
    Saint Paul nous advertit d'estre pelerins au monde, à ce que l'heritage des cieux ne nous perisse [ne se perde pas pour nous] [CALV., Inst. 541]
    Ne laissons perir l'occasion : empoignons la vistement [LANOUE, 39]
    Toute humanité estant perie en eux, il ne font pas moins de ravage dans leur propre pays [ID., 13]
    Cespetites chenilles noires, appellées babotes, perissent la luzerne, la faisant dessecher [O. DE SERRES, 273]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. perir ; espagn. perecer ; ital. perire ; du lat. perire, de per, et ire, aller.

périr

PÉRIR. v. intr. Prendre fin, cesser d'être.

Il signifie ordinairement Avoir une fin malheureuse, violente. La population, une partie de la population a péri de faim et de misère. Il ne peut manquer de périr. Il périrait plutôt, il aimerait mieux périr que de manquer à sa parole.

Il se dit aussi des Choses et signifie Être détruit. Les vaisseaux périrent corps et biens. Périr au port, dans le port. Les plus grands empires ont péri. Périssent avec eux leurs détestables enseignements!

Par exagération, Périr d'ennui, Être excédé d'ennui. On dit aussi S'ennuyer à périr.

PÉRIR signifie, figurément, Être ruiné, anéanti. La liberté périt par la licence. Les arts périssent s'ils ne sont pas encouragés. Ce genre de commerce a péri.

Il se dit, en termes de Jurisprudence, à propos d'une Instance qu'on a négligé de poursuivre pendant un certain temps. Il a laissé périr son appel. On dit aussi Périmer.

perir

Perir et estre gasté, Perire, Disperire.

Perir par feu, Conflagrare.

Perir avec les autres, Deflagrare communi incendio.

Perir du tout, Deperire.

Estre peri, Venire ad internecionem, comme estre peri en eauë, en feu, en abysme, Aqua summergi igne interimi, voragine absorbi.

Une cause non seulement interrupte, mais perie, Persecutio litis non intermissa tantum, sed abrupta et pene antiquata, B.

périr


PÉRIR, v. n. PÉRISSABLE, adj. [1re é fer. pénult. dout. au 2d.] Je péris, nous périssons, je périssois, ou, périssais; je péris, j'ai péri, ou je suis péri; je périrai, je périrois, ou périrais; péris; que je périsse (pour le présent et pour l'imparfait du subjonctif) périssant. — Dans le Dict. Gr. on condamne, que vous fussiez péri, et l'on décide que périr prend toujours l'auxiliaire avoir: mais il y a un grand nombre d'exemples pour l'auxiliaire être. "Il étoit péri dans ce naufrage. Télém. "Sirius n'étoit péri que par leur ordre. Vertot. "Quand il ne seroit péri que, etc. Linguet. "Les écrits impies des Leucippes et des Diagoras sont péris avec eux. J. J. Rouss. "Nous ne doutâmes plus ou qu'ils ne fussent péris sur mer, ou qu'ils n'eussent été dévorés par des Crocodiles. Let. Édif. = Suivant l'Acad. (d'aûtre fois) ont péri est plus régulier; mais sont péris n'est pas sans usage. Dans la dern. édit. elle dit indiféremment a péri, ont péri et est péri, sont péris sans remarque.
   PÉRIR, est 1°. En parlant des chôses. Prendre fin. "Tout périra, tout doit périr un jour. = 2°. Tomber en ruine. "Cette maison va périr, périra bientôt si on ne la répâre. = 3°. En parlant des persones, faire une fin malheureûse. "Les combats firent périr une partie de l'armée, le reste périt de froid, de faim et de misère. "Il aimerait mieux périr que de manquer à sa parole. = 4°. Faire naufrage, il se dit des vaisseaux et de l'équipage. "Il a péri un grand nombre de vaisseaux. "Ils périrent presque tous: il ne se sauva que deux matelots. = 5°. En termes de Pratique, on dit, laisser périr une instance, négliger de la poursuivre pendant un certain tems. = Il est même plus usité que laisser périmer. ACAD.
   Rem. Périr, est un de ces verbes, où la 3e persone de l'impératif s'emploie sans la conjonction que: BOSSUET fait dire aux Hérétiques: "Et puisqu'il nous faut périr, périssent avec nous les plus Saints de tous les Pères! Alors le verbe précède le nominatif. Cela est plus vif et plus animé que si l'on disait: "Que les plus Saints de tous les Pères périssent avec nous. = * Périr, actif, est un gasconisme. "Le Soleil et la poussière périssent tous les meubles: Dites, gâtent, ûsent, etc. "J'ai péri mes habits, mes bâs. "Ce misérable petit chien croté m'a péri ma~ robe. Mes meubles se périssent pour, se gâtent. DESGR. Gasc. Corr.
   PÉRISSABLE, qui est sujet à périr. "Biens du monde, biens périssables.
   Le bien de la fortune est un bien pérïssable;
   Quand on bâtit sur elle, on bâtit sur le sâble.
       Racan.

Synonymes et Contraires

périr

verbe périr
1.  Cesser de vivre.
2.  Littéraire. Être anéanti.
Traductions

périr

umkommen, untergehen, zu Grunde gehen, kippenperishvergaan, creperen, omkomen, ondergaan, sneuvelen, verongelukken, om het leven komen, te gronde gaanאבד (פ'), נספה (נפעל), נִסְפָּה, אָבַדperirpereiperecertuhoutuaperireginąć, umrzećdestruir-se, perecerгибнутьförgåsperire (peʀiʀ)
verbe intransitif
mourir

périr

[peʀiʀ] vi (littéraire) → to perish
périr noyé → to die by drowning