paction


Recherches associées à paction: taction

PACTION

(pa-ksion ; en vers, de trois syllabes) s. f.
Terme vieilli. Action de faire un pacte, une convention.
Plût à Dieu qu'il ne fallût ni sceaux ni signes pour l'assurance de ces pactions, et que la conscience et la foi en fussent les seules dépositaires ! [MALH., le Traité des bienf. de Sénèque, III, 15]
L'injure d'une paix à la fraude enchaînée, Les dures pactions d'un royal hyménée [CORN., les Victoires du roi]
Avec eux avant vous nos pactions sont faites ; Sous les lois de l'hymen ils nous donnent leur foi [TH. CORN., Circé, I, 7]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Paction est consentement qui se fait par deux ou par plusieurs en accord [BOUTEILLER, Somme rural, titre 40]
  • XVe s.
    Il tenoit le dit chastel de Ventadour comme sien et son propre heritage, et avoit mis tout ce païs à certains pactis ; et, parmy toutes ces pactions, toutes gens labouroient en paix dessous luy [FROISS., liv. III, p. 276, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    J'ay composé avecques mon estomac en telle paction que tousjours il se couche et se lieve avecques moy [RAB., Garg. I, 41]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. pactio ; espagn. paccion ; du lat. pactionem (voy. PACTE).

paction

PACTION. subst. fém. Terme de Jurisprudence. Pacte. Paction secrète. Paction illicite. PAD

paction

Paction, Pactum, Conuentio, Conuentum, Pactio.

Rompre les pactions, Pactiones rescindere.

Il est defendu aux advocas et procureurs de ne faire paction de quota litis, Controuersiarum nundinatione advocatis et pragmaticis iure ac moribus interdictum est, in quibus quidem ipsi controuersiis operam nauauerunt litigantibus.