pagne

pagne

n.m. [ de l'esp. paño, pan d'étoffe ]
Morceau d'étoffe drapé autour de la taille et qui couvre le bas du corps.

PAGNE

(pa-gn') s. m.
Morceau de toile de coton, ou d'autre étoffe, dont tous les nègres d'Afrique qui ne vont pas tout à fait nus, s'enveloppent le corps, depuis la ceinture jusqu'aux genoux, et quelquefois jusqu'au milieu des jambes.
Une ceinture placée au-dessus des reins et que nous appelons pagne tient lieu de tout vêtement aux deux sexes [RAYNAL, Hist. phil. XI, 15]
Chaque pièce d'un tissu d'écorce d'arbres ou d'autres filaments végétaux qui se fait à Madagascar ou ailleurs, et dont nos dames confectionnent, soit des robes, soit des chapeaux. Le pagne de votre chapeau est plus beau que le mien.
Dans ce nombre étaient deux vieillards ayant une longue barbe blanche, vêtus d'une étoffe d'écorce d'arbres, assez semblable aux pagnes de Madagascar [LA PÉROUSE, Voy. t. III, p. 32, dans POUGENS]

REMARQUE

  • 1. L'Académie fait ce mot masculin, et, d'après l'étymologie, il doit l'être. Mais les auteurs le font souvent féminin.
    Dieu faisant une pagne à ève [VOLT., Philos. Exam. import. de Bolingbroke, VI]
    Il vit infâme celui qui fuit, les femmes lui présentent la pagne qui voile la pudeur [CHATEAUB., Natch. liv. IX]
  • 2. Legoarant a adopté de faire pagne au masculin quand c'est un morceau d'étoffe de coton, et féminin quand c'est un tissu d'écorce.

ÉTYMOLOGIE

  • Esp. paño, étoffe, vêtement, ital. panno, du lat. pannus, pièce d'étoffe (voy. PAN).

pagne

PAGNE. n. m. Morceau de toile de coton ou d'autre étoffe dont les nègres se couvrent depuis la ceinture jusqu'aux genoux.
Traductions

pagne

[paɲ] nmloincloth