pain

pain

n.m. [ lat. panis ]
1. Aliment fait d'une pâte composée essentiellement de farine, d'eau, de sel et de levure ou de levain, pétrie et fermentée puis cuite au four : Du pain de seigle. Manger du pain. Si le pain venait à manquer.
2. Masse façonnée de cet aliment : Un pain rond. Un pain long.
3. Symbole de la nourriture, des aliments : Gagner son pain quotidien.
4. En cuisine, préparation moulée en forme de pain : Un pain de poisson.
5. Masse d'une matière moulée : Un pain de savon.
6. Fam. Coup de poing ; gifle.
Avoir du pain sur la planche,
avoir beaucoup de travail à faire.
Bon comme du bon pain,
se dit d'une personne qui fait preuve d'une bonté extrême.
Enlever ou ôter à qqn le pain de la bouche,
lui retirer ses moyens de subsistance.
Je ne mange pas de ce pain-là,
je n'use pas de ces procédés malhonnêtes.
Long comme un jour sans pain,
qui dure longtemps et qui est très ennuyeux.
Manger son pain blanc le premier,
jouir de circonstances favorables qui ne dureront pas.
Ôter le pain de la bouche de qqn,
le priver de ses moyens de subsistance.
Pain au chocolat,
pâtisserie individuelle faite de pâte feuilletée fourrée d'une barre de chocolat ; chocolatine.
Pain brûlé,
brun soutenu et chaud : Des gants pain brûlé.
Pain complet,
pain fait d'une pâte où entrent de la farine brute et du son.
Pain de campagne,
pain fait d'une pâte à la farine bise, à croûte farinée.
Pain de mie,
pain cuit dans un moule de sorte qu'il ne se forme presque pas de croûte.
Pain d'épice ou d'épices,
gâteau de farine de seigle au sucre, au miel et aux aromates.
Pain de sucre,
masse de sucre blanc en forme de cône ; en géologie, piton au sommet arrondi.
Pain français,
en Belgique, tout pain de forme allongée.
Pain noir,
pain fait de farine de blé, de sarrasin et de seigle.
Pain perdu,
entremets fait de pain ou de brioche rassis trempés dans du lait et de l'œuf battu, sucrés et frits.
Se vendre comme des petits pains,
Fam. se vendre rapidement et facilement, avoir un grand succès.

PAIN

(pin ; l'n ne se lie pas : pain au lait ; au pluriel, l's se lie : des pain-z au lait. Au XVIe siècle, Lacroix du Maine dit que pain était la prononciation parisienne, et qu'ailleurs on prononçait pin, mais il ne dit pas ce qu'était cette prononciation de pain) s. m.
Aliment fait de farine pétrie et cuite. Pain tendre. Pain rassis.
Il vous a donné pour nourriture la manne, qui était inconnue à vous et à vos pères, pour vous faire voir que l'homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu [SACI, Bible, Deut. VIII, 3]
Pourquoi nous reprocher sans cesse que nous renversons la nature, et qu'un corps ne peut être en plusieurs lieux, ni nous être donné tout entier sous la forme d'un petit pain ? [BOSSUET, Variat. IX, § 60]
Je crains que vous ne fassiez pas bien le pain d'orge ; personne ne s'en accommode en potage ; j'en ai mangé avec du froment, qui est très bon [MAINT., Lett. à Mme de la Viefville, 4 décembre 1709]
(voy. quelques lignes plus bas le même fait raconté par Voltaire).
Après avoir au Dieu qui nourrit les humains De la moisson nouvelle offert les premiers pains [RAC., Athal. II, 2]
Le ministre Colbert avait vu le temps de la Fronde, temps où la livre de pain se vendit dix sous et davantage dans Paris et d'autres villes [VOLT., Lett. à l'abbé Roubaud, 1er juillet 1769]
Un soldat osa présenter au roi avec murmure, en présence de toute l'armée, un morceau de pain noir et moisi, fait d'orge et d'avoine, seule nourriture qu'ils [les Suédois en Ukraine] avaient alors.... le roi reçut le morceau de pain sans s'émouvoir, le mangea tout entier, et dit ensuite froidement au soldat : Il n'est pas bon, mais il peut se manger [ID., Charles XII, 4]
Avant le seizième siècle, plus de la moitié du globe ignorait l'usage du pain et du vin ; une grande partie de l'Amérique et de l'Afrique orientale l'ignore encore ; et il faut y porter ces nourritures pour y célébrer les saints mystères de notre religion [ID., Mœurs, 196]
On ne mangea dans Paris que du pain bis pendant quelques mois (en 1709) ; plusieurs familles, à Versailles même, se nourrirent de pain d'avoine ; Mme de Maintenon en donna l'exemple [ID., Louis XIV, 21]
Si les habitants voluptueux des villes savaient ce qu'il en coûte de travaux pour leur procurer du pain, ils en seraient effrayés [ID., Dict. phil. Agriculture]
Le reste du petit-lait que l'on a mis en réserve sert à amollir le sec et grossier pain d'avoine qui est la principale nourriture du pauvre paysan savoyard [SAUSSURE, Voy. Alpes, t. I, p. 344, dans POUGENS]
Pour faire de bon pain et le plus sain, le blé doit être vieux et bien sec [GENLIS, Maison rust. t. II, p. 69, dans POUGENS]
Le pain de pommes de terre est composé de moitié amidon et moitié pulpe, d'un demi-gros de sel par livre de mélange [ID., ib. p. 83]
L'homme prend tous les jours entre trois et quatre grammes de phosphate calcaire dans la quantité de pain qui fait sa nourriture la plus abondante [FOURCROY, Connaiss. chim. t. x, p. 404. dans POUGENS]
Dans presque toute la France, l'habitant ne vit que de pain ; et, cette nourriture exigeant une quantité très volumineuse pour opérer la satiété, et d'autant plus volumineuse qu'elle est d'une qualité plus inférieure, ce n'est pas évaluer trop haut la consommation journalière à trois livres pour l'homme qui travaille [TOULONGEON, Instit. Mém. scienc. mor. et pol. t. III, p. 109]
Le Russe.... Las de pain noir et de gland, Veut manger notre pain blanc [BÉRANG., Gaulois.]
La peine infligée au boulanger qui vole le pain du pauvre doit être au moins égale à la peine du pauvre qui vole le pain du boulanger [ALPH. KARR, les Guêpes, 2 sept. 1840]
Pain anglais, nom que porte à Paris un pain très blanc et très poreux. Petit pain, voy. PETIT. Pain second, nom, dans quelque provinces, d'un pain légèrement bis et qui vient immédiatement après le pain blanc. Pain de Gonesse, pain blanc renommé que les boulangers de Gonesse apportaient à Paris.
On sait que le pain de Gonesse a été longtemps en grande réputation ; à la vérité, il était fort blanc, mais épais et massif ; d'ailleurs il se séchait aisément ; ce qui fut cause qu'on s'en dégoûta [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuv. t. III, p. 363]
Pain mollet, sorte de petit pain blanc qui est léger et délicat.
L'écume de bière qu'ils détrempent avec de la farine pour en faire le pain mollet [GENLIS, Maison rust. t. II, p. 71, dans POUGENS]
Pain de rive, voy. RIVE. Pain de munition, pain qu'on fabrique pour les soldats. Ils vont faire la guerre au pain, se dit de gens qui rentrent affamés au logis. Il mange son pain dans sa poche ou dans son sac, se dit d'un avare ou d'un homme qui vit retiré. Il ne mange pas son pain dans sa poche, c'est-à-dire il est dépensier, généreux.
C'est un grivois qui ne mange pas son pain dans sa poche [CARMONTELLE, Prov. l'Écriv. des charniers, sc. 11]
Il ne vaut pas le pain qu'il mange, se dit d'un fainéant, de quelqu'un d'inutile. Il sait son pain manger, il sait plus que son pain manger, se dit d'un homme habile, qui a voyagé, qui a été de plusieurs conditions.
Gens qui savent leur pain manger, Savent bien aussi le défendre [SCARR., Virg. II]
Il mange son pain blanc le premier, se dit d'un enfant, d'un homme qu'on prévoit ne devoir pas être toujours dans une condition aussi heureuse que celle où il est présentement.
Bénissant Dieu qui ne leur avait pas fait manger leur pain blanc le premier [RAC., 1re lett. à l'aut. des Imag.]
Fig. Manger son pain à la fumée du rôt, ou, simplement, à la fumée, être témoin des plaisirs d'autrui sans y prendre part. Il a mangé plus d'un pain, il a couru le monde. Fig. Manger de plus d'un pain, user de variété, ne pas toujours puiser à la même source.
Boccace n'est le seul qui me fournit.... Il est bien vrai que ce divin esprit Plus que pas un me donne de pratique ; Mais, comme il faut manger de plus d'un pain, Je puise encore en un vieux magasin [LA FONT., Servante.]
Fig. Ne manger que d'un pain, n'avoir aucune variété.
C'est une étrange chose, que d'être obligé de ne manger que d'un pain, l'on s'en ennuie à la fin [HAUTEROCHE, Crisp. médec. II, 1]
Fig. Pain dérobé, plaisir qu'on obtient en cachette et par une sorte de vol.
En l'amoureuse loi, Pain qu'on dérobe et qu'on mange en cachette Vaut mieux que pain qu'on cuit et qu'on achète [LA FONT., Troqueurs.]
Pain dérobé réveille l'appétit [DUCERCEAU, Poésies, Nouvelle ève.]
Il a du pain, quand il n'a plus de dents, se dit d'un homme à qui le bien arrive quand il est vieux. C'est du pain bien long, c'est une entreprise de longue durée. C'est du pain bien dur, c'est une condition fâcheuse où le besoin force à rester.
Ce monsieur Jaquillart me fait manger un pain bien dur [PICARD, Maison en loterie, SC. 6]
Long comme un jour sans pain, se dit d'une chose qui ennuie mortellement.
Au bout d'une demi-heure, qui me parut longue comme un jour sans pain, etc. [COMTE DE CAYLUS (GROSLEY), Écosseuses, Œuv. t. x, p. 530, dans POUGENS.]
Il est bon comme le bon pain, comme du bon pain, se dit d'un homme bon et doux. Il promet plus de beurre que de pain, se dit de quelqu'un qui promet plus qu'il ne veut tenir. On l'a donné pour un morceau de pain, se dit de quelque chose de valeur vendu très bon marché.
Mme la princesse de Conti eut Champ pour une pièce de pain qu'elle donna à la Vallière [SAINT-SIMON, 471, 243]
Ils ont donné pour un morceau de pain telle composition que nous offririons inutilement de couvrir d'or [DIDEROT, Salon de 1787, Œuv. t. XIV, p. 7, dans POUGENS]
Il y a là un morceau de pain à manger, c'est un ouvrage, une entreprise profitable. Pain sec, punition qu'on infligeait dans les colléges, et qui consistait à ne donner au délinquant que du pain pour son repas. Mettre au pain et à l'eau, se dit d'une punition dans laquelle on ne donne au délinquant que du pain et de l'eau pour toute nourriture.
Alors qu'ont fait les druides [les inquisiteurs] ? ils ont fait condamner le vieux philosophe [Galilée] à jeûner au pain et à l'eau.... [VOLT., Dial. XXIX, 7]
Fig.
Je vois d'ici la tranquillité où vous étiez à Lambesc toute seule, pendant que votre cour se reposait avec le pain et l'eau de la paresse [SÉV., 10 fév. 1672]
Populairement. Faire passer, faire perdre le goût du pain, tuer.
Par extension, la nourriture de chaque jour.
Chaque jour amène son pain [LA FONT., Fabl. VIII, 2]
Ne te plains pas que Dieu te maltraite en te refusant toutes ces délices ; mon cher frère, n'as-tu pas du pain ? il ne promet rien davantage ; c'est du pain qu'il promet dans son Évangile, c'est du pain qu'il veut qu'on lui demande [BOSSUET, Sermons, Nécessités de la vie, 1]
Que le soir dans les bals, le matin dans les temples, Brillantes, on vous voie, une bourse à la main, Demander pour les Grecs des armes et du pain [P. LEBRUN, Voy. de Grèce, x, 5]
Pain quotidien, expression employée dans l'oraison dominicale pour signifier la nourriture de chaque jour, les besoins journaliers.
J'ai ouï conter qu'on avait fait le procès dans un temps de famine à un homme qui avait récité tout haut son Pater ; on le traita de séditieux, parce qu'il prononça un peu haut : Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien [VOLT., Correspondance, 26 sept. 1770]
Fig. Pain quotidien, ce que l'on fait habituellement. Il médit sans cesse, c'est son pain quotidien. Pain des prisonniers, le pain que l'on distribue journellement aux prisonniers. On condamnait autrefois certains délinquants à payer tant pour le pain des prisonniers.
Pain du roi, se disait du pain que le roi donnait pour la nourriture des prisonniers, et qui se prenait sur le fonds des amendes.
La cour envoya Chandenier au château de Loches, au pain du roi comme un criminel [SAINT-SIMON, 38, 182]
Il a mangé du pain du roi, il a été en prison. Il a mangé du pain du roi, se disait aussi pour signifier qu'un homme avait été militaire.
Nom donné au morceau de pâte, avant qu'il soit cuit. Mettre le pain au four.
Pétrissez vite trois mesures, et faites cuire des pains sous la cendre [SACI, Bible, Genèse, XVIII, 6]
Du pain cuit, du pain qui a subi la cuisson au four. Fig. Du pain cuit, ouvrage fait d'avance, épargne faite pour l'avenir. Voilà du pain cuit. Avoir son pain cuit, avoir sa subsistance assurée. Avoir du pain cuit sur la planche, ou, simplement, avoir du pain sur la planche, avoir de quoi vivre en repos, sans travailler (en Berry, on dit avoir du pain sur l'ais). Fig. Elle a pris ou emprunté un pain sur la fournée, se dit d'une fille qui a eu un enfant avant de se marier.
Ainsi que vous pleine d'enseignements, Oricène [la maîtresse d'Amadis] prêchait, faisant la chatte-mitte ; Après mille façons, cette bonne hypocrite, Un pain sur la fournée emprunta, dit l'auteur : Pour un petit poupon l'on sait qu'elle en fut quitte [LA FONT., Œuvres diverses, Ballade sur les romans (1667)]
Pain sans levain, ou pain azyme, pain que les Juifs mangeaient en faisant la pâque.
Vous mangerez des pains sans levain pendant sept jours [SACI, Bible, Exode, XII, 15]
Pain de proposition, se dit des douze pains qui étaient offerts à Dieu dans l'ancienne loi les jours de sabbat, et dont les prêtres et les lévites avaient seuls droit de manger.
Comme il [David] entra dans la maison de Dieu, et mangea des pains de proposition, dont il n'était permis de manger ni à lui, ni à ceux qui étaient avec lui [SACI, Bible, Évang. St Math. XII, 4]
Pain d'affliction, pain que les Juifs mangeaient en souvenir de leur sortie d'Égypte.
Vous ne mangerez point pendant cette fête de pain avec du levain ; mais pendant sept jours vous mangerez du pain d'affliction où il n'y ait point de levain, parce que vous êtes sortis de l'Égypte dans une grande frayeur [SACI, Bible, Deutéron. XVI, 3]
En style mystique, pain de douleur, le temps qu'on passe dans l'affliction.
Le Seigneur vous donnera du pain de douleur et de l'eau d'affliction [ID., ib. Isaïe, xxx, 20]
Tu ne mangeras qu'un pain de douleur, c'est-à-dire un pain que tes sueurs auront détrempé, avant qu'il puisse être employé à ta nourriture [BOURDAL., Dim. de la septuagés. Dominic. t. I, p. 339]
On dit de même : un pain de larmes.
Jusqu'à quand vous nourrirez-vous d'un pain de larmes ? [SACI, Bible, Psaume LXXIX, 6]
Pain d'amertume, chose qui afflige.
La vérité n'est plus pour eux qu'un pain d'amertume [MASS., Carême, Dégoûts.]
En style de procédure ecclésiastique, être condamné au pain de douleur, être condamné au pain et à l'eau.
Pain bénit, pain que le prêtre bénit, et qu'on coupe par morceaux pour le distribuer aux fidèles durant une messe solennelle. Un morceau, un chanteau de pain bénit. Rendre le pain bénit, donner à l'église le pain qui doit être bénit ; aller présenter ce pain à l'offrande.
Il rendit le pain bénit d'une manière solennelle [HAMILT., Gramm. 11]
J'oubliais de vous dire que Mlle Clairon a déjà rendu le pain bénit, voilà ce que c'est que de quitter le théâtre [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 13 juin 1766]
Fig. C'est pain bénit, se dit d'une disgrâce qui arrive à quelqu'un qui l'a bien méritée.
[Tromper] C'est conscience à ceux qui s'assurent en nous ; Mais c'est pain bénit, certe, à des gens comme vous [MOL., Éc. des mar. I, 3]
Ils disent que c'est pain bénit de venir ronger un homme de robe à la campagne, et qu'à Paris c'est vous qui rongez les autres [DANCOURT, Maison de camp. SC. 21]
Nom que l'on donne quelquefois à l'hostie. Pain céleste, pain des anges, pain de l'âme, l'eucharistie.
Le sacrement auquel nous participons dans la communion, est le pain de l'âme et son aliment [BOURDAL., Serm. 23e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. IV, p. 412]
Fig. Pain du ciel, pain de vie, Jésus-Christ et sa doctrine.
Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit : Il leur a donné à manger le pain du ciel [SACI, Bible, Év. St Jean, VI, 31]
Le pain de Dieu est celui qui est descendu du ciel, et qui donne la vie au monde [ID., ib. VI, 33]
Jésus leur répondit : Je suis le pain de vie ; celui qui vient à moi n'aura point de faim [ID., ib. VI, 35]
Demandons-lui que chaque jour il nous fournisse le pain qui doit entretenir la vie de nos âmes, le pain de sa grâce, ce pain supersubstantiel, pour me servir de l'expression même de l'Évangile [BOURDAL., 5e dim. après Pâq. Dominic. t. II, p. 203]
Pain de la parole de Dieu, ou, simplement, pain de la parole, enseignement des vérités morales et religieuses.
Le devoir de Brousson était de distribuer le pain de la parole à ses frères [VOLT., Louis XIV, 36]
Le pain des forts, les vérités de la religion chrétienne.
Ah ! si nous ne sommes infatigables à instruire, à reprendre, à consoler, à donner le lait aux infirmes et le pain aux forts [BOSSUET, le Tellier.]
Le pain qu'on y distribue est la force des forts [MASS., Avent, Disp.]
Je crus voir devant moi Un de ces champions des vérités nouvelles Que les anges de Dieu servaient, couvaient des ailes, ....nourris déjà du pain caché du fort [LAMART., Joc. v, 180]
En termes de l'Écriture, il ne faut pas donner aux chiens le pain des enfants, c'est-à-dire il ne faut pas communiquer les choses saintes aux personnes profanes.
Fig. Subsistance. Gagner son pain.
Elle a considéré les sentiers de sa maison, et elle n'a point mangé son pain dans l'oisiveté [SACI, Bible, Prov. de Salom. XXXI, 27]
Une erreur qui donne du pain à tant de personnes [MOL., Am. méd. III, 1]
C'est le pain de ses enfants qu'il a joué [HAMILT., Gramm. 3]
Vous serez heureux dans cette maison, et vous y gagnerez du pain pour le reste de vos jours [LE SAGE, Guzm. d'Alf. VI, 7]
Les soldats se firent mahométans pour avoir du pain [VOLT., Mœurs, 55]
Il est vrai que, faible, infirme, découragé, je reste à peu près sans pain sur mes vieux jours et hors d'état d'en gagner [J. J. ROUSS., Lett. à M. d'Yvernois, Corresp. t. VII, p. 67, dans POUGENS.]
Cette entreprise doit m'assurer du pain, sans lequel il n'y a ni repos ni liberté parmi les hommes [ID., Corresp. du Peyrou, t. III, p. 14]
Quand, cessant de pourvoir à ma subsistance, elle verrait le pain prêt à lui manquer [ID., Confess. v.]
Le pauvre aime mieux du pain que la liberté [ID., Lett. de la mont. 9]
Mme Hébert : Ah ! monsieur, c'est le garçon le plus honnête ! - Sophie : C'est un malheureux qui gagne son pain comme nous, et qui a uni sa misère à la nôtre [DIDEROT, Père de famille, II, 4]
Et que ne fait-on pas des hommes avec de l'honneur et du pain ! [MARMONTEL, Bélis. ch. 14]
Manger le pain de quelqu'un, recevoir de lui de quoi vivre.
Ceux qui mangent son pain le trompent par leurs discours [SACI, Bible, Ecclésiast. XX, 18]
On jugea que c'était un serviteur ingrat et malhonnête qui décriait celui dont il avait longtemps mangé le pain [VOYER, MARQUIS D'ARGENSON, Mém. p. 247, dans POUGENS]
Je mangerais volontiers avec elle le pain qu'elle aurait gagné, jamais celui qu'elle aurait reçu ; j'en appelle sur ce point à son témoignage [J. J. ROUSS., Conf. X]
Manger le pain de quelqu'un, signifie aussi être à son service comme domestique. Ôter le pain, faire perdre les moyens de subsister.
La perte de ce procès ôte le pain à vous et à vos enfants [BOSSUET, Sermons, Nécessités de la vie, 1]
Champagne, au sortir d'un long dîner qui lui enfle l'estomac, et dans les douces fumées d'un vin d'Avenay ou de Sillery, signe un ordre qu'on lui présente, qui ôterait le pain à toute une province, si l'on n'y remédiait [LA BRUY., VI]
Ôter à quelqu'un le pain de la main, même sens.
Je n'avais qu'un héritage ; on me l'a brûlé ; ah ! l'on m'ôte le pain des mains [BOSSUET, Sermons, Nécessités de la vie, 1]
S'ôter le pain de la bouche pour quelqu'un, se priver du nécessaire afin de lui fournir de quoi vivre. Mettre le pain à la main, fournir le pain qui fait vivre.
Pourquoi donc, reprit le roi, avez-vous battu ce pauvre laboureur qui vous met le pain à la main ! [SAINT-FOIX, Œuv. t. III, p. 307, dans POUGENS]
Fig. Mettre le pain à la main de quelqu'un, être la première cause de sa fortune. Fig. Tremper son pain de ses larmes, vivre dans une componction continuelle. Ancien terme de droit. Être en pain de père et de mère, être soumis à la puissance paternelle. Dans le langage général, être au pain de quelqu'un, recevoir de lui un salaire pour quelque emploi.
Qu'est-ce qu'un citoyen de Genève qui se dit libre, et qui va se mettre au pain d'un fermier général ? [VOLT., Lett. d'Alembert, 7 mars 1758]
Pain de chien, pain grossier destiné à la nourriture des chiens. Pain de cretons, voy. CRETONS. Terme de vénerie. Pain salé, composition d'argile et de sel qu'on fait lécher aux cerfs, aux daims et aux chevreuils, dans les parcs.
10° Pain d'épice, voy. ÉPICE. Il aime le pain d'épice, se disait d'un juge qui taxait trop haut ses vacations. Pain d'épice, coquille univalve. Pain perdu, nom donné en cuisine provinciale, surtout dans la Flandre française, à la brioche frite.
11° Pain aux champignons, aux mousserons, à la crème, sorte de mets fait avec la croûte d'un pain, des champignons, des mousserons, de la crème.
12° Pain à cacheter, petit rond de pain sans levain, dont on se sert pour cacheter les lettres. Pain d'autel, hostie. On dit aussi : pain à chanter, voy. CHANTER, v. n. n° 1. Pain à chanter, se dit aussi du pain à cacheter et d'une espèce de pain qu'on emploie dans les offices, pour couvrir le dessus et le dessous des nougats. Voltaire a dit en ce dernier sens, pain enchanté.
Mme d'Argental, qui est l'adresse même, coupera le papier avec ses petits ciseaux, et le collera bien proprement à sa place, avec quatre petits pains qu'on nomme enchantés ; vous savez par parenthèse, pourquoi on leur a donné ce drôle de nom [VOLT., Lett. en vers et en prose, 137]
13° Certaines substances mises en masse, et dont la forme est comparée à celle d'un pain. Pain de sucre, pain de bougie, pain de vieux oing, pain de savon, etc. se disent de ces matières préparées sous la forme dans laquelle on les vend. En pain de sucre, en forme de cône.
Les femmes, sous le règne de Charles VI, étaient coiffées d'un haut bonnet en pain de sucre ; elles attachaient au haut de ce bonnet un voile qui pendait plus ou moins bas selon la qualité de la personne [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuv. t. IV, p. 115, dans POUGENS]
On est surpris de voir cette montagne [le Môle], qui de Genève paraît un pain de sucre, se prolonger dans la direction de la vallée de l'Arve [SAUSSURE, Voy. Alpes, t. II, p. 127, dans POUGENS]
Pain sacré, morceau de cire bénit qu'on enchâsse dans des reliquaires. Pain de noix, pain d'olives, masse formée du résidu des noix, des olives, quand on en a extrait l'huile. Pain de noix est aussi le nom, en quelques provinces, du nougat de noix. Pain de roses ou chapeau de roses, nom qu'on donne au mare de roses qui reste dans l'alambic, après qu'on en a tiré l'eau, l'huile ou d'autres extraits. Terme rural. La masse de vendange qui surnage sur la cuve au-dessous du chapeau.
14° Pain d'acier, sorte d'acier qui vient d'Allemagne, différent de celui qu'on nomme acier en bille. Pain de liquation, alliage de cuivre avec trois fois son poids de plomb, auquel on donne la forme de pains aplatis. Terme de monnaie. Pain d'affinage, l'argent qui se fixe, en masse plate, dans la coupelle où il a été mis pour l'affiner.
15° Pain de nœuds, morceau, fragment de pierre d'ardoise. Terme de sculpteur. Masse de terre préparée et corroyée pour modeler.
16° Arbre à pain, le jaquier.
L'arbre à pain sauvage porte des fruits hérissés de grosses pointes.... tandis que l'excellente variété qu'on cultive aux îles des Amis produit des fruits lisses, couverts d'une pellicule très mince [LABILLARDIÈRE, Instit. Mém. scienc. phys. et math. sav. étrang. t. I, p. 472]
Quand on le cueille avant sa maturité, il a le goût d'artichaut, et on le mange comme du pain [RAYNAL, Hist. phil. VI, 22]
Pain de coucou, alleluia. Pain-de-hanneton, les fruits de l'orme. Pain-de-loup, espèce de champignon. Pain-de-pourceau, voy. CYCLAME. Pain-de-singe, fruit du baobab.
17° Pain fossile, concrétion calcaire. Pain ou miche de quatorze sous, masse de strontiane sulfatée. Pain de corbeau, variété de mica en masse.

PROVERBES

  • À mal enfourner on fait les pains cornus ; c'est-à-dire le principal d'une affaire, c'est de la bien commencer.
  • Il va à la messe des morts, il y porte pain et vin, se dit d'un homme qui déjeune avant d'aller à la messe.
  • Tel pain, telle soupe, c'est-à-dire les choses sont bonnes suivant la matière qu'on y met.
  • Pain coupé n'a point de maître, se dit lorsqu'à table on prend le pain d'un autre.
  • Liberté et pain cuit, c'est-à-dire on est heureux quand on a du bien et qu'on n'est sujet à personne.
  • Pain tendre et bois vert mettent la maison au désert, c'est-à-dire les dépenses mal entendues ruinent les maisons.
  • Le pain d'autrui est amer, c'est-à-dire il est pénible de tenir d'un étranger sa subsistance.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    As esquiers serai comme mendiz, Por aigue boivre ne por mengier pain bis [, Raoul de C. 204]
    Uns huem [un homme], fait lur li reis, qui a mun pain mangié, Qui à ma curt vint povres e mult l'ai eshalcié, Pur mei ferir as denz ad sun talun drescié [, Th. le mart. 134]
  • XIIIe s.
    Les sergens seculers qui seroient au pain et sel de Pontegni [nourris par Pontegni] [DU CANGE, panis.]
    [Je] N'avoie qu'un cheval qui me trouvoit [gagnoit] mon pain [, Berte, LXXIII]
    Sire, tu nos pestras de pain de lermes [, Psautier, f° 98]
    Chascun pain d'oint [graisse], s'il poise cinq livres ou plus, doit obole de tonlieu [, Liv. des mét. 318]
    Donner m'a mis au pain menu [, la Rose, 14666]
    Compaignie se fet.... par solement manoir ensamble à un pain et à un pot [BEAUMANOIR, XXI, 5]
    Ly rois Philippe establi que les talemeliers [boulangers] demourans dedens la banlieue de Paris peussent vendre leur pain reboutiz, c'est assavoir leur reffus, si comme leur pain raté, que rat ou soris ont entamé, pain trop dur ou ars ou eschaudé, pain trop levé, pain aliz [trop compacte], pain mestourné, c'est à dire pain trop petit, qu'ilz n'osent mettre à estal [DU CANGE, panis.]
    Pain ferez [gauffres], crespes et autres choses [ID., ib.]
    Un denier tournois sur chacun pain de sel, appelé salignon [ID., ib.]
  • XIVe s.
    Une boueste d'yvoire à mettre pain à chanter, garnie d'argent [DE LABORDE, Émaux, p. 426]
  • XVe s.
    Le marquis lui promettoit [à la reine de Hongrie] qu'il la feroit tenir au pain et à l'eau [FROISS., II, III, 233]
    Hardi fu, moult de maulx souffri, De froit pain plusieurs fois manga [E. DESCH., Miroir de mariage, p. 14]
    Pourement ay esté peüz ; De pain secont vivoit mon maistre, Et cellui dont me faisoit paistre Fut presque quart, nel vueil noier [nier] [E. DESCH., Poésies mss. f° 457]
    Tel a pou blet [peu de blé], qui a assez pain cuit [ID., ib. f° 36]
    On dit communement qu'on s'ennuye bien d'ung pain manger [, le Jouvencel, dans LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 494]
    Faulte de blanc pain faict aulcunes fois manger le brun [, Perceforest, t. VI, f° 76]
    Sera tenus le dit fournier de prendre cascun samedi le blé des moeutures des mollins de Corbye pour faire le blanc pain du couvent.... et pour faire pain d'escuier [pain inférieur], on lui delivrera blé des greniers [DU CANGE, panis.]
    Deux burettes d'or à mettre le vin et l'eaue à chanter à la chapelle du roy nostre sire [DE LABORDE, Émaux, p. 426]
    Si je estoye un pauvre home qui allast querir le pain pour Dieu, l'on ne me devroit pas faire ce que l'on me fait [, Les 15 joyes de mariage, p. 87]
  • XVIe s.
    Les dits Crouaz sont cruels à la guerre ; car ils tuent tout ce qu'ils peuvent, et ne prennent jamais prisonniers ; aussy on leur a fait de tel pain soupes [, Lettres de Louis XII, t. I, p. 247, dans LACURNE]
    Il l'enveloppa si bien qu'il sembloit un petit pain de sucre [MARG., Nouv. LII]
    Et celui qui ne l'a voulu vendre a esté contraint de faire petit pain (comme on dit) et repaistre ses amis, qui le venoient visiter, de discours d'architecture [LANOUE, 116]
    Cest entretien ne leur seroit pas baillé pour les engraisser en leurs maisons (car ce seroit, comme on dit, pain perdu) [ID., 278]
    Enfans mariés sont tenus pour hors de pain et pot, c'est à dire emancipés [LOYSEL, 56]
    Couleur de pain bis [D'AUB., Faen. I, 2]
    Pour manger en paix et en seureté le pain de son infidelité [ID., Vie, CIV]
    Pain bien levé et bien cuit.... ne trop rassis ne trop tendre.... on leur donnera panade ou pain gratté avec bouillon de chapon [PARÉ, XXIV, 22]
    La plus subtile farine pour le pain de la premiere table ; et l'autre pour en faire du pain rousset, avec d'autre farine de segle [O. DE SERRES, 822]
    Le pain le plus delicat est celui qu'on appelle pain mollet ; que les boulangers font par souffrance, n'estant permis par la police.... le pain dit bourgeois, et celui nommé de chapitre, suivent le mollet. ....le bourgeois s'esleve plus en rondeur, que celui de chapitre, qui est plus pressé et plus plat.... le bis-blanc suit après ; il est un peu gris ; finalement le bis.... tous lesquels pains faits par boulengers, qu'on nomme estrangers, sont dits, pain-chalan (hor-mis celui de Gonesse) qu'on vend à discretion sans autre police que des places.... [ID., 822]
    Le pain rousset vient après le blanc, puis le bis, finalement celui des chiens, faisant la quatriesme sorte, qu'on tire du plus grossier des bleds, et des reliefs des farines des autres pains [ID., 825]
    Pain de mesnage [O. DE SERRES, 824]
    Des potages liés et espés, comme pain gratté, dans lequel aura esté mis un peu d'eau roze [ID., 928]
    Pain de pourceau, ceste herbe est ainsi ditte, parce que les pourceaux se repaissent de ses racines, les fouillans dans terre avec affection [ID., 607]
    La decoction de la graine de pain-de-coucu [ID., 931]
    Faire de pierre pain, comme on dit, c'est là où est la peine [BRANT., Louchaly.]
    Un serviteur ne se plaint De son pain-gagnant service [LOYS LE CARON, Poésies, f° 60, dans LACURNE]
    À bon goust et faim n'y a mauvais pain [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 206]
    À faute de chapon, pain et oignon [ID., ib.]
    Avec du pain et du vin il fera quelque chose [par ironie, il ne peut gagner sa vie] [ID., ib. p. 207]
    Au pain et au couteau [être familiers] [ID., ib. p. 208]
    Mettre le pain en un four froid [ID., ib. p. 211]
    Rendre pain pour fouace [rendre la pareille] [ID., ib.]
    Nul pain sans peine, [, ib. p. 358]
    On se fasche bien de manger pain blanc [GÉNIN, Récréat. t. II, p. 246]
    Quiers-tu meilleur pain que de fourment ? [COTGRAVE, ]
    Pain tant qu'il dure, vin à mesure [ID., ]
    Où pain faut, tout est à vendre [ID., ]
    De tout s'avise à qui pain faut [ID., ]
    Pin [Jean du], theologien, medecin, poete françois et orateur, autres l'appellent du Pain ; mais c'est à l'imitation des Parisiens qui ont ce dialecte ou façon de prononcer pain pour pin [LACROIX DU MAINE, Biblioth. p. 258, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, poin, pan ; wallon, pon, pan ; Basse-Normand. poin ; prov. pan, pa ; port. pão ; ital. pane ; du lat. panis. Dans panis, les étymologistes voient le radical sanscrit pa (a long), nourrir, qui a donné le sanscrit pita, pain, le latin pabulum, pascor.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    PAIN. Ajoutez :
    18° Pain de hanneton, nom que les enfants et les gens du peuple donnent aux fruits de l'orme.
    19°
    Pain du pauvre, espèce de potiron qui vient de Valparaiso, [, Journ. offic. 13 oct. 1874, p. 6997, 3e col.]
    20° être né avant son pain, se dit d'un orphelin laissé sans ressources.
    Coluchon était né avant son pain, comme disent les paysans, c'est-à-dire que le pauvre orphelin restait sans aucunes ressources [DE CURZON, Une vie de paysan, dans Bull. de la Société académ. de Poitiers (séance du 4 juin 1873), p. 99]
    Nous qui sommes nés avec du pain sur la planche, comme on dit à la campagne, nous ne nous rendons pas compte des poignantes difficultés que doit résoudre pour subsister l'homme qui est né avant son pain [ID., ib.]

pain

PAIN. n. m. Aliment fait de farine pétrie et cuite au four. Pain blanc. Pain tendre. Pain frais. Pain rassis. Pain dur. Pain sans levain. Pain de froment, de seigle, d'orge, etc. Pain long. Pain rond. Pain fendu. Miche de pain. Gros pain. Petit pain. Pain mollet. Pain au lait. Une fournée de pain. Croûte de pain. Une miette de pain. Un morceau de pain. Un quignon de pain. Une bouchée de pain. De la mie de pain. Chapelures de pain. Soupe au pain. Du pain trempé dans du vin. Couper du pain. Rompre un pain. Manger son pain sec, du pain tout sec.

Pain bis ou Pain de seigle, Pain fait de farine de seigle et de froment.

Pain noir, Pain fait de farine de seigle, de sarrasin et de froment.

Pain complet, Pain fait d'un mélange de son et de farine.

Pain de fantaisie ou Pain riche, Pain long et mince, à la mie très blanche, à la croûte dorée.

Pain de gruau, Pain fait de fine fleur de froment.

Pain de ménage ou de cuisson, Pain fait de farine de froment et cuit dans un four privé. Il s'oppose à Pain de boulanger.

Pain de munition, Pain qu'on fabrique pour les soldats.

Pain de régime, Pain d'où sont exclus les éléments nuisibles dans certains états maladifs.

Pain de chien, Pain grossier destiné à la nourriture des chiens.

En termes de Cuisine, Pain perdu, Tranches de pain trempées dans du lait et des oeufs et que l'on fait frire à la poêle.

Pain aux champignons, Sorte de mets fait avec de la croûte de pain et des champignons.

Pain de poisson, de poulet, etc., Sorte de mets fait avec de la chair de poisson, de poulet, que l'on pile et que l'on fait cuire dans un moule.

Pain d'épice, Sorte de gâteau fait avec de la farine de seigle, du miel, des épices, etc. Pain d'épice de Reims.

Pain bénit, Pain qui est bénit au cours d'une messe solennelle et dont on distribue les morceaux aux fidèles dans les églises paroissiales. Prendre du pain bénit.

Prov. et fig., C'est pain bénit, C'est un malheur bien mérité, c'est bien fait. On dit dans un sens analogue : C'est pain bénit de le tromper, il croit tout ce qu'on lui dit.

Pain à cacheter, Sorte de petit pain sans levain et très mince dont on se servait pour cacheter des lettres et dont on se sert encore pour fixer un papillon de papier.

Pain à chanter, Pain sans levain, coupé en rond, portant l'image ou quelque symbole de JÉSUS-CHRIST et que le prêtre consacre pendant la messe. Par extension, il se dit de Tout pain azyme. Voyez AZYME.

Fig., Le pain des anges, le pain céleste, L'Eucharistie. On dit aussi figurément : La parole de Dieu est le pain des fidèles. L'Écriture sainte est le pain des forts.

Fam., Il ne vaut pas le pain qu'il mange se dit d'un Fainéant, d'un homme qui n'est bon à rien.

Fig. et fam., Il a mangé son pain blanc le premier, Il a été dans un état heureux, agréable et n'y est plus.

Fig. et fam., Avoir son pain cuit, Avoir sa subsistance assurée, avoir de quoi vivre en repos. Il vieillit.

Fig. et fam., Avoir du pain sur la planche, Jouir d'une certaine aisance qui assure l'avenir. Il signifie aussi Avoir du travail en réserve, de quoi s'occuper plus ou moins longtemps.

Fig. et fam., C'est du pain bien dur à manger se dit d'une Condition fâcheuse où le besoin contraint à rester.

Fig. et fam., Donner une chose pour un morceau de pain, La vendre à fort bas prix.

Fig. et fam., Ôter le pain de la bouche à quelqu'un, Lui ôter les moyens de subsister.

Fig. et fam., Long comme un jour sans pain, Fort long, fort ennuyeux.

Fig. et fam., Il est bon comme le bon pain, comme du bon pain, C'est un homme extrêmement bon et doux.

Fig. et fam., Promettre plus de beurre que de pain, Promettre plus qu'on ne veut ou qu'on ne peut tenir.

Pop., Faire passer, faire perdre le goût du pain à quelqu'un, Le faire mourir.

PAIN désigne aussi, en général, la Nourriture, la subsistance. Gagner son pain à la sueur de son front. On veut m'ôter mon pain. Je dispute, je défends mon pain. Il a son pain assuré. Il n'a pas de pain. Il en est à mendier son pain. Ce petit emploi lui donnera du pain.

Pain quotidien. Expression employée dans l'oraison dominicale : La nourriture de chaque jour, ou Ce qui suffit aux besoins journaliers.

Fig. et fam., Pain quotidien, Ce que l'on fait tous les jours ou presque tous les jours. Ils passent leur vie à jouer, c'est leur pain quotidien. Il médit de tout le monde, c'est son pain quotidien.

PAIN se dit aussi de Certaines substances mises en masse. Pain de sucre. Pain de savon.

Arbre à pain, Nom vulgaire du jaquier.

pain

Pain, Panis.

Pain blanc, Panis primarius, Candidus panis.

Pain bourgeois, gros pain, Panis secundarius, siue secundus, Cibarius panis, Panis ciuilis, B.

Pain bis dont on n'a pas osté beaucoup du son, Pain de la fenestre, Ater panis, Autopyron. Panis autopyrus, id est, ex tota farina confectus sine excretione furfurum.

Pain cuit au four, Furnaceus panis.

Pain peu cuict, Rubipus panis.

Pain pestri, Depsiticus panis.

Pain saffranné et jaune, Luteus panis.

Pain esmié, Panis friatus.

Pain broyé parmi d'autres choses, Intritum panis, Panis intritus, id est, panis in mortario contusus.

Gros pain plein de paille, comme pain d'orge, Acerosus panis.

Pain rassis, Panis hesternus. B. ex Celso.

Le pain benit, Lustratum panificium. B.

Une sorte de pain d'orge que les anciens donnoient aux gelines pour les engresser, Turunda turundae.

Pain avec lequel on mange les huystres, Ostrearius panis.

Tout pain, Panificium.

Chapeler du pain, Distringere panem.

Pain et pitance, Cibaria et pulmentaria. B.

¶ Tu me fais de tel pain soupes, AEre meo me lacessis.

On luy a fait de tel pain soupes, Quod ab ipso allatum est, id relatum est sibi.

¶ Une herbe qu'on appelle Pain de porceau, Cyclaminum, És boutiques, Cyclamen, ou Panis porcinus, pour ce que sa racine est fort aggreable aux porceaux.

Autre herbe nommée pain à Cocu, Oxys, les Apothicaires le nomment Trifolium acetosum et Alleluya, le vulgaire Panis Cuculi. Pour ce que le Cocu, ou Coucou en mange volontiers.

pain


PAIN, s. m. [Pein, monos.] 1°. Aliment fait de farine de blé, pétrie et cuite au four. "Bon ou mauvais pain, bis, blanc, tendre, frais, ou rassis, dur, etc. = Il se dit élégamment au figuré, dans le style de l'éloquence sacrée. "Tant d'infortunés, qui ne se nourrissent que d'un pain de larmes et d'amertume. MASSILL. C'est une expression consacrée. — En style proverbial, n'avoir pas de pain, être réduit à la dernière misère. "Un ouvrier, qui ne doneroit que du bon, n'auroit pas de pain. COYER. = On dit d'un homme, qui a voyagé, qu'il a mangé plus d'un pain, et de celui, qui est habile, qu'il sait son pain manger, de celui, qui mange seul ce qu'il a et n'en fait pas part aux aûtres, qu'il mange son pain dans sa poche; de celui, qui a été domestique, qu'il a mangé le pain d'un aûtre; d' un fainéant, qu'il ne vaut pas le pain qu'il mange; de celui, à qui le bien vient, quand il ne peut plus s'en servir, qu'il a du pain, quand il n'a plus de dents; d'un travail, qui ne produira du profit que dans un tems éloigné, que, c'est du pain bien long. = Faire pâsser ou faire perdre le goût du pain à quelqu'un, le faire mourir. Doner quelque chôse pour un morceau de pain, à vil prix. = Le Proverbe dit: pain dérobé réveille l'apétit: on a plus d'envie d'une chôse, quand elle nous est interdite. Voy. BEURRE, BLANC, CUIT, FUMÉE.
   Pain azime, ne se dit que parmi les savans. Dans le style simple, on dit, pain sans levain.
   Pain à chanter, nom vulgaire doné aux hosties. On disait autrefois pain à chanter, pour hostie. C'est-à-dire pain à chanter la messe. On ne se sert plus de cette expression que pour le pain à cacheter. MARIN. * Le peuple dit, pain enchanté.
   2°. PAIN, se prend pour subsistance. "Manger son pain, à la sueur de son front: on veut m'ôter mon pain. = Mettre à quelqu'un le pain à la main, lui doner un moyen de gâgner sa vie, de s'avancer, etc. lui ôter le pain de la main, le moyen de subsister.
   3°. PAIN, se dit aussi de certaines chôses, mises en masse. "Pain de sucre, de savon, de cire, de bougie, etc.

Traductions

pain

Brot, Laibbread, loaf, cakebrood, mik, (langwerpig) stuk, klap, staafלחם (ז), לֶחֶם, לחםbroodхлябpachléb, bochníkbrødψωμί, φραντζόλα, καρβέλιpanopan, barra de pan, hogaza de panنانleipäkenyérpanrotibrauðpane, pan, pagnottaパン, パンのひと塊빵, 덩어리, 식빵duonabrødchleb, bochenekpão, pão de formapâineхлеб, буханкаchliebkruhbröd, limpamkateขนมปัง, ก้อนขนมปังekmek, somunхлібbánh mì, ổخُبْز, رَغِيْفٌkruh, štruca一条面包, 面包麵包 (pɛ̃)
nom masculin
1. aliment fait de farine, d'eau et de sel un pain complet
2. pâtisserie au chocolat
3. gâteau au miel et aux épices

pain

[pɛ̃] nm
(= aliment) → bread
un morceau de pain → a piece of bread
une tranche de pain → a slice of bread
le pain quotidien → daily bread
Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien → Give us today our daily bread.
ça ne mange pas de pain → it won't do any harm
ça ne mange pas de pain d'essayer → there's no harm in trying
(unité)loaf, loaf of bread
J'ai acheté un pain → I bought a loaf of bread.
[cire, savon] → bar; [plastic] → stick
(CUISINE) pain de poisson → fish loaf
pain de légumes → vegetable loaf
pain bis nmbrown bread
pain complet nmwholemeal (Grande-Bretagne) bread, wholewheat (USA) bread
pain de campagne nmfarmhouse bread
pain de mie nmsandwich loaf
pain d'épice nmgingerbread
pain de seigle nmrye bread
pain de sucre nmsugar loaf
pain grillé nmtoast
pain perdu nmFrench toast