palatine

(Mot repris de palatines)

PALATINE1

(pa-la-ti-n') adj. f.
Maison palatine, la maison, la famille de l'électeur palatin. Princesse palatine, ou, simplement, palatine, femme d'un palatin ou princesse de la maison palatine. Oraison funèbre d'Anne de Gonzague, de Clèves, princesse palatine, par Bossuet.
Celles [oraisons funèbres] de Condé et de Turenne ont immortalisé leurs auteurs ; mais qu'avait fait Anne de Gonzague, comtesse palatine du Rhin, que Bossuet voulut aussi rendre immortelle ? [VOLT., Mél. littér. Panégyriques.]
Société palatine, société littéraire établie en Bavière.

ÉTYMOLOGIE

  • Palatin 1.

PALATINE2

(pa-la-ti-n') s. f.
Fourrure que portent les femmes autour du cou et sur les épaules en hiver.
Les dames prêtaient journellement à la Dauphine des palatines, des manchons et toutes sortes de colifichets [SAINT-SIMON, 319, 367]
Terme d'entomologie. On dit qu'un papillon a les pattes de devant en palatine quand elles sont plus courtes que les autres, sans crochets, plus velues et presque repliées sur elles-mêmes de chaque côté du cou, en manière de cordon ou de palatine.

ÉTYMOLOGIE

  • Ainsi nommée de la princesse palatine, seconde femme du duc d'Orléans, frère de Louis XIV. L'occasion en est expliquée par la princesse : " Aussi suis-je en ce moment très à la mode ; tout ce que je dis ou fais, que ce soit raisonnable ou absurde, tous les courtisans l'admirent ou s'extasient ; jugez-en vous-même ; j'ai eu l'idée, par le froid qui règne, de reprendre une vieille fourrure, afin d'avoir plus chaud au cou ; voilà qu'aujourd'hui tout le monde en commande sur le même patron, c'est la plus grande mode du moment, Lettre du 14 déc. 1676, dans Revue german. t. XXI, p. 176.

palatine

PALATINE. n. f. Fourrure que les femmes portent en hiver sur le cou et sur les épaules. Une palatine de martre.