palestre

palestre

n.f. [ du gr. palaistra ]
Partie du gymnase grec et des thermes romains où se pratiquaient les exercices physiques.

PALESTRE

(pa-lè-str') s. f.
Chez les anciens, lieu public pour les exercices du corps. Les exercices mêmes.
Ils [les Égyptiens] ne faisaient pas grand cas de cette partie de la gymnastique ou palestre qui ne tendait point à procurer au corps une force solide et une santé robuste [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. I, p. 95, dans POUGENS]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Coustume suet estre des reconteors, ke, cant il descrient [décrivent] la batailhe de la palestre, premiers descrient les membres des luiteors [, Job, p. 442]

ÉTYMOLOGIE

  • Du grec, de, lutter, lutte.

palestre

PALESTRE. n. f. T. d'Antiquité. Lieu public, chez les Grecs, où les jeunes gens se formaient aux différents exercices du corps. Il y avait dans les palestres des portiques, des bains chauds et froids, et même des salles pour les leçons de philosophie et de grammaire. Vitruve a laissé le plan d'une palestre.

Il désigne aussi les Exercices mêmes, c'est- à-dire la lutte, le pugilat, la course, le saut, le disque, etc.

palestre


PALESTRE, s. f. [2e è moy. 3e e muet.] On done ce nom et au lieu où les jeunes gens se formaient aux exercices du corps chez les Grecs et les Romains, et à ces exercices mêmes. = * Avoir de la palestre, du talent pour la déclamation, est une locution pédantesque et barbâre.