pandour ou pandoure


Recherches associées à pandour ou pandoure: gandoura, pandours, pantoire

PANDOUR ou PANDOURE

(pan-dour ou pan-dour') s. m.
Nom donné à des troupes irrégulières de la Hongrie ; c'étaient des Esclavons habitant les bords de la Drave et de la Save. En France, on a abusivement étendu le nom de pandours à toute l'infanterie croate.
Une armée de pandoures n'oserait pas nous demander une contribution de quarante mille livres [VOLT., Lett. Mme de Saint-Julien, 8 oct. 1775]
[Elles] lèveront au ciel leurs innocentes mains en faveur des pandours [P. L. COUR., Lett. au Censeur, x.]
Fig.
Laissons les pandoures détruire les troupes régulières ; quand la raison n'aura plus que les pandoures à combattre, elle en aura bon marché [D'ALEMB., Lett. à Volt. 31 mars 1762]
Fig. Il se dit de toute espèce de pillards.
Notre petite province se trouve à présent la seule en France qui soit délivrée des pandoures des fermes générales [VOLT., Lett. Thibouville, 11 janv. 1776]
Homme dont les manières sont rudes et impolies, dont l'apparence est sauvage.
Si nos anciens littérateurs revenaient au monde, ils avoueraient qu'en comparaison de nos aimables controversistes d'aujourd'hui, ils ne furent que des pandours littéraires, [, Dict. de Trévoux]
Au fait, pensait-il, les femmes ont parfois des caprices si étranges ! il est possible que cet Hercule africain [un chef de bataillon qui avait fait les campagnes d'Afrique] réussisse avec sa grosse voix, ses moustaches de pandour et ses épaules de cent-suisse [CH. DE BERNARD, la Femme de 40 ans, § IX]

ÉTYMOLOGIE

  • Pandur, ville dans le comitat de Pesth, qui avait fourni le premier contingent de ces troupes.