paneterie

paneterie

[ pantri ou panɛtri] n.f.
Lieu où l'on conserve et distribue le pain dans les grands établissements, les communautés.

PANETERIE

(pa-nè-te-rie ; on prononce nè, bien qu'il n'y ait pas d'accent) s. f.
Lieu où l'on distribue le pain dans les grandes maisons, les grands établissements. Vous le trouverez à la paneterie.
La paneterie se disait absolument pour la paneterie du roi. Avoir une charge dans la paneterie. Collectivement. Les officiers qui servaient à la paneterie.
Lieu où l'on dépose le pain dans les manutentions militaires.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Au chief du cloistre d'autre part estoient les cuisines, les bouteilleries, les panneteries et les despenses [JOINV., 206]
  • XVIe s.
    Et leur convient [aux pâtissiers] tenir estal en la paneterie [halle au pain], tant comme il y ait estal vacant [DU CANGE, panestarius.]

ÉTYMOLOGIE

  • Panetier.

paneterie

PANETERIE. n. f. Lieu où se fait la distribution du pain dans les grandes maisons, les communautés, les collèges, les hospices, etc. On a placé la paneterie près du réfectoire.

paneterie


PANETERIE, s. fém. PANETIER, s. m. PANETIèRE, subst. féminin. [2ee muet au 1er, suivant l'Acad. 3eé fermé au 2d, tié, è moyen et long au 3e, tiè-re. = En suivant l'analogie, il faudrait écrire et prononcer panetterie, ou panèterie, parce que l'e, qui est muet devant la syllabe masculine, se change en è moyen devant la syllabe féminine: jeter; il jette ou jète; il jettera ou jètera.] Paneterie est le lieu où l'on distribûe le pain chez le Roi. Il se dit aussi collectivement des Oficiers qui sont employés à cette distribution. = Panetier ne se dit qu'avec Grand, d'un grand Oficier de la Courone, qui avait aûtrefois la charge de faire distribuer le pain de la Maison du Roi, et qui avait autorité sur tous les Boulangers du Royaume. "Le Grand Panetier de France. = Panetière, petit sac dans lequel les Bergers et les Bergères portent du pain, en alant garder les moutons.