pantalonnade

pantalonnade

n.f.
1. Farce pitoyable, bouffonnerie grossière : Ce débat électoral a viré à la pantalonnade
2. Subterfuge hypocrite et méprisable : Ce vil escroc s'en est tiré par une pantalonnade

PANTALONNADE

(pan-ta-lo-na-d') s. f.
Bouffonnerie et postures comiques semblables à celles d'un Pantalon. Il est venu faire une plaisante pantalonnade. Cela posé, notre ami Benserade.
N'eût-il pas fait beaucoup plus sagement De s'en tenir à la pantalonnade ? [CHAUL., Rond. sur Benser.]
Subterfuge ridicule.
Un honnête homme eût mieux aimé que vous [Mazarin] lui eussiez dit : j'ai eu tort de vous promettre, que d'ajouter au manquement de parole des pantalonnades pour vous jouer des malheureux [FÉN., Dial. des morts mod. 19]
Fausse démonstration de joie, de douleur, de morale.
Il y a un malheur à ce Mahomet [la tragédie], c'est qu'il finit par une pantalonnade ; mais Lekain dit si bien : Il est donc des remords ! [VOLT., Lett. d'Argental, 28 août, 1751]

ÉTYMOLOGIE

  • Pantalon.

pantalonnade

PANTALONNADE. n. f. Bouffonnerie, postures comiques, semblables à celles d'un pantalon, d'un farceur. Il est venu faire une pantalonnade, une plaisante pantalonnade.

Il signifie, par extension, Subterfuge ridicule pour sortir d'embarras. Il s'en est tiré par une pantalonnade.

Il signifie aussi Fausse démonstration de joie, de douleur, de bienveillance. Sa joie, sa douleur, l'intérêt qu'il feint de porter à votre affaire n'est qu'une pantalonnade. Le deuil qu'il affiche est une sinistre pantalonnade.

Synonymes et Contraires

pantalonnade

nom féminin pantalonnade
1.  Farce pitoyable.
3.  Littéraire. Hypocrisie d'un sentiment.
comédie, grimace, parade, simagrée -littéraire: momerie.
Traductions

pantalonnade

פרסה (נ) [בדיחה]

pantalonnade

pantalonata

pantalonnade

[pɑ̃talɔnad] nfslapstick