paraclet

Paraclet

n.m. [ du gr. paraklêtos, avocat ]
Dans la religion chrétienne, nom donné au Saint-Esprit.

PARACLET

(pa-ra-klè ; le t ne se prononce et ne se lie jamais) s. m.
Consolateur, nom affecté au Saint-Esprit. Adj.
De là vient qu'il [Jésus] disait à ses saints apôtres : Si je ne m'en retourne à mon Père, l'Esprit paraclet ne descendra pas [BOSSUET, Sermons, Ascension, 3]
Le Paraclet, monastère de femmes fondé par Abélard, près de Nogent-sur-Seine, Aube.
Un des éons des valentiniens. Nom que les montanistes donnaient à leur fondateur.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    C'est paraclist, c'est esperit, En qui garde riens ne perit, Qui a nom de consolateur, Que mon pere com moi cherist [J. DE MEUNG, Tr. 1045]
  • XVIe s.
    Nom particulierement attribué en nostre eglise au benoist saint Esprit ; l'ignorance du commun peuple le nomma paraclit ; comme aussi ay je veu qu'en mes jeunes ans, dans les eglises, on appelloit le Saint Esprit spiritum paraclytum, non paracletum [PASQUIER, Rech. VI, 17]

ÉTYMOLOGIE

  • Du grec, invoqué, invoquer, auprès, et, appeler (comparez CALENDES).
    Jésus, pour désigner cet Esprit, se servait du mot Peraklit, que le syro-chaldaïque avait emprunté au grec [RENAN, Vie de Jésus, I, 18]
    On remarquera que J. de Meung et le peuple disaient paraclit suivant la prononciation du grec moderne.

paraclet

PARACLET. n. m. Nom qui signifie Consolateur et qui est affecté particulièrement au Saint-Esprit.

paraclet


PARACLET, s. m. Consolateur. Synon. de Saint-Esprit.

Traductions

paraclet

רוח הקודש (ז)

paraclet

paraclete