parallaxe

parallaxe

n.f. [ du gr. parallaxis, changement ]
En topographie, déplacement de la position apparente d'un objet quand l'observateur se déplace.

PARALLAXE

(pa-ral-la-ks') s. f.
Terme d'astronomie. Angle formé, au centre d'un astre, par deux lignes droites dont l'une est menée de ce point à un observateur placé en un certain lieu, et l'autre à un observateur placé en un autre lieu.
La méthode d'avoir les parallaxes par des observations faites dans le même temps en des lieux éloignés est l'ancienne ; mais Cassini en imagina une autre où un seul observateur suffit, parce qu'une étoile fixe tient lieu d'un second [FONTEN., Cassini.]
Le calcul des parallaxes, grande et belle découverte qui fut un pas vers la perfection de l'astronomie, et qui suffirait pour immortaliser Hipparque [BAILLY, Hist. astron. mod. t. I, p. 96]
Parallaxe est un mot grec qui signifie changement, et on entend spécialement par ce mot le changement qui s'opère dans la position apparente d'un astre quand on l'observe d'un point qui n'est pas le centre de son mouvement [DELAMBRE, Abr. d'astron. leçon 6]
Aujourd'hui, angle formé au centre d'un astre par deux lignes droites passant par les extrémités d'un même rayon de la terre ou de l'orbite terrestre. Parallaxe de hauteur, c'est pour un point de la surface du globe la parallaxe déterminée pour le rayon qui passe par ce point. Parallaxe horizontale, c'est, pour un astre, la parallaxe obtenue quand la ligne qui joint son centre à l'extrémité du rayon terrestre est perpendiculaire sur ce rayon. Parallaxe horizontale équatoriale, se dit de la parallaxe horizontale de la lune, rapportée au rayon de l'équateur. Les parallaxes servent, en astronomie, à déterminer la distance des astres.
Pour cette entreprise hardie de voir les choses d'un lieu où l'on n'est pas, il fallait déterminer la différence des phénomènes que l'on voit à ceux que l'on verrait au centre de la terre ; cette différence est la parallaxe [BAILLY, Hist. astron. mod. t. II, p. 301]
Les astronomes se sont répandus dans les lieux où il était le plus avantageux de les observer [passages de Vénus] ; et c'est de l'ensemble de leurs observations que l'on a conclu la parallaxe du soleil, de 27" dans sa moyenne distance à la terre [LA PLACE, Expos. I, 5]
La petitesse de la parallaxe du soleil nous prouve son immense grosseur [ID., ib. I, 2]
Parallaxe annuelle des étoiles, l'angle sous lequel un observateur placé au centre d'un astre verrait de face le rayon de l'écliptique ou la distance du soleil à la terre [DELAUNAY, dans Ann. du bur. des longit. pour 1866, p. 432]
Avoir ce qu'on appelle la parallaxe des étoiles fixes est un problème insoluble [VOLT., Newt. II, 1]
(Depuis Voltaire, on a obtenu la parallaxe de quelques étoiles fixes).
La grandeur du globe de la terre produit une parallaxe, la grandeur de l'orbe que nous parcourons en produit une autre nommée la parallaxe de l'orbe annuel [BAILLY, Hist. astr. mod. t. II, p. 302]
Une parallaxe d'une seconde suppose que les étoiles sont 206 000 fois plus loin de nous que le soleil, qui lui-même est éloigné de 35 millions de lieues [ID., ib. t. III, p. 61]
Ancien terme de chirurgie. Déplacement des deux fragments d'un os rompu, qui chevauchent l'un sur l'autre.

REMARQUE

  • Boileau a fait à tort ce mot masculin : Si Saturne à nos yeux peut faire un parallaxe, Ép. v.

ÉTYMOLOGIE

  • Du grec, changement, à côté, et du grec, changer : ainsi dite à cause du changement que paraît éprouver l'objet, quand l'observateur change de place. Th. Corneille a fait un verbe parallaxer, exercer une action astrologique : ....L'union d'Hécate avec Mercure, Combinant leurs aspects ou les rétrogradant Sur l'horizon fatal d'un bizarre ascendant, Pourrait parallaxer sur un cerveau si tendre, le Feint astrologue, II, 3. Il est tout à fait inusité.

parallaxe

PARALLAXE. n. f. T. d'Astronomie. Variation dans la direction d'un objet, le plus souvent d'un astre, par suite du déplacement de celui-ci. La parallaxe de l'étoile la plus voisine de la terre n'atteint pas une seconde. Les observations de la planète Éros, quand elle est le plus près de la terre, font connaître la parallaxe du soleil et, par suite, la distance de cet astre à la terre.

parallaxe


PARALLAXE, Acad. ou PARALAXE, Richelet, s. f. [Paralakce: dern. e muet.] Plusieurs font ce mot masculin; et le Rich. Port. le marque de même. Boileau lui a doné ce genre.
   Si Saturne à nos yeux peut faire un parallaxe.
Il aurait pu dire, fait une parallaxe, mais il a préféré la première manière, dit Brossette, comme plus poétique. Il n'est pas aisé de voir ce qu'il y a de plus poétique dans cette manière, mais, en tout câs, la Poésie n' autorise pas à faire des solécismes. M. Brossette convient que tous les Astronomes font ce mot féminin. = L' arc du firmament, compris entre le lieu véritable et le lieu aparent de l'astre qu'on observe.

Traductions