parant, ante

PARANT, ANTE

(pa-ran, ran-t') adj.
Qui pare, qui orne.
L'électeur de Bavière préféra [pour la Toison d'or] le rouge comme d'un plus ancien usage et plus parant [SAINT-SIMON, 83, 87]
Il n'en coûte guère plus aujourd'hui pour être agréablement logé, qu'il n'en coûtait pour l'être mal sous Henri IV.... nos belles et parantes étoffes sont moins chères que celles de l'étranger qui ne les valaient pas [VOLT., Louis XIV, 30]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Nous deus a doné d'or dis mars, Et beles robes et parans [, Bl. et Jeh. v. 5600]