parasange

PARASANGE

(pa-ra-san-j') s. f.
Mesure itinéraire chez les anciens Perses. La parasange valait 5250 mètres.
Il [Xénophon] compte pour le retour [des dix mille], depuis le lieu de retour jusqu'à Cortyore, ville située sur le Pont-Euxin ou mer Noire, six cent vingt parasanges ou lieues et cent vingt-deux jours de marche [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 211, dans POUGENS]

REMARQUE

  • 1. Voltaire a écrit parasangue : Son parc [de Bélus] situé à quelques parasangues de Babylone, Princ. de Babyl. 1.
  • 2. Il paraît qu'on se sert encore de ce terme, car je le trouve employé, mais toujours au masculin, dans les lettres de différentes personnes attachées à l'ambassade de M. de Sercey, LEGOARANT.

ÉTYMOLOGIE

  • Mot persan passé dans le grec.

parasange

PARASANGE. n. f. T. d'Antiquité. Mesure itinéraire chez les anciens Perses. La parasange répond à environ cinq mille mètres.