paresseux, euse

PARESSEUX, EUSE

(pa-rè-seû, seû-z') adj.
Qui évite l'action, le travail. Un écolier paresseux. Ce cheval est paresseux.
C'est une extrême ingratitude à vous de n'avoir pas pris la peine de me faire réponse ; et c'est être paresseuse à un point qui ne se peut souffrir, que de l'être plus que moi [VOIT., Lett. 17]
Et pour n'être point paresseuse de profession, personne n'est plus touchée que moi du far niente des Italiens [SÉV., 312]
Notre muse, souvent paresseuse et stérile, A besoin, pour marcher, de colère et de bile [BOILEAU, Épît. VIII]
Toute nation paresseuse est grave ; car ceux qui ne travaillent pas se regardent comme souverains de ceux qui travaillent [MONTESQ., Esp. XIX, 9]
Tous les hommes tendent à la paresse ; mais les sauvages des pays chauds sont les plus paresseux de tous les hommes et les plus tyranniques à l'égard de leurs femmes [BUFF., Hist. nat. Œuv. t. IV, p. 333]
Paresseux à. Il est paresseux à remplir ses devoirs.
Rude à qui le reprend, paresseux à son bien [RÉGNIER, Sat. v.]
À ces mots, Bernardine ne fut pas paresseuse à se lever [LESAGE, Estev. Gonz. ch. 38]
Paresseux de.
Quoi qu'il ne soit point paresseux d'écrire [SÉV., 31 juill. 1676]
En vain vous étalez une scène savante ; Vos froids raisonnements ne feront qu'attiédir Un spectateur toujours paresseux d'applaudir [BOILEAU, Art p. III]
Fig.
Hésiode à son tour, par d'utiles leçons, Des champs trop paresseux vint hâter les moissons [BOILEAU, Art p. IV]
Terme de médecine. Estomac paresseux, ventre paresseux, estomac, ventre qui fait lentement ses fonctions.
Mer paresseuse, la mer Glaciale ; c'est une traduction du latin mare pigrum.
S. m. et f. Un paresseux. Une paresseuse.
Il n'y en a point qui pressent tant les autres que les paresseux [LA ROCHEFOUCAULD, Mém. dans RICHELET]
Le paresseux cache sa main sous son aisselle, et il ne prend pas la peine de la porter à sa bouche [SACI, Bible, Prov. de Salom. XIX, 24]
Ce qu'est le vinaigre aux dents et la fumée aux yeux, tel est le paresseux à l'égard de ceux qui l'ont envoyé [ID., ib. x, 26]
Approche donc, et viens ; qu'un paresseux t'apprenne, Antoine, ce que c'est que fatigue et que peine [BOILEAU, Ép. X]
Mes vers perdraient le peu d'appas Que leur a gagné l'indulgence Des voluptueux délicats, Des meilleurs paresseux de France, Les seuls juges dont je fais cas [GRESSET, Épît. P. Bougeant.]
S. m. Paresseux, nom sous lequel on a désigné l'unau, bradype didactyle, et l'aï, achée aï, dit aussi aye-aye, animaux qui se meuvent avec une extrême lenteur.
Si l'on se pressait de juger sur les apparences, on serait tenté de croire, qu'en formant le paresseux, la nature n'a formé qu'un monstre ; tant la conformation de ce quadrupède est extraordinaire soit à l'intérieur, soit à l'extérieur [BONNET, Contempl. nat. XI, 9]
Paresseux ours, nom très impropre donné à l'ours labié, Bengale, appelé encore ours aux grandes lèvres, et paresseux ursiforme [LEGOARANT, ]
Un des noms du butor.
Paresseuse, nom d'une chenille du rosier fort lente. Se dit aussi de la larve de la mouche des latrines.
S. f. Coiffure de femme qui s'appliquait comme une perruque, et qui faisait qu'une femme qui se levait tard était coiffée en un moment.
Malgré des blonds cheveux la mode avantageuse, Un bandeau sied au front mieux qu'une paresseuse [TH. CORN., le Baron d'Albicrac, I, 5]
Corset à la paresseuse, sorte de corset qui n'a pas besoin de se lacer.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Li Bofre [Bosphore] de Trace, où est la mer congelée et perecose que li plusor apelent mer Morte [BRUN. LATINI, Trésor, p. 167]
    Et quant [les premiers hommes] en lor porchas coroient, Li pareceux qui demoroient, S'en entroient en lor cavernes, Et lor embloient lor espernes [épargnes] [, la Rose, 9642]
    Li hom qui demeure en tel vie Est d'onneur acquerre preceus [, Bl. et Jeh. 32]
    Baillix qui est pareceux laisse moult de besognes à fere et passer qui fussent bones à retenir [BEAUMANOIR, I, 6]
  • XIVe s.
    C'est grant pechié que d'estre paresseux de bien faire [, Ménagier, I, 3]
  • XVIe s.
    Estant paresseux et subject au vin [AMYOT, Cimon, 28]
    Si le ventre est dur et paresseux [PARÉ, XX, 16]
    Gens paresseux, jamais riches [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 302]
    Jamais dormeur ne fit bon guet, ny paresseux ne fit beau faict [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Paresse, et la finale eux qui signifie plein de ; bourguig. pairesseux ; provenç. perezos, parezos, pierezos ; catal. peresos ; espagn. perezoso.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    PARESSEUX. Ajoutez :
    Ressort paresseux, ressort qui se détend lentement et sans vigueur.
  • Balance paresseuse, balance qui n'est pas sensible, dont le fléau ne se met pas en mouvement pour un petit excès de poids.