parfait, aite

PARFAIT, AITE1

(par-fè, fè-t') part. passé de parfaire
Le chevalier me fait rire.... il voudrait qu'il [le jeune Grignan, son neveu] fût tout à l'heure comme lui, et que sa réputation fût déjà toute parfaite comme la sienne [SÉV., 25 oct. 1688]
Les dragons ont été de très bons missionnaires jusques ici [pour convertir les protestants] ; les prédicateurs qu'on envoie présentement rendront l'ouvrage parfait [ID., 28 oct. 1685]
Fait et parfait, c'est-à-dire entièrement terminé.
Voilà donc qui est fait et parfait [SÉV., 27 août 1690]
Le mariage fut fait et parfait en cette sorte [HAMILT., Gramm. 9]
Parfait payement, payement auquel on a ajouté la somme qui manquait pour le rendre complet.
Cent cinquante mille écus.... dont on devait payer quinze mille chaque année jusqu'à parfait payement [DUCLOS, Œuv. t. V, p. 83]

PARFAIT, AITE2

(par-fè, fè-t') adj.
Qui réunit toutes les qualités, sans nul mélange de défauts. Dieu seul est parfait. Nul homme n'est parfait. Rien de parfait sur la terre.
Si vous étiez parfaits, vous pardonneriez sans peine aux hommes d'être imparfaits comme les dieux les font [FÉN., Dial. des morts anc. 17]
En un sens moins rigoureux, qui réunit beaucoup de qualités, en parlant des personnes.
Et que voulant pour gendre un cavalier parfait.... [CORN., Cid, II, 2]
Vous avez cru Thésée un héros tout parfait ? [TH. CORN., Ariane, II, 7]
Depuis trois ans entiers qu'a-t-il dit, qu'a-t-il fait Qui ne promette à Rome un empereur parfait ? [RAC., Brit. I, 1]
Les grands croient être seuls parfaits [LA BRUY., IX.]
Il y a peu de femmes si parfaites, qu'elles empêchent un mari de se repentir, du moins une fois le jour, d'avoir une femme [ID., III]
Parfait précédant un substantif qui exprime une condition, une profession, etc. signifie accompli en son genre. Un parfait courtisan.
Assurément, depuis Julien, il n'y a point de plus parfait pélagien que Zuingle [BOSSUET, Variat. II, 21]
Un parfait honnête homme, un homme tout à fait honnête.
Je veux me flatter que, faisant votre possible pour devenir un parfait honnête homme, vous concevrez qu'on ne peut l'être sans rendre à Dieu ce qu'on lui doit [RAC., Lett. à son fils, 36]
En mauvaise part. Un parfait imbécile. Un parfait scélérat.
Qui réunit toutes les qualités, en parlant des choses.
La parfaite raison fuit toute extrémité, Et veut que l'on soit sage avec sobriété [MOL., Mis. I, 1]
La très parfaite tendresse que j'ai pour vous, qui passe au delà de tout ce que je pourrais vous en dire [SÉV., à Mme de Grignan, 20 sept 1684]
Ravi d'une conversion aussi admirable et aussi parfaite que celle de notre princesse [BOSSUET, Anne de Gonz.]
La fidélité de l'âme a été parfaite [dans les épreuves de la mort] [ID., Duch. d'Orl.]
David, pour le Seigneur plein d'un amour fidèle, Me paraît des grands rois le plus parfait modèle [RAC., Athal. IV, 2]
Il a au doigt un gros diamant qu'il fait briller aux yeux et qui est parfait [LA BRUY., II]
Il est plus ordinaire de voir un amour extrême qu'une parfaite amitié [ID., IV]
Celui-là est bon qui fait du bien aux autres ; s'il souffre pour le bien qu'il fait, il est très bon ; s'il en meurt, sa vertu ne saurait aller plus loin, elle est héroïque, elle est parfaite [ID., II]
Devoirs parfaits, ceux qui sont bien déterminés et dont on peut exiger l'accomplissement. Le parfait amour, se dit, non sans une nuance d'ironie, d'un amour pur et complet. Filer le parfait amour.
On doit pour bien aimer renoncer aux douceurs, Et du parfait amour mettre l'honneur suprême à bien injurier les personnes qu'on aime [MOL., Mis. II, 5]
Parfait amour, nom donné à une liqueur aromatisée.
Complet, total. Une solitude parfaite. Sa guérison n'est pas parfaite. Il est impossible d'obtenir le vide parfait.
Jamais nous ne goûtons de parfaite allégresse [CORN., Cid, III, 5]
Pour moi, je suis dans la parfaite santé [SÉV., 13 oct. 1675]
Ton triomphe est parfait ; tous tes traits ont porté [RAC., Phèdre, III, 2]
Nulle lecture, nulle instruction, ignorance crasse sur tout, plates plaisanteries, force vent et parfait vide [portrait de Villeroy] [SAINT-SIMON, 392, 84]
Terme de musique. Accord parfait, accord formé de la tonique, de la tierce et de la quinte. Consonnance parfaite, intervalle juste et déterminé qui ne peut être altéré sans cesser d'être consonnant. Cadence parfaite, celle qui porte la note sensible et qui tombe de la dominante sur la finale. Mode parfait, s'est dit de la mesure à trois temps.
Terme de botanique. Fleurs parfaites, fleurs qui présentent les quatre verticilles floraux, le calice, la corolle, l'androcée et le gynécée. Terme de zoologie. Insectes parfaits, insectes dont les métamorphoses sont accomplies.
Terme d'arithmétique. Nombre parfait, celui qui est égal à la somme de ses parties aliquotes. Six est un nombre parfait.
Terme de grammaire. Prétérit parfait, ou, substantivement, le parfait, le prétérit qui marque qu'une chose est arrivée en un temps qui n'est pas précisé, par exemple : j'ai aimé.
Vers parfait, selon Plutarque, vers hexamètre dans lequel on trouve les huit parties d'oraison. Le vers 59e du livre XXII de l'Iliade en offre un exemple.
10° Parfait contentement, nom donné à une parure de diamants.
11° S. m. pl. Les parfaits, les personnes parfaites.
C'est aux parfaits qu'elle [la volonté de la Providence] cause cette paix et cette soumission sans murmurer [SÉV., 25 mai 1680]
Le nouveau langage [des mystiques] qui fait consister la perfection à supprimer tous les actes pour ne laisser aux prétendus parfaits qu'un seul acte produit une fois au commencement [BOSSUET, Ordonnance sur les états d'oraison]
12° S. m. La perfection, en parlant des choses.
Le parfait est plutôt que l'imparfait, et l'imparfait le suppose [BOSSUET, Connaiss. IV, 6]
On ne saurait en écrivant, rencontrer le parfait et, s'il se peut, surpasser les anciens que par leur imitation [LA BRUY., I]

REMARQUE

  • 1. Au parfait, pour dire parfaitement, est une locution que Voltaire a condamnée et que l'Académie n'a pas admise.
  • 2. On a dit que parfait, étant un adjectif absolu, rejette toute modification en plus ou en moins. Cela ne se soutient pas devant l'usage : on trouve dans les exemples : très parfait, le plus parfait. On dirait également : moins parfait, plus parfait.
  • 3. Laveaux dit : " Parfait honnête homme : quelques grammairiens ont blâmé cette expression comme incorrecte, prétendant que le mot homme est précédé de deux adjectifs, et qu'il faudrait la conjonction et pour les joindre. Ils se sont trompés ; ici honnête homme est une seule expression, et pour ainsi dire un seul substantif : Voltaire a dit (Éduc. d'un prince, v. 33) : " Ce pauvre honnête homme. " Colardeau (Perfidies à la mode, I, 9) : " Ce sévère honnête homme. "

SYNONYME

  • PARFAIT, FINI. Le parfait regarde proprement la beauté qui naît du dessin et de la construction de l'ouvrage ; et le fini, celle qui vient du travail et de la main de l'ouvrier. L'un exclut tout défaut ; et l'autre montre un soin particulier et une attention au plus petit travail. Ce qu'on peut mieux faire n'est pas parfait ; ce qu'on peut encore travailler n'est pas fini, GIRARD.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    En ices siecle [en ce siècle] nen at parfite amor [, St Alexis, XI]
  • XIIe s.
    E jo serrai [serai] parfez avec li, et si me garderai de felenie [, Rois, p. 208]
  • XIIIe s.
    Li bougres [l'albigeois], li parfès [qui se dit le parfait], icil qui riens ne croit, Ne cuide pas qu'enfers ne que paradis soit [DU CANGE, perfecti.]
    Et revint à cel estat, en quoi il avoit esté quant il estoit en parfete santé [, Miracles St Loys, p. 137]
    Et l'on chante l'evangille et le parfait de la messe [, Ass. de Jérus. I, 30]
  • XIVe s.
    [Ces bacellers] Chevalliers les feroie, car je les voy parfais [, Hugues Capet, v. 2623]
  • XVe s.
    Homme ne peult estre si parfait, ne tant de biens faire et dire, qu'il puisse avoir la grace d'un chascun [, Bouciq. III, 12]
  • XVIe s.
    Quant l'empereur aura son armée preste pour le parfait de douze cens lances, Lettres de Louis XII, t. III, p. 284. Plaisir divin et parfaict [MONT., I, 70]
    Les plus parfaicts se sont bien contentez d'y aspirer [ID., I, 70]
    Sa beauté se mainteint tousjours florissante, en son adolescence, et encore après qu'il fut devenu homme parfaict [AMYOT, Alc. 2]
    Après le dit eschevinage expiré, ils demeurent le parfait de leur vie [le restant de leur vie] jurez [, Nouv. coust. gén. t. II, p. 242]
    Et pour louer son esprit qui n'estime Que le parfait des plus rares vertus [RONS., 48]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourg. porfai ; prov. perfeit, perfieit, perfieg, perfaig ; cat. perfet ; esp. perfecto ; port. perfeito ; ital. perfetto ; du lat. perfectus, de perficere, de per, et facere, faire.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. PARFAIT. Ajoutez :
    13° Terme de thermodynamique. Gaz parfait, gaz qui satisferait d'une manière rigoureuse aux lois qui ne sont qu'approximativement exactes pour les gaz réels ; en d'autres termes, un gaz parfait est un corps dont les chaleurs spécifiques sont à pression constante et à volume constant, et qui obéit à la loi de Mariotte.
    14° Terme de forestier. Bois parfait, se dit, par opposition à l'aubier, de la partie du bois plus colorée, plus dure, moins altérable.
    15° Un parfait, une crème glacée.
    Couteau à parfait [, Alm. Didot-Bottin, 1871-72, p. 860, 1re col.]
    Fromages glacés, bombes napolitaines, parfaits de tous les goûts [, ib. p. 982, 4e col.]