parisis

PARISIS

(pa-ri-zî)
Adj. inv. Ancien terme de monnaie. Sou, livre parisis, sou, livre qui valaient un quart de plus que le sou et la livre tournois, et qui se frappaient à Paris.
Vous nous plaignez beaucoup, nous autres paysans.... mais songez donc, monsieur, qu'autrefois on nous tuait pour cinq sous parisis [P. L. COUR., Lettre 1re.]
S. m. Anciennement, dans les bureaux de douane et ailleurs, le quart en sus des droits réglés par les tarifs et pancartes.
S. m. Une certaine étendue de pays autour de Paris.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Richart avoit plus estrellins que li rois de France n'eust paresis [, Chr. de Rains, 37]
    Ou se Pierres dist que ce fut parisis qu'il presta, et li tesmong dient que ce furent tornois ou autre monnoie, lor dis seroit de nule valeur [BEAUMANOIR, XL, 9]
  • XIVe s.
    Que iceulx six cens mars d'argent vous feissiez ouvrer et monnoier en blancs deniers d'argent, pour douze deniers parisis la piece [, Ordonn. des rois de Fr. t. V, p. 319]

ÉTYMOLOGIE

  • Paris.

parisis

PARISIS. (On prononce l'S finale.) adj. des deux genres. On le disait de la Monnaie qui se frappait à Paris et qui était plus forte d'un quart que celle qui se frappait à Tours. Sou, denier parisis.