parlage

PARLAGE

(par-la-j') s. m.
Bavardage, paroles inutiles.
À quoi bon tout ce parlage ? Vous ne pensiez donc qu'à quelques dissensions parlementaires ; là comme ailleurs ce n'est souvent que du parlage qui n'a guère d'autre importance.... [MIRABEAU, Collection, t. I, p. 339]
Discours apprêtés que l'on tient dans le dessein de tromper. Se laisser surprendre au parlage d'un fourbe.

ÉTYMOLOGIE

  • Parler.

parlage

PARLAGE. s. m. Verbiage, abondance de paroles inutiles ou dépourvues de sens. Ce n'est là que du parlage. Un ennuyeux parlage. Il a un parlage facile, une grande facilité de parlage. Il est familier.

parlage


*PARLAGE, s. m. Mot nouveau, bon pour le st. plaisant et critiq. "La cour du beau parlage. LING. "La fonction du Directeur (de l'Acad.) ne lui permet que d'effleurer légèrement les objets: les honeurs du parlage étant presque entièrement destinés au Récipiendaire. Ann. Litt. "M. de Voltaire est un beau parleur; mais avec tout son beau parlage, il ne parle pas fort correctement, quand il se mêle de parler de Chimie. M. Rouelle, cité par l'Ab. Guénée.