parodie

Recherches associées à parodie: parodia

parodie

n.f. [ gr. parôdia, de para, près de, et ôdê, chant ]
1. Imitation burlesque d'une œuvre littéraire ou artistique : Ce comique a réalisé une parodie de « Dracula » pastiche
2. Imitation grossière : Une parodie de justice caricature, simulacre

parodie

(paʀɔdi)
nom féminin
1. imitation pour se moquer faire la parodie d'un homme politique
2. péjoratif imitation très mauvaise une parodie de procès

PARODIE

(pa-ro-die) s. f.
Ouvrage, en prose ou en vers, où l'on tourne en raillerie d'autres ouvrages, en se servant de leurs expressions et de leurs idées dans un sens ridicule ou malin.
La parodie est la fille de la rhapsodie [c'est-à-dire elle commença chez les Grecs à propos des rhapsodies d'Homère] [SCALIGER, dans RICHELET]
On trouve dans les dernières éditions des œuvres de Boileau une parodie ingénieuse de quelques scènes du Cid ; on peut voir aussi, dans les poésies de Mme Deshoulières, une parodie d'une scène de la même tragédie [DUMARS., Trop. III, 10]
La parodie nous tourne en ridicule ; un Fréron nous déchire ; voilà tout le fruit d'un travail qui abrége la vie [VOLT., Lett. d'Argental, 26 fév. 1756]
Il [Marivaux] regardait avec raison les parodies comme propres à décourager les talents naissants, à contrister les talents reconnus, et à jeter sur le genre noble une espèce d'avilissement, toujours dangereux chez une nation frivole, qui pardonne, oublie et sacrifie tout, pourvu qu'on l'amuse [D'ALEMBERT, Éloges, Marivaux.]
Fig.
Là [dans la révolution anglaise] le drame de la liberté, ici [dans la Fronde] sa parodie, [CHATEAUBR., Les quatre Stuarts, Henriette-Marie]
Particulièrement. Pièce de théâtre d'un genre burlesque, où l'on travestit une pièce d'un genre noble. Dominique et Legrand ont fait dans leur Agnès de Chaillot une spirituelle parodie de l'Inès de Castro de Lamotte-Houdard.
Fig. Peinture fausse, exagérée, travestissement moqueur.
Tout est [à Paris] colifichet, pompon et parodie : Le monde, comme il est, me plaît à la folie [GRESSET, Méchant, II, 7]
Couplet, strophe lyrique composée tout exprès pour être chantée sur un air, sur une mélodie faite à l'avance.
Louis XIV faisait sur-le-champ de petites parodies sur les airs qui étaient en vogue [VOLT., Louis XIV, 28]
Dans une musique bien faite, le chant est fait sur les paroles ; et, dans la parodie, les paroles sont faites sur le chant [J. J. ROUSS., Dict. de mus. Parodie.]
S'est dit, au XVIIIe siècle, de tous les vaudevilles faits sur les airs d'opéra de Lulli et de Rameau.
On a enfin donné le nom de parodie à des pièces qui, n'ayant plus aucune ressemblance avec l'original, l'analysent ou le résument en ridicule. Désaugiers a composé une amusante parodie de l'opéra de la Vestale de Spontini.

ÉTYMOLOGIE

  • Du grec, à côté, et, chant (voy. ODE).

parodie

PARODIE. n. f. Sorte d'ouvrage en vers ou en prose qui travestit en burlesque un ouvrage sérieux. Le Virgile travesti de Scarron est le type de la parodie.

Par extension, Une parodie de justice, Une contrefaçon de la justice et de ses formes.

parodie


PARODIE, s. fém. PARODIER, v. act. PARODISTE, s. m. [dern. e muet au 1er et au 3e, é fermé au second.] La Parodie est un ouvrage en vers, fait sur quelque pièce de poésie conue, que l'on détourne à un aûtre sujet et à un aûtre sens, par le moyen de quelques changemens. Acad. Il me semble que la signification de ce mot est mal-à-propos restreinte aux vers et à la Poésie. On fait tous les jours des Parodies en prose, et on peut aussi en faire d'ouvrages de Prosateurs. "La Parodie sert le plus souvent à tourner un sujet en ridicule; ce qui est fort aisé. = Parodier, faire une parodie. Parodiste, Auteur de parodies.

Synonymes et Contraires

parodie

nom féminin parodie
Imitation satirique.
Traductions

parodie

חקיינות (נ), מעקמה (נ), פרודיה (נ)

parodie

Parodie

parodie

parodia

parodie

Пародия

parodie

parodie

parodie

parodi

parodie

패러디

parodie

parodi

parodie

[paʀɔdi] nfparody