paroissien, ienne

PAROISSIEN, IENNE

(pa-roi-siin, siè-n') s. m. et f.
Habitant, habitante d'une paroisse.
Où il a prêché, les paroissiens ont déserté [LA BRUY., XV]
J'ai étudié assez de jurisprudence pour empêcher, autant que je le pourrai, mes pauvres paroissiens de se ruiner en procès [VOLT., Dict. phil. Curé de campagne.]
Il a affaire aux curés et aux paroissiens, se dit d'un homme qui a des difficultés de toutes parts, qui a bien de la peine à contenter des personnes différentes.
Populairement. Un paroissien, un individu. C'est un drôle de paroissien.
S. m. Livre de prières dont on se sert pour suivre l'office.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ainsi offrent les dames por les mors, si font bien, Car miex [mieux] vault ainsi faire que l'en n'en feïst rien ; Au mains [au moins] en est il miex au prestre parrochien, Et as mors, se Diex plaist, mès je ne sai combien [J. DE MEUNG, Test. 1343]
    L'eglise de saint Nicholas, de laquelle paroissienne ele estoit [, Mir. St Loys, p. 164]
  • XIVe s.
    S'irons par ceste ville avironéement Veoir mes paroisiens.... [, Baud. de Seb. VII, 605]
    Il prist Jehanne de Mabre, parrochienne de Levet [, Bibl. des chartes, 4e série, t. II, p. 57]

ÉTYMOLOGIE

  • Paroisse ; provenç. parochian, parropiant, paroc ; espagn. parroquiano ; ital. parrochiano.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    PAROISSIEN. Ajoutez :
    Adj. Paroissien, paroissienne, qui appartient à la paroisse.
    La légende de Tell et Gessler, dont le premier échappe à toute investigation en dehors des falsifications évidentes de quelques chartes et registres paroissiens [, la Revue suisse, 10 oct. 1876, p. 142]