parquet

(Mot repris de parquets)

parquet

n.m. [ de parc ]
1. Assemblage de lames de bois formant un revêtement de sol intérieur : Vitrifier un parquet plancher
2. Ensemble des magistrats formant le ministère public et appelés la magistrature debout (par opp. aux magistrats du siège, ou magistrature assise).

PARQUET

(par-kè ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des par-kè-z élégants ; parquets rime avec traits, succès, paix, etc.) s. m.
Compartiment d'un pâturage.
Mettre les juments qui n'ont pas conçu avec les jeunes poulines dans un autre parquet où le pâturage soit moins gras [BUFF., Quadrup. t. I, p. 63]
Petit compartiment dans un parc.
28 octobre 1685 : Après la messe, le roi alla tirer dans les parquets nouveaux [DANGEAU, I, 240]
La partie d'une salle de justice où se tiennent les juges ; cet espace est ordinairement renfermé par une barre, qui s'appelle la barre d'audience.
Debout dans un parquet, à tort et à travers je vendrais mon caquet [RÉGNIER, Sat. IV]
Lieu où les officiers du ministère public tiennent leur séance.
On a lu avant-hier ma brochure au parquet du procureur du roi [P. L. COUR., Lett. II, 167]
Tenir le parquet, tenir séance au parquet. Par extension, les officiers du ministère public lorsqu'ils tiennent le parquet.
Le bon Dieu bénisse cet avocat général de Bordeaux [M. Dupaty] qui a fait frapper la médaille d'Henri IV ! on dit qu'il est aussi éloquent que généreux ; les parquets de province se sont mis depuis quelque temps à écrire beaucoup mieux que le parquet de Paris [VOLT., Lett. Gaillard, 23 janv. 1769]
Lieu où se placent les huissiers pendant la séance des juges.
Le délibéré ne fut pas long ; mais notre impatience nous fit entrer dans le parquet des huissiers [SAINT-SIMON, 36, 162]
Terme de commerce. Enceinte où se réunissent les agents de change pour traiter de leurs affaires. Le parquet des agents de change.
Se dit, parmi les protestants, des bancs où se placent les ministres et les personnes considérables, dans le temple ; ces bancs sont séparés du peuple par une clôture à hauteur d'appui.
Espace entouré de planches, que les opérateurs et les baladins font construire au-devant du théâtre où ils distribuent leurs drogues ou jouent leurs farces.
Ancien terme de théâtre. Partie d'une salle de spectacle entre l'orchestre des musiciens et le parterre ; on dit aujourd'hui l'orchestre.
Terme de menuiserie. Assemblage à compartiments qu'on pose sur des lambourdes, pour servir de plancher dans les appartements.
Les chênes pourrissaient autrefois dans les forêts ; ils sont façonnés aujourd'hui en parquets [VOLT., Dial. 4]
Plus le parquet brille, Plus on fait de faux pas [BÉRANG., Ménétr. de Meud.]
Parquet en feuilles, celui qui se compose de plusieurs assemblages pareils d'environ un mètre carré, qu'on appelle feuilles de parquet. On dit en ce sens : du parquet en point de Hongrie. Parquet sans fin, sorte de parquet en petites feuilles. Les doubles panneaux qu'on rapporte quelquefois au bas des portes cochères, portent aussi le nom de parquet.
10° Assemblage de bois sur lequel les glaces sont appliquées et fixées. Le parquet de cette glace est trop haut, pour l'appartement. Certains tableaux sont aussi sur parquets.
11° Nom d'un jeu d'adresse, qui consiste à arranger plusieurs petits morceaux de bois peint, les uns à côté des autres, de manière à former des dessins et des figures.
12° Terme de marine. Compartiment pratiqué dans la cale ou sur les côtés du navire, pour contenir différentes sortes de grains, ou pour déplacer le lest quand on abat en carène. Retranchement qu'on fait sur le pont pour y mettre les boulets d'artillerie.
13° Cage dans laquelle on enferme les faisans qu'on destine à peupler.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    ....Et quanque l'on peut faire De doit, de penne, et de l'archet, Oÿ je et vi en ce parchet [MACHAUT, p. 87]
    Après ce que icellui varlet fu retourné ou parquet où sont les prisonniers qui y sont mis pour debte [DU CANGE, parquetum.]
  • XVe s.
    Ou dit hostel jouerent le dit Robin et aucuns autres au jeu du parquet [ID., ib.]
    [Les Anglais fuyants] se trahirent [se retirèrent] ensemble en un parquet qui estoit devant la porte, et se deffendirent longtemps contre les François [, Hist. de Loys III, duc de Bourbon, p. 30, dans LACURNE]
    Mes joustes se font en parquetz D'herbe vert ou en litz parez [COQUILLART, Blason des armes.]
    Le prevost se vint mettre en siege pontifical, à dextre, environné de ses hommes, et le bon compagnon fut mis et assis sur le petit banc ou parquet [LOUIS XI, Nouv. XX]
  • XVIe s.
    Quand d'un chascun la voix bruit et resonne En plein parquet [tribunal] .... [MAROT, III, 163]
    Comme seroit là où est son parquet estably pour y tenir ses plaids [, Coust. gén. t. II, p. 576]
    Dans l'hostel de Sylla.... on emprisonnoit les uns, on condamnoit les aultres.... c'estoit non pas un parquet de justice, mais une caverne de tyrannie [LA BOÉTIE, Servit. volont.]

ÉTYMOLOGIE

  • Diminutif de parc.

parquet

PARQUET. n. m. L'espace qui est limité par les sièges des juges et par le barreau où sont les avocats. On fit entrer les parties dans le parquet. Traverser le parquet.

Il se dit aussi du Lieu où se tiennent, en dehors des audiences, les magistrats qui composent le ministère public. M. le procureur général est au parquet. Aller au parquet.

Tenir le parquet, Tenir séance au parquet.

PARQUET se dit, par extension, du Ministère public lui-même. C'est au parquet à ordonner là-dessus. On les a renvoyés au parquet. Communiquer au parquet. Les membres du parquet. Le parquet de Paris.

Le parquet des huissiers, Le lieu où les huissiers se tiennent pendant la séance des juges.

Le parquet des agents de change, L'enceinte d'une Bourse où se réunissent les agents de change pour faire constater le cours des valeurs.

PARQUET désigne aussi un Assemblage à compartiments, fait de pièces de bois minces clouées sur des lambourdes et qui forme le plancher d'une salle, d'une pièce, etc. Un parquet de chêne, de noyer, de pitchpin.

Parquet en feuilles, Celui qui se compose de plusieurs assemblages pareils qu'on appelle Feuilles de parquet. On dit en ce sens Du parquet en point de Hongrie.

PARQUET se dit également de l'Assemblage de bois sur lequel les glaces sont appliquées et fixées au moyen d'une bordure d'encadrement. Parquet de glace. Le parquet de cette glace est trop haut pour l'appartement, il faut le raccourcir.

parquet

Parquet, m. acut. Est le diminutif de Parc, un petit parc, Septum arctius, On l'a approprié aux auditoires des courts souveraines, pour la closture faite de posteaux et barres droites et traversaines, qui forclost la multitude és audiences, à cause dequoy on appelle ceste closture aussi la Barre, et le Barreau.

Un parquet ou salle d'audience, Auditorium.

Le parquet des grans juges, Tribunal.

Le dedans du parquet de la Cour, Cancellorum area, B.

Le barreau ou parquet de la Cour, Septum Curiae.

Le parquet des gens du Roy, Asylum legum, Arx iusticiae, Innocentiae aut vim passae, aut iudicio circunuentae propugnaculum,

parquèt


PARQUèT, s. m. [Parkè: 2eè moy.] 1°. Assemblage de pièces de bois qui font un compartiment sur le plancher d'en bas; ou qu'on aplique sur le manteau d'une cheminée, ou sur le trumeau d'un mur pour y mettre ensuite des glaces. = 2°. L'espace qui est enfermé par les sièges des Juges, ou par le bureau où sont les Avocats. = 3°. Lieu où les Gens du Roi tiènent leur séance. = On le dit aussi des Gens du Roi eux-mêmes. "C'est au parquèt à ordoner là-dessus.

Traductions

parquet

(paʀkɛ)
nom masculin
groupe de magistrats

parquet

Parkettparket, parketvloer, parket(vloer)parquet, parquetry, prosecution, floor, flooringרצפה (נ), רִצְפָּהparketová podlaha, parketyпаркетpavimentoпаркетparketparkett (paʀkɛ)
nom masculin
sol en bois

parquet

[paʀkɛ] nm
[maison] → parquet floor, parquet
(DROIT)public prosecutor's office
le parquet général (= magistrats) → the Bench