part

part

n.f. [ du lat. pars, partis ]
1. Partie d'un tout destinée à qqn ; portion résultant d'une division, d'un partage : Il a mangé deux parts de cake
ration, tranche : Une part de leurs économies est réservée à l'achat d'un ordinateur
2. Ce qui revient, échoit à qqn : Elle a cédé sa part de l'héritage à ses enfants
portion, quotité : La vie donne à chacun sa part de joies et de peines
3. (Avec un poss.) Ce que l'on apporte en partage ; contribution : Tu dois fournir ta part de travail si tu veux bénéficier des mêmes droits que les autres. Chacun a payé sa part au restaurant
a payé son écot ; quote-part
4. Unité de base servant au calcul de l'impôt sur le revenu : Le nombre de parts est proportionnel au nombre de personnes qui composent la famille.
À part,
différent des autres, du reste ; particulier, spécial : C'est un être à part ; séparément : Les produits d'entretien sont rangés à part ; excepté : À part nous, personne ne l'a vu
À part entière,
se dit de qqn qui jouit de tous les droits attachés à telle qualité, telle catégorie : Vous voilà devenu un écrivain à part entière.
À part moi, toi, etc.,
Litt. en moi-même, en toi-même ; en mon, ton for intérieur : Elle se dit à part elle qu'elle n'avait plus rien à faire ici.
Autre part
De la part de qqn,
en son nom : Pourriez-vous lui donner cette lettre de ma part ?
De part en part,
d'un côté à l'autre, en traversant l'épaisseur : La flèche a traversé la cible de part en part.
De part et d'autre,
des deux côtés ; chez les uns comme chez les autres : Il y a des torts de part et d'autre.
De toute part ou de toutes parts,
de tous côtés ; partout : Lors de la fête, des pétards étaient tirés de toutes parts.
D'une part..., d'autre part...,
introduit un parallèle, les deux aspects de qqch : D'une part tu dois te lever tôt demain, d'autre part nous n'avons plus le temps.
Faire la part de,
tenir compte de : Il faut faire la part du hasard dans ce jeu.
Faire la part du feu,
abandonner, pour ne pas tout perdre, ce qui ne peut plus être sauvé.
Faire part de qqch à qqn,
l'en informer.
Nulle part
Pour ma, ta, sa, etc., part,
en ce qui me, te, le, etc., concerne : Pour sa part, il a préféré se désengager de cette affaire.
Pour une bonne ou une large part,
dans une large mesure.
Prendre en bonne, en mauvaise part,
prendre du bon, du mauvais côté ; interpréter en bien ou en mal : Il a pris mes critiques en mauvaise part.
Prendre part à qqch,
y participer, s'y associer ; y jouer son rôle : Elle a pris part au vote. Le président n'a pas pris part à la controverse.

PART1

(par ; l'Académie dit que le t se prononce ; c'est une erreur ; ceux qui usent de ce mot, les légistes et les médecins, ne prononcent pas le t) s. m.
Terme de jurisprudence. L'enfant dont une femme vient d'accoucher. Exposition de part, l'action de déposer et de délaisser un enfant. Suppression de part, l'action de soustraire et de cacher un enfant immédiatement après sa naissance, et de le priver ainsi, non pas de la vie, mais de son état civil. Supposition de part, l'action de présenter un enfant comme né de telle femme, bien que cette femme ne soit pas accouchée. Substitution de part, l'action de remplacer un enfant mort-né, ou un enfant dont le sexe ne répond point aux vues que l'on peut avoir, par un enfant vivant ou un enfant d'un sexe différent. Il n'a point de pluriel.
La mise bas des animaux.
Le lait du quatrième jour qui suit le part peut entrer dans le commerce [GENLIS, Maison rust. t. II, p. 35, dans POUGENS]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Laquelle fille, tous jours desnia qu'elle fut grosse, jusques au penultieme jour de janvier, qui estoit le temps de son part et enfantement [DU CANGE, parturitio.]
  • XVIe s.
    Elles accoucherent chacune d'un part monstrueux [PARÉ, XIX, 16]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. partus, de parere, enfanter ; Berry, cette vache a bien fait son part.

PART2

(par ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas ; cependant beaucoup de personnes disent : de par-t-en part, de par-t et d'autre ; au pluriel, l's ne se lie pas : des par égales ; cependant plusieurs la lient : des par-z égales) s. f.
Partie, portion d'un tout quelconque.
Le reste.... Se couche contre terre, et, sans faire aucun bruit, Passe une bonne part d'une si belle nuit [CORN., Cid, IV, 3]
Pour causer avec elle une part de la nuit [ID., le Ment. II, 5]
L'amant si fortement s'unit à ce qu'il aime, Qu'il en fait dans son cœur une part de lui-même [ID., Théod. III, 3]
Cependant des humains presque les quatre parts S'exposent hardiment au plus grand des hasards [le mariage] ; Les quatre parts aussi des humains se repentent [LA FONT., Fabl. VII, 2]
Part du tronc [d'un homme coupé en deux] tombe en l'eau, disant sa patenôtre [ID., Fianc.]
Et ce toit faisait part D'une maison voisine du rempart [ID., Or.]
Leur céleste travail [des cyclopes] vient d'ébaucher un foudre, Un des foudres sous qui tombent les monts en poudre ; Une part est finie, et l'autre est brute encor [DELILLE, Én, VIII]
Particulièrement, portion d'une chose divisée, lot. On a fait trois parts du bien de la succession. La plus forte part. La moindre part. Les parts d'un gâteau.
Eh bien ! prends-en ta part, et me laisse la mienne [CORN., Cinna, v, 2]
D'un bien qu'ils ont sauvé je leur dois quelque part [ID., Tois. d'or, I, 2]
Le lion par ses ongles compta, Et dit : nous sommes quatre à partager la proie ; Puis en autant de parts le cerf il dépeça [LA FONT., Fabl. I, 6]
Et pour vous, ma chère enfant, vous savez votre part : c'est moi tout entière [SÉV., 585]
César trouvait le moyen d'avoir la meilleure part [BOSSUET, Hist. III, 7]
Et j'espérais ma part d'une si riche proie [RAC., Athal. III, 3]
Tout ce qu'il pouvait dérober à son sommeil, la passion dominante le prenait, et l'on sait que les passions font toujours leur part assez bonne [FONTEN., Rolle.]
Par extension.
Le Dieu des chrétiens ne consiste pas en un Dieu simplement auteur des vérités géométriques et de l'ordre des éléments ; c'est la part des païens et des épicuriens [PASC., Pens. XXII, 3, édit. HAVET.]
Il n'eut point de part avec les hypocrites [FLÉCH., Lamoignon.]
Fig.
Je vous demande quelque part en l'honneur de votre amitié, puisque vous en avez tant dans la mienne [SÉV., à M. et Mme de Guitaut, 27 oct. 1673]
Qu'il ait sa part de gloire et non pas de danger ! [BRIFAUT, Ninus II, IV, 12]
Quote-part, voy. QUOTE. J'y retiens part, se dit quand on est avec quelqu'un qui trouve quelque chose et qu'on veut partager sa trouvaille.
Je n'ai pu résister au plaisir de me vanter de vos bontés, et un passant a dit : j'en retiens part [VOLT., Lett. d'Argenson, 7 mars 1739]
Part à deux, se dit dans le même sens. Faire la part au plus jeune, partager inégalement et injustement (le plus jeune étant traité sans façon). Terme d'ancienne législation. Part avantageuse, la portion que l'aîné avait dans les fiefs, outre son préciput. Fig. La part du lion, celle qu'un homme, par abus d'autorité, s'attribue dans un partage ; locution tirée de la fable où le lion, faisant société avec la génisse, la chèvre et la brebis, s'attribue tout le profit. Il n'en jetterait pas sa part aux chiens, se dit de celui qui a des prétentions sur quelque chose. On dit dans le même sens : n'en pas donner sa part, n'en pas quitter sa part.
En voilà une [la duchesse du Lude] qui a bonne envie de devenir dame d'honneur et qui n'en donne pas sa part [SAINT-SIMON, 39, 189]
Le récipiendaire [à l'Académie française] ayant assuré que son prédécesseur était un grand homme, que le cardinal de Richelieu était un très grand homme, le chancelier Séguier un assez grand homme, Louis XIV un plus que grand homme, le directeur lui répond la même chose, et ajoute que le récipiendaire pourrait bien aussi être une espèce de grand homme, et que, pour lui directeur, il n'en quitte pas sa part [VOLT., Lett. sur les Anglais, XX]
Fig. Avoir part au gâteau, avoir un intérêt secret en quelque affaire. Fig. Avoir sa bonne part d'une chose, avoir beaucoup de quelque chose, et, le plus ordinairement, en un sens péjoratif, beaucoup de quelque chose de pénible.
Toute la cour est affligée, j'en ai ma bonne part [MAINTENON, Lett. à Mme de..., 1705, t. III, p. 163, dans POUGENS]
Faire la part du feu, abattre une partie des édifices que le feu menace, afin de sauver le reste ; et fig. sacrifier une portion de ce que l'on possède pour mettre le reste à l'abri. Faire la part des accidents, prévoir ce que les accidents pourront apporter d'obstacles, causer de préjudice dans une affaire. En général, faire la part de, faire entrer en ligne de compte. Cet acteur a peu réussi dans son début, mais il faut faire la part du trouble, de la timidité. Faire la part du diable, tenir compte de la faiblesse humaine. Faire la part de la critique, mêler des critiques aux éloges. Faire la part de la jeunesse, user d'indulgence.
Part se dit des quotités qui reviennent à chaque personne participant à une affaire. Entrer en part.
Je lui promets un quart de part dans toutes les pièces qu'on jouera dorénavant de moi, où l'on ne sifflera pas [DANCOURT, Femme d'intrigues, v, 2]
Je fais des vœux et je crains pour M. de Richelieu ; quoiqu'il ait refusé un malheureux quart de part à Lekain, je l'aime toujours [VOLT., Lett. d'Argental, 5 janv. 1758]
Les succès dépendent entièrement des acteurs ; s'il y en avait trois ou quatre comme vous, vos parts seraient au moins de vingt mille livres [ID., Lett. à Lekain, 4 mars 1767]
Être de part, avoir une part dans les bénéfices d'une affaire.
Jeannot fut bientôt de part dans l'entreprise [VOLT., Jeannot et Colin.]
Mettre de part, admettre à la participation des bénéfices.
En mettant Caméron de part dans toutes les bonnes parties [HAMILT., Gramm. 3]
Je t'apprendrai le métier, il n'est pas bien difficile ; je te mettrai de part, et nous vivrons gaiement dans le coin de la terre où nous sommes nés [VOLT., Jeannot et Colin.]
Terme de marine. Être à la part, naviguer à la part, avoir part dans les bénéfices de la campagne. Part de prise, voy. PRISE. Au sens juridique, portion qui, dans un partage, appartient à chacun des copartageants, et, spécialement, portion de la succession qui appartient à chaque cohéritier. Part en nature (Cod. Nap. art. 826), part des biens meubles ou immeubles tels qu'ils sont ; part en argent, portion du prix des biens vendus. Part virile, portion d'un partage égal et opéré par tête ; part héréditaire, la portion, égale ou inégale, qui revient à un cohéritier en vertu de ses droits spéciaux à une succession.
Participation.
Nos malheurs jusqu'ici vous touchent faiblement ; Vous n'avez point encor de part à nos misères [CORN., Hor. III, 6]
Mais, comme vous aviez votre part aux offenses, Je vous ai réservé votre part aux vengeances [ID., Rodog. II, 3]
Je chargeai ma mémoire de ce terme [pouvoir prochain] ; car mon intelligence n'y avait aucune part [PASC., Prov I]
C'est [les échecs] le plus beau et le plus raisonnable de tous les jeux ; le hasard n'y a point de part [SÉV., 403]
Nous avons peu de part en nos destinées, tout est entre les mains de Dieu [ID., 20 janv. 1675]
Le raisonnement n'avait point de part à une erreur si brutale [l'idolâtrie] [BOSSUET, Hist. II, 11]
Elle [Sémiramis] avait eu trop de part aux conseils et aux victoires de Ninus pour ne pas suivre ses desseins [ID., ib. III, 4]
Le hasard et la force ont beaucoup de part au succès [FÉN., Tél. XXII]
Devenir les complices et peut-être les ministres des passions de ceux de qui nous dépendons, et entrer en part de leurs désordres, pour participer plus sûrement à leurs grâces [MASS., Pet. car. Tent. des gr.]
Il [la Fontaine] fut le seul des grands hommes de son temps qui n'eut point de part aux bienfaits de Louis XIV [VOLT., Louis XIV, écrivains, la Fontaine.]
Avoir part à, participer à.
Et, pour être punis, avons-nous part au crime ? [CORN., Cid, IV, 2]
J'avais part à l'affront, j'en ai cherché l'auteur [ID., ib. III, 4]
La reine a eu part à cette grandeur [du sang royal], non-seulement par la riche et fière maison de Bourgogne, mais encore par Isabelle de France, sa mère, digne fille de Henri le Grand [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Muet à mes soupirs, tranquille à mes alarmes, Semblait-il seulement qu'il eût part à mes larmes ? [RAC., Andr. v, 1]
Le peuple d'Athènes, devenu plus fier depuis les victoires remportées contre les Perses, prétendit avoir part à toutes les charges et à toutes les magistratures [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 500, dans POUGENS]
Il eut part à la construction d'un pont sur le Danube, ce qui lui donna occasion d'observer les ruines d'un ancien pont de Trajan sur le même fleuve [FONTEN., Marsigli.]
Plus leur fortune [de quelques partisans de César] devenait meilleure, plus ils commençaient à avoir part au malheur commun [la servitude] [MONTESQ., Rom. X]
Hippodamus de Milet fut le premier qui, sans avoir eu part à l'administration des affaires, conçut un nouveau plan de république [BARTHÉL., Anach. ch. 54]
Avoir la première part à quelque chose, y jouer le principal rôle.
Je compris donc qu'aux œuvres de génie Où la raison s'unit à l'harmonie, L'âme toujours a la première part [J. B. ROUSS., Épît. I, 6]
Avoir part en, être complice de.
Je n'ai point eu de part en cet enlèvement [CORN., Veuve, IV, 7]
Avoir part en, se dit aussi pour avoir sa part de, participer à l'avantage de.
Que n'ai-je vu le jour quelques lustres plus tard ! Disais-je, en ses bontés peut-être aurais-je part [CORN., Pulch. II, 1]
Faire part de quelque chose à quelqu'un, l'y faire participer, l'en faire entrer en partage.
Leurs plaintes ont pour vous trop d'art et de tendresse ; Elles vous feraient part enfin de leur faiblesse [CORN., Hor. II, 7]
Dieu fait part au besoin de sa force infinie [ID., Poly. II, 6]
Claude vous adopta.... Vous appela Néron, et du pouvoir suprême Voulut avant le temps vous faire part lui-même [RAC., Brit. IV, 2]
On dit dans un sens analogue : donner part.
Il y a de grandes cabales à Vitré : Mlle de Croque-Oison se plaint de Mlle du Cernet, parce que l'autre jour il y eut des oranges douces à un bal qu'on lui donnait, dont on ne lui fit pas de part [SÉV., 10 juin 1671]
Prendre part à, entrer en participation de, se mêler de.
La part que vos bontés m'ont fait prendre à l'empire [ROTR., St Gen. I, 4]
Je prendrai part aux maux sans en prendre à la gloire [CORN., Hor. I, 1]
Enfin, c'est une chose étrange que la fragilité de nos machines, et la part que prend notre pauvre âme à leurs bonnes ou mauvaises dispositions [SÉV., 15 juin 1688]
Les Samaritains voulurent prendre part à ce grand ouvrage [rebâtir le temple] [BOSSUET, Hist. I, 8]
Ne prenez jamais de part aux contestations [ID., Lett. 53]
Permettez-lui [à Santeuil, si inégal d'humeur] de se recueillir, ou plutôt de se livrer à un génie qui agit en lui, j'ose dire, sans qu'il y prenne part, et comme à son insu [LA BRUY., XII]
Il ne me reste plus qu'à être, pour ainsi dire, spectateur de mon existence sans y prendre part [D'ALEMB., Apolog. de l'étude.]
Portion morale, c'est-à-dire part d'affection, d'amour, etc.
Nous avons en son cœur, vous et moi, peu de part [CORN., Rodog. II, 4]
Ah, reine, en votre cœur il garde trop de part [ID., Tois. d'or, v, 1]
Et si, pour encourir votre indignation, Il ne faut qu'avoir part en mon affection [ROTR., Vencesl. I, 1]
Non, je ne prétends plus demeurer engagé Pour un cœur où je vois le peu de part que j'ai [MOL., le Dép. IV, 2]
Gardez-moi toujours un peu de part en vos bonnes grâces [MAUCROIX, Lett. XXXI, éd. L. PARIS]
Je sens toute la part que vous avez dans mon malheur [la mort de Mme de Sévigné] [, Mme de Grignan à Mme de Guitaut, dans SÉV. t. x, p. 406, éd. RÉGNIER]
Je me crois heureux, puisque cette action me mérite quelque part dans votre estime [MARIVAUX, Pays. parvenu, part. 6]
Prendre part à quelque chose, s'y intéresser.
Il [le roi] y prend grande part, et son cœur irrité Agira contre vous de pleine autorité [CORN., Cid, II, 1]
Chimène, je prends part à votre déplaisir [ID., ib. II, 9]
Les choses qui n'ont rien de remarquable ne laissent pas de plaire quand elles sont du monde.... il ne faut pourtant pas qu'elles soient si communes que celle-ci, que tout le monde sait par cœur : la part que je prends à votre déplaisir ; j'ai vu parier, en ouvrant une lettre de consolation, que cela s'y trouverait [MÉRÉ, Disc. de la convers. p. 72 (dans FR. COLLET, Fait inédit de la vie de Pascal)]
À tout ce qui le touche il sait que je prends part [MOL., Éc. des f. t. 6]
Et je vais à madame annoncer par avance La part que vous prenez à sa convalescence [ID., Tart. I, 5]
Toute la cour a pris part à ce bonheur [SÉV., 483]
La part que vous prenez à mes intérêts [BOSSUET, Lett. abb. 79]
Prendre part en, prendre intérêt à.
Je viens après mon fils vous rendre une assurance De la part que je prends en votre délivrance [CORN., Veuve, v, 9]
Prendre, interpréter, expliquer une chose en bonne, en mauvaise part, la prendre en bien, en mal, lui donner un sens favorable, un sens fâcheux ou malin.
Cependant je prends cela en bonne part [BOSSUET, Lett. Corn. 48]
Loin de prendre cet avis en bonne part [HAMILT., Gramm. 7]
Communication, renseignement.
Avant que de partir, il faudra sur le tard De vos heureux succès lui faire quelque part [CORN., Veuve, v, 4]
Achevez, je vous prie, Et souffrez qu'à ce mot ma curiosité Vous demande sa part de cette nouveauté [ID., Ment. I, 5]
Faire part de quelque chose à quelqu'un, l'en informer.
Faites, je vous prie, part de cette lettre à M. de la Chapelle, si vous trouvez qu'elle en vaille la peine [RAC., Lett. 20 à Boileau.]
On dit aussi donner part.
Mon petit colonel m'a écrit, et à son oncle, pour nous donner part de son exaltation [SÉV., 11 déc. 1689]
J'ose en donner part à Votre Éminence comme à un ami [BOSSUET, Lett. 203]
En diplomatie, donner part, faire une communication officielle. Il y a déjà longtemps que la nouvelle en est arrivée ; mais l'ambassadeur n'en a pas encore donné part. Billets de faire part, ou, elliptiquement, billets de part, et quelquefois un faire part, billets, circulaires, par lesquels on fait part d'un mariage, d'un décès, d'une naissance, etc.
De la part de, se dit de la personne de qui vient quelque chose. De quelle part viennent ces avis ? Je sais cela d'autre part que vous. De quelque part qu'il vienne, il sera bien reçu.
Rodrigue de ma part n'a rien à redouter [CORN., Cid, IV, 5]
Voyez-la de ma part, tâchez de la gagner [ID., Cinna, II, 1]
Dieu a tenu douze ans sans relâche, sans aucune consolation de la part des hommes, notre malheureuse reine.... [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Un officier qui venait de la part d'Astarbé [FÉN., Tél. III]
Si c'est pour eux qu'elles [les femmes] se fardent ou qu'elles s'enluminent, j'ai recueilli les voix, et je leur prononce de la part de tous les hommes.... que le blanc et le rouge les rendent affreuses et dégoûtantes [LA BRUY., III]
Il voulait parler à Mme la marquise ; je lui demandai de quelle part : De la mienne, répondit-il fièrement [LESAGE, Gil Bl. IV, 8]
De bonne part, d'une personne qui mérite confiance.
Je sais de bonne part qu'on t'a fait appeler [en duel] [MOL., Fâch. III, 4]
Je sais de bonne part que vous avez cette fermeté d'âme qui fait la base des grandes vertus [VOLT., Roi de Pr. 6]
Familièrement. Je prends cela de la part d'où il vient, c'est-à-dire je ne fais pas assez de cas de cet homme pour m'offenser de ce qu'il peut dire contre moi. De ma part, de sa part, de mon côté, de son côté.
Mais allons, cher Léonce, admirant son courage, Tâcher de notre part à repousser l'orage [CORN., Héracl. I, 5]
Allez de votre part assembler vos amis [ID., Héracl. III, 4]
C'est par là qu'il devrait soulager ses ennuis, Madame, et de ma part j'y fais ce que je puis [ID., Pulch. IV, 2]
Non loin de là certain vieillard S'ennuyait aussi de sa part [LA FONT., Fabl. VIII, 10]
Deux chèvres donc s'émancipant ....Quittèrent les bas prés, chacune de sa part, L'une vers l'autre allait pour quelque bon hasard [ID., ib. XII, 4]
....Partant chacun le vit [le léopard], Mais ce fut bientôt fait, bientôt chacun sortit. Le singe de sa part disait : venez de grâce, Venez, messieurs, je fais cent tours de passe-passe [ID., IX, 3]
Chacun [il s'agit de deux personnes] de sa part fait le plaisir des sociétés où il se trouve [LA BRUY., V]
Pour ma part, pour sa part, quant à moi, quant à lui. Pour ma part, j'ai fait tout ce que j'ai pu. De ma part, de sa part, locution qui a le même sens que pour ma part, pour sa part, mais qui a un peu vieilli.
De ma part, je proteste en ces divines mains Qu'au moins je forcerais tous obstacles humains [ROTR., Antig. I, 4]
Je saurai de ma part expliquer ce silence [MOL., Mis. v, 2]
Endroit, lieu. Voilà un homme que j'ai vu quelque part.
Quand seule en une part il [un homme de grand cœur] a fait une faute [MALH., I, 4]
Les conditions furent : que toutes les villes grecques, en quelque part qu'elles fussent, seraient maintenues en leurs libertés, lois et priviléges [ID., Le XXXIIIe livre de Tite Live, ch. 30]
Autre part que chez moi cherchez qui vous encense [MOL., Mis. I, 2]
Si jamais, entraîné d'une ardeur étrangère, Ou d'un vil intérêt reconnaissant la loi, Je cherche mon bonheur autre part que chez moi [BOILEAU, Épît. v.]
De quelque part sur moi que je tourne les yeux [RAC., Andr. III, 1]
Il l'attaque quelque part où il se trouve [LA BRUY., Disc. sur Théophr.]
Quelque part et quelque loin que l'on ait pénétré depuis la perfection de l'art de la navigation, l'homme a trouvé partout des hommes [BUFF., 1re époq. nat. Œuv. t. XII, p. 270]
Nulle part, en aucun lieu.
C'est [le monde] une sphère infinie, dont le centre est partout, la circonférence nulle part [PASC., Pens. I, 1, éd. HAVET.]
De toute part, de toutes parts, loc. adv. De tout côté.
Notre avare habitait un lieu dont Amphitrite Défendait aux voleurs de toutes parts l'abord [LA FONT., Fabl. XII, 3]
Tes yeux cherchent en vain, tu ne peux échapper, Et Dieu de toute part a su t'envelopper [RAC., Ath. v, 5]
J'entends de toutes parts menacer ma patrie [ID., Iph. III, 4]
Un moment après, nous nous trouvâmes en présence de la célèbre Vénus de Praxitèle ; elle est placée au milieu d'un petit temple qui reçoit le jour de deux portes opposées, afin qu'une lumière douce l'éclaire de toutes parts [BARTHÉL., Anach. ch. 72]
De part et d'autre, de côté et d'autre. J'ai couru de part et d'autre. Fig. De part et d'autre, réciproquement. Ils se sont bien traités de part et d'autre.
Je crois qu'on est fort content de part et d'autre, et qu'on s'avoue en secret qu'on l'aurait été à moins [MAINTENON, Lett. à Mme de St-Géran, 4 mars 1698]
De part et d'autre, d'une et d'autre part, à l'un et à l'autre point de vue. D'une part il considérait que.... d'autre part il envisageait.... D'une et d'autre part je vois de grands avantages. Dans les contrats, dans les procès, d'une part..., d'autre part.... se dit des parties contractantes, plaidantes. Transaction entre un tel d'une part et un tel d'autre part. Dans les mémoires, dans les livres de compte, en l'autre part, de l'autre part, de l'autre côté de la feuille. Des deux parts, chez l'un comme chez l'autre. Sottise des deux parts.
Et combien des deux parts l'amour et la fureur Étaleront ici de spectacles d'horreur ! [CORN., dans LAVEAUX]
De part en part, loc. adv. D'un côté à l'autre, tout à travers.
Qu'un homme.... Qu'on a de deux grands coups percé de part en part, Soit dès le lendemain si frais et si gaillard [CORN., le Ment. IV, 3]
Elle eût de part en part Percé son cœur [LA FONT., Court.]
Un coup lui perça le bras de part en part [HAMILT., Gramm. 11]
Fig.
L'aristocratie est le gouvernement qui défend le plus les ouvrages satiriques.... un seigneur aristocratique en est percé de part en part [MONTESQ., Esp. XII, 13]
À part, loc. adv. Séparément. Mettez cela à part.
Camille, je suis père et j'ai mes droits à part [CORN., Hor. IV, 1]
Toute la Bretagne était ivre ce jour-là : nous avions dîné à part [SÉV., 77]
Accoutumez-vous, monseigneur, à faire une lettre à part de ce que vous voulez que je montre au roi [MAINTENON, Lett. au card. de Noailles, 8 nov. 1695]
Si chacun mettait à part une portion de ses biens.... [MASS., Carême, Aumône.]
Faire lit à part, se dit d'un mari et d'une femme qui couchent séparément.
Il m'enivra de champagne, Et Rose fit lit à part [BÉRANG., Sénateur.]
Fig. Mettre à part, laisser de côté.
Quitte cette grimace, et mets à part la feinte [CORN., Gal. du Pal. III, 5]
Je veux bien mettre à part avec le nom d'aîné Le rang de votre maître où je suis destiné [ID., Nicom. I, 3]
Laisser à part, même sens.
Laissez la mine à part, prenez garde à la somme [RÉGNIER, Sat. XII]
Laisse la feinte à part.... [CORN., Clit. I, 9]
Un Romain qui commande et sort du sang des rois, Je laisse l'âge à part, peut espérer son choix [ID., Sertor. v, 4]
Laissons à part nos ressentiments et sacrifions-les à notre grand Dieu [BOSSUET, Réf. du catéch. de Ferry.]
Il ne se fonde jamais que sur l'expérience bien avérée, et laisse à part tous les systèmes qui peuvent n'être que d'ingénieuses productions de l'esprit humain, désavouées par la nature [FONT., Boerhaave.]
À part, en particulier.
Va, me dit-il à part, va, fille infortunée [ROTR., St Gen. III, 6]
La sentence prononcée contre ceux qui font secte à part [BOSSUET, Var. XV, 175]
Il prit à part Télémaque et Mentor [FÉN., Tél. VIII]
Je le tirai à part et lui dis : Va, mon enfant, va te reposer à l'hôtellerie, et me laisse ici avec ma mère [LESAGE, Gil Bl. X, 2]
Elle passa dans une chambre à part où je lui parlai [MARIVAUX, Pays. parv. part. 4]
Fig. Avoir un but à part, avoir un but particulier.
Il a son but à part ; Grimoald, prends-y garde [CORN., Perthar. IV, 2]
Fig. À part, exceptionnel, particulier. C'est un fait à part. C'est un homme à part. C'est un esprit à part.
Leur gloire a son brillant, a ses règles à part ; Où la nôtre se perd, la leur est sans hasard [CORN., Illus. com. v, 2]
Former un peuple à part au milieu de leur peuple [MASS., Carême, Élus.]
Personne ne sait se mettre à ma place ; on ne veut pas voir que je suis un être à part, qui n'a point le caractère, les maximes, les ressources des autres [J. J. ROUSS., Lett. à M. Grimm, Corresp. t. IV, p. 315, dans POUGENS.]
Le royaume des Deux-Siciles est quelque chose d'à part en Italie [CHATEAUBR., Italie, Voy. de Naples.]
Telle chose à part, en mettant de côté telle chose, en faisant abstraction de telle chose.
Vous-même, amour à part, je vous en fais arbitre [CORN., Nicom. I, 2]
Raillerie à part, pourquoi ne vous voit-on plus ? [SCARR., Lett. Œuv. t. I, p. 259, dans POUGENS]
Je vous prie, cruauté à part, de lui faire réponse ; vous savez qu'il n'est bon qu'à ménager, et point du tout à mépriser [SÉV., 71]
Amitié même à part, tout artiste est mon frère [COLLIN D'HARLEV., Artistes, II, 8]
Ô vous, qui me reprochez mon père [lequel était horloger], vous n'avez pas l'idée de son généreux cœur ; en vérité, horlogerie à part, je n'en vois aucun contre qui je voulusse le troquer [BEAUMARCH., 4e mémoire.]
Terme de théâtre. Dire quelque chose à part, le dire en quelque sorte à soi-même, de manière à être entendu des spectateurs, mais de telle façon qu'ils puissent croire que l'autre acteur ne l'ait pas entendu.
Cléanthis, à part : Homme, veuf, ni garçon ! - Strabon, à part : Fille, femme ni veuve ! - Cléanthis, à part : Le cas est tout nouveau. - Strabon : L'aventure est très neuve [REGNARD, Démocrite, IV, 7]
Voy. APARTÉ.
10° À part, loc. prép. Excepté (à part en ce sens se met en tête de la phrase). À part sa vivacité, on ne peut qu'être satisfait de son caractère.
11° À part moi, à part soi, loc. adv. Seul.
Quand je suis à part moi, souvent je m'étudie [RÉGNIER, Sat. XI]
En moi-même, en soi-même, tacitement.
Je disais à part moi : las ! mon Dieu ! qu'est ceci ? [RÉGNIER, Dial.]
Pendant ces mots l'époux gronde à part soi [LA FONT., Jument]
Je voulais m'y prendre autrement pour étudier à part moi un homme [J. J. Rousseau] si cruellement, si légèrement, si universellement jugé [J. J. ROUSS., 2e dial.]
12° La plupart, voy. PLUPART.

PROVERBES

  • À un cheval hargneux il faut une étable à part, se dit d'un homme difficile qui ne peut vivre avec les autres.
  • On vous en garde dans un petit pot à part, se dit ironiquement à quelqu'un pour signifier qu'il n'a rien à espérer.

HISTORIQUE

  • IXe s.
    Et Karlus meos sendra [mon seigneur], de suo part, non lo stanit [ne le tienne pas, un serment]... [, Serment]
  • XIe s.
    De meie part ma moillier [femme] saluez [, Ch. de Rol. XXVI]
    Itels vint mille [chevaliers] [il] en mist à une part [à part] [, ib. LXXXVI]
    De toutes parz est Montjoie escriée [, ib. CV]
    Quel part qu'il alt [aille].... [, ib. CXLIX]
    Ne orgueillus n'home de male part [, ib. CLVII]
    Sainz Gabriel qui de part Deu le garde [, ib. CC]
  • XIIe s.
    Grant part de son barné [de sa baronie] [, Ronc. p. 19]
    Cil prist Aude, une part [à part] la mena [, ib. p. 175]
    Et d'ambes parz [des deux parts] très bien jurer et fiancer, Que ne feront jamais guerre recommencier [, Sax. IV]
    Vaillanz [il] fut et prudhom et de moult bone part [, ib. XI]
    Quant nous lui voulons nuire, je ne voi nule part, Que il demeurt en France ne la courone gart [, ib. XXIX]
    E pur ço, fait lur il, de part Deu vus defent, Que de mei n'i faciez ui mais nul jugement [, Th. le mart. 45]
  • XIIIe s.
    Ha Diex ! quel domages ce fu qu'il n'atendirent tant que li autre fussent tuit venu qui estoient d'autre part del bras ! [VILLEH., CXL.]
    Il lui a demandé s'ele estoit de par Dieu [, Berte, XLV]
    Seigneur, ce dist Morans, si ait Diex en moi part, Que.... [, ib. XXII]
    Dame Dieu la conduie et la prene en sa part ! [, ib. XXII]
    Et d'une part et d'autre mainte vigne plantée [, ib. LXXXII]
    D'une part [à part] se sont trais li demaine [les seigneurs] et li pair [, ib. XCVII]
    À une part iras tous seus [seul] ; Lors te vendront soupirs et plaintes [, la Rose, 2284]
    Quant aucuns trueve en quemin [chemin] aucune coz queüe [chue, tombée], lever l'en pot et porter en à part [BEAUMANOIR, XXV, 20]
    Quant l'en prent les cités des ennemis, des biens que l'en treuve dedans, le roy en doit avoir le tiers, et les pelerins en doivent avoir les deus pars [JOINV., 217]
    Je sai moult bien totes mes pars [éléments du discours] [, Partonop. 4649]
  • XIVe s.
    Il, laissée la concion d'eux, traisist [tira] les consulz à part [BERCHEURE, f° 72, recto.]
  • XVe s.
    Quant le comte de Montfort sceut quelle part il trouveroit le roi et les barons, il se traïst vers eux en une chambre où ils estoient tous assemblés [FROISS., I, I, 153]
    Et ordonna ainsi [le roi d'Angleterre] et dit à messire Gautier de Mauny : Messire Gautier, je veux que vous soyez de ceste besogne chef [surprendre les Français] ; car moi et mon fils nous combattrons dessous votre baniere. Messire Gautier repondit : Monseigneur, Dieu y ait part ! si me ferez haute honneur [ID., I, I, 327]
    De ma part, je vous fais promesse, Qu'à ung propos me tiens toujours [CH. D'ORL., Ball. 14]
    Et souvent à part sov disoit : Sainct Gabriel, bonne nouvelle ! [ID., ib. 57]
    Aussi la ville de soy porte assez occasion et matere d'esbat, sans que luy meisme le duc jeune et vert alors.... s'y acquitta et en print sa part [G. CHASTEL., Chr. du duc Phil. ch. 83]
    Mais on ne vous tient pas si saige Des quatre parts, comme on souloit [, Patelin]
    Au moins en public ; je ne sçay s'ilz disoient ainsi à part [COMM., II, 3]
    Les deux parts des nostres y moururent [ID., VIII, 14]
    Ceulx de la part du roy [l'armée du roi] [ID., I, 3]
  • XVIe s.
    Tous ceulx qui là restoyent de la part [parti] de Picrochole [RAB., Garg. I, 49]
    Ciceron estoyt naturellement plus enclin à la part pompeiane [ID., Pant. IV, 39]
    Une viz [escalier] de laquelle les marches estoyent part de porphyre, part de marbre serpentin [ID., Garg. I, 53]
    Il tyra Panurge à part, et doulcettement luy remonstra que.... [ID., Pant. III, 2]
    Enterrez les en veue du soleil la part [où] que vous vouldrez, et souvent les arrousez [ID., ib. IV, 7]
    Comme vous scavez estre du mouton le naturel, tousjours suyvre le premier, quelque part que il aille [ID., ib. IV, 8]
    La part de l'advocat est plus difficile que celle du prescheur [MONT., I, 41]
    Je laisse à part le vulgaire, à qui la peur.... [ID., I, 61]
    La contemplation embesongne l'ame à part du corps [ID., I, 68]
    Percer de part en part un bouclier [ID., I, 364]
    La meilleure part des sciences qui sont en usage est hors de nostre usage [ID., I, 173]
    Les femmes couchent à part des maris [ID., I, 237]
    Prendre une chose en bonne part [ID., I, 248]
    Il faudroit luy dire, de la part de la raison humaine.... [ID., II, 252]
    Trencher un homme en deux parts, par le faulx du corps [ID., III, 120]
    Si on les veut amiablement reprendre, ils rebecquent, et prennent cela de mauvaise part [LANOUE, 269]
    Aussi doyvent-ils prendre de bonne part les corrections inopinées, qui les rendent plus prudens pour n'y retomber [ID., 328]
    Numitor choisit le royaume pour sa part [AMYOT, Rom. 4]
    Y eut des coups donnés et des gens blecez d'une part et d'autre [ID., ib. 8]
    Il divisa tout le reste du pays en trente mille parts egales [ID., Lyc. 32]
    Il leur estoit defendu de manger à part en privé dessus riches tables et licts sumptueux [ID., ib. 15]
    Ilz ne pouvoient supporter que les Sabins, auxquelz ilz avoient fait part de leur ville et de leurs terres, attentassent de leur commander [ID., Numa, 4]
    Dracon en ses loix ne fait nulle part mention des Areopagites [ID., Solon, 33]
    Les voisins qui aperceurent cela, accoururent tous esperdus celle part [là], en criant [ID., Alc. 3]
    Voulant faire part de ceste victoire aux Grecs, il envoya aux Atheniens particulierement 300 boucliers.... [ID., Alex. 28]
    Seigneur de la Granche Gillart des Essars, pour les quatre parts et portions, les cinq faisant le tout [, Coust. gén. t. I, p. 50]
    Ayant eu quantité de mauvaises rencontres, et eu, en plus de sept parts de sa vie, dont les dix font le tout, de grands et forts ennemis [SULLY, Mém. t. XII, p. 287, dans LACURNE]
    Si bien que parmy leurs pages et laquais des uns et des autres on voyoit faire des quadrilles et des parties et crier à la cour : Bourbon, Bourbon à part, Guise et Lorraine à part [BRANT., Capit. fr. t. III, p. 249]
    L'homme qui a de l'art possede sa part [COTGRAVE, ]
    Qui n'y est n'y a sa part [ID., ]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. part ; espagn. et ital. parte ; du lat. partem, qui, d'après Corssen (Beitr. p. 76), viendrait du radical sanscr par, pri (i bref), donner, achever. À part paraît venir du latin scolastique : a parte rei, indépendamment du réel : an res universales sint a parte rei, id est secundum se, si les choses universelles sont indépendamment du réel, c'est-à-dire par elles-mêmes, RÉMUSAT.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. PART.
    Ajoutez :
  • Anciennement, part, billet de faire part.
    Je vous préviens, monsieur le comte, que le roi est décidé à prendre le deuil jeudi, que la part soit arrivée ou non [, Corresp. de Marie-Antoinette, publiée par Hunolstein, p. 296]

part

PART. n. m. T. de Jurisprudence. L'enfant dont une femme vient d'accoucher. Il n'a point de pluriel et il n'est guère usité que dans ces locutions : Supposition de part, suppression de part, confusion de pari.

part

PART. n. f. Portion de quelque chose qui se divise entre plusieurs personnes. On a fait trois parts de toute la succession. Voilà votre part et voici la mienne. La plus forte part. La meilleure part. La moindre part. Donnez-moi ma part. Demander, réclamer, prendre sa part. Faire la part de quelqu'un, à quelqu'un. Faire les parts. Régler les parts. Il a eu tant pour sa part. S'il y a du profit, j'en aurai ma part, j'y aurai part. Il compte bien en avoir sa part, sa bonne part. Il n'en donnerait sa part pour rien au monde. Entrer en part, être de part avec quelqu'un. Une part de gâteau.

Quote-part. Voyez QUOTE.

Part de bois, La quantité de bois que chaque maison d'une commune reçoit par droit d'affouage.

Sociétaire à part entière, Artiste de la Comédie- Française qui a part entière dans les bénéfices de la société.

En termes de Marine, Être à la part, naviguer à la part, se dit lorsque Chacun de ceux qui composent un équipage a sa part dans les bénéfices de la campagne.

Fig. et fam., Avoir part au gâteau, Avoir part aux profits qui reviennent d'une affaire, à des bénéfices, à des avantages de quelque sorte que ce soit.

Fig. et pop., Il n'en donnerait pas sa part aux chiens. Voyez CHIEN.

Faire part de quelque chose à quelqu'un, Partager avec lui quelque chose, l'y faire participer. Cet homme fait part de son bien aux pauvres. Il ne désire avoir de la fortune que pour en faire part à ceux qui l'entourent.

Fig., Faire la part du hasard, de l'imprévu, Prévoir et mettre en ligne de compte tout ce que le hasard, l'imprévu pourront apporter d'obstacles et causer de préjudices. On dit dans des sens analogues Faire la part du trouble, de la timidité, de la jeunesse, etc.

Fig. et fam., Faire la part du diable, Ne pas juger avec trop de rigueur les actions, la conduite d'une personne et tenir compte de la faiblesse humaine.

Fig., Faire la part du feu, Sacrifier, dans un incendie, une partie de ce qui est menacé pour mieux sauver le reste. Il s'emploie surtout figurément et signifie Sacrifier quelque chose pour ne pas tout perdre.

Fig. et fam., La part du lion, se dit lorsqu'un homme abuse de son autorité, de sa force pour s'attribuer la Totalité d'une chose qu'il devrait partager avec d'autres.

Pour ma part, Quant à moi, en ce qui me concerne. Vous ferez ce qu'il vous plaira, mais, pour ma part, je n'y consentirai jamais.

PART se dit au figuré des Choses qui, sans être divisées, peuvent se communiquer à plusieurs personnes. Avoir part à la faveur, aux bonnes grâces du ministre. C'est un honneur, c'est un plaisir dont je veux avoir ma part.

Avoir part à quelque chose, Y contribuer, y concourir. Il a eu part à la dépense. Il a eu la principale part à cet ouvrage. Il a eu part à cette bonne oeuvre. Lorsque le verbe Avoir est précédé de la négation, l'usage est d'employer, avec le mot Part, la préposition de. Il n'a pas eu de part à cet ouvrage. Je n'ai pas de part à ce résultat.

Prendre part à quelque chose, Y participer. Il a pris part à cette entreprise, à cette négociation, à ce complot. Il signifie aussi Prendre intérêt à quelque chose, s'associer à un sentiment. Je prends part à tout ce qui vous touche. Quelle part prenez-vous à cette affaire? Je prends part à votre douleur, à votre succès, à votre joie.

Fig., Prendre en bonne part, en mauvaise part, Trouver bon, trouver mauvais, interpréter en bien ou en mal. Il a pris en bonne part ce que vous lui avez dit. Il l'a pris en mauvaise part. Ce mot se prend tantôt en bonne, tantôt en mauvaise part.

Faire part de quelque chose à quelqu'un, Lui communiquer quelque chose, le lui faire savoir, l'en informer. Quand vous aurez des nouvelles, faites-m'en part. Faites-moi part de vos sentiments, de votre opinion là-dessus. Il m'a fait part de ses regrets, de ses craintes, de ses espérances. On dit dans le même sens, en termes de Diplomatie : Donner part d'un événement. Il y a déjà longtemps que la nouvelle en est arrivée, mais l'ambassadeur n'en a pas encore donné part.

Billet de faire part ou, elliptiquement, Un faire-part, Billet circulaire, écrit à la main ou le plus souvent imprimé, par lequel on fait part de fiançailles, d'un mariage, d'une naissance, d'un décès. On dit dans le même sens Lettre de faire part. Lettre de part.

PART signifie encore Lieu, endroit. Je vous suivrai quelque part que vous alliez, en quelque part du monde que vous alliez. Je ne puis aller où vous voulez, il faut que j'aille autre part. On a beau chercher, on ne le trouve nulle part. J'ai lu cela quelque part, Dans quelque écrit.

PART se dit aussi en parlant de la Personne d'où vient quelque chose. De quelle part viennent ces nouvelles? Il est venu de la part du roi. Dites-lui cela de ma part. Saluez-le, complimentez-le de ma part. Cela vient de bonne part. Je le sais de bonne part. De quelque part que vienne cette aide, elle m'est très utile. Il faut recevoir les biens et les maux comme venant de la part de Dieu.

DE PART ET D'AUTRE, DE TOUTE PART, DE TOUTES PARTS, loc. adv. De côté et d'autre, de tous côtés. Je suis allé, j'ai couru de part et d'autre. J'ai trouvé, j'ai ramassé cela de part et d'autre. Des nouvelles arrivent de toutes parts.

D'UNE PART, D'AUTRE PART, DE L'UNE ET L'AUTRE PART, DE PART ET D'AUTRE, DE TOUTE PART se disent en parlant des Personnes, pour marquer Relation, réciprocité, opposition, concours. Ils se sont bien traités de part et d'autre. On est content de part et d'autre. Entre un tel d'une part et un tel de l'autre, ou d'autre part, je suis embarrassé de faire un choix. Il m'est venu des félicitations de toute part.

Dans les contrats, dans les procès, D'une part, d'autre part servent à désigner les Parties contractantes ou plaidantes. Transactions entre un tel d'une part et un tel d'autre part.

D'une part, d'autre part, de l'une et l'autre part, de part et d'autre, de toute part se disent en parlant des Choses que l'on considère, que l'on examine à différents points de vue. D'une part, il considérait que... D'autre part, il envisageait... Après avoir tout examiné de part et d'autre, je me suis décidé à lui répondre. D'une et d'autre part je vois de grands avantages. Je ne vois qu'inconvénients de toute part.

DE PART EN PART, loc. adv. D'un côté à l'autre, d'une surface à l'autre. Un coup d'épée qui le perce de part en part. La muraille était percée de part en part.

À PART, loc. adv. Séparément. Mettez cela à part. Il le tira à part. Il fait ses affaires à part. Faire bande à part. Faire chambre à part. C'est un fait à part.

Raillerie à part, Sans raillerie, en mettant la raillerie de côté. On dit de même : Plaisanterie à part. Intérêt personnel à part. Prévention à part. Modestie à part, etc.

C'est un homme, un esprit à part, C'est un homme que son genre d'esprit, que ses qualités distinguent de tous les autres. Il s'emploie quelquefois par dénigrement. Il est tout à fait à part, Il se distingue des autres par sa bizarrerie, son originalité.

À PART est aussi locution prépositive et signifie Excepté. À part quelques auteurs favoris, j'ai renoncé à tous les livres. À part son indolence, il est sans défauts.

À PART, dans les pièces de théâtre, se dit en parlant de Quelques mots ou de quelques phrases que les personnages qui sont en scène prononcent assez haut pour être entendus des spectateurs, mais que d'autres personnages, qui sont en scène avec eux, sont censés ne point entendre. Ce vers doit être dit à part. Voyez APARTÉ.

À PART MOI, À PART SOI, loc. adverbiales et familières. En moi-même, en soi-même, tacitement. Je disais à part moi. Examinons bien, disait-il à part soi.

part

Part, Partus a pariendo.

Part, et portion, Portio, Pars.

Avoir part et portion, In societatem venire.

Avoir part aux louanges, Participare laudes.

Je y ay ma part, Est aliqua mea pars virilis.

Qui n'a nulle part, Exempt, Expers, Exors.

Selon ma part et portion, à l'equipolent, Pro rata, siue pro rata parte mea.

Prendre sur sa part de paradis, Pignori opponere suam sortem in colonia superna, B.

La part de Dieu, Praemetium, B. ex Festo, a praemetendo, id est, ante metendo, libationis causa.

J'ay fait pour ma part, Ego pensum meum absolui, B.

¶ De ma part, Contra, Pro mea parte.

Elle est pucelle de ma part, Integra a me virgo est, Bud. ex Terent.

Je crain de nostre part, Nostrae parti timeo.

Chacun pour sa part, Pro virili parte, Pro sua quisque parte.

Pleust à Dieu de ta part, ou de ton costé tu m'aimasses autant que je t'aime, Vtinam esset mihi pars aequa amoris tecum.

D'une part et d'autre, Vtrinque, vel Vtrobique, Hinc inde, Huc illuc, Vltro citroque.

Offres faites d'une part et d'autre, Vltro citroque conditiones latae, B.

D'autre part, ou costé, Altrouersum.

Je l'ay ouy d'autre part, Aliunde audiui.

¶ En quatre pars, Quadrifariam.

Condamné és trois parts, dont la quatriesme fait le tout, Damnatus in dodrantem, B.

Quelque part, sans autre addition de mots, est un adverbe local signifiant alicubi, en quelque lieu, comme, Mon livre est quelque part, Liber meus alicubi est, Mon maistre est allé quelque part, Herus meus aliquo profectus est, Mais quand il a adjection d'autres mots, il signifie non ja particularité de lieu, ains universalité d'iceluy, comme, Quelque part que tu sois, Vbicunque gentium vel terrarum sis, Quelque part que tu ailles, Quocunque pergas, Et neantmoins tousjours est surentendue ceste preposition En. Mon livre est en quelque part, Mon maistre est allé en quelque part, En quelque part que tu sois, En quelque part que tu ailles.

En quelque part qu'il soit, Vbiubi, Vbiubi erit gentium, Vbicunque erit gentium.

Quelque part que soyons, Vbicunque erimus, sistas.

En autre part, Alibi, vel Aliubi.

Je suis envoyé autre part, Alio missus sum.

De quelque part, Alicunde.

De deux parts ou costez, Bipartito, vel Bipertito.

De toutes les deux parts, Alterutrinque, Vtrinque.

De toutes parts, Quaquauersus, vel Quaquauersum, Hinc et illinc, Circumquaque, Vndiquaque.

On le dit de toutes parts, Vulgo dicitur.

Elle est remplie de biens de toutes parts, Vndique referta bonis est.

De toutes parts et costez, Tout par tout, Vndique, Vsquequaque, Vndecunque, Vndique versus, Longe lateque.

Quelle part, Quorsum.

Nulle part, Nusquam, vel Nusquam gentium.

En nulle autre part du monde, Nec in alia parte terrarum.

Je n'iray nulle part, Nusquam pedem.

On ne le voit nulle part, Nusquam apparet.

La plus part, Plerique.

Ils sont empeschez la plus part du temps à, etc. Magnam partem in his partiendis et definiendis occupati sunt.

La plus grande part, Bona pars.

La plus part, ou tous, Plerique omnes.

La plus part demande cela, ou par commune voix, Vulgo homines illud requirunt.

La plus part de mon aage, Plurimum aetatis meae.

Pour la plus part, Ex magna parte.

¶ Prendre en bonne part, In optimam partem accipere, vel interpretari, Accipere aequo animo, Boni consulere.

¶ En diverses parts, Diverse.

A part, sont deux mots, et signifient separément, et par segregation d'avec autre chose, Separatim, Seorsum, comme en ces vers: Et plein de zele à part tu m'as rengé, Et comme tien des malins segregé. Et en consequence de ceste signification, se prend aussi pour, en secret, cachéement, Arcano, Secreto, comme, On a tiré leurs compagnons à part, et les a on interrogez, Seductis eorum comitibus atque interrogatis, Liu. lib. 23. Ainsi à part, Est seductim arcani tegendi causa.

Interroguer à part, Diuersos interrogare, B.

Parler ensemble à part, Extra turbam colloqui.

A part et non point devant tous, Priuatim.

Mettre à part, Seponere, Discludere, Secernere, vel Succernere.

Se retirer à part et soubtraire, Subtrahere se.

Faire quelque chose à part soy et tout seul, sans se mettre avec autruy, Aliquid secum agere.

part


PART, s. fém. [Le t final ne se pron. jamais.] 1°. Portion d'une chôse qui se divise entre plusieurs persones. "Voilà votre part: voici la miène. "Quand il y a tant d'héritiers, les parts sont petites. "Avoir part au profit. "Entrer en part, ou être de part avec quelqu'un, etc. = 2°. Chôse qui, sans être divisée peut se comuniquer à plusieurs persones. "Avoir part à la faveur, aux bones graces du Prince. "Tous les élus auront part à la béatitude éternelle, etc. = 3°. Persone, d'où vient une chôse. "De quelle part venz-vous, viènent ces nouvelles. "Allez-y de ma part. "Cela vient de bone part, etc. = 4°. L'intérêt que l'on prend à quelque chôse. "Je prends part à votre afliction. 5°. Lieu, endroit. Je vous suivrai quelque part que vous alliez. "J'ai lu cela quelque part. On ne le troûve nulle part.
   Rem. On l'employait aûtrefois au lieu de partie.
   Une si bone part d'une si belle nuit.
       Corneille.
  Une part de mes chiens se sépare de l' autre.
      Molière.
  Cette part de moi-même.
       La Motte.
On le disait aussi pour côté: "Des deux parts, des deux côtés.
   Et combien des deux parts l'amour et la fureur
   Etaleront ici de spectacles d'horreur.
       Corn.
La Fontaine dit aussi: de sa part, pour, de son côté.
On ne dit plus, en ce sens, que, de toute part, de tout côté. De part et d'autre. = Ce mot entre dans plusieurs expressions. = Avoir sa part d'une chôse. "Il est fâcheux que ces spectacles soient réservés pour la Chine, et que ces pays-ci n'en aient jamais eu leur part, dit ironiquement Fontenelle, en se moquant des merveilleûses observations astronomiques des Chinois. = Doner part et faire part ont deux régimes, le datif de la persone et l'ablatif de la chôse: le second est le meilleur. "Donez-moi, ou mieux encor, faites-moi part des nouvelles que vous avez reçûes. = On dit, avoir part à et avoir sa part de: le premier est plus noble que le second. "Il a eu part à cette intrigue. "Berwick se rendit à l'armée de Flandre, pour avoir sa part de la brillante journée de Steinkerque. Journ. de Lit. = On dit, prendre part à. "Je prends part, ou beaucoup de part à ce qui vient de vous arriver. Quelques Auteurs ont dit, contre l'usage, prendre part de: "Tout le monde s'est empressé d'en (d'y) prendre part. Journ. de Brux. = * Boileau dit, prétendre part à, ce qui n'est pas du moins de l'usage actuel.
   Mais chacun prétend part à cet illustre emploi.
= Prendre en bone ou en mauvaise part, bien ou mal interpréter ce qui se dit ou se fait. = On dit, à peu prês dans le même sens, qu'un mot se prend en bone ou en mauvaise part, qu' il se dit pour louer ou pour blâmer. = On dit, proverbialement, n' en pas jeter sa part aux chats, ou aux chiens; ne pas renoncer à un profit, à un avantage; y avoir des prétentions. — On dit aussi simplement, n'en quitter pas sa part: "Le Récipiendaire ayant assuré que son prédécesseur étoit un grand Homme, le Directeur lui répond la même chôse, et ajoute que le Récipiendaire pourrait bien être aussi une espèce de grand Homme, et que, pour lui Directeur, il n'en quitte pas sa part. Volt.
   On dit, indiféremment, de toute part, ou de toutes parts. Le premier me parait le meilleur: l'Acad. les met tous deux sans remarque. = On dit aussi, nulle part, et non pas, en nulle part. "L'Homme n'a nulle part de retraite plus tranquille, ni où il soit avec plus de liberté que dans son âme. Anon. = * Un Auteur anonyme dit, par quelque part, pour quelque endroit. "Le Ministre des Finances... doit toujours, par quelque part, mériter les malédictions des peuples. Cela ne se dit point. = À~ PART. Mettre, laisser à part. Il se met quelquefois après les noms: prévention à part; raillerie à part. — D'aûtrefois il se place devant, et même à la tête de la phrâse: il a alors le sens d'excepté. "À~ part quelques individus priviligiés, quel est l'homme pour qui le défaut de subsistance ne soit pas un objet intéressant. Briatte. = On dit, à part moi, à part vous: On ne dit point, à part eux, à part elles: on dit, à part soi. "Oh! oh! dit-il, à part soi, cet étranger donne dix mille piastres tout d'un coup: il faut qu'il soit bien riche. Volt. = On dit de part et d'autre: M. Linguet dit, d'une part et de l'aûtre, ce qui ne me parait pas aussi conforme à l'usage. "Nos héros des Îles semblent s'être endormis d'une part et de l'aûtre. = De part en part. D'une superficie à l'aûtre. "Il le perça de part en part.

Synonymes et Contraires

part

nom féminin part
1.  Partie d'un tout divisé.
2.  Ce qu'on apporte en partage.
Traductions

part

Anteil, Teil, Partie, Portion, Ration, Stückshare, piece, part, Parthian, portion, slice, party, wedgeaandeel, deel, portie, gedeelte, Part, onderdeel, rantsoen, stuk, taks, bijdrage, kant, zijdeחלק (ז), מנה (נ), פלג (ז), חֵלֶק, פֶּלֶגμερίδιοparte, porzione, quota, azioneقِسْمpodílandelparteosuusdio分け前aksjeczęśćparteдоляdelส่วนแบ่งpayphần份额дял (paʀ)
nom féminin
1. partie, morceau une part de gâteau
2. participer à qqch prendre part à une discussion
3. informer qqn de qqch
4. en ce qui me concerne
5.
a. à côté, à l'écart mettre qqch à part prendre qqn à part pour lui parler
b. en excluant, sauf Tout va bien, à part ça.
6. venant de qqn C'est gentil de sa part C'est de la part de qui ?
7. d'un côté... d'un autre côté...
8. de tous les côtés

part

[paʀ]
vb
voir partir
nf
(= fraction, partie) → part
Une part de frais est remboursable → Part of the costs is refundable.
Il y a une part de vantardise dans ce qu'il dit → There's an element of boasting in what he says.
pour une large part, pour une bonne part → to a great extent
une part de vérité → some truth
Tout mensonge comporte une part de vérité → Every lie has some truth in it.
une part de responsabilité dans qch → some responsibility for sth
(= portion) [gâteau, fromage] → piece, portion; (qui revient à qn)share
une part de gâteau → a piece of cake
sa part du gâteau (fig) → a slice of the cake
avoir sa part → to get one's share
Vous n'avez pas eu votre part → You haven't had your share.
la part du lion → the lion's share
se tailler la part du lion → to take the lion's share
à part entière [citoyen, membre, partenaire] → full
des partenaires à part entière du système éducatif → full partners in the education system
des tribunaux à part entière → courts in their own right
un membre à part entière → a fully paid-up member
à parts égales, à part égale → equally
(FINANCE)share, non-voting share
(= côté) de toute part, de toutes parts → from all sides, from all quarters
de part et d'autre → on both sides, on either side
d'une part ... d'autre part → on the one hand ... on the other hand
de part en part → right through
nulle part → nowhere
autre part → elsewhere
quelque part → somewhere
à part [vivre] → separately; [mettre] → aside; (employé comme préposition)apart from, except for
Ils sont tous venus, à part Christian → They all came, except Christian.; (employé comme adjectif) [sportif] → exceptional; [catégorie] → of its own
un statut à part → special status
revendiquer un statut à part → to claim special status
avoir un statut à part → to have special status
vivre dans un monde à part → to live in another world
(autres locutions) prendre qch en bonne part → to take sth well
prendre qch en mauvaise part → to take sth badly
faire la part des choses → to make allowances
faire la part du feu (fig) → to cut one's losses
faire la part (trop) belle à qn [+ homme] → to give sb more than his share; [+ femme] → to give sb more than her share
faire la part belle à qch → to place great emphasis on sth
prendre part à [+ débat] → to take part in; [+ soucis, douleur de qn] → to share
Il va prendre part à la réunion → He's going to take part in the meeting.
Nous prenons part à votre grande douleur → We share your grief.
faire part de qch à qn → to announce sth to sb, to inform sb of sth
pour ma part → as for me, as far as I'm concerned
de la part de (= au nom de) → on behalf of (= donné par) → from
Je dois vous remercier de la part de mon frère → I must thank you on behalf of my brother.
C'est un cadeau pour toi, de la part de Françoise → It's a present for you, from Françoise.
c'est de la part de qui? (au téléphone) → who's calling please?, who's speaking please?