partance

partance

n.f.
En partance,
sur le point de partir : Un train en partance pour Grenoble.

PARTANCE

(par-tan-s') s. f.
Terme de marine. Départ d'un bâtiment, d'une flotte.
Nous fîmes quatre partances, mais le vent nous refusa toujours [RETZ, IV, 345]
Je ne laisse plus l'espérance à personne que l'on puisse retarder la partance au delà de jeudi prochain [Mal D'ESTRÉES, 15 avr. 1680, dans JAL]
Coup de partance, coup de canon sans boulet qu'on tire pour avertir qu'on va mettre à la voile. Fig.
Il prétend que l'affaire des bulles est si bien disposée, que ce sera le coup de partance et le boute-selle pour venir à Grignan [SÉV., 24 juill. 1691]
Il se dit aussi fig. dans le langage général pour signal de départ. Huit heures sonnent, voilà le coup de partance. Bannière de partance, pavillon qu'on met à la poupe pour annoncer le départ. En partance, sur le point de partir. Point de partance, celui à partir duquel on commence à compter la route

ÉTYMOLOGIE

  • Partant 1.

partance

PARTANCE. n. f. T. de Marine. Départ d'une flotte, d'un vaisseau ou d'un autre bâtiment. Il ne se dit plus guère que dans l'expression : Un paquebot en partance.

partance


PARTANCE, s. f. [2e lon. 3ee muet] Départ. Il n'est plus usité dans le st. sérieux qu'en termes de Marine. "Jour de partance. On le dit aussi dans le st. famil. "Il prétend que l'afaire des Bulles est bien disposée, et que ce sera le coup de partance et le boute-selle. Sév.

Traductions

partance

(ɑ̃paʀtɑ̃s)
adverbe
prêt à partir l'avion en partance pour New York

partance

[paʀtɑ̃s] nf
en partance [avion, bateau, train, personne, touriste, passager] → outbound, departing
en partance pour → departing for, bound for