partir

(Mot repris de partions)

partir

v.i. [ du lat. partiri, partager ]
1. Quitter un lieu : Elle part de chez elle à huit heures du matin s'en aller ; rentrer
2. (de) Avoir son origine, son point de départ : La Dordogne part du Massif central. La dispute est partie d'un malentendu naître, venir de
3. Se mettre en marche ; commencer à fonctionner : Le coup de feu est parti tout seul. Sa moto part difficilement démarre
4. S'enlever, disparaître : Les traces de calcaire sont parties grâce à ce détergent.
À partir de,
à dater de, depuis ; en prenant cela comme point de départ : À partir de la semaine prochaine, ce magasin ouvrira le dimanche. Nous avons toutes les tailles à partir du 36.
C'est parti,
Fam. l'action, l'affaire est commencée : C'est parti, nous verrons si c'est efficace.
Être mal parti,
Fam. commencer mal : La réunion est mal partie.
Partir d'un éclat de rire,
rire tout à coup aux éclats.

partir


Participe passé: parti
Gérondif: partant

Indicatif présent
je pars
tu pars
il/elle part
nous partons
vous partez
ils/elles partent
Passé simple
je partis
tu partis
il/elle partit
nous partîmes
vous partîtes
ils/elles partirent
Imparfait
je partais
tu partais
il/elle partait
nous partions
vous partiez
ils/elles partaient
Futur
je partirai
tu partiras
il/elle partira
nous partirons
vous partirez
ils/elles partiront
Conditionnel présent
je partirais
tu partirais
il/elle partirait
nous partirions
vous partiriez
ils/elles partiraient
Subjonctif imparfait
je partisse
tu partisses
il/elle partît
nous partissions
vous partissiez
ils/elles partissent
Subjonctif présent
je parte
tu partes
il/elle parte
nous partions
vous partiez
ils/elles partent
Impératif
pars (tu)
partons (nous)
partez (vous)
Plus-que-parfait
j'étais parti
tu étais parti
il/elle était parti/partie
nous étions partis
vous étiez partis
ils/elles étaient partis/parties
Futur antérieur
je serai parti
tu seras parti
il/elle sera parti/partie
nous serons partis
vous serez partis
ils/elles seront partis/parties
Passé composé
je suis parti
tu es parti
il/elle est parti/partie
nous sommes partis
vous êtes partis
ils/elles sont partis/parties
Conditionnel passé
je serais parti
tu serais parti
il/elle serait parti/partie
nous serions partis
vous seriez partis
ils/elles seraient partis/parties
Passé antérieur
je fus parti
tu fus parti
il/elle fut parti/partie
nous fûmes partis
vous fûtes partis
ils/elles furent partis/parties
Subjonctif passé
je sois parti
tu sois parti
il/elle soit parti/partie
nous soyons partis
vous soyez partis
ils/elles soient partis/parties
Subjonctif plus-que-parfait
je fusse parti
tu fusses parti
il/elle fût parti/partie
nous fussions partis
vous fussiez partis
ils/elles fussent partis/parties

PARTIR1

(par-tir) v. a.
Diviser en plusieurs parts (terme vieilli).
Aussi rien n'est parti si bien par la nature, Que le sens, car chacun en a sa fourniture [RÉGNIER, Sat. IX]
...Ces gens, gais et joyeux, Sont sur le point de partir leur chevance [LA FONT., Orais.]
Fig. Avoir maille à partir avec quelqu'un, avoir quelque démêlé avec lui (seule locution où partir soit encore employé, et qui signifie au propre avoir un sou à partager).
Et l'on nous voit sans cesse avoir maille à partir [MOL., l'Ét. I, 9]
(voy. MAILLE 3).

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. PARTIR 2, qui est le même que partir 1 ; l'historique montrera comment les deux significations vont de l'une à l'autre. Partir, fort peu usité aujourd'hui au sens de partager, a conservé ce sens dans les composés départir, répartir.

PARTIR2

(par-tir) , je pars, tu pars, il part, nous partons, vous partez, ils partent ; je partais ; je partirai ; je partirais ; je partis, nous partîmes ; pars, qu'il parte, partons, partez, qu'ils partent ; que je parte, que nous partions, que vous partiez ; que je partisse ; partant, parti v. n.
Quitter un lieu, s'en aller d'un lieu.
Nous partîmes cinq cents, mais par un prompt renfort Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port [CORN., Cid, IV, 3]
Il veut partir à jeun ; il se peigne, il s'apprête [BOILEAU, Lutr. v.]
Vous voulez que je parte demain ; Et moi j'ai résolu de partir tout à l'heure [RAC., Bérén. v, 5]
Partez, enfants d'Aaron, partez ; Jamais plus illustre querelle De vos aïeux n'arma le zèle.... C'est votre roi, c'est Dieu pour qui vous combattez [ID., Ath. IV, 6]
On est ordinairement moins fâché quand on part que quand on voit partir [STAAL, Mém. t. I, p. 88]
Allez, je vous bénis ; partez, âme chrétienne [P. LEBRUN, M. Stuart, v, 4]
Fig.
Par leur conseil [de personnes pieuses] je laisse partir cet écrit pour l'aller joindre aux autres discours qui ont déjà paru sur ce sujet [BOSSUET, Coméd. 1]
Allez, partez, mes vers, dernier fruit de ma veine [BOILEAU, Ép. x.]
Terme de marine. Quitter un port, une rade, commencer une navigation, s'éloigner d'un pays.
Partir se dit quelquefois pour mourir.
C'est la règle et la raison, ma fille, que je parte la première ; et Dieu.... sait bien avec quelle instance je lui demande que cet ordre s'observe en moi [SÉV., 397]
Je suis une pauvre vieille, qui n'est plus bonne à rien et qui partira bientôt [MAINTENON, Lett. à la reine d'Espagne, 1711, t. VIII, p. 65, dans POUGENS.]
Fig. Il se dit de l'argent qu'on dépense et qui semble partir.
Je me trouvai le soir à Meudon, où je dépensai le peu qui me restait, hors dix creutzers qui partirent le lendemain à la dînée [J. J. ROUSS., Confess. IV]
Partir se dit des hommes, des animaux qui quittent précipitamment un endroit. Au moindre signe il part comme l'éclair.
La colombe l'entend, part, et tire de long [LA FONT., Fabl. II, 12]
Il [le lièvre] partit comme un trait ; mais les élans qu'il fit Furent vains.... [ID., ib. VI, 10]
Partir du pied droit, du pied gauche, commencer à marcher par le pied droit, par le pied gauche. Ce n'est pas tout de courir, il faut partir à temps.
Rien ne sert de courir ; il faut partir à point [LA FONT., Fabl. VI, 10]
Terme de manége. Partir juste, entamer l'allure du galop sur le pied de devant. Partir de pied ferme, faire partir le cheval du pas au galop. Partez ! Mot que prononce le maître d'académie quand il veut que l'élève aille le galop. Partir de la main, rendre tout à coup la main au cheval afin qu'il prenne le galop. Ce cheval part bien de la main, il prend bien le galop dès qu'on lui baisse la main. Fig. et familièrement. Il part de la main, se dit d'un homme qui fait avec promptitude ce qu'on lui demande. S. m. Le moment où le cheval part pour se porter en avant. Ce cheval a le partir prompt. Un beau partir, la course qu'on fait faire au cheval sur une ligne droite, sans qu'il s'en écarte ou se traverse.
Terme de musique. Commencer.
Çà, comptez bien vos temps pour partir cette fois, C'est vous qui commencez ; allons, vite : un, deux, trois ; Partez donc, partez donc, musicien barbare [REGNARD, Fol. amour. II, 7]
Fig. Partir d'un grand éclat de rire, rire tout à coup avec éclat.
En parlant des choses, sortir avec impétuosité.
Quand tout cédait à Louis et que nous crûmes voir revenir le temps des miracles où les murailles tombaient au bruit des trompettes, tous les peuples jetaient les yeux sur la reine, et croyaient voir partir de son oratoire la foudre qui accablait tant de villes [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Le coup qui l'a perdu n'est parti que de lui [RAC., Andr. III, 3]
Quand la foudre s'allume et s'apprête à partir [ID., Alex. I, 1]
C'est l'éclair qui paraît, la foudre va partir [VOLT., Oreste, II, 7]
Il se dit dans un sens ana logue des choses intellectuelles, morales.
Cela partit plus vite qu'un trait, et nous en rîmes tous plus ou moins [SÉV., 510]
Elle abondait en saillies charmantes qu'elle ne recherchait point, et qui partaient quelquefois malgré elle [J. J. ROUSS., Conf. IX]
À l'instant mon imagination part comme un éclair, et me dévoile tout le mystère d'iniquité [ID., ib. X]
Du sein de ces assemblées, qu'un mouvement confus sépare et renouvelle sans cesse, partent mille traits ingénieux ou sanglants contre ceux qui paraissent à la promenade avec un extérieur négligé [BARTHÉL., Anach. ch. 20]
Il se dit des armes de jet ou des armes à feu. Le fusil a parti tout à coup.
À peine du palais il sortait dans la rue, Qu'une flèche a parti d'une main inconnue [CORN., Sur. v, 5]
Terme de cuisine. Faire partir des haricots, les faire bouillir, les faire crever. Terme de métier. Faire partir la pierre, la séparer et l'ouvrir avec des coins de fer.
Prendre pour point de départ d'un discours, d'un raisonnement, etc.
Il faut partir de l'état où est notre être pour connaître quels sont ses plaisirs [MONTESQ., Goût, plaisirs de l'âme]
Partant de cette supposition [BUFF., Théor. terr. part. hyp. Œuv. t. IX, p. 212]
Il est impossible de raisonner avec eux ; car je pars d'un principe.... [VOLT., Dial. XXIX, 3]
Un autre que vous serait parti de là pour renchérir sur les médisances de la comtesse [SAURIN, Mœurs du temps, 1]
10° Tirer son origine, avoir son commencement, avec un nom de chose pour sujet. Les nerfs qui partent du cerveau.
Des vingt-cinq portes de chaque côté du carré partaient autant de rues qui aboutissaient aux portes du côté opposé, de sorte qu'il y avait cinquante rues qui se coupaient à angles droits [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. II, p. 26, dans POUGENS]
La différence la plus remarquable qu'il y ait entre le duc commun et le duc de la baie d'Hudson, c'est que les aigrettes partent du bec au lieu de partir des oreilles [BUFF., Ois. t. II, p. 133]
11° Provenir, émaner, en parlant de rayons, de lumière, de sons, de mouvements. Les sons partaient d'un point éloigné. Les vibrations partent de ce point.
De lui [soleil] partent sans fin des torrents de lumière [VOLT., Henr. VII]
Déjà je le traînais.... Vers les lieux d'où partait cette faible lumière [ID., Sémir. v, 6]
Il n'y a que l'expérience qui puisse l'accoutumer [l'homme] à juger de la distance qui est entre lui et l'endroit d'où part le bruit [CONDIL., Conn. hum. sect. 6]
Un cri part, et soudain voilà que par la plaine Et l'homme et le cheval emportés, hors d'haleine.... Volent avec les vents [V. HUGO, Orientales, Mazeppa.]
12° Fig. Provenir, par une sorte d'origine que l'on compare à celle des choses physiques.
Celles-là [lettres] ne partaient que de mon esprit ; celles-ci partent de mon cœur [VOIT., Lett. 15]
Périsse mon amour, périsse mon espoir, Plutôt que de ma main parte un crime si noir ! [CORN., Cinna, III, 3]
Votre compassion.... Part d'un bon naturel [LA FONT., Fabl. I, 22]
Les chagrins qui partent de l'amitié que j'ai pour vous, me sont plus agréables que toute la fausse paix d'une ennuyeuse absence [SÉV., 18 sept. 1679]
De telles vengeances rudes et basses [rigueurs contre Fouquet] ne sauraient partir d'un cœur comme celui de notre maître [le roi] [ID., 21 déc. 1664]
Mon malheur est parti d'une si belle cause ? [RAC., Mithr. IV, 2]
On ne sait point d'où part ce dessein furieux [ID., Phèdre, v, 5]
Les vices partent d'une dépravation du cœur ; les défauts, d'un vice de tempérament ; le ridicule, d'un défaut d'esprit [LA BRUY., XII]
Je t'entends ; son arrêt est parti de ta bouche [VOLT., Fanat. IV, 3]
C'était un étrange contraste que du sein d'une cour voluptueuse où régnaient la douceur des mœurs, les grâces, les charmes de la société, il partît des ordres si durs et si impitoyables [ID., Louis XIV, 36]
Le trait de lumière qui éclaire aujourd'hui le monde [savoir que la terre tourne autour du soleil] partit de la petite ville de Thorn [patrie de Copernic] dans la Prusse polonaise, dès le milieu du XVIe siècle [ID., Mœurs, 178]
Fig. et populairement. Cela part de sa boutique, cela vient de lui (en mauvaise part).
13° Fig. Être produit.
Peut-être jamais deux pièces [Mélite et Clitandre] ne partirent d'une même main plus différentes et d'invention et de style [CORN., Préf. de Clitandre.]
Toutes les parties dont l'œil est composé ont un rapport si juste et si sagement proportionné à l'action de la lumière, que la lumière et les yeux sont visiblement faits l'un pour l'autre, et partent d'une même main [MALEBR., Rech. vér. Éclairc. sur la lum. t. IV, p. 414, dans POUGENS.]
Tel ouvrage qui est fort médiocre, n'a pu partir que d'un génie sublime, et tel autre ouvrage qui est assez beau a pu partir d'un génie assez médiocre [FONTEN., Vie de Corn.]
14° À partir de, loc, prép. À dater de, en commençant à.
C'est à partir de la prédication de l'Évangile que la face du monde a été renouvelée [CHATEAUBR., Génie, IV, VI, 13]
À partir de là, loc. adv. En supposant telle chose ; depuis ce moment.
Puis au partir de là vous disent.... [RÉGNIER, Sat. II]
15° Au partir de, au moment du départ (locution où l'infinitif partir est pris substantivement).
Plus belle qu'elle n'était au partir de Londres [HAMILT., Gramm. 10]
Soucis cuisants au partir de Caliste Jà commençaient à me supplicier [J. B. ROUSS., Ép. I, 7]
Au partir de cette fontaine on les mena voir une prison d'hommes, où tous étaient tenus les pieds dans des ceps d'or [P. L. COUR., Trad. d'Hérod.]

REMARQUE

  • 1. Partir prend l'auxiliaire avoir quand on veut exprimer l'action de partir, et l'auxiliaire être quand on veut marquer l'état du sujet parti. Je m'approche d'un chasseur, je lui demande quand le lièvre a parti. Il me répond : Il y a longtemps qu'il est parti.
  • 2. Il ne faut pas dire : partir à la campagne, partir en Italie, mais partir pour la campagne, pour l'Italie.
  • 3. On ne dit pas non plus partir en voyage ; mais simplement partir, ou partir pour un voyage.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    [Que] nuls ne lait [laisse] sun hume de li partir, puisqu'il est reté [en accusation] [, Lois de Guil. 47]
    Al plus espais [de la mêlée] les rompent et partissent [séparent] [, Ch. de Rol. CCLVII]
  • XIIe s.
    Mort [il] le trebuche, l'ame s'en est partie [, Ronc. p. 58]
    Par sous le coute, [la main] lui fu du cors partie [coupée] [, ib. p. 115]
    Et s'il est riens qui m'en puisse partir [séparer] [, Couci, VIII]
    Que ferai, Diex ? me partirai de lui [elle] ? [, ib. IX]
    De ceste amour qui tant me fait pener, Ne voi-je pas com je puisse partir [, ib. X]
    Je ne m'en puis partir ne traire ariere [, ib. XVIII]
    Tuit sont parti de moi joieus talent [désirs] [, ib. XX]
    Je ne tieng pas l'amour à droit partie [partagée], Dont il convient mourir ou trop aimer [, ib. XX]
    Partir m'estuet [il me faut partir] de vous sans demorer [, ib. XXIV]
    Mais nul partir, sachez, quoi que nuls die, N'est douloureus que d'ami et d'amie [, ib. XXIV]
    Peu aime son seigneur.... Qui par fausse ochoison de lui servir se part [, Sax. XI]
    Lors [ils] sauront comme Charles nous a le jeu parti [, ib. XXIV]
    La parole est finée, et li conseils se part [, ib. XXIX]
  • XIIIe s.
    Tous li clergés et li homme d'eage Partiront [auront leur part] tout à cest pelerinage [QUESNES, Romancero, p. 94]
    Nous la partirons par mi ; si en prendrés la moitié et nous l'autre [VILLEH., XLIX]
    ....Se [vous] saviez orendroit à quel meschief je sui, li cuers vous partiroit [, Berte, XXVIII]
    Au partir l'a li rois mout doucement baisie [, ib. LXXII]
    Se d'ilec [le renard] se veut departir, De sa qeue l'estuet partir [se séparer de sa queue, la perdre] [, Ren. 1204]
    Vente ne doit nul guerredon, Ni affiert graces ne merites ; L'ung de l'autre se part tous quites [, la Rose, 10818]
    Et après les gardes dou champ les deivent mener [les champions] à une part dou champ, et partir [partager] leur le soleil [, Ass. de J. 153]
    Lors a songié un songe dont moult s'esmerveilloit ; Vit le ciel aovrir et terre qui partoit [, Ch. d'Ant. VI, 245]
    Et li enfant du second mariage, né comme loiel oir [hoirs loyaux], partiroient [auraient part] au descendement de lor pere et de lor mere [BEAUMANOIR, XVIII, 18]
    Et il me distrent : Sire, le jeu nous est mal parti [inégal] [JOINV., 277]
    Et pour ce vaut il miex, si comme il me semble, que nous le façons occirre, avant qu'il nous parte des mains [ID., 244]
  • XIVe s.
    Ton empire biparti, c'est à dire party en deux [ORESME, Thèse de MEUNIER.]
  • XVe s.
    Endementres que ces gens d'armes.... s'appareilloient, et qui premier avoit fait premier partoit.... [FROISS., II, III, 53]
    Et souvent leur avenoient de belles aventures et perilleuses, desquelles ils se partoient à leur honneur [ID., I, I, 130]
    Et fut la cité de Tournay partie [partagée] pour loger les seigneurs [ID., II, II, 203]
    Quant ilz furent assemblez et tous venus, et que les maistres du tournoy eurent party [partagé le champ] [, Perceforest, t. IV, f° 4]
    Qui a à partir a à marrir [à s'affliger] [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 379]
  • XVIe s.
    Voyant que là n'estoyent que troys tigneux et ung pelé de legistes, se partit dudict lieu [RAB., Pant. II, 5]
    La nymphe Ora avoyt le cors my parti en femme et en andouille [ID., ib. IV, 38]
    La plume blanche par dessus, mignonnement partye à paillettes d'or [ID., Garg. I, 56]
    Je connois bien, depuis que je suis partie de vous, qu'il n'est nulle pire prison que d'ung corps eslongnant les lieux où son cueur est aresté [MARGUER., Lett. 66]
    Il avisa qu'elle n'avoit pas l'anneau qui jamais ne lui partoit du doigt [ID., Nouv. VIII]
    Vostre estre est egalement party à la mort et à la vie [MONT., I, 85]
    Ces façons partent plustost de folie que de vraye raison [ID., I, 120]
    Nous partons le fruict de nostre chasse avecques nos chiens [ID., II, 170]
    Nous ne faisons que partir [nous sortons] de boire, toutefoys.... [DESPER., Cymbal. 79]
    Cela faict, Theseus se partit pour aller combattre le taureau de Marathon [AMYOT, Thés. 16]
    Puis en partissant au sort les charges de la chose publique avec son compagnon, il luy escheut de faire la guerre à Philippus [ID., Flamin. 3]
    Il partiroit un œuf en deux, une maille en deux [H. EST., Précell. p. 77 et 78]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, parti, paûrti ; Berry, partir, partager ; provenç. et espagn. partir ; ital. partire, du lat. partiri, dénominatif de part-em, diviser en plusieurs parts (voy. PART 2). Partir a essentiellement, comme on voit dans l'historique, le sens de partager, diviser, séparer ; de là se partir, et, neutralement, partir a passé sans peine à la signification de se séparer d'un lieu, quitter un lieu ; comparez sortir.

partir

PARTIR. (Je pars; nous partons. Je partais. Je partis. Je suis parti. Pars. Parlons. Que je parte. Que je partisse.) v. intr. Quitter un lieu pour se diriger vers un autre. Nous partons pour la promenade. Il est parti de Paris. Il vient de partir pour Rome. Il partira dans trois jours pour la campagne. Il serait parti aujourd'hui, sans une affaire qui lui est survenue. Il ne fait que de partir. Vous n'avez pas été plus tôt parti qu'il est arrivé. Le train part à telle heure. Ce navire partira bientôt. Vous partez bien vite. Il est parti il y a huit jours.

Il signifie aussi Se mettre à courir; et, en parlant des Animaux, des oiseaux, Prendre sa course, son vol. Au moindre signe, il part comme l'éclair. Dès que le signal a été donné, il est parti comme un trait. Le chien a fait partir la perdrix.

En termes de Manège, Ce cheval part bien de la main, Dès qu'on lui baisse la main, il prend bien le galop.

PARTIR signifie, en termes de Musique, Commencer à jouer, à chanter. Les violons ne sont pas partis en mesure. Les choeurs sont partis en retard.

Fig., Partir d'un éclat de rire, d'un grand éclat de rire, Rire tout à coup avec éclat.

PARTIR, en parlant des Choses, signifie Sortir avec impétuosité. Le bouchon est parti tout seul. Fig., Ce mot est parti plus vite que je n'aurais voulu.

Il se dit également des Armes à feu dont le coup part, d'un ressort qui se détend brusquement, etc. Les fusils partent. Faire partir un ressort.

PARTIR signifie aussi, en parlant des Choses, Tirer son origine, avoir son commencement. Tous les nerfs partent du cerveau. Toutes les artères partent du coeur. C'est de cette montagne que part la source du fleuve. Cette rue part de telle place et aboutit à telle autre.

Fig., Il est parti de rien, Il est d'une basse origine.

PARTIR signifie, figurément, Émaner. Ce conseil ne part pas de lui. Cet avis est parti de bon lieu. Tout ce qui part de son esprit a de l'originalité. Cela part d'un bon coeur, d'un bon naturel. Ce langage part du coeur. Cela part d'un mauvais principe.

Fig., Partir d'un principe, Poser ou admettre un principe et raisonner en conséquence. Dans cette discussion, il est parti d'un bon, d'un faux principe. On dit à peu près dans le même sens : Partir d'un point, d'une donnée. Partons de là. Partant de là, je conclus.

PARTIR s'emploie substantivement en termes de Manège. Le partir du cheval. Ce cheval a le partir prompt, a de la grâce au partir.

À PARTIR DE, loc. prépositive. À dater de; en commençant à. À partir du règne de Louis le Gros, les communes ont commencé à être affranchies de la féodalité. À partir d'aujourd'hui, soyez plus exact. À partir du troisième acte, l'intérêt de cette pièce va en s'affaiblissant.

À partir de là, En supposant telle chose. Vous prétendez que l'homme n'est pas libre; à partir de là, nos actions ne seraient ni bonnes, ni mauvaises. Il vieillit.

PARTIR était autrefois transitif et signifiait Diviser en plusieurs parts. On ne l'emploie plus guère en ce sens qu'à l'infinitif dans cette phrase figurée : Avoir maille à partir avec quelqu'un, Avoir avec lui quelque démêlé.

Le participe passé est encore usité en termes de Blason et signifie Qui est divisé perpendiculairement en parties égales. Il se dit de l'Écu. Il porte parti d'or et de gueules. On le dit aussi en parlant d'un Aigle à deux têtes. Il porte de sable à l'aigle d'or au chef parti. Voyez MI-PARTI et PARTIE, adj.

partir

Partir, actiu. acut. C'est mettre et diviser quelque chose en plusieurs parties, comme partir une succession en deux, trois ou plus grand nombre de parts, Familiam in duas partes aut plures herciscere, partiri. diuidere, Partir aussi en ceste signification se prent passivement c'est à dire pour estre parti et divisé, et recevoir division, comme au 1. chap. Art. 46. Des coustumes de Paris Franc aleu auquel y a justice, censive ou fiefs mouvans de luy, se partit comme fief noble, mais où il n'y a fiefs mouvans de luy, justice ou censive, se partit roturierement, si mieux on n'ayme dire, se partir estre la voix passive de partir, comme il fait, Facit, il se fait, Fit, et semblable. Partir, aussi est desloger d'un lieu, Discedere ex aliquo loco, comme, Quand je parti de Paris pour aller à Lyon, Cum Lutetia discessi Lugdunum proficiscens.

Partir en deux, Bipartiri, vel Bipertiri.

Partir en deux ou plusieurs parties, Dispartiri.

Partir quelque charge avec un autre, Factum cum aliquo diuidere.

Partir ou separer une chose, ou plusieurs en diverses parties, et faire que l'une aille ça et l'autre la, Diducere.

Parti en plusieurs parts, Multipartitus.

Parti en trois, Tripartitus, vel Tripertitus.

Les juges sont partis, c. divisez en deux opinions differentes, dont l'une a autant de voix que l'autre, Bipartitae et aequatae sunt iudicum sententiae.

¶ Estre partis, ou autant d'une opinion que d'autre, Calculos aequare. B.

Les juges sont departis, Iudices adaequarunt. B.

Le proces est parti, Consilij studia in duas partes diducta, in sententiis adaequauerunt, Ancipiti certamine dirempta est disceptatio, et calculi iudicium adaequauerunt, Ad colophonem rem deduxerunt, Ex quo res infecta ad colophonem rediit, ita res iudicanda catastrophen colophoniam habuit, cuius anxia et solicita expectatio, litigantium contentionem ambiendique necessitatem redintegrauit. B.

partir

se Partir de quelque lieu, Mouere se loco, vel ex loco discedere. Excedere, Proficisci.

Tu ne faisois hier que de partir, quand, etc. Commodum discesseras heri quum, etc.

Apres qu'il fut parti, ou qu'il eut deslogé de Causius, Postquam ille Causio mouerat.

Partez d'icy, Abite hinc, Auferre vos hinc.

Partir de quelque lieu à la course, Cursu contendere alicunde.

Se partir viste, Auolare.

Partir de la main, est une maniere de parler, appropriée aux chevaux qui courent, comme, Il part bien de la main. c. il est prompt, il prent bien sa carriere au lascher des renes. Et cela semble estre ainsi dit par ce qu'au cheval qu'on veut faire courir, on abbaisse la main dont on le tient arrené et sur bride.

Partir du poing, est pareillement une phrase appropriée aux oiseaux de proye qu'on porte sur le poing, et signifie s'eslancer promptement du poing du fauconnier pour voler. Ainsi dit on quand l'Aigle part du poing, et vole autour d'iceluy, ou en terre, c'est signe qu'elle est fugitive.

Se partir d'aucun, Ab aliquo abire.

Ne partir jamais d'avec aucun Lateri alicuius adhaerere, A latere Nunquam discedere.

Se departir de la presence d'aucun, Discedere e conspectu alicuius.

Se partir de Rome, Excedere Roma.

Se partir d'avec quelqu'un sans qu'il en voye rien, Surripere se alicui.

Se partir d'un lieu et se cacher, E medio discedere.

Se partir ou s'en aller sans avoir rien fait de son entreprinse, Irrito incoepto abscedere.

Cetuy se part de là incontinent, Procedit iste repente e loco.

Qui part et s'en va, Abiens abeuntis.

Elle se partit de là qu'elle estoit ja grandelette, Profecta est illinc grandiuscula.

partir


PARTIR, v. n. [Parti.] Je pars, nous partons, je partois, ou partais; je partis; je suis parti; je partirai; je partirois, ou partirais;pars; que je parte; je partisse; partant, parti. = Quelques-uns, ou par ignorance, ou par inadvertance, disent j'ai parti, au lieu de, je suis parti. "Il n'arriva qu'un jour après, quoique le premier eût (fût) parti deux jours auparavant. Anon. Ce verbe prend toujours être pour auxiliaire dans ses tems composés.
   PARTIR, c'est se mettre en chemin, comencer un voyage. "Il vient de partir pour Paris. "Il partira demain. Il est parti la semaine passée. = Avec la négative et la prép. de, il signifie ne pas bouger d'un endroit. "Il ne part point de l'Église. Trév. = L' Acad. avait mis: il n'a point parti de là depuis trois heures. À~ ce compte là, partir prendrait, en ce sens, l'auxiliaire avoir; mais on a retranché cet exemple dans la dernière édit. = Ce verbe régit la prép. de pour le lieu qu'on quitte, et pour avec l'acusatif pour l'endroit où l'on va. "Il est parti de Paris pour Rome. * Le P. Bârre met à la place du 2d régime la prép. à "Le Pape fit partir aussi Brunon à Cologne. Hist. d'Allem. Dites, pour Cologne.
   PARTIR se dit aussi des chôses inanimées. = Sortir avec impétuosité. "La bombe qui part du mortier, la foûdre de la nûe. "Le trait partit avec tant d'impétuosité que etc. "J' ai vu partir le coup. = Tirer son origine de... "Tous les nerfs partent du cerveau, toutes les artères du coeur. = Figurément, en chôses morales, émaner: "Cela part d'un bon coeur, d'un mauvais principe, de bonne main. = Figurément, aussi, apliqué aux persones, conclure, se prévaloir de... "Rollon partit de cette convention pour les soumettre (les divers Comtes, qui s'étaient partagés la Bretagne) et pour exiger leur hommage. Moreau. = À~ partir de, en començant à... "À~ partir du règne de Louis le Bègue, on ne voit plus aucune trace de la juridiction des Missi. MOREAU. "Ils n'ont été admis à un partage dans les bénéfices, qu'à partir d'une somme supérieure de quelques millions au prix du bail. Necker. = Cet adverbe est un néologisme. Il parait plus du style familier que du haut style.
   PARTIR est s. m. en termes de Manège. "Le partir du cheval. "Faites atention au partir.

Traductions

partir

abreisen, fortgehen, abfeuern, abschießen, abfahren, aufbrechen, losgehen, abkommen, fortfahren, gehen, wegfahren, weggehendepart, leave, go away, absent onself, discharge, fire, fire off, start off, start out, drive off, go, start, come out, go off, absent onself from, drive away, set going, set offweggaan, vertrekken, afgaan, starten, afvuren, losbranden, opstappen, tijgen, aandegangbrengen, opweggaan, zichverwijderen, aanslaan, beginnen (met), exploderen, verdwijnen, verlaten, uittrekken, aan de gang brengen, afrijden, op weg gaan, uitlopen, uitvaren, wegrijden, zich verwijderenהלך (פ'), הסתלק (התפעל), התחפף (התפעל), התקפל (התפעל), יצא (פ'), מש (פ'), נסע (פי קל), נשא רגליו, עזב (פ'), עקר את רגליו, פיזר את רגליו, פרש (פיעל), נָסַע, פֵּרֵשׁ, עָזַב, הִסְתַּלֵּק, מָשׁ, יָצָאafry, aftrek, afvuur, vat, vertrekcomençar, engegar-seafrejse, affyre, afgå, go ud, rejse bort, forlade, gå vækekfunkcii, ekiri, ekpafi, ekvoji, foriri, forveturi, startiirse, partir, arrancar, ausentarse, salir, dejarfarapartire, andarsene, venir viaabaetere, abire, abitere, abscederedra bort, dra, reise, stikkeusunąć, wyjechać, odejśćpartir, afastar-se, arrancar, ausentar-se, pôr-se a caminho, pôr-se em marcha, pôr-se em movimento, retirar-se, deixar, ir emborapleca, se îndepărtage sig iväg, avgå, försvinna, lämnabırakmak, ayrılmak, yola çıkmakφεύγω, αναχωρώуезжать, отправляться, покидать, уходитьيَتْرُكُ, يَرْحَلُ, يُغَادِرُodejít, odjetlähteä, poistuanapustiti, odlaziti, otići出発する, 立ち去る떠나다, 출발하다ไปให้พ้น, ออกจาก, ออกเดินทาง, ออกจากdời đi, khởi hành, ra đi出发, 离开, 走开 (paʀtiʀ)
verbe intransitif
1. quitter un lieu partir d'un endroit Elle est déjà partie. partir en voyage partir en courant
2. commencer à être parti pour gagner
3. être lancé Le coup est parti.
4. disparaître La tache est partie.
5. commencer par, avoir comme point de départ partir d'une histoire vraie
6. dès, depuis à partir de vingt heures

partir

[paʀtiʀ] vi
(aller vers un lieu)to go
J'aimerais partir quelque part au soleil → I'd like to go somewhere sunny.
partir en vacances → to go on holiday
partir faire du ski → to go skiing
partir pour → to go off to
Si vous partez pour un long voyage, n'oubliez pas de → If you go off on a long trip, don't forget to ..., If you go away on a long trip, don't forget to ...
Ils sont partis hier pour le Japon → They went off to Japan yesterday.
partir à → to go to
Il est parti à Londres pour apprendre l'anglais → He's gone to London to learn English.
(quitter un lieu)to go, to leave
Partez, vous allez être en retard → You should go, or you'll be late., You should leave, or you'll be late.
Je peux partir? → Can I go now?, Can I leave now?
Il est parti à sept heures → He left at 7 o'clock., He went at 7 o'clock.
Je lui ai téléphoné mais il était déjà parti → I phoned him but he'd already gone., I phoned him but he'd already left.
partir de → to leave
Il est parti de Nice à sept heures → He left Nice at 7 o'clock.
(s'éloigner d'un lieu) → to go away, to go off; (en voiture) → to drive away, to drive off
Ils sont partis à toute allure → They drove off at high speed.
partir en courant → to run away
(= commencer) partir de [+ hypothèse, principe] → to start from; [+ élément d'une suite] → to start from
la numérotation part de la première page de texte → the numbering starts from the first page of the text
partons du troisième chapitre → let's start from chapter three
[moteur] → to start
[pétard] → to go off
[bouchon, toute pièce insérée] → to come out
[bouton, toute pièce attachée ou fixée] → to come off
[tache, marque] → to come off
(autres locutions) à partir de, à partir de ce moment → from then on
Je serai chez moi à partir de huit heures → I'll be at home from eight o'clock onwards.
À partir de Verneuil, c'est plus boisé → After Verneuil, it's more forested.
à partir de 3 millions d'euros → from 3 million euros upwards
C'est fait à partir de graisse de marmotte → It's made from marmot fat.
À partir de là, tout est possible → If that's the case, anything's possible.