partisan

1. partisan, e

n. [ it. partigiano, de parte, parti ]
1. Personne dévouée à un idéal, à qqn : Les partisans de la privatisation d'une entreprise adepte, défenseur
2. Combattant volontaire n'appartenant pas à une armée régulière : « Le Chant des partisans » de Kessel.
adj.
(de) Favorable à : Elle est partisane d'une réforme de l'enseignement.
Remarque: Le féminin partisante est familier.

2. partisan, e

adj.
Qui est de parti pris, inspiré par l'esprit de parti : Des querelles partisanes les ont divisés.

PARTISAN

(par-ti-zan) s. m.
Celui qui est attaché à une personne, à un parti.
Combien le prince a-t-il d'aveugles partisans ? [CORN., Nicom. IV, 1]
Gilotin en gémit, et, sortant, de fureur, Chez tous ses partisans va semer la terreur [BOILEAU, Lutr. I]
Je soupçonne et Ménas et Lélie, Les partisans des rois et de la tyrannie [VOLT., Brut. IV, 7]
Les lullistes appellent les partisans de Rameau les ramoneurs [ID., Lett. en vers et en prose, 53]
Un petit partisan de Locke était là tout près [ID., Micromégas, 7]
Boursault avait des partisans qui le préféraient à Molière [MARMONTEL, Œuv. t. IV, p. 407]
Au féminin. Partisane, celle qui est attachée au parti de quelqu'un, qui en prend la défense.
Elle [Mme du Chatelet] vous rendait bien justice ; vous n'aviez point de partisane plus sincère [VOLT., Lett. Mme du Bocage, 12 oct. 1749]
Fig.
L'éclat de mes hauts faits fut mon seul partisan [CORN., Cid, I, 6]
Là [sur le théâtre], content du succès que le mérite donne, Par d'illustres avis je n'éblouis personne, Je satisfais ensemble et peuple et courtisans, Et mes vers en tout lieu sont mes seuls partisans [ID., Excuse à Ariste.]
Il se dit de ceux qui ont de l'attachement pour quelque chose.
Et tout ce que la gloire a de vrais partisans Le hait [Auguste] trop puissamment pour aimer ses présents [CORN., Cinna, II, 2]
L'ouvrage le plus plat a, chez les courtisans, De tout temps rencontré de zélés partisans [BOILEAU, Art p. I]
Partisans du plaisir, et néanmoins sectateurs de la vertu, voilà les justes du monde, ces héros d'honneur et de probité qu'il fait tant valoir [MASS., Pet. car. Fausse gloire hum.]
Ce qu'on pourrait faire peut-être de plus glorieux pour elle [l'Encyclopédie], ce serait la liste de ses partisans et de ses adversaires [D'ALEMB., Encyclop. 3e vol. Préface]
Officier de troupes légères ou irrégulières qui court le pays et fait une guerre de surprises.
Le capitaine Merle, partisan protestant, fit écorcher vifs trois religieux de l'abbaye d'Issoire [CHATEAUBR., Voy. à Clermont.]
Au plur. Troupes qui font une guerre de surprises ou d'avant-postes. Un corps de partisans. Guerre de partisans.
Anciennement. Celui qui faisait des partis ou sociétés pour la levée de certains impôts.
Quelque gros partisan m'achètera bien cher [LA FONT., Fabl. V, 3]
Les partisans nous font sentir toutes les passions l'une après l'autre : l'on commence par le mépris à cause de leur obscurité ; on les envie ensuite, on les hait, on les craint, on les estime quelquefois et on les respecte ; l'on vit assez pour finir à leur égard par la compassion [LA BRUY., VI]
La veuve d'un honnête partisan qui a gagné deux millions de bien au service du roi [DANCOURT, Chev. à la mode, I, 1]
Il semble qu'il ait à sa disposition la bourse d'un partisan [LESAGE, Turc. II, 4]

REMARQUE

  • On vient de voir que Voltaire a dit au féminin partisane, comme au XVIe siècle du reste. On a dit moins correctement partisante :
    Comme femme, je suis partisante des modes [NINON DE LENCLOS, Lettres.]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    La marquise de Montferrat.... grande partisane des François [COMM., VIII, 9]
  • XVIe s.
    L. Hostilius, grand partisan de la noblesse [AMYOT, les Gracques, 44]
    Je veux laisser à la memoire une marque de fidelle partisan en la personne du duc de Thouars [D'AUB., Hist. III, 454]
    Telle estoit lors l'affection partisane [l'attachement à son parti ; l'esprit de parti] [ID., ib. III, 455]
    Si l'argent n'estoit prompt pour suppleer à ce defaut, la malignité du temps produisit une vermine de gens que nous appelasmes partisans, qui avançoient la moitié ou le tiers du denier pour avoir le tout ; race vrayement de viperes qui ont fait mourir la France leur mere aussitost qu'ils furent esclos [PASQUIER, Lett. t. I, p. 801]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. partigiano ; de partire, partager (voy. PARTIR 1).

partisan

PARTISAN. n. m. Celui qui est attaché à la fortune d'un parti, qui en épouse les intérêts, qui en prend la défense. Les partisans de César, de Pompée. Les partisans de la république. Cet auteur a bien des partisans. Chacun a ses partisans.

Par extension, Les partisans de la musique italienne. Les partisans de la réforme électorale.

PARTISAN se disait autrefois de Celui qui avait fait un traité avec le roi, pour des affaires de finances, qui avait pris à ferme les revenus de l'État, les impôts, etc. Un riche partisan. Il s'était fait partisan. Les partisans étaient sujets à être recherchés, à être taxés.

PARTISAN se dit encore d'un Officier de troupes légères ou irrégulières, détachées pour faire une guerre de surprises ou d'avant-postes. Faire la guerre en partisan, la guerre de partisan.

Il se dit aussi des Troupes qui font cette sorte de guerre. Un corps de partisans.

partisan


PARTISAN, s. m. [Partizan.] 1°. Celui qui est du parti de quelqu'un. "Les partisans de Voltaire. "Chacun a ses partisans. = 2°. Celui qui fait un traité avec le Roi pour des afaires de finance. "Riche partisan. On dit aussi Traitant. = Les Partisans et les Traitans ont été odieux dans toutes les nations, souvent injustement. = 3°. Oficier qui mène habituellement des partis à la guerre. "Habile, courageux Partisan.
   Rem. 1°. Partisan (n°. 1°.) est beau au figuré.
   Non, non, sans le secours des Filles de Mémoire,
   Vous vous flatez en vain, partisans de la gloire,
   D'assurer à vos noms un heureux souvenir.
       Rousseau.
= 2°. Ce substantif n'a point de féminin: On ne dit pas partisane. M. Linguet l'a hazardé, et je ne saurais l'en blâmer. "Cratès, vieux laid et bossu, trouva une partisane jeune et jolie, aux yeux de qui le zèle de la science changea ses défauts en agrémens. = 3°. Vertot done à partisan le sens de partie adverse, d'acusateur. "Fabius et Valerius, qui se rendirent partisans (parties ou acusateurs) dans cette afaire. Révol. Rom. = 4°. Un Traducteur de Swift emploie ce mot sans régime, pour signifier un homme de parti. "Je voudrois bien que quelque partisan me donnât une raison plausible pourquoi, etc. On ne le dit qu'avec le régime. "Partisan d' une sècte, d'une opinion, etc.

Synonymes et Contraires

partisan

adjectif partisan

partisan

nom masculin partisan
1.  Personne qui défend une cause.
2.  Combattant volontaire.
Traductions

partisan

(paʀtizɑ̃)
nom masculin

partisane

Anhänger, Glied, Partisanpartisan, supporter, acolyte, member, adherent, devotee, following, proponent, backer, followerpartizaan, aanhanger, lid, lidmaat, partijganger, partijlid, verzetsstrijder, supporterחסיד (ז), מחייב (ת), מצדד (ז), תומך (ז), מְצַדֵּדπαρτιζάνοςpartisanopartigianesco, partigiano, sostenitore (paʀtizan)
nom féminin
personne qui soutient qqn, qqch

partisan

[paʀtizɑ̃, an]
nm/f
(= combattant) → partisan
[parti, régime] → supporter
adj
[lutte, querelle] → partisan, one-sided
être partisan de qch → to be in favour of sth (Grande-Bretagne), to be in favor of sth (USA)
être partisan de faire → to be in favour of doing (Grande-Bretagne), to be in favor of doing (USA)