pas

1. pas

[ pa] n.m. [ lat. passus ]
1. Mouvement que fait l'homme ou l'animal en posant un pied devant l'autre pour se déplacer : Elle marchait à grands pas
enjambée : Leur fils a fait ses premiers pas à un an.
2. Manière de marcher : Une frêle jeune fille au pas léger
démarche : Pressez le pas si vous ne voulez pas rater le train
3. Longueur d'une enjambée : Reculez de trois pas.
4. L'allure la plus lente des animaux quadrupèdes, caractérisée par la pose successive des quatre pattes (par opp. à trot, à galop) : Son cheval marchait au pas.
5. Empreinte des pieds de qqn qui marche : Ils voyaient leurs pas sur le sable.
6. Mouvement exécuté avec les pieds par une personne qui danse : Elle apprend les pas de la salsa. Un pas de deux
exécuté par un couple de danseurs
7. Détroit ; passage resserré : Le pas de Calais.
8. Distance qui sépare deux filets consécutifs d'une vis, d'un écrou : Le pas d'une hélice.
9. Fig. Cheminement ; progrès : Grâce à cette découverte, la génétique a fait un pas important
À deux pas d'ici,
tout près : La crèche est à deux pas d'ici.
À pas de loup,
sans bruit : Marcher à pas de loup.
Céder ou donner le pas à qqn,
le laisser passer, lui donner la priorité.
Faire le premier pas ou les premiers pas,
prendre l'initiative d'une relation, d'une réconciliation, d'une rencontre.
Faire les cent pas,
aller et venir pour tromper son attente : Il faisait les cent pas en attendant qu'elle téléphone.
Faire un faux pas,
trébucher ; fig., commettre une erreur, un impair : Vous avez fait un faux pas en ne les prévenant pas.
Franchir ou sauter le pas,
se décider à faire qqch : Elle a enfin franchi le pas, et va se présenter aux élections.
Mauvais pas,
endroit où il est dangereux de passer ; fig., situation difficile : Il faut l'aider à se tirer de ce mauvais pas.
Pas à pas ou à pas comptés,
sans se hâter ; fig., progressivement.
Pas de tir,
ensemble des installations permettant le tir d'un lanceur spatial
aire de lancement
Prendre le pas sur,
devancer, précéder : Ils ont pris le pas sur leurs adversaires.
Sur le pas de la porte,
sur le seuil, devant la porte d'entrée : Ils prennent le frais sur le pas de la porte.

2. pas

[ pa] adv. [ du lat. passus, pas ]
1. (Employé avec ne ou dans une phrase nominale) Marque la négation ; indique l'absence de qqn, de qqch : Je ne veux pas. Il ne s'est pas fait vacciner contre la grippe. Je lui ai dit de ne pas venir. Pas un geste ! Pas de bruit. Pas de larmes, je ne céderai pas.
2. (Employé sans ne) Indique une réponse négative : « Es-tu d'accord ? — Pas du tout ou absolument pas. »
Pourquoi pas ?,
indique que l'on envisage une autre possibilité : Nous ne pouvons tout de même pas partir sans eux. Pourquoi pas ?
PASPartido Alianza Social

PAS1

(pâ ; l's se lie : un pâ-z allongé) s. m.

Résumé

Action de mettre un pied devant l'autre pour marcher.
Pas, en termes d'escrime.
Les premiers pas.
Faux pas.
Pas, en termes de danse.
Pas, en termes militaires.
Pas, en termes de musique.
Pas, en termes de manége.
Vestige, marque du pied sur le sol.
10° L'espace qui se trouve d'un pied à l'autre quand on marche.
11° Passage.
12° Pertuis.
13° Passage étroit et difficile dans une vallée, dans une montagne.
14° Détroit, passage de mer.
15° Seuil.
16° Marche au-devant d'une entrée.
17° Fig. Préséance.
18° Au moyen âge, pas d'armes.
19° Fig. Acte comparé à un pas qui se fait.
20° Allées et venues, peines qu'on prend pour quelque affaire.
21° Chez les tisserands, passage du fil dans la lame.
22° Entailles.
23° Pas de vis, pas d'écrou.
24° Outils de toutes sortes de pas.
25° Pas d'âne.
26° Pas de souris.
27° Pas à pas.
28° De ce pas, tout de ce pas, tout d'un pas.
Action de mettre un pied devant l'autre pour marcher. De quel côté tournez-vous vos pas ? Le pas est produit par l'écartement des deux membres inférieurs, auquel on ajoute la longueur du pied. La longueur ordinaire du pas, chez une personne de taille moyenne, est de 0 m, 86. La durée d'un pas est de 0 s, 33, dans la marche la plus rapide ; cette durée dans la marche habituelle peut varier, suivant les personnes entre 0 s, 33 et 0 s, 38.
Cours, Narsès, courez tous du pas le plus pressé [ROTR., Bélis. V, 7]
J'avais doublé le pas sans vous apercevoir [CORN., Galerie, IV, 2]
Vous marchez d'un tel pas qu'on a peine à vous suivre [MOL., Tart. I, 1]
On ne voit point mes pas sous l'âge chanceler [BOILEAU, Sat. I]
Va ; mais nous-même allons, précipitons nos pas [RAC., Bajaz. IV, 5]
Il faisait dix pas pour aller de son lit dans la garde-robe, il n'en fait plus que neuf par la manière dont il a su tourner sa chambre [LA BRUY., XIV]
Il m'attendait tranquillement sans faire un pas vers moi [FÉN., Tél. IV]
Cruel auteur des troubles de mon âme, Que la pitié retarde un peu tes pas [J. B. ROUSS., Cantate, Circé.]
Ensuite il eut le courage de ramener ces deux régiments à petits pas, et de les sauver du péril où leur valeur les jetait [VOLT., Lett. Tovazzi, 24 janv. 1761]
Dans toute l'étendue du terrain, depuis la rive du Lot, qui est en face de Levignac jusqu'à Firmi, on ne peut pas faire un pas qu'on ne trouve du charbon [BUFF., Min. t. II, p. 318]
Un jeune soldat disait à sa mère, en lui montrant son épée : elle est bien courte ! - Eh bien, répondit-elle, vous ferez un pas de plus [BARTHÉL., Anach. ch. 10]
Traînant lentement ses pas sur les larges pierres du pavé de Florence, elle perdait l'idée d'arriver [STAËL, Cor. XVIII, 3]
Aller un bon pas, marcher assez bien. À pas lents, en marchant lentement. Fig.
Anne, avertie de loin par un mal aussi cruel qu'irremédiable, vit avancer la mort à pas lents [BOSSUET, Mar.-Thér.]
La vengeance est boiteuse, elle vient à pas lents, Mais elle vient [V. HUGO, Hernani, II, 8]
Aller plus vite que le pas, courir précipitamment.
L'Olive dit que le poëte était sorti de la chambre, et qu'il l'avait vu revenir plus vite que le pas [SCARR., Rom. com. I, 12]
Je crains bien d'en sortir plus vite que le pas [TH. CORN., Engag. du hasard, IV, 3]
Fig. et populairement. Faire aller quelqu'un plus vite que le pas, lui susciter des embarras, et aussi le remettre dans son devoir. Faire un pas, faire des pas en arrière, reculer d'un pas, de plusieurs pas.
Illustre porte-croix, par qui notre bannière N'a jamais, en marchant, fait un pas en arrière [BOILEAU, Lutr. V]
Porter ses pas vers un lieu, s'y rendre.
Titus porte vers nous ses pas [RAC., Bérén. V, 2]
Sans mon ordre on porte ici ses pas ! [ID., Esth. II, 7]
Conduire les pas de quelqu'un, le diriger.
Pylade va bientôt conduire ici ses pas [d'Oreste] [RAC., Andr. II, 1]
S'attacher, être attaché aux pas de quelqu'un, le suivre partout.
Son époux à ses pas la verra s'attacher [C. DELAV., Paria, III, 6]
Aller à pas de loup, marcher si doucement qu'on ne soit pas entendu, dans le dessein de surprendre et de tromper.
À ces mots, il s'avance vers la lumière qui n'était pas fort éloignée ; il s'en approche à pas de loup [LESAGE, Gil Bl. V, 2]
Au petit pas, lentement, sans hâter le pas.
Il conserva toujours la dignité de la magistrature et dans ses paroles et dans ses démarches, et il revint au Palais royal au petit pas, dans le feu des injures, des menaces, des exécrations et des blasphèmes [RETZ, Mém. t. I, liv. II, p. 196, dans POUGENS]
L'armée ennemie s'avançait au petit pas et en bon ordre [ROLLIN, Hist. anc. t. IV, p. 154, dans POUGENS]
Marcher à pas comptés, marcher gravement et lentement.
Un valet le portait, marchant à pas comptés, Comme un recteur suivi des quatre facultés [BOILEAU, Sat. III]
Mais qu'il avance donc ; il marche à pas comptés [DUFRÉNY, Mar. fait et rompu, I, 8]
On dit dans le même sens : marcher à pas d'ambassadeur, et, par plaisanterie, à pas d'oie.
Les nobles fondateurs de Troie Marchant gravement à pas d'oie [SCARR., Virg. VI]
Ceux-ci, loin de faire la diligence qu'on leur a commandée, marchent à pas d'ambassadeur, vont par terre en Macédoine, s'y arrêtent trois mois entiers, et donnent encore le temps à Philippe de prendre plusieurs places sur les Athéniens dans la Thrace [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 63, dans POUGENS]
Fig. Aller à pas mesurés, agir avec circonspection.
Qu'est-ce que la sagesse ? une égalité d'âme.... Qui marche en ses conseils à pas plus mesurés Qu'un doyen au palais ne monte les degrés [BOILEAU, Sat. VIII]
Marcher de même pas que quelqu'un, aller aussi vite que lui. Du même pas, aussi vite l'un que l'autre.
Pieds nus, sans pain, sourds aux lâches alarmes, Tous à la gloire allaient du même pas [BÉRANG., le Vieux sergent.]
Fig.
La gravité, l'orgueil et la paresse marchent du même pas [MONTESQ., Esp. XIX, 9]
Suivre les pas de quelqu'un, l'accompagner.
Tout est prêt ; on m'attend ; ne suivez point mes pas [RAC., Béren. V. 7]
Allons, je suis tes pas [C. DELAV., Paria, III, 6]
Fig. Suivre les pas de quelqu'un, suivre ses traces, son exemple.
Les Merciens furent convertis par le roi de Northumberland Osuin ; leurs voisins suivirent leurs pas [BOSSUET, Hist. I, 11]
Aller, marcher sur les pas de quelqu'un, le suivre.
Mais allons sur ses pas, malgré sa résistance [MOL., Fâch. II, 6]
Et tandis.... Qu'à marcher sur mes pas Bajazet se dispose [RAC., Baj. III, 2]
Fig. Imiter l'exemple.
Va marcher sur leurs pas où l'honneur te convie [CORN., Cinna, I, 3]
Votre enfant marchera sur les pas de son oncle [SÉV., 540]
Marchez donc sur ses pas [de Malherbe], aimez sa pureté, Et de son tour heureux imitez la clarté [BOILEAU, Art p. I]
Je ne veux point marcher sur les pas des tyrans [VOLT., Adél. du Guesclin. V, 1]
Sur les pas, à la suite de.
Bientôt l'ambition.... L'envoie en furieux.... Se faire estropier sur les pas des Césars [BOILEAU, Sat. VIII]
En robe sur mes pas [à ma suite] il ne faut que venir [RAC., Plaid. II, 1]
Apprenez que la vieille.... elle vient sur vos pas [LEGRAND, Famille extravag. SC. 13]
Fig. Sur les pas, à l'imitation de.
Ô le plaisant docteur, qui, sur les pas d'Horace, Vient prêcher, diront-ils, la réforme au Parnasse ! [BOILEAU, Ép. II]
Mais n'allez pas aussi sur les pas de Brébeuf, Même en une Pharsale, entasser sur les rives De morts et de mourants cent montagnes plaintives [ID., Art p. I]
Sur les pas des tyrans veux-tu que je m'engage ? [RAC., Brit. IV, 4]
Aller à pas de tortue, avancer lentement. À grands pas, en faisant de grands pas, en marchant vite.
Légère et court vêtue, elle allait à grands pas [LA FONT., Fabl. VII, 10]
Télémaque s'avance à grands pas [FÉN., Tél. XVIII]
Fig. À grands pas, avec beaucoup de rapidité.
Je sais par quels moyens sa sagesse profonde [de Rome] S'achemine à grands pas à l'empire du monde [CORN., Nicom. V, 1]
Il marche à grands pas vers la mort, et il tourne encore les yeux avec regret du côté de la vie [MASS., Avent, Mort du péch.]
Fig. Aller à grands pas aux dignités, aux honneurs, s'avancer rapidement dans la carrière des dignités, des honneurs. Fig. Faire des pas, de grands pas, faire des progrès, de grands progrès. Faire de grands pas dans l'étude. Fig. Aller à pas de géant dans quelque chose, y faire de très grands progrès en peu de temps. Fig. À chaque pas, à chaque moment.
Votre douleur redouble et croît à chaque pas [RAC., Iphig. II, 1]
Dans le langage relevé ou poétique, sous les pas, à mesure que l'on marche.
Les jeux, les ris naissent sous mes pas [FÉN., Tél. IV]
Retourner sur ses pas, retourner au lieu d'où l'on vient. Revenir sur ses pas, parcourir en arrière le chemin qu'on avait parcouru en avant.
Taisez-vous, il revient sur ses pas [CORN., le Ment. IV, 4]
Vous êtes revenue sur vos pas à Aix [SÉV., 415]
Par extension.
D'autres [canaux] par de longs détours revenaient sur leurs pas [FÉN., Tél. I]
Fig.
Après avoir mal fourni sa carrière, on ne revient plus sur ses pas pour reprendre d'autres routes [MASS., Avent, Mort du péch.]
Fig. Revenir sur ses pas, reprendre un sujet au point où on l'avait laissé.
Voilà du latin que j'emprunte de lui, et qui sera cause que je reviendrai sur mes pas [D'OLIVET, Préf.]
Fig. Revenir sur ses pas, renoncer à ce qu'on avait voulu d'abord.
La cour revint sur ses pas peu de temps après pour des raisons qui ne nous sont pas connues [RAYNAL, Hist. phil. IX, 17]
Terme d'escrime. Marcher à grands pas, laisser un espace de dix-huit pouces environ entre les pieds qui avancent sur la ligne droite ou qui reculent en arrière. Marcher à petits pas, se dit lorsque l'espace laissé n'est que d'environ neuf pouces.
Les premiers pas, les pas que fait un enfant quand il commence à marcher. Fig.
Le premier pas que nous devons faire pour nous renouveler en Notre-Seigneur, c'est de détruire en nous le péché, cette rouille invétérée de notre nature [BOSSUET, 2e sermon, Pâques, 1]
Le premier pas, mon fils, que l'on fait dans le monde, Est celui dont dépend le reste de nos jours [VOLT., Indiscr. I, 1]
Fig. Faire les premiers pas, commencer à marcher vers quelque chose.
Vers l'immortalité je fais les premiers pas [PIRON, Métr. I, 8]
Fig. Faire les premiers pas, faire les avances, les premières démarches.
Encore qu'il ne soit pas suffisant, c'est quelque chose de fort utile que de faire les premiers pas de la réunion [BOSSUET, Proj. de réunion, Lettre II]
Fig. Le premier pas, le commencement de quelque affaire, de quelque entreprise.
On est assez embarrassé dès le premier pas de cette campagne [SÉV., 137]
Et dès le premier pas se laissant effrayer [RAC., Iph. I, 3]
Le premier pas de la faculté de penser, c'est d'examiner ses perceptions [DIDEROT, Rech. philos. sur le beau, Œuv. t. II, p. 442, dans POUGENS.]
Fig. Tout dépend du premier pas, le succès dépend de la manière dont on commence. Fig. En être au premier pas, n'être pas plus avancé dans une affaire qu'au début.
Voilà tantôt six ans écoulés, et nous ne sommes qu'au premier pas [PATRU, Plaidoyer, dans LE ROUX, Dict. comique.]
Faux pas, pas dans lequel on glisse ou chancelle. Faire un faux pas.
Nous n'allons jamais si vite qu'après un faux pas [LA MOTHE LE VAYER, la Promenade, dial. 2]
Mme de Guise a fait un faux pas à Versailles, elle n'en a rien dit : elle est accouchée à quatre mois d'un pauvre petit garçon qui n'a pas été baptisé [SÉV., 31]
Chez le cheval, faux pas, pas mal assuré, irrégularité dans l'allure du pas, qui consiste en une flexion subite et prononcée sur l'une des extrémités ; c'est ordinairement signe de faiblesse.
Le cheval est sujet à faire un faux pas [BUFF., Cheval.]
Fig. Une faute.
Si la présence de son amant lui fait faire quelque faux pas, c'est une glissade dont elle se relève à l'instant même [CORN., Cid, Examen.]
La plus haute vertu peut faire de faux pas [ID., Sur. III, 2]
Monsieur.... était celui de tous ceux que j'aie jamais vus, le plus capable de donner dans tous les faux pas, à force de les craindre tous ; il était en cela semblable aux lièvres [RETZ, Mém. t. III, liv. IV, p. 228, dans POUGENS]
Nous repassons avec amertume sur tous nos faux pas [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
On dit, au pluriel, de faux pas, ou, si l'on considère faux pas comme un substantif composé, des faux pas.
Terme de danse. Les différentes manières de conduire ses pas.
Ils y font des pas de bohémiens et de Bas-Bretons avec une délicatesse et une justesse qui charment [SÉV., 73]
C'est quelque chose d'extraordinaire que cette quantité de pas différents, et cette cadence courte et juste [ID., 73]
Ce n'est pas là un ballet, comme celui où dansait ma fille ; il y avait telle et telle, elle y faisait un petit pas admirable sur le bord du théâtre [ID., 459]
Un petit pas tricoté maladroitement sur le cou-de-pied sert d'exposition, de nœud et de dénoûment à ces chefs-d'œuvre [NOVERRE, Lett. sur la danse, p. 111, dans POUGENS]
Fig.
Le maître à danser : Lorsqu'un homme a commis un manquement dans sa conduite, soit aux affaires de sa famille, ou au gouvernement d'un État, ou au commandement d'une armée, ne dit-on pas toujours : un tel a fait un mauvais pas dans une telle affaire ? - M. Jourdain : Oui, on dit cela. - Le maître à danser : Et faire un mauvais pas, peut-il procéder d'autre chose que de ne savoir pas danser ? [MOL., Bourg. gent. I, 2]
Un maître à danser qui s'habille comme un petit-maître, et qui a fait faire un mauvais pas à une de ses écolières [LESAGE, Diable boit. ch. 7, dans POUGENS]
Les pas sont simples ou composés. Le pas simple est tout mouvement par lequel on va d'un lieu à un autre (FEUILLET). Les pas simples ne prennent qu'un temps de la mesure ou consistent dans un seul mouvement. Il y en a cinq : a) le pas droit quand le pied marche en ligne droite, soit en avant soit en arrière ; b) le pas ouvert, lorsque la jambe s'ouvre en arc de cercle ; c) le pas rond, quand le pied fait un nœud ou rond en avançant, ou reculant, ou allant de côté ; d) le pas tortillé, quand le pied se tourne suivant une ligne sinueuse ; e) le pas battu, quand le pied vient battre contre l'autre (FEUILLET). Le premier et le second pas sont seuls usités dans les salons. Le pas droit peut être marché, glissé, sauté, plié, élevé, tombé. Le pas composé ou figuré est composé de plusieurs pas simples ; tels sont le balancé, le traversé, le tour de main, le moulinet, le pas de menuet, le pas de valse, etc. Pas de ballet, pas figuré qu'on fait dans les ballets. Pas de deux, pas de trois, entrée de ballet dansée par deux ou trois personnes.
Il [Dumoulin] dansait les pas de deux avec une supériorité qu'on aurait de la peine à atteindre [NOVERRE, Lett. sur la danse, p. 165, dans POUGENS]
Pas seul, danse exécutée par un seul danseur. Pas de hache, voy. HACHE, n° 6.
Terme militaire. Les différentes manières de marcher des troupes. Le pas de charge. Marcher au pas redoublé, au pas accéléré.
On les accoutumait [les soldats romains] à aller le pas militaire, c'est-à-dire à faire en cinq heures vingt milles [MONTESQ., Rom. 2]
Fig.
Vous avez sans doute promptement reçu les résolutions de Poinsinet [Pichegru], et elles seront probablement suivies au pas de charge, tout en dépend [, Correspondance du général Klinglin, I, 504]
Absolument, le pas, manière de marcher qui est la plus voisine de la marche naturelle.
Conscrits, au pas ; Ne pleurez pas, Marchez au pas [BÉRANG., Vieux cap.]
Ouvrir le pas, commencer à marcher. Changer de pas, quitter un pas pour en prendre un autre. Changer le pas, rapporter le pied qui est derrière à côté de celui qui est devant pour repartir de ce dernier pied. Pas gymnastique, pas qui s'exécute en levant la jambe et la cuisse de manière que la cuisse soit tout à fait horizontale et la jambe verticale, la pointe du pied tenue très basse. Marquer le pas, simuler le pas sans avancer. Fig. et familièrement. Mettre quelqu'un au pas, le forcer à faire son devoir. Pas de camp, mesure qui sert à fixer les espaces nécessaires à un campement.
Terme de musique. Morceau dont la mesure est appropriée au pas des troupes. On a fait un pas redoublé du motif de cet air. Se dit aussi d'un morceau arrangé pour la danse. On a fait un joli pas de cette cavatine.
Terme de manége.
L'une des allures naturelles du cheval, la plus lente et, en apparence, la moins compliquée, quoiqu'elle le soit plus que le trot et l'amble, [, Dict. de vétérinaire]
L'étendue de terrain embrassée par un pas complet, c'est-à-dire par la succession des quatre membres, est mesurée par la distance de la piste quittée par un pied quelconque, au point où il se pose de nouveau. Remettre un cheval au pas.
Que vos chevaux par vous au petit pas réduits.... [MOL., Amph. Prologue.]
Le pas, pour être bon, doit être prompt, léger, doux et sûr [BUFF., Quadrup. t. I, p. 36]
Dans le pas, les jambes du cheval ne se lèvent qu'à une petite hauteur, et les pieds rasent la terre d'assez près [ID., ib. t. I, p. 36]
Pas de côté, sorte de travail de manége.
Pas relevé, allure particulière a certains chevaux, dans laquelle les quatre battues sont plus précipitées que dans le pas ordinaire, et séparées par des intervalles tels que les deux battues d'un bipède diagonal sont plus rapprochées l'une de l'autre que des deux battues du bipède diagonal opposé, [, Dict. de méd. vétér.]
La rapidité du pas relevé ne laisse pas à l'animal le temps de relever fortement ses membres, et l'oblige à raser le tapis. Cheval de pas, cheval qui va au grand pas, et fort à l'aise. Pas averti, pas réglé dans lequel le cheval semble compter lui-même le posé de chaque jambe. Pas écouté, pas raccourci d'un cheval qui se balance entre les talons. Pas de coq, sorte de flexion convulsive du jarret du cheval.
Vestige, marque du pied sur le sol. On voyait des pas d'homme sur le sable du rivage. Des pas de cheval, de mulet marqués sur la poussière de la route.
Les pas empreints sur la poussière Par ceux qui s'en vont faire au malade leur cour, Tous, sans exception, regardent sa tanière, Pas un ne marque de retour [LA FONT., Fabl. VI, 14]
Fig. Vous devriez baiser chacun de ses pas, la trace de ses pas, c'est-à-dire vous lui devez beaucoup de reconnaissance pour tout ce qu'il a fait pour vous.
Il n'y a qu'à baiser les pas par où il passe [SÉV., 215]
Vous êtes trop heureux de voir et d'entendre tous les jours M. de Turenne, vous n'avez que lui de parent et de père : baisez les pas par où il passe [ID., 204]
Fig. Cela ne se trouve pas dans le pas d'un cheval, cela est difficile à trouver.
Croit-il, le traître, que mille cinq cents livres se trouvent dans le pas d'un cheval ? [MOL., Scapin, II, 11]
10° L'espace qui se trouve d'un pied à l'autre quand on marche. Il y a des bornes de mille en mille pas.
J'ai fait dresser une allée aussi longue que la grande, qui s'appelle la solitaire : elle est si belle, si bien plantée, que mon fils devrait baiser les pas que j'y fais tous les jours ; mais comme elle contient douze cents pas et que ce serait un exercice un peu violent avec un sang aussi échauffé que le sien, je lui fais crédit de cette reconnaissance [SÉV., 8 sept. 1680]
On sait que le roi François Ier dormit sur l'affût d'un canon, à cinquante pas d'un bataillon suisse [à la bataille de Marignan] [VOLT., Mœurs, 122]
Pas géométrique, mesure de cinq pieds ou d'un mètre soixante-deux centimètres. Par exagération. Il n'y a qu'un pas, c'est-à-dire il n'y a que très peu de chemin à faire. Il n'y a qu'un pas d'ici chez moi. Fig. Il n'y a qu'un pas, il y a bien peu de différence.
Il n'y a qu'un pas à faire entre le relâchement et le crime [MASS., Carême, Tiéd. II]
On dit, dans le même sens : à deux pas, à quatre pas.
À quatre pas d'ici je te le fais savoir [CORN., Cid, II, 2]
Où est le temps que nous étions dans ce petit cabinet à Paris, à deux pas l'une de l'autre ? [SÉV., 569]
Une petite maison à deux pas de la ville [HAMILT., Gramm. 4]
Fig.
Voyant à deux pas de vous la prison et la mort et tant d'autres accidents qui vous menaçaient [VOIT., Lett. XXXIV]
Ne pas quitter d'un pas, rester tout auprès.
Je ne quitte pas d'un pas M. Trouvé ; il n'a qu'à monter en chaire pour me voir tout à l'heure au premier rang de ses dévotes [SÉV., 3 mai 1683]
Il ne faut pas le quitter d'un pas, d'un seul pas, il ne faut pas le quitter du tout, il faut être toujours auprès de lui. Fig.
Nous avons changé de méthode, Jodelet n'est plus à la mode, Et maintenant il ne faut pas Quitter la nature d'un pas [LA FONT., Œuv. div. Lettre à Maucroix, relat. d'une fête à Vaux.]
Il ne veut pas s'éloigner, reculer, avancer d'un pas, il ne veut pas s'éloigner ; reculer du tout, il veut rester où il est. Fig. À cent pas, à une grande distance morale ou intellectuelle.
Il y a ici une petite fille qui se veut mêler d'aimer sa maman, mais elle est cent pas derrière vous [SÉV., 27, sept. 1687]
11° Passage.
Elle a couru partout où le danger était, Et forcé tous les pas que l'on nous disputait [TRISTAN, Panthée, I, 1]
Le duc.... L'attendait à main forte, et, lui fermant le pas : à lui seul, nous dit-il, mais ne le blessons pas [CORN., Perthar. v, 4]
Le plus sûr en hiver, c'est une litière ; il y a des pas où il faut descendre de carrosse, ou s'exposer à périr [SÉV., 6 oct. 1673]
Un mauvais pas, endroit où il est difficile ou dangereux de passer.
Elle évita heureusement tous les mauvais pas [HAMILT., Gramm. 9]
On sait que les mauvais pas sont plus difficiles et plus dangereux à descendre qu'à monter, et nous en avions franchi de bien mauvais en montant [SAUSSURE, Voy. Alpes, t. IV, p. 405, dans POUGENS]
Fig.
Il faut avec honneur franchir ce mauvais pas [CORN., Pulch. IV, 1]
Fig. Tirer d'un mauvais pas, faire sortir heureusement d'une affaire difficile, embarrassante ; se tirer d'un mauvais pas, en sortir heureusement.
Il se faut, comme on peut, tirer d'un mauvais pas [TH. CORN., Comtesse d'Orgueil, V, 5]
Dieu veuille nous tirer d'un aussi mauvais pas ! [REG., le Légat. v, 1]
Outre que ses ducats Nous ont plus d'une fois tiré de mauvais pas [ID., Menechm. I, 2]
Voilà un mauvais pas dont vous ne vous tirerez pas aisément [FONTEN., Jugem. de Pluton.]
On dit de même : un pas glissant, une occasion où il est difficile de se bien conduire.
Si le roi avait été jeune et animé de ce feu qui donne de l'audace et qui la fait pardonner, je n'aurais pas juré que la jeune et sage comtesse eût toujours passé sans péril le pas glissant du tête-à-tête [MARMONTEL, Mém. VIII]
Pas dangereux, pas hasardeux, pas délicat, même sens.
Quoi ! les abandonner en ce pas dangereux ? [CORN., Tois. d'or, II, 2]
Il sait bien se tirer d'un pas si hasardeux [ID., Hor. IV, 2]
Pour aider ta constance en ce pas périlleux [ROTR., St Gen. III, 6]
Le pas était dangereux, c'était trahir la cause des alliés [VOLTAIRE, Louis XIV, 22]
Je devins pressant, le pas était délicat [J. J. ROUSSEAU, Confessions, IX]
Fig. Passer le pas, subir quelque chose de forcé.
Et dès que son caprice a prononcé tout bas L'arrêt de notre honneur, il faut passer le pas [MOL., Éc. des femmes, III, 3]
Passer le pas, se dit aussi pour mourir.
Les deux massacreurs et voleurs ont tout avoué, et auraient déjà passé le pas, n'était que.... [GUI PATIN, Nouv. lett. t. I, p. 119, dans POUGENS]
Tenez-la prête pour l'impression, dès que quelqu'un des quarante passera le pas, et vous serez mon confrère ou mon successeur [VOLT., Lett. Chabanon, 5 mai 1768]
Faire passer le pas à quelqu'un, le faire mourir, le tuer. Populairement. Sauter le pas, mourir. Le dernier pas, la mort.
J'en ai vu [des martyrs], que le temps prescrit par la nature Était près de pousser dedans la sépulture, Dessus les échafauds presser ce dernier pas, Et d'un jeune courage affronter le trépas [ROTROU, Saint Genest, II, 7]
Fig. Franchir le pas, sauter le pas, faire une chose qu'on ne pouvait se résoudre à faire.
Elle franchit ce dernier pas sans presque s'en apercevoir [MASS., Carême, Fautes lég.]
Ces âmes qui doutent de tout et qui n'osent franchir le pas sur rien [ID., Profess. rel. serm. 1]
Franchir le pas, se dit aussi d'un manquement au devoir.
J'ai sur les bras une dame jolie à qui je dois faire franchir le pas [LA FONT., Papefig.]
12° Pertuis.
La canalisation de l'Isle, entre Périgueux et la Dronne, avait été entreprise en 1696 ; il s'agissait alors d'ouvrir quarante et un pas ou pertuis vis-à-vis autant de moulins [E. GRANGEZ, Voies navigables de France, p. 284]
13° Passage étroit et difficile dans une vallée, dans une montagne.
Il n'est permis de dire pas pour passage, que pour exprimer quelque détroit de montagne, ou quelque passage difficile, comme le pas de Suse, tant de l'ancienne Suse que de celle des Alpes, et d'une infinité d'autres détroits que l'on appelle pas : gagner le pas de la montagne [VAUGELAS, Rem. t. II, p. 976, dans POUGENS]
Conduisant tout, et n'ayant point là de roi qui eût part à cette action comme vous à la Rochelle et au pas de Suse [FÉN., Dial. des morts mod. Dial. 17]
Notre unique ressource est de voler au secours des Phocéens, et de nous emparer du pas des Thermopyles [BARTHÉL., Anach. ch. 61]
Alexandre avait envoyé Parménion avec une partie de l'armée se saisir du pas de Syrie, afin d'avoir un débouché sûr pour les troupes [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 232, dans POUGENS]
14° Détroit, passage de mer.
Nous étions enfin hors de tous les pas périlleux qui font redouter la navigation des Moluques à Batavia [BOUGAINVILLE, Voy. t. II, p. 322, dans POUGENS]
Le pas de Calais, le détroit entre Calais et Douvres.
15° Seuil.
Douglas recommande bien à son valet de ne pas désemparer le pas de la porte [SAINT-SIMON, 431, 237]
J'ai rencontré près de l'hôtellerie une fille qui ne m'a pas aperçu, je pense, qui causait sur le pas d'une porte [MARIV., l'Épreuve, 1]
16° Marche au devant d'une entrée. Prenez garde, il y a ici un pas.
17° Fig. Préséance, droit de marcher le premier.
Il ne me siérait pas D'insulter mon aînée à qui je dois le pas [HAUTEROCHE, Bourg. de qualité, IV, 2]
....Autrefois entre elles [deux chèvres] Il survint de grands débats Pour le pas [LA FONT., Fabl. VII, 17]
Autrefois l'éléphant et le rhinocéros, En dispute du pas et des droits de l'empire [ID., ib. XII, 21]
Vous êtes d'une difficulté pour le pas, qui nous jettera dans un furieux embarras [SÉV., 15 mai 1691]
Le mortier et la pairie se disputent le pas [LA BRUY., XIV]
Ils auraient le pas devant les Césars de Vendôme [HAMILT., Gramm. 3]
L'indiscrétion d'un prêtre portugais, qui ne voulut pas céder le pas à un des premiers officiers du roi, fut la première cause de cette révolution [l'expulsion du christianisme hors du Japon] [VOLT., Mœurs, 142]
Fig. Avoir le pas, l'emporter.
Le saint respect des morts doit avoir le pas devant tout [BEAUMARCH., Mère coupable, III, 8]
Prendre le pas, entrer, passer le premier.
Du pas devant sur moi tu prendras l'avantage ; Je serai le cadet et tu seras l'aîné [MOL., Amphitr. III, 7]
Fig.
L'esprit doit sur le corps prendre le pas devant [ID., Femm. sav. II, 7]
Lui-même il s'applaudit, et d'un esprit tranquille Prend le pas au Parnasse au-dessus de Virgile [BOILEAU, Sat. IV]
Donner le pas à quelqu'un, le laisser par civilité passer le premier.
18° Au moyen âge, pas d'armes, sorte de tournois qui avaient pour objet de défendre un poste quelconque, soit un chemin ou un sentier de forêt, soit enfin un passage en rase campagne, mais fermé par des barricades.
Outre les tournois, on institua les pas d'armes, et ce même roi René fut encore législateur de ces amusements [VOLT., Mœurs, 99]
Que d'alarmes ! Que de larmes ! Un pas d'armes, C'est très beau ! [V. HUGO, Ball. 12]
Ouvrir le pas, commencer un tournoi. Fig. Commencer une discussion.
19° Fig. Acte comparé à un pas qui se fait.
Un pas hors du devoir nous peut mener bien loin [CORN., Suréna, IV, 3]
Je suis un peu triste de ne plus savoir ce qui se passe en Hollande ; quand je suis partie, on était entre la paix et la guerre ; c'était le pas le plus important où la France se soit trouvée depuis très longtemps [SÉV., 16 juill. 1672]
Donnez-moi encore un moment pour vous raconter la suite de leurs erreurs et tous les pas qu'ils ont faits pour s'enfoncer dans l'abîme [BOSSUET, Hist. II, 10]
J'allai d'un pas hardi.... Assez près de Régnier m'asseoir sur le Parnasse [BOILEAU, Ép. X]
Par des faits glorieux tu te vas signaler ; Poursuis, tu n'a pas fait ce pas pour reculer [RAC., Brit. v, 6]
Sur des pas différents vous marchez l'un et l'autre [ID., ib. V, 1]
Bajazet touche presque au trône des sultans ; Il ne faut plus qu'un pas ; mais c'est où je l'attends [ID., Bajaz. I, 3]
Si mes accusateurs observent tous mes pas [ID., Brit. IV, 2]
Ne peut-il faire un pas qu'il ne vous soit suspect ? [ID., ib. I, 2]
Le succès que les Romains eurent contre Philippe fut le plus grand de tous les pas qu'ils firent pour la conquête générale [MONTESQ., Rom. 5]
Je touche au dernier pas de ma longue carrière [VOLT., Alz. I, 1]
Les pas que l'on fait dans le Milanais, à Venise et à Naples sont des pas de tortue [ID., Lett. Levenhaupt, 13 fév. 1768]
Cela fait voir combien, en philosophie, le plus petit pas est difficile à faire [CONDILLAC, Art de penser, part. I, 13]
Ciel ! j'adore en mourant ta sagesse profonde, Si j'avance d'un pas la liberté du monde [M. J. CHÉN., Gracques, III, 10]
Les derniers pas de la vie sont toujours lents et difficiles [STAËL, Corinne, XX, 5]
Pas de clerc, voy. CLERC, n° 3.
20° Allées et venues, peines qu'on prend pour quelque affaire.
Je ne songe qu'à vous ; les pas que je fais pour vous sont les premiers ; les autres viennent après comme ils peuvent [SÉV., 123]
Il faut qu'elle fasse des pas pour une intendance qui est vacante [ID., 311]
Comme si vous aviez oublié le commerce de l'amitié, et que vous ignorassiez le plaisir de faire des pas pour ceux qu'on aime [ID., 536]
Résolvez avec lui les pas qu'il faudra faire du côté du cardinal [BOSSUET, Lett. quiét. 99]
J'ai encore fait un pas pour M. Brillon, qui sera, je crois, aussi inutile que les autres [MAINTENON, Lett. à M. d'Aubigné, 30 juin 1680]
Je vous promets du moins Que je n'épargnerai ni mes pas, ni mes soins [LACHAUSSÉE, Mélanide, II, 3]
On dit aussi : pas et démarches. Salle des pas perdus, grande salle servant d'antichambre à toutes les chambres des tribunaux, ainsi nommée parce que les plaideurs y perdent souvent leurs pas et leur temps. Mettre une chose au rang des pas perdus, n'en tenir aucun compte.
Mais ceux [les services] qu'il m'a rendus, Il ne les faut pas mettre au rang des pas perdus [CORN., Mél. V, 6]
Regretter ses pas, regretter les peines qu'on s'est données. Plaindre ses pas, ne pas aimer à prendre de la peine pour autrui.
21° Chez les tisserands, passage du fil dans la lame. Être hors du pas, prendre un fil pour un autre. Pas dur, partie du métier des fabricants de gaze où répond une des trois marches.
22° Terme de construction. Se dit des entailles faites sur la plate-forme d'un comble pour recevoir le pied des chevrons. Terme de marine. Entailles où se logent les épontilles sur la carlingue.
23° Pas de vis, l'espace compris entre deux filets d'une vis. Pas carré ou à l'anglaise, se dit d'une vis lorsque le fond entre chaque filet est aussi évasé que le devant. Pas d'écrou, les filets intérieurs d'un écrou. Chaque tour que le gros câble fait sur l'arbre de la roue d'une carrière. En horlogerie, pas, nom qu'on donne à chaque tour que fait la fusée ou à chaque tour que fait la chaîne ou la corde autour de la fusée. Les fusées ont ordinairement sept pas ou sept pas et demi.
24° Les artisans disent qu'ils ont des outils de toutes sortes de pas, c'est-à-dire de toutes sortes le grandeurs.
25° Pas d'âne, instrument avec lequel on maintient ouverte la bouche du cheval pour 'examiner. Pas d'âne, nom donné, dans les épées du XVIe siècle, à des pièces de la garde qui sont en forme d'anneau et qui vont des quillons à la lame.
Le seigneur le prit et mit un pied sur la lame.... alors Collinet s'écria : venez voir, messieurs, le grand miracle que l'on fait à mon épée : je l'ai apportée ici avec une simple poignée et sans garde défensive, et voilà maintenant que l'on y met le plus beau pas d'âne du monde [, Francion, VI, p. 237]
Pas d'âne, nom vulgaire du tussilage, à cause de la forme de la feuille.
26° Ancien terme de fortification. Pas de souris, chemin de trois pieds de largeur entre le rempart et le fossé, qui s'appelle lisière et berne. À pas de souris, à la queue l'un de l'autre.
Paix ! marchons à pas de souris [LE P. BRUMOY, la Boîte de Pand. I, 2]
27° Pas à pas, loc. adv. Un pas après l'autre, doucement.
Ainsi s'avançaient pas à pas, Nez à nez nos aventurières [LA FONT., Fabl. XII, 4]
Je vous vois, ma fille, et je vous suis pas à pas : je vois entrer, je vois sortir, je vois quelques-unes de vos pensées [SÉV., 161]
La longue habitude qu'elle [la mule] avait de marcher pas à pas sous mon oncle, lui avait fait perdre l'usage du galop [LE SAGE, Gil Blas, I, 2]
Fig.
Vous achèverez seule ; et, pas à pas, tantôt Je vous expliquerai ces choses comme il faut [MOL., Éc. des femm. III, 2]
Il faut marcher pas à pas dans cette voie [BOSSUET, Lett. Corn. 61]
Conduit pas à pas de malheurs en malheurs [GENLIS, Vœux téméraires, t. III, p. 230, dans POUGENS]
28° De ce pas, tout de ce pas, tout d'un pas, loc. adv. À l'heure même.
Allons-y de ce pas [CORN., Médée, IV, 4]
J'y vais tout de ce pas [ID., Œdipe, III, 4]
Enseigne-moi, de grâce, De mon voleur, lui dit-il, la maison ; Que de ce pas je me fasse raison [LA FONT., Fabl. VI, 2]
Et tout d'un pas s'en va trouver Janot [ID., Rich.]
Je m'en vais réparer l'erreur que j'ai commise, Et, dès ce même pas, rompre mon entreprise [MOL., l'Ét. I, 10]
Adieu, je vais trouver Roxane de ce pas [RAC., Bajaz. II, 5]
Et de ce même pas je vais parler au roi [VOLT., Vanité.]

PROVERBES

  • Pas à pas, on va bien loin, c'est-à-dire quelque lentement qu'on procède, on ne laisse d'avancer beaucoup dans un ouvrage, quand on y travaille sans discontinuité.
  • La peur a bon pas, c'est-à-dire elle oblige à marcher vite.
  • Il n'y a que le premier pas qui coûte, c'est-à-dire le plus difficile en toutes choses est de commencer.
    Le cardinal de Polignac, parlant du miracle de saint Denis, appuyait beaucoup sur ce qu'il y a deux lieues de Paris à Saint-Denis : Monseigneur, dit une femme d'esprit, il n'y a que le premier pas qui coûte [CONDIL., Art d'écr. II, 10]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Segnur barun, suef pas alez tenant [, Ch. de Rol. LXXXIX]
    Son petit pas [il] s'en turne chancelant [, ib. CLXIII]
  • XIIe s.
    Ne jamais en s'aië [à son aide] n'irons ne pas ne trot [, Sax. XVII]
    Je passerai le pas ù tuit passent ; mais or te haite [présentement sois allègre] [, Rois, p. 227]
    Li roiz li vout [voulut] doner du regne la moitié ; Rou nel vout mie prendre, ainz li a tout laissié : Jà n'en ara, dit il, ne plain pas ne plain pié [, Rou, V. 1406]
    Tres-tout le pas [dans toute la marche] n'i ot noise ne cris [, Garin, t. I, p. 218]
    Alez le pas, n'aiez soing de fuir [, ib. p. 175]
  • XIIIe s.
    Il venoient le petit pas tuit ordené [VILLEH., LXXXI]
    À grant richoise [richesse] l'espousa, Et molt grant joie en demena ; Quinze jors a li pas [d'armes] duré [, Lai de Melion]
    Et venoient plus que le pas [, Lai du trot]
    [Elle] Ist [sort] de la sale descendant Pas por pas aval le degré [, Lai de l'ombre]
    Quant le roy oy dire que l'enseigne Saint Denis estoit à terre, il en alla grant pas parmi son vessel [JOINV., 215]
  • XIVe s.
    Et entre nous irons, mais que chacun l'ottrie, Droit au pont de Lussac, qui loin de nous n'est mie, Là garderons le pas contre adverse partie [, Guesclin. 19027]
  • XVe s.
    On regarda que on bailleroit aux gens d'armes deux capitaines, lesquels ouvriroient le pas [FROISS., II, III, 53]
    [Jean et Nicolas, deux jouteurs] s'en vinrent pas pour pas l'un contre l'autre [ID., II, II, 85]
    Et tantost se rangerent sur le pas de la riviere, pour garder et defendre le passage [ID., I, I, 279]
    Quand ils veirent que les vivres leur amenuysoient, et leur estoient clos les pas de mer et de terre (parquoy nulles gens ne leur pouvoient venir), si commencerent à traiter.... [ID., I, I, 58]
    Quand ces trois batailles furent ordonnées, le roi d'Angleterre monta sur un petit palefroy, un blanc baston en sa main, à dextre de ses mareschaux, et puis alla tout le pas de rang en rang, en amonestant et priant les comtes, les barons.... [ID., I, I, 284]
    Or en sui hors ; mon cueur en est tout las ; Il ne veut plus d'amours passer le pas, Pour bien ou mal que jamais lui adviengne [CH. D'ORL., Songe en complainte.]
    Tout beau, pas à pas, Reffrain ton courage, Qu'en si long voyage Ne deviegnes las [ID., Rondeau.]
    Il fust bon que je m'en allasse, Avant qu'il eust passé le pas [qu'il fût mort] [, Patelin]
    Perrine Hulote dist sur ce pas [là-dessus] que, quant les petits enfans portent banieres et confanons en chantant par les rues, c'est tout signe de mortalité [, les Évang. des quenouilles, p. 25]
    Item demi arpent de pré d'une part, neuf pas [sorte de mesure] de pré d'autre part, et cinq pas de pré de l'autre part, tenant ensemble, et contenant le tout trois quartiers de pré ou environ [DU CANGE, passus.]
    Entre tous ceulx que j'ay jamais cogneuz, le plus sage pour soy tirer d'ung mauvais pas et temps de adversité, c'estoit le roy Loys unziesme nostre maistre [COMM., I, 10]
    Encore en ce pas [à ce propos] me faut alleguer nostre maistre [ID., III, 12]
  • XVIe s.
    Faire un pas de clerc [MONT., I, 28]
    L'armée ennemie estoit à trois pas de luy [ID., I, 44]
    Il luy valoit mieulx passer une fois le pas que demourer tousjours en cette transe [ID., I, 138]
    Ils se retirerent le petit pas, monstrants tousjours les dents [ID., I, 343]
    Ils ouvrirent le pas [passage] à leurs gents de pied [ID., I, 367]
    Le pas des Thermopyles [AMYOT, Thém. 16]
    Comme il fut arrivé bien près de passer le pas de la mort.... [ID., Péric. 73]
    Ilz se retirerent en reculant pas à pas en arriere [ID., Pélop. 58]
    Et sembloit bien à chascun que tout de ce pas il deust aller prendre la ville de Sparte [ID., Démétr. 46]
    L'armée de ce pas assiegea Bri sur Seine [D'AUB., Hist. I, 319]
    Puisque à ce jour-là vous devez ouvrir le pas du tournoy.... [CARL., VII, 24]
    Le jus de l'herbe nommée tussilago, ou pas d'asne [PARÉ, XXIV, 38]
    L'armée du duc de Mayenne estoit composée de nations differentes, chargée de bagage et de gens qui ne marchoient qu'au pas de la picque et à petites journées [, Mém. d'Angoulesme, p. 60 dans LACURNE]
    Il aimoit aussi fort l'exercice des chevaux et à les picquer ; et ceux qui alloient plus haut, c'estoient ses favoris, comme j'ay veu le moreau [cheval noir] superbe qui alloit à deux pas et un saut, et d'un très haut et bel air [BRANT., Cap. fr. t. IV, p. 26, dans LACURNE]
    Il les mena [certains seigneurs qui se faisoient indépendants] si bien et si beau, qu'il les reduisit au petit pas [au petit pied] [ID., Cap. estr. t. II, p. 218]
    J'auray fait en deux pas et un sault [COTGRAVE, ]
    Pas à pas le bœuf prend le lievre [ID., ]
    Le roy n'oublia jamais quand monsieur l'admiral luy fit faire la traitte de Meaux à Paris plus viste que le pas [MONTLUC, VII]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. pas ; esp. paso ; ital. passo ; du lat. passus, que l'on rapproche du grec, chemin frayé ; all. Pfad ; angl. path ; sanscrit, pad, aller ; lat. petere.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. PAS.
    10° Ajoutez :
  • Un pas de conduite, action de conduire pendant un bout de chemin.
    Chemin faisant, il rencontra le plus jeune des fils, garçon très doux, qui lui donna un pas de conduite [, Monit. univers. 11 nov. 1868, p. 1467, 2e col.]
  • 20° Salle des pas perdus.... Ajoutez :
  • Le pas perdu, se dit quelquefois d'une espèce d'antichambre.
    On hésite, on proteste ; mais peu à peu, tout en valsant, on s'approche de la porte du salon qu'on franchit ; on passe également le pas perdu ; et enfin, de pirouettes en pirouettes, de protestations en hésitations, on arrive à la porte de la rue, puis à celle d'un coupé.... [, le National de 1869, 24 janv. 1869]
  • 26° Terme de fortification. Pas de souris, escalier étroit et raide qui descend dans le fossé du corps de place.

PAS2

(pâ ; l's se lie : il n'est pâ-z-allé) adv.
Il renforce la négation ne.
Je ne vous réponds pas des volontés d'un père [MOL., Tart. II, 4]
Il n'eut pas fait une lieue qu'il en fut convaincu [HAMILT., Gramm. 5]
Interrogativement.
N'avez-vous pas été là ? Ne m'avez vous pas appelée ? [MOL., Mal. imag. III, 12]
Abusivement, pas nie quelquefois, même sans ne, dans les phrases interrogatives.
Fit-il pas mieux que de se plaindre ? [LA FONT., Fabl. III, 11]
Nomme-t-on pas aussi mouches les parasites ? [ID., ib. IV, 3]
Vous avais-je pas commandé de les recevoir comme des personnes que je voulais vous donner pour maris ? [MOL., Préc. 5]
Pécheur.... veux-tu pas restituer ce bien mal acquis ? veux-tu pas enfin mettre quelques bornes à cette vie débauchée et licencieuse ? veux-tu pas bannir de ton cœur l'envie qui le ronge ? [BOSSUET, Sermons, Gloire de Dieu dans la conv. du péch. I.]
Vois-je pas, au travers de son saisissement, Un cœur dans ses douleurs content de son amant ? [RAC., Bajaz. IV, 4]
Viens-tu pas voir mes ondines Ceintes d'algue et de glaïeul ? [V. HUGO, Ball. 4]
Cette suppression de ne est une licence qui se prend surtout en vers.
On supprime pas et point devant ni, rien, jamais, plus, aucun, parce que ces mots sont autant de compléments de la négation ne : Je ne l'aime ni ne l'estime ; cela ne vaut rien ; je ne le verrai jamais ; je ne lui parlerai plus. Mais pas, qui ne se met point avec aucun, rien, personne, jamais, etc. dans un même membre de phrase, se met très bien avec ces mots, d'un membre de phrase à l'autre, ou même, simplement, avec l'intervalle de quelques mots. En cette affaire vous n'avez pas lieu de craindre personne. Je ne vois pas que je puisse y prétendre jamais.
Autrefois j'ai connu cet honnête garçon ; Et vous n'avez pas lieu d'en prendre aucun soupçon [MOL., l'Ét. I, 4]
C'est pourquoi désormais il la gardera bien, Et je ne vois pas lieu d'y prétendre plus rien [ID., ib. III, 2]
Et tu n'as pas sujet de rien appréhender [ID., ib. v, 7]
Albert n'est pas un homme à vous refuser rien [ID., le Dép. I, 2]
Et mon dessein n'est pas de leur rien opposer [ID., D. Garc. v, 6]
Les bruits que j'ai faits Des visites qu'ici reçoivent vos attraits Ne sont pas envers vous l'effet d'aucune haine [ID., Tart. III, 3]
Pas se met négativement devant les substantifs, les noms de nombre, etc. par un abus né de la rapidité du langage qui sous-entend la négation et le verbe. Pas d'argent, pas de Suisses.
Pauvre esprit, pas deux mots ! [MOL., L'Ét. IV, 3]
Vous vivrez sans joug et sans règles ; pas le plus petit retour sur vous-même [MASS., Carême, Inconst.]
Pas se met négativement devant plusieurs adverbes, dans une réponse négative. Avez-vous de l'argent ? Pas trop, pas beaucoup.
Vous êtes donc facile à contenter ? - Pas tant que vous pourriez penser [MOL., Dépit amour. I, 3]
Que possède celui qui a renoncé à toute possession ? que peut avoir à soi celui qui s'est soumis à ne rien avoir ? pas même de la vertu, pas même de l'honnêteté, pas même de la volonté [RAYNAL, Hist. phil. XI, 24]
Il s'emploie de même hors de toute réponse (emploi qui s'autorise d'un assez grand usage, mais qui reste toujours suspect d'incorrection ; non, en ce cas, est préférable à pas).
Les autres, pas encore d'accord avec eux-mêmes, souhaitent.... de.... [MASS., Avent, Épiphanie.]
Le reste est toujours le même ; la vie pas moins tiède, sensuelle [ID., Carême, Culte.]
Les passions, pas encore modérées par l'expérience, semblent sortir en foule [ID., Panég. Ste Agnès.]
Vingt-cinq mille hommes, pas trop mal équipés [THIERS, Hist. de l'Empire, X]
Il le lui avait offert [d'être roi d'Espagne], mais pas imposé [ID., ib. XX]
Terme de marine. Pas au vent ! Pas plus au vent ! commandement pour interdire au timonier de gouverner au vent du point du compas où est le cap au moment même. Dans le langage le plus familier ; pas vrai ? se dit pour : n'est-il pas vrai ? Vous m'aimez, pas vrai ? Populairement. Un pas grand' chose, un homme qui ne vaut guère.
Pas se place après le verbe simple : je n'aime pas, et, dans les temps composés, après l'auxiliaire : je n'ai pas fini, il n'est pas venu. Pas se place ordinairement avant l'infinitif. Il vaut mieux ne pas parler. On le place aussi, bien que plus rarement, après l'infinitif.
Ne vous obéir pas me rendrait criminelle [CORN., Cid, IV, 2]
Peut-on en le voyant ne le connaître pas ? [RAC., Esth. III, 3]
Dans le style marotique, pas peut se mettre au commencement de la phrase.
Pas ne croyait [Vulcain] avoir fait telle affaire [être le père des Amours] [VOLT., Coc.]
Pas un, voy. UN. Pas, avec ni, voy. NI, n° 6 et n° 7. Non pas, voy. NON, n° 5. Non pas après un que de comparaison ; voy. NON, n° 5. Non pas que, ce n'est pas que. Il se déclara contre lui, non pas qu'il fût son ennemi, mais....
Il n'est pas que.... ne (ce second ne étant dans la seconde proposition), signifie : sans doute.
Il n'est pas que vous ne confessiez quelqu'un [PASC., Prov. IV]
Pas aussi, avec le sens de ce que nous rendons maintenant par pas non plus.
Nous ne voulons pas que les autres nous trompent.... il n'est donc pas juste aussi que nous les trompions [PASC., Pens. II, 8, éd. HAVET.]
Je ne suis pas un être nécessaire ; je ne suis pas aussi éternel ni infini [ID., ib. I, 11]

REMARQUE

  • 1. Ne.... pas que : Je n'ai pas que ce livre : grosse faute ; voy. QUE, adv.
  • 2. On supprime pas et point devant autre : Je ne veux d'autre témoignage que votre approbation. On les retranche aussi après les adjectifs conjonctifs suivis du subjonctif : Est-il quelqu'un qui ne le sache ? après que signifiant pourquoi : Que ne vous montrez-vous ? après si, à moins que et autres conjonctions qui ont le même sens : Si vous ne l'ordonnez ; à moins que vous ne vous déclariez.
  • 3. Avec les noms de nombre joints à la préposition de, on retranche pas ou point : Je ne le verrai de dix jours.
  • 4. On dit de même : Il y a dix jours que je ne l'ai vu. Toutefois il faut remarquer qu'on ne supprime pas ou point en des cas de ce genre que lorsque le verbe est au passé ; car, s'il était à tout autre temps, on mettrait pas ou point : Il y a un an que je ne lui parle pas ; il y avait un an que je ne lui parlais point.
  • 5. Après le que qui suit un comparatif et qui se construit avec ne, on mettait souvent autrefois ne.... pas.
    Piqué contre Alaric plus qu'il n'est pas croyable [D'URFÉ, Astrée, I, 2]
    S'il était autrement situé au respect de l'œil qu'il n'est pas [DESC., l'Homme.]
    La négociation de la reine mère avec le roi de Navarre dans la ville de Nérac dura plus longtemps qu'elle n'avait pas cru [MÉZERAI, Abr. de l'hist. de France, an 1579]
    Ah ! vous avez plus faim que vous ne pensez pas [MOL., L'Ét. IV, 4]

SYNONYME

  • PAS, POINT. Point nie plus fortement que pas. On dira également : Il n'a pas d'esprit ; Il n'a point d'esprit ; et on pourra dire : Il n'a pas d'esprit ce qu'il en faudrait pour sortir d'un tel embarras ; mais, quand on dit il n'a point d'esprit, on ne peut rien ajouter. Ainsi, point, suivi de la particule de, forme une négation absolue ; au lieu que pas laisse la liberté de restreindre, de réserver. Par cette raison, pas vaut mieux que point devant plus, moins, si, autant, et autres termes comparatifs : Cicéron n'est pas moins véhément que Démosthène ; Démosthène n'est pas si abondant que Cicéron. Par la même raison pas est préférable devant les noms de nombre : Il n'en reste pas un seul petit morceau ; il n'y a pas dix ans ; vous n'en trouverez pas deux de votre avis.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Vous n'irez pas uan [cette année] de mei si loin [, Ch. de Rol. XVII]
  • XIIe s.
    Douce dame, je ne vous os [ose] rover [demander] Ce dont amors ne me rove pas taire [, Couci, II]
    N'est pas amors dont on se puet mouvoir [, ib. XVIII]
  • XIIIe s.
    Chanter m'estuet [il me faut chanter], que m'en est pris courage, Non pas pour ce que d'amors me soit rien [QUESNES, Romancero, p. 85]
    Sa femme [il] enmene o lui, ne l'i a pas laissie [, Berte, II]
    Cil n'ont mort deservie, à ce pas ne pensons [ne pensons pas à cela] [, ib. LXXVII]
  • XVIe s.
    La plus belle royne vient-elle pas de mourir ? [MONT., I, 66]
    Il ne s'en est encore trouvé pas un, que moy seul, qui l'ait entierement achevé [traduire Plutarque] en quelque langue que ce soit [AMYOT, Préf. XXVI, 55]
    Il n'alla jamais soupper chez pas un de ses amis [ID., Péric. 12]
    Ilz eurent un oracle qui leur commanda de ne mettre pas Cimon en nonchaloir [ID., Cimon, 36]
    Les vainqueurs n'estoient en tout que la vingtieme partie, et encore pas, de ceulx qui furent vaincus [ID., Lucull. 55]
    Ces choses mettent plus clairement en evidence le naturel des personnes que ne font pas les grosses batailles [ID., Alex. 1]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et catal. pas. C'est le substantif pas pris pour renforcer la négation, comme les substantifs point, mie, goutte, brin, etc. Dans l'exemple suivant qui est du XIIe siècle, le caractère du substantif est manifestement conservé :
    Mun defens [ma défense] un pas ne gardas ; Delivrement le trespassas [, Adam, p. 34]

pas

PAS. n. m. Le mouvement que fait une personne ou un animal en mettant un pied devant l'autre pour marcher. Le pas d'un homme. Le pas d'un enfant. Le pas d'un cheval. Il s'arrêtait à chaque pas. Il marchait à petits pas, à grands pas, à pas lents. Faire un pas. On ne peut le décider à faire un pas hors de chez lui. Permettez-moi de faire quelques pas avec vous. Hâter, presser, précipiter, ralentir, allonger le pas, son pas, ses pas. Doubler, forcer le pas. Régler son pas sur celui d'un autre. Aller à petits pas. Nous irons bon pas, un bon pas. Marcher d'un pas léger, d'un pas rapide, d'un pas chancelant. Assurer ses pas. Guider, diriger, suivre les pas de quelqu'un. Marcher sur les pas de quelqu'un.

Emboîter le pas. Voyez EMBOÎTER.

Retourner, revenir sur ses pas, Retourner au lieu d'où l'on vient.

Fig., Suivre les pas de quelqu'un, marcher sur les pas, dans les pas de quelqu'un, L'imiter, le prendre pour modèle.

Fig., S'attacher, être attaché aux pas de quelqu'un, Le suivre partout.

Fig. et fam., Vous devriez baiser la trace de ses pas, Il vous a rendu de très grands services, vous lui devez beaucoup de reconnaissance.

Prov. et fig., Il n'y a que le premier pas qui coûte, En toute affaire, ce qu'il y a de plus difficile est de commencer, ou bien Quand on a commis une première faute, la voie est ouverte à en commettre d'autres.

Fig., Tout dépend du premier pas, Le succès d'une affaire dépend ordinairement de la manière dont elle a été commencée, entamée.

Fig., En être aux premiers pas, N'être pas plus avancé dans une affaire que si on venait de la commencer.

Fig., Faire les premiers pas, Faire les avances, les premières démarches, les premières propositions pour une affaire, pour une réconciliation.

Fig., Faire un pas en avant, Progresser légèrement. Il signifie encore Faire une légère concession. On dit inversement Faire un pas en arrière.

Fig., Faire des pas, de grands pas, Faire des progrès. Faire de grands pas dans la carrière des sciences. Il a fait faire de grands pas à la science. Voilà déjà un pas de fait, un grand pas de fait. L'affaire a fait un grand pas depuis votre départ.

Faire un faux pas, Glisser ou chanceler en marchant, faute d'avoir bien assuré son pied. Il signifie figurément Faire quelque faute dans sa conduite, dans une affaire. Je ne lui ai jamais vu faire un faux pas. Il a fait beaucoup de faux pas, bien des faux pas dans sa vie.

Fig. et fam., Pas de clerc, Faute commise par imprudence ou par ignorance dans une affaire. Il a fait un pas de clerc.

Fig., Compter ses pas, Marcher lentement. Marcher à pas comptés, Marcher avec une extrême lenteur, avec une certaine solennité.

Fig., Aller à pas mesurés, Procéder dans une affaire avec beaucoup de circonspection.

Fig. et fam., Aller à pas de tortue, Avancer très lentement.

Fig., Aller à pas de loup, Marcher si doucement qu'on ne soit point entendu, dans le dessein de surprendre ou de tromper quelqu'un.

Fig., Aller à grands pas aux dignités, aux honneurs, Franchir avec rapidité les degrés qui conduisent aux dignités, aux honneurs, être sur le point d'y parvenir.

Fig., Aller à pas de géant dans une entreprise, dans le chemin de la fortune, Aller très vite, faire de grands progrès en peu de temps.

PAS, en termes d'Art militaire, se dit des Différentes manières de marcher qui ont été réglées pour les troupes. Pas ordinaire. Pas accéléré. Pas redoublé. Pas de route. Pas gymnastique. Pas de charge. Il a mis, il a remis sa troupe au pas. Marcher au pas. Prendre le pas. Perdre le pas. N'être plus au pas.

Pas de parade. Voyez PARADE.

Pas de l'oie, Pas de parade de l'armée allemande.

Changer de pas, Quitter un pas pour en prendre un autre; ramener le pied qui est derrière à côté de celui qui est devant, pour repartir de ce dernier pied.

Marquer le pas, Simuler le pas, en ramenant les talons à côté l'un de l'autre, sans avancer et en observant la cadence du pas. Figurément, il signifie être obligé de ralentir sa marche, son action, de piétiner.

Fig. et fam., Mettre quelqu'un au pas, Le mettre à la raison, l'obliger à faire son devoir.

PAS, en termes de Musique, désigne un Air dont la mesure est appropriée au pas des troupes. Un pas redoublé.

PAS, en termes de Danse, se dit des Différentes manières d'exécuter le mouvement de la danse. Pas glissé. Pas chassé. Pas marché. Pas de menuet, de gavotte, de valse, etc.

Un pas de deux, un pas de trois, Une entrée de ballet dansée par deux ou par trois personnes.

Pas de quatre, Danse de caractère dont chaque reprise comprend quatre mesures.

PAS, en termes de Manège, désigne l'Allure la moins rapide du cheval. Ce cheval va bien le pas. Il a bon pas, un grand pas. Il a le pas rude, le pas fort doux. Mettre, remettre un cheval au pas. Mener un cheval au pas, au grand pas, au petit pas. Le pas espagnol.

Ce cheval a le pas relevé, Quand il marche, il relève bien les jambes de devant.

PAS se dit aussi des Allées et venues, des démarches que l'on fait pour quelque affaire, et des peines qu'on prend pour y réussir. Il fait bien des pas pour obtenir cette place. Cela lui a coûté bien des pas et démarches. Il n'a pas ménagé, épargné ses pas dans cette circonstance.

Je ne ferai pas un pas, un pas de plus, Je ne ferai aucune démarche, je ne ferai pas une démarche de plus pour cette affaire. Il signifie aussi, dans une discussion : Je ne ferai pas une concession de plus.

Regretter ses pas, Regretter la peine que l'on s'est donnée.

Plaindre ses pas, Ne pas aimer à prendre de la peine pour autrui. C'est un homme qui plaint ses pas, on n'en peut rien tirer. On dit maintenant plus ordinairement Plaindre sa peine.

PAS désigne aussi l'Empreinte, la marque que laisse le pied d'une personne ou d'un animal, en marchant. Il vit des pas d'homme sur le rivage. Le pas d'une femme, d'un enfant. Il distingue fort bien le pas d'un cheval de celui d'un mulet.

Fig. et fam., Cela ne se trouve pas dans le pas d'un cheval, dans le pas d'une mule, se dit d'une Chose difficile à trouver, et principalement d'une Somme considérable.

PAS se dit aussi de l'Espace qui se trouve d'un pied à l'autre, quand on marche. La longueur, la distance de cent pas. Ce fusil porte à tant de pas. Avancer, reculer, s'éloigner d'un pas. Mesurer au pas.

Il ne veut pas s'éloigner, reculer, avancer d'un pas, Il ne veut pas s'éloigner, reculer, avancer du tout, il veut rester où il est. Il ne faut pas le quitter d'un pas, d'un seul pas, Il ne faut pas le quitter du tout, il faut toujours être avec lui.

Par exagération, Il n'y a qu'un pas, Il n'y a que très peu de chemin à faire, qu'une très courte distance à parcourir. Il n'y a qu'un pas d'ici chez moi. On dit dans le même sens Il demeure à deux pas, à trois, à quatre pas d'ici.

Fig., Il n'y a qu'un pas de la vie à la mort, du plaisir à la douleur.

PAS signifie encore, figurément, Préséance, droit de marcher le premier. Le parlement avait le pas sur les autres compagnies. Il lui a cédé le pas. Il a pris le pas devant lui, sur lui. Disputer le pas à quelqu'un.

Il désigne en outre un Passage étroit et difficile dans une vallée, dans une montagne, etc. Le pas de Suse.

Le Pas de Calais, Le détroit entre Calais et Douvres.

Un mauvais pas, Un endroit par où il est difficile ou dangereux de passer, comme un bourbier, un précipice.

Fig., Se tirer d'un mauvais pas, d'un pas difficile, Se tirer d'une affaire difficile, embarrassante.

Fig., C'est un pas glissant, C'est une occasion où il est difficile de se bien conduire.

Fig. et pop., Il a passé le pas, Il est mort.

Fig. et fam., Il lui a fallu passer le pas, se dit d'une Personne qu'on a forcée à faire quelque chose.

Fig. et fam., Franchir le pas, Se décider à faire une chose, après avoir longtemps hésité. On dit plus ordinairement aujourd'hui Sauter le pas.

Pas d'armes, Sorte de tournoi qui consistait dans la défense simulée d'un passage contre un ennemi.

PAS signifie aussi Seuil. Il est sur le pas de la porte. Il se dit aussi des Marches qui sont au-devant d'une entrée. Prenez garde, il y a ici un pas. Il y a quatre pas à monter à ce perron.

Un pas de porte, L'avantage qui résulte pour les commerçants d'avoir un magasin ou une boutique dont la porte ouvre directement sur la voie publique, et qui ajoute à la valeur d'un fonds de commerce. Il désigne aussi la Redevance supplémentaire exigée par le bailleur et représentant le droit de prendre possession d'un logement à usage commercial. Il a reçu cinquante mille francs de pas de porte.

Pas d'une vis, pas de vis, La distance entre deux filets d'une vis. Plus le pas de la vis est petit, plus la pression de la vis augmente.

En termes d'Horlogerie, Pas de fusée, Chacun des tours de l'espèce de rainure en spirale qui est taillée autour de la fusée.

PAS À PAS, loc. adv. Un pas après l'autre, et doucement. Aller pas à pas.

Prov. et fam., Pas à pas on va bien loin, Quand on va toujours, on ne laisse pas d'avancer beaucoup, quoiqu'on aille lentement.

DE CE PAS, loc. adv. À l'heure même, à l'instant même où je vous parle. J'y vais de ce pas.

pas

PAS. Particule qui accompagne généralement Ne pour marquer la négation. Je ne le veux pas. Je n'entends pas cela. Il m'est indifférent d'écrire ou de ne pas écrire. Depuis trente ans je ne l'ai pas vu.

Il s'ajoute aussi à la négation Non pour la renforcer. Il faut se conduire par la raison, et non pas par la fantaisie. Il se déclara contre lui, non pas qu'il fût son ennemi, mais... On dit souvent, pour nier ou refuser plus fortement : Non pas!

Il s'emploie parfois sans Ne. Avez-vous de l'argent? Pas trop, pas beaucoup, pas du tout, pas assez.

PAS, joint avec le mot Un, une, signifie Nul, nulle, aucun, aucune. Pas un ne le dit. Pas un ne le croit. Il n'y a pas un homme qui ose dire cela. Il n'y a pas un seul homme, pas une seule personne qui... Il n'y avait pas une âme. Pas une expérience ne lui a réussi.

pas

Pas, Tantost est nom m. et signifie proprement ores une enjambée ou simple, contenant deux pieds et demy, ou Geometrique contenant cinq pieds, à quatre paulmes pour pied, Passus. Duquel mot il vient par apocope. Ores improprement quelconque enjambée grande ou petite, ores plus improprement l'allure d'un homme ou beste, comme, Ils viennent au petit pas, ou, Ils marchent à grands pas. Et ores un passage ou destroict par où l'on passe, ce que paradventure vient de Phasè Hebrieu, qui signifie Transitus, comme, Le pas de l'escluse, le pas de loup, c'est à dire le passage appelé de l'Escluse, le passage appelé de loup. Et en consequence de cette signification icy, est encores usurpé plus particulierement és anciens Romans, et aux tournois, pour un passage et endroict gardé par un ou plusieurs Chevaliers tenans contre tous assaillans, le voulans forcer, et pour le tournoy mesmes à plusieurs emprinses. Jean le Maire aux Illustrations, Antenor, pour entamer le pas, se presenta sur les rengs, et apres qu'il se fut acquité vers les Dames, et que le Herault eut epilogué ses tiltres et ses blasons, fit son debvoir, et accomplit ses venuës contre Hector. Et au tableau qui est au chasteau d'Escouen, du tournoy fait à Paris par le Roy Henry II. est escrit, La bande du Roy venuë sur les rengs, pour ouvrir le pas ce dimanche 24. de Juing, pour les six courses de la premiere emprinsé. Tantost il est une diction que les François mettent ores derriere, ores devant la negative, ou pour plus fort nyer, ou, (ce qu'est plus vray) expletivement, Je ne veux pas cela, Illud nolo. Pas ne voudroit que fusse icy, Nollet me hic esse. Et quand il est adjousté à cette negative, Non, ne faisant qu'un seul mot avec elle, il nye plus fort, Il n'a pas parlé, non pas un seul mot, Nihil dixit, ne verbum quidem. Vous me suyvrez non pas comme laquay, mais pour me faire honneur, Sequeris me non sane vt pedissequus, sed vt me honestes.

Pas trop mal, Non male, Haud ita male.

Pas fort loing de la ville, Ab vrbe haud longule.

Ce n'est pas chose à croire, Haud ita fides adhibenda est.

Ce que je n'ay pas bien entendu, Quod intellexi minus.

Pas tardif, dont le contraire est Pas hastif, Passus lentus, Gradus testudineus, Passus citatus.

Un faux pas, Fallens vestigium, Gradus errans.

Faire un faux pas, est mesmarcher, formarcher, fauxmarcher, quand en allant on assied mal son pied, si qu'on en bronche ou tombe, qui est le rebours de droit pas, comme chemin faux et destourné, est l'opposité de droit chemin, Vestigio errare ac falli. On dit aussi par metaphore faire un faux pas, pour faire une faute, Delinquere, Fraudem committere, prins des chevaux qui bronchent et faillent en leur marchure, dont le chevaucheur est offensé, ou par cheute, ou par soulevement de coeur causé de crainte de donner en terre.

Un grand pas, Crallatorius gradus.

A grand pas, Gradu pleno, et par consequent, Citato gradu.

Aller à petit pas, ou bellement, Modico ire gradu.

A chaque pas, Aduerbialiter, Passim.

Advancer le pas, Distentiore citatioreque gradu incedere.

En pas de larron, Suspenso gradu. B. ex Terent.

Faire un pas, Vestigium facere.

Marcher son pas, Subaudi, accoustumé, Assueto gradu incedere.

Pas à pas, Gradatim, et ex consequenti, sensim ac pedetentim.

Suyvre quelqu'un pas à pas, c. par où il marche, Instare alicuius vestigiis.

¶ Pas, pour Passage. Usez des formules de Passage.

Un mauvais pas, Le pas de la mort, Le pas de Calais.

¶ Pas d'asne, est une herbe laquelle guarit de la toux, Tussilago, Bechion, Farfaria, vulgo Ungula caballina, comme qui diroit patte de cheval. Et pas d'asne en fait de navires est un cercle ou anneau de fer avec une queuë accollant le plat bord qui est mis en chascun des trous des plats bords du chasteau devant, par lesquels entre le vit de la berche, ou autre piece d'artillerie plantée sur ledit chasteau, servant à ce que quand ladite artillerie tirera ne face ouvrir et voler en esclats lesdits plats bords. Pas d'asne aussi est le demy cercle qui est au mors ou fraim du cheval.

¶ Le pas de loup, Myrica, vel Myrice myrices. Ainsi est nommé un passage dangereux pour les voleurs qui est au païs de Languedoc, pres la ville de Narbonne.

pâs


PâS, s. m. [ et devant une voyèle pâz: l'â est long.] 1°. Le mouvement que fait un animal, en mettant un pied devant l'aûtre pour marcher. "Le pâs d'un homme, d'un cheval. "Compter ses pâs: marcher à pâs comptés. = 2°. Allées et venûes que l'on fait pour quelque afaire. "Il a fait bien des pâs pour ce mariage, pour cet acomodement. = 3°. Le vestige que laisse le pied d'un homme, d'un animal, en marchant. "Le pâs d'un homme, d'un cheval, d'un boeuf. = 4°. Espace, qui se trouve d'un pied à l'autre, quand on marche, et qui sert de mesûre. "Pâs comun: pâs géométrique. "D'ici à cet endroit, il n'y a pas plus de cinq cens pâs. = 5°. Passage étroit et dificile dans une valée, dans une montagne. "Le pâs de Suze. = Le pâs de Calais, le détroit entre Calais et Douvre. = Mauvais pâs; endroit où il est dangereux de pâsser, sur-tout à cheval ou en voitûre: "Il y a là un mauvais pâs. = 6°. Le seuil de la porte. "Être sur le pâs de la porte. = Marche d'un degré. "Il y a quatre pâs à monter à ce perron. = 7°. En termes d'arts: pâs d'une vis, l'espace compris entre les deux filets d'une vis. En Horlogerie, pâs de fusée, chaque tour qu'elle fait.
   PâS, fournit à quelques expressions adverbiales et à quelques aûtres, qui sont familières ou proverbiales. = Pâs à Pâs: il le suit pâs à pâs. À~ petit pâs: lentement: j' irai à petits pâs. = À~ grands pâs; marcher à grands pâs. = À~ pâs lents, lentement: les boeufs fatigués marchoient le cou penché, d' un pâs lent et tardif. Télém.Gresset dit à pâs pesants, qui n'est pas aussi usité, ni d'une métaphôre aussi juste. "Ils descendent le long de la colline, d'un pâs rapide et allongé. Jér. Dél. De ce pâs, tout de suite. "J'y vais de ce pâs. = Pâs de clerc, fausse démarche. = Faux pâs, au figuré, faûte, demarche honteûse. "Le mari... devenoit le ridicule objet du mépris, au premier faux pas, que faisoit Madame. Marm. — * Remarquez que faux pâs, quoique composé de deux mots, ne forme qu'un seul et même substantif, comme petit maître, et qu'ainsi l'on doit dire des faux pâs, et non pas, de faux pâs, comme on dit, des petits-maîtres, et non pas, de petits-maîtres. "Les critiques peuvent l'empêcher de faire des faux pâs dans une carrière, où des talens perfectionés le feront paroître avec distinction. Ann. Litt. = Pâs, afaire délicate. "Se tirer d'un pâs dificile. = Faire un pâs en arrière, reculer. — Retourner sur ses pâs, d'où l'on vient. = Marcher sur les pâs de, expression figurée, bonne pour tous les styles. "Votre enfant marchera sur les pâs de son oncle. Sév. Il l'imitera. = Faire des pâs, des progrês: "Le succès, que les Romains eurent contre Philipe, fut le plus grand de tous les pâs qu'ils firent pour la conquête générale. Montesq. = Franchir le pâs, (st. famil.) faire une chôse, à laquelle on ne pouvoit se déterminer. "Vous êtes engagée trop avant pour reculer (sur la pluralité des Mondes) il faut franchir le pâs de bone grâce. Fonten. = On dit, dans le même sens, en faire le pâs: "M. Jurieu en a fait le pâs, dit Bossuet, c. à. d. il s'est avancé jusqu'à l'avouer. = Tourner ses pâs vers. * Voitûre dit, retourner, qui n'est pas de l'usage actuel. "En quelque lieu, qu'elle retournât ses pâs, elle tiroit avec elle (elle attiroit) les yeux et les coeurs de toute l'assemblée. = Avoir, ou doner le pâs, la presséance. — L'Ab. Prévôt dit acorder le pâs. = Baiser les pâs de quelqu' un, lui témoigner la plus vive reconoissance. "Mon fils devroit baiser les pâs que je fais dans cette allée. Sév.
   PAS; particule négative [ et devant une voyèle pâz: l'â est long: il convient pourtant de ne pas le marquer de l'accent circonflexe, pour le distinguer de pâs, subst. masc.] Pas ou point se joignent ordinairement à la particule négative ne, mais ils se mettent aprês le verbe. "Je n'aime pas cette façon de parler. "Je n'en veux point; et dans les tems composés entre l'auxiliaire et le participe: je n'ai pas dormi, il n'est point venu. Ils sont mieux placés devant qu'aprês l'infinitif.
   Aux menaces d'un fourbe on ne doit dormir point.
       Mol.
La transposition est dûre, même en vers. "O Dieux! il falloit ou ne le montrer pas aux Hommes, ou ne le leur enlever jamais. Télém. "La forte résolution où il est de ne lui doner pas sa fille. Madame Dacier, Traduct. de TÉRENCE. Ne le pas montrer, ne lui pas doner, seraient mieux à mon avis. = Il y a pourtant des ocasions, où point fait fort bien aprês l'infinitif. "Platon ne laissoit aux femmes, pour toute gloire, que celle de n'en avoir point. FLÉCH. = Point se met quelquefois aussi aprês le nom substantif, qu'il régit, mais seulement dans le style familier.
   Belle tête, dit-il; mais de cervelle point.
       La Font.
I. On suprime pas ou point. 1°. Devant ni, rien, jamais, plus, aucun, parce que ces mots portent avec eux-mêmes la négation. "Je ne l'aime, ni ne l'estime: il n'est ni bon ni mauvais: il ne vaut rien: je ne le verrai jamais: je ne lui pardonerai plus; il n'en est aucun, etc. — Il est surprenant que M. l'Ab. Du Bôs ait manqué à cette règle: "Ni les uns ni les autres ne sont pas suivis d'aucun mouvement propre. Retranchez pas. = 2°. On le suprime aussi devant aûtre. "Il ne voulut d' aûtre règle que sa fidélité, d'aûtre but que l'utilité publique, d'aûtre récompense que la gloire de bien faire. Fléch. Or. Fun. de M. de Turenne. Mais, quoiqu'on retranche pas ou point, il faut toujours mettre la prép. de, qui est leur régime, et qui le devient alors de la négative ne. * Le même Auteur la suprime mal-à-propôs âilleurs. "Il ne vouloit aûtre récompense des services qu'il rendoit à la Patrie que l'honneur de l'avoir servie. Il faloit d'aûtre récompense, comme à la phrâse ci-dessus. Cette supression de la prép. de avec aûtre n'est bone que dans le discours familier. = * Cet illustre Écrivain suprime aussi pas avec âilleurs. "Nous ne devons chercher âilleurs que dans le dérèglement de nos moeurs toutes les causes de nos misères. Il me semble que l'usage demande avec cet adverbe les négatives pas ou point. * Bossuet et La Fontaine retranchent aussi pas devant le verbe Daigner. "Je ne daignerai répondre.
   L'animal aux têtes frivoles
   Etant fait à ces traits ne daïgna l'écouter.
Cela est moins mal dans une Fable, que dans un discours sérieux, en prôse. = Voy. ÔSER avec lequel on retranche pas plus régulièrement. = 3°. Avec qui interrogatif, on le suprime: "Qui ne le reconoit?
   Qui ne court après la fortune?
       La Font.
M. Servan le retranche devant que relatif et interrogatif. "Que ne peut un grand Homme, quand il est sûr du courage et de la vertu de ses concitoyens? Discours sur les Moeurs; et La Fontaine devant de quoi aussi interrogatif.
   De quoi ne vient à bout.
   L'esprit joint au desir de plaire?
Cela est quelquefois plus animé que de dire, que ne peut pas? De quoi ne vient pas à bout? comme l'usage l'exige ordinairement. = 4°. On les retranche aussi aprês les pronoms relatifs, suivis du subjonctif: "Est-il quelqu'un, qui ne le sache? "Il n'y a pas un Auteur éclésiastique, on ne troûve. = Devant que signifiant seulement: "Je ne ferai que ce qu'il lui plaira, "c. à. d. je ferai seulement ce qu'il lui plaira. Regnard a péché contre cette règle.
   Ils ne répondent point que par monosyllabes,
Point est de trop en cet endroit; et Mascaron. "Ce sont des chôses si délicates qu'il ne faut pas les toucher, ce semble, que par la pointe de l'esprit. — Retranchez pas. = Après que, signifiant pourquoi ne: "Que ne parlez-vous? c. à. d. pourquoi ne parlez-vous pas? = Aprês si, à moins que et les aûtres conjonctions du même sens: si vous ne l'ordonez: à moins que vous ne le souhaitiez. = 5°. Aprês les verbes nier, dire, penser, croire, imaginer, se persuader et autres semblables, employés dans une phrâse négative, on met ne sans pas ou point après la conjonction que, régie par ces verbes. "Persone ne peut nier que ce ne soit la véritable caûse du progrès de la secte. Boss. "Je ne dis pas que vous n'ayiez pu le faire. "Je ne pense pas que vous ne dussiez le dire, etc. etc. = Pour les verbes, qui expriment la crainte, c'est dans la phrâse afirmative que se fait ce retranchement de pas ou point; mais il faut remarquer qu'on ne les retranche qu'en parlant d'un éfet qu'on ne souhaite pas: je crains qu' il ne vienne; et que si l'on craint que ce qu'on souhaite n'arrive pas, on doit ajouter pas ou point: je crains qu'il ne soit pas écouté. = 6°. On les suprime aussi d'ordinaire avec les verbes pouvoir, savoir (quand il signifie pouvoir) ôser, etc. "Je ne puis le faire, je ne saurais y consentir; il n'ôserait l'entreprendre. Avec le premier et le dernier, on pourrait mettre pas; je ne puis pas, il n'ôserait pas, etc. mais l'autre façon est ordinairement meilleure. = 7°. * Bossuet suprime pas ou point après afin que et devant tant: "Afin qu'on ne pense. Ajoutez pas. "Les Suisses furent scandalisés de la conférence de Luther non tant (non pas tant) à cause que le Diable y paroissoit comme Docteur, que etc. Mallebranche au contraire le met aprês plus comparatif. "Doner à l'esprit plus d'étendue qu'il n'a pas. Dites qu'il n'a. Voy. PLUS. = 8°. Avec les noms de nombre, joints à la prép. de, ou à la conjonct. que on retranche aussi pas ou point; je ne le verrai de dix jours: il y a dix jours que je ne l'ai vu. Observez pourtant sur le 2d exemple que la remarque ne vaut que lorsque le verbe, qui suit il n'y a, est au prétérit; car, s'il était en tout aûtre tems, on mettrait pas ou point. "Il y a un mois que je ne lui parle pas. "Il y avoit un an que je ne le voyois pas. BUF. = 9°. Il y a des ocasions où pas doit être répété: "Après tout ce que vous avez fait pour moi, je ne puis pas n'être pas votre serviteur. Je ne puis pas n'être, ou, je ne puis n'être pas, ne seroit pas françois. MÉN. Mais aussi, je ne puis pas n' être pas choque l'oreille; parce que les deux pas sont trop proches l'un de l'aûtre. Il faut alors prendre un autre tour, ou mettre quelque chôse entre les deux négations. = Si l' on mettait pas avec point: (je ne puis pas n'être point, ou, je ne puis point n'être pas) cela serait encôre plus choquant pour l'oreille. = 10°. Quelques Auteurs ont employé pas ou point sans l'autre négative ne, ce qui est contre l'usage. "La navigation jusqu'à Canton devoit se faire à travers des mers pas trop bien conûes. Voy. D'ANS. Il falait, qui n'étoient pas, etc. M. l'Ab. de Lille l'a suprimée aussi, mais c'est en vers et en interrogation. Voy. NE.
   Voyez-vous point s'enfuir les hôtes du bocage.
       Jardins.
II. Il est dificile de doner des règles pour le choix entre pas ou point: il faut l'aprendre de l'usage et se souvenir que point nie bien plus fortement que pas. VAUG. = Voici pourtant quelques règles que done là-dessus l'Ab. REGNIER. = 1°. Dans les phrâses de pure négation et de pure prohibition, on se sert plus ordinairement de pas que de point. "Il ne veut pas; il ne prétend pas. Ne le faites, ne le croyez pas. = 2°. Lorsque ces deux particules régissent le génitif (la prép. de.) on se sert indiféremment de l'une ou de l'aûtre. "Il n'a pas, ou, il n'a point d'argent. = 3°. Dans les interrogations, point marque un doute, et pas une croyance positive: "Ne l'avez-vous point vu? Ne l'avez-vous pas vu? = 4°. On peut se servir de point à la place de non, pour répondre négativement à une interrogation: pas n'est alors de nul usage. "En est-il d'acord? point: point du tout. — Avec du tout, on pourrait se servir de pas: mais on ne pourrait le dire tout seul. 5°. Point ne sympathise pas avec plus. "Il n'y a point plus de réalité dans les aûtres destructions et revivifications que les Alchimistes font soner si haut. Hist. du Ciel. On doit dire: il n'y a pas plus, etc. Voy. à sa place, dans l'ordre alphabétique, POINT, particule négative.
   III. Pas et point demandent l'article indéfini, ou comme s'expriment d'autres gramairiens, la prép. de sans article. "Il n'a pas ou point de pain, de vin, de viande, d'argent, et non pas du pain, du vin, de la viande, de l'argent, comme disent les Gascons.
   IV. Ce n'est pas que, et non pas que régissent le subjonctif: "Ce n'est pas que je veuille; non pas que je prétende blâmer ceux qui pensent aûtrement. Mon intention est seulement de rendre raison de mon opinion.

Synonymes et Contraires

pas

nom masculin pas
1.  Manière de marcher.
2.  Fait de progresser.
3.  Trace de pied sur le sol.
Traductions

pas

()
adverbe
exprime la négation Je ne peux pas. Pourquoi pas ? Pas un mot ! pas du tout

pas

Schritt, Tritt, nein, Pass, nichtstep, not, pace, footstep, stride, thread, tread, pitch, footprint, nopas, stap, tred, voetstap, niet, schrede, doorgang, drempel, engte, geen, loop, trede, tree, voetאל (תה״פ), בל (תה״פ), דריכה (נ), הליכה (נ), מפסע (ז), פסיעה (נ), פשע (ז), צעד (ז), שעל (ז), שַׁעַל, דְּרִיכָה, צַעַד, בַּל, הֲלִיכָהpaskrok, neskridt, fodtrin, ikke, trinpaŝopaso, noaskel, eipasso, passi, passo della vite, nongradus, passuskrok, nie, śladpasso, nãosteg, fotsteg, inteadım, ayak, yok, 步骤, 脚步βήμα, δεν, πατημασιάне, нет, шаг, шагиخُطْوَة, لَاkorak, ne・・・でない, 歩み, 足取り... 아니다, 걸음, 걸음걸이fottrinn, ikke, trinnเสียงฝีเท้า, ไม่, ก้าวbước, bước chân, khôngне ()
nom masculin
1. action de s'appuyer sur un pied puis sur l'autre faire un pas en avant
2. trace de pied des pas dans la neige
3. façon de marcher, allure marcher d'un pas rapide
4. tout près Il habite à deux pas d'ici.
5. prendre l'initiative de faire qqch
6. lentement
7. seuil

pas

1 [pɑ] adv
(avec `ne' et `non')not
Il ne pleure pas (habituellement) → He doesn't cry.; (maintenant) → He's not crying., He isn't crying.
Il ne pleut pas → It's not raining.
Je ne mange pas de viande → I don't eat meat.
Il n'a pas pleuré → He didn't cry.
Il ne pleurera pas → He won't cry.
Elle n'est pas venue → She didn't come.
Ils n'ont pas de voiture → They haven't got a car., They have no car.
Ils n'ont pas d'enfants → They haven't got any children., They have no children.
Ce n'est pas mal pour un début → That's not bad for a first attempt.
Il m'a dit de ne pas le faire → He told me not to do it.
non pas que ... → not that ...
pas du tout → not at all
Je n'aime pas du tout ça → I don't like that at all.
n'est-ce pas
Vous viendrez à notre soirée, n'est-ce pas? → You're coming to our party, aren't you?
C'est Harry qui a gagné, n'est-ce pas? → Harry won, didn't he?
(employé sans `ne') pas moi → not me, not I
pas de sucre, merci → no sugar, thanks
Elle travaille, lui pas.; Elle travaille, mais pas lui → She works but he doesn't.
Elle veut aller au cinéma, pas moi → She wants to go to the cinema, but I don't.
une pomme pas mûre → an apple that isn't ripe, an unripe apple
... ou pas? → ... or not?
Ceci est à vous ou pas? → Is this yours or not?, Is this yours or isn't it?
pas plus tard qu'hier → only yesterday
pas mal [personne, maison] → not bad
comment ça va? - pas mal → how are things? - not bad
pas mal fait → not badly done
pas mal de → quite a lot of
Il y avait pas mal de monde au concert → There were quite a lot of people at the concert.

pas

2 [pɑ] nm
(= allure) → pace; [cheval] → walk
Il marchait d'un pas rapide → He walked at a fast pace.
au pas → at a walking pace
Le cheval est parti au pas → The horse set off at walking pace.
mettre qn au pas (fig) → to bring sb to heel
au pas de gymnastique → at a jog trot
au pas de course → at a run
de ce pas → straight away, at once
J'y vais de ce pas → I'll go straight away
(= démarche) → tread
(= enjambée) → step
Faites trois pas en avant → Take three steps forward.
un pas en arrière → a step backwards
retourner sur ses pas, revenir sur ses pas → to retrace one's steps
marcher à grands pas → to stride along
faire les cent pas → to pace up and down
Il faisait les cent pas dans le corridor → He was pacing up and down the corridor.
(= bruit) → step, footstep
J'entends des pas dans l'escalier → I can hear footsteps on the stairs.
à pas de loup → stealthily
(= trace de pas) → footprint
(mesure)pace
trois pas → three paces
à deux pas de ... → just round the corner from ...
c'est à deux pas → it's just round the corner
(DANSE)step
(fig) (= étape) → step
un pas déterminant vers la paix → a decisive step towards peace
(TECHNIQUE) [vis, écrou] → thread
(autres locutions) pas à pas → step by step
faire les premiers pas → to make the first move
sur le pas de la porte → on the doorstep
se tirer d'un mauvais pas (fig) → to get o.s. out of a tight spot