pasquinade

(Mot repris de pasquinades)

PASQUINADE

(pa-ski-na-d') s. f.
Placard satirique attaché à la statue de Pasquin.
Il y a eu une pasquinade à Rome, qui disait que, le cardinal Alfieri s'étant confessé, gli hanno date per penitenza quattro corone ; ce dernier mot, à leur manière, veut dire quatre chapelets aussi bien que quatre couronnes [PELLISSON, Lett. hist. t. II, p. 237, dans POUGENS]
Par extension, raillerie bouffonne et triviale.
Il courut cent pasquinades représentant milord Aaron et milord Judas, séants dans la chambre des pairs [VOLT., Mœurs, 103]
Ballottée entre deux guerres civiles sur les bords de la Tamise, elle [la reine d'Angleterre] rencontre les crimes sérieux des révolutions ; sur les rivages de la Seine, les pasquinades sanglantes de la Fronde ; là le drame de la liberté, ici sa parodie [CHATEAUBR., Les quatre Stuarts, Henriette-Marie]
Je croyais être venu ici pour discuter des intérêts sérieux, et non pour écouter des pasquinades d'écolier [CH. DE BERNARD, Un homme sérieux, § XVI]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. pasquinata, de Pasquino, Pasquin.

pasquinade

PASQUINADE. n. f. Il se dit des Placards satiriques qu'on attachait à la statue de Pasquin à Rome; et, par extension, de Railleries bouffonnes et triviales. Faire des pasquinades. Un faiseur de pasquinades.
Traductions

pasquinade

Pasquill

pasquinade

dicterium, mordax carmen