passade

passade

n.f. [ it. passata ]
1. Courte liaison amoureuse : Elle a quitté son mari pour une passade amourette, caprice, toquade
2. Goût soudain et passager pour qqch ; engouement : Sa passade pour le yoga a duré quelques semaines emballement, foucade

passade

(pasad)
nom féminin
amour passager, qui ne dure pas C'est déjà fini entre eux : ce n'était qu'une passade.

PASSADE

(pâ-sa-d') s. f.
Passage d'un homme dans un lieu où il fait peu de séjour. Ce gîte est assez bon pour une passade.
Le cardinal de Bouillon demanda la passade à plusieurs personnes dont les maisons étaient plus commodes que les méchants cabarets d'une route de traverse [SAINT-SIMON, 200, 169]
De passade, en ne faisant que passer.
Le P. Goutery prêchant de passade dans une ville huguenotte [GARASSE, Rech. des rech. p. 794, dans LACURNE]
Fig.
Ah ! mon ami, défiez-vous des charlatans qui ont usurpé, en leur temps, une réputation de passade [VOLT., Lett. Helvétius, 22 juill. 1761]
À la passade, en passant.
Le duc de Bourgogne conférait quelquefois, mais à la passade, sur des matières particulières [SAINT-SIMON, 322, 218]
En passade, en ne faisant que passer.
Vous faut-il une soubrette, une toute marquée ? Mlle Picart sort de l'Odéon, ....et s'en va en passade aux Folies-Saint-Germain jouer la Fille du millionnaire [SARCEY, Opinion nat. 1er avril 1867]
Cela est bon pour une passade, cela est bon pour une fois, mais à la charge de n'y pas revenir.
Fig. et familièrement. Dans le langage de la galanterie, commerce avec une femme que l'on quitte aussitôt.
L'humeur de Mme de Montespan fatiguait Louis XIV ; au plus fort de sa faveur, il avait eu des passades ailleurs [SAINT-SIMON, 58, 219]
Riom n'avait jamais imaginé causer une passion qui durât toujours, sans néanmoins empêcher les passades et les goûts de traverse [ID., 435, 55]
Le prince répondit.... qu'il n'était ni assez riche ni assez sot pour payer si chèrement une passade [VOLT., Polit. et lég. Probab. de justice, veuve Genep.]
Elle lui associa un jeune homme de robe, sans compter les passades qu'elle regardait comme choses qui ne tiraient pas à conséquence [DUCLOS, Œuv. t. VIII, p. 75]
Fig. Il se dit de goûts qui durent peu.
Vous n'avez jamais eu qu'une passion véritable, celle de faire du bien ; tout le reste n'a été que passades [VOLT., Lett. Mme de Saint-Julien, 5 mai 1775]
Mon principal emploi à présent est le siècle de Louis XIV.... c'est la sultane favorite ; les autres études sont des passades [ID., Lett. Cideville, 26 juin 1735]
Les charités, les assistances qu'on demande en passant, en voyageant (sens vieilli).
Messieurs, d'où venez-vous ainsi ? Nous demandez-vous la passade ? [SCARR., Virg. VII]
Nous n'avons pas, cher camarade, Dessein d'enlever votre bien ; Nous ne voulons que la passade [LEGRAND, Cartouche, divertissement.]
Terme de manége. Course d'un cheval qui se compose le plus souvent d'une demi-volte, faite rapidement aux deux extrémités d'une piste, pour revenir au point de départ.
Talonne le genet et le dresse aux passades [RÉGNIER, Sat. V]
Vos fréquentes passades, Joutes, tournois, devises, sérénades, M'ont avant vous déclaré votre amour [LA FONT., Magn.]
Fermer la passade, se dit du mouvement qu'on fait avant de reprendre la ligne de passade. Passades furieuses ou à la française, demi-voltes, en trois temps, en marquant un demi-arrêt. Passades relevées, celles où les demi-voltes se font à courbettes. Fig. Revenir à la passade, revenir sur ses pas, sur ce qu'on a déjà dit.
Je reviens à la passade, pour vous dire encore une fois que vous ne soyez point en peine de ma jambe ni de ma santé [SÉV., 8 juill. 1685]
Terme d'escrime. Synonyme de passe.
Mais celles [les galères] des Grégeois se montrent mieux instruites, à provoquer l'attaque et feindre des refuites, à couper la passade avec agilité [BRÉBEUF, Phars. III]
Terme de natation. Action par laquelle un nageur en enfonce un autre dans l'eau et le fait passer sous lui. Donner une passade.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Là furent empoignez les pourmeneurs, entrautres Pouillac qui tiroit des passades à la veue de la ville [D'AUBIGNÉ, Hist. II, 50]
    Le bagage, n'estant pas si juste à la passade, paia, qui ne fut pas un petit gain [ID., ib. III, 46]
    Ce qui fist croire que leurs chevaux n'estoient pas d'emprunct, ils les manioient à passades, à courbettes et à voltes, comme s'ils eussent esté nourris toute leur vie aux escuries des princes [CARL., III, 20]
    J'ay bien voulu reciter ces deux histoires, à fin que quelque bon compagnon par ce moyen puisse gaigner la passade entre ceux qui ne sçauroient ce secret [PARÉ, XIX, 35]
    On fera deux ou trois passades [avec le soc] à la vigne, s'entrecroisans avec autant d'utilité que le marrer, et moins de despense [O. DE SERRES, 174]

ÉTYMOLOGIE

  • Passer ; prov. passada ; esp. pasada ; ital. passata.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    PASSADE. Ajoutez :
    En termes de théâtre, les allées et venues en travers de la scène.
    Les moindres passades ont fait l'objet de longues discussions [avant la représentation] [ALPH. DAUDET, Journ. offic. 27 juill. 1874, p. 5290, 3e col.]

passade

PASSADE. n. f. Passage rapide, bref séjour. En ce sens il est vieux.

Il signifie spécialement, dans le langage de la galanterie, Caprice, liaison passagère.

En termes de Manège, il désigne la Course d'un cheval qu'on fait passer et repasser plusieurs fois sur une même longueur de terrain. Il fit faire plusieurs passades à son cheval.

En termes de Natation, il se dit de l'Action par laquelle un nageur en enfonce un autre dans l'eau et le fait passer sous lui. Il lui donna une passade.

passade

Passade, f. penacut. Est la piece d'argent qu'on donne à quelqu'un qui tire païs, pour luy aider à son voyage, Viaticum, comme, Donner la passade à quelqu'un, Iuuare viatico. Liu. lib. 22. Ou luy donner dequoy passer son chemin.

passade


PASSADE, s. f. [Pa-sade: dern. e muet.] 1°. Passage d'une persone dans un lieu où elle fait peu de séjour. "Faire une passade, une visite de passade. — Madame de Sévigné, reprenant sa lettre interrompûe, dit à sa fille: "Je reviens à la passade, pour vous dire encôre une fois que vous ne soyiez point en peine de ma jambe. = 2°. Une passade (st. famil.) une fois en pâssant: "Cela est bon pour une passade; mais n'y retournez plus. = 3°. Aumône demandée par les pâssans, ou faite aux pâssans: demander, doner la passade. = 4°. En termes de Manège, course d'un cheval, qu'on fait pâsser et repâsser plusieurs fois sur une même longueur de terrein.

Synonymes et Contraires

passade

nom féminin passade
1.  Caprice amoureux.
amour, amourette, aventure, fantaisie, intrigue, liaison -familier: béguin, flirt -littéraire: bluette.
2.  Engouement passager pour.
Traductions

passade

[pɑsad] nfpassing fancy, whim