passage

passage

n.m.
1. Action, fait de passer : Le passage d'une rive à l'autre
franchissement, traversée : Le malade attend le passage de l'infirmièreLe passage de l'adolescence à l'âge adulteSon passage en cinquième est assuré
venue : Le passage de l'adolescence à l'âge adulteSon passage en cinquième est assuré
transition : Son passage en cinquième est assuré
2. Lieu où l'on passe pour aller d'un endroit à un autre : Ce passage est interdit aux deux-roues
accès, chemin : Les enquêteurs ont trouvé un passage secret sous la maison.
3. Voie piétonne couverte ; galerie marchande.
4. Somme payée pour emprunter un moyen de transport maritime ou fluvial ; traversée : Chacun a payé son passage.
5. Fragment d'une œuvre littéraire, musicale : Elle a appris un passage de la pièce
extrait, morceau : Je ne vous jouerai qu'un passage de cette sonate.
6. Tapis étroit et long : Le passage du hall d'un hôtel.
Avoir un passage à vide,
être momentanément fatigué, déprimé.
De passage,
qui reste peu de temps dans un endroit : Je serai de passage à Paris la semaine prochaine.
Passage à niveau,
croisement au même niveau d'une voie ferrée et d'une route.
Passage obligé,
condition nécessaire pour la réalisation d'un projet : Un stage à l'étranger est un passage obligé pour l'obtention de ce poste.
Passage pour piétons,
surface balisée que les piétons doivent emprunter pour traverser une rue ; passage protégé.
Passage souterrain,
aménagé sous une route, une voie ferrée pour les piétons, les automobiles.

PASSAGE

(pâ-sa-j') s. m.
Action de passer, en parlant des personnes qui passent. Le passage de l'armée. Le passage des gens de guerre.
Nous verrons comme tout ce passage [M. de Chaulnes et sa suite passant en Provence pour aller à Rome] si près de vous se tournera [SÉV., 11 sept. 1689]
Alexandre.... dompta tous les pays qu'il trouva sur son passage [BOSSUET, Hist. III, 5]
Leur passage [des Romains en Sicile] et le secours donné à ceux de Messine est comme le premier pas qui devait les conduire un jour à ce haut point de gloire et de grandeur.... [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. I, p. 308, dans POUGENS]
Action de passer, en parlant du lieu par où l'on passe. Le passage du pont.
Je ne comprends point le passage du Rhin à la nage ; se jeter dedans à cheval, comme des chiens après un cerf, et n'être ni noyé, ni assommé en abordant, tout cela passe tellement mon imagination que la tête m'en tourne [SÉV., à Bussy, 19 juin 1672]
Voilà qui est extraordinaire, des cavaliers dans ce village-ci ! ce n'est point un passage de troupes [DANCOURT, Vacances, SC. 5]
Tel fut ce passage du Rhin, action éclatante et unique, célébrée alors comme un des grands événements qui dussent occuper la mémoire des hommes [VOLT., Louis XIV, 10]
Je vous demande pardon d'avoir dit qu'il y avait quarante à cinquante pas à nager au passage du Rhin ; il n'y en a que douze ; Pellisson même le dit ; j'ai vu une femme qui a passé vingt fois le Rhin sur son cheval en cet endroit, pour frauder la douane de cet épouvantable fort de Tholus [ID., Lett. Hénault, 1er février, 1752]
Le passage du Rhin en 1672, passage tant célébré, quoiqu'assez peu digne de l'être [D'ALEMB., Éloges, Régn. Desmarais.]
Cette route est d'un grand passage, elle est très fréquentée. Terme militaire. Passage de défilé, passage de fossé, passage de lignes, nom des différentes évolutions pratiquées pour passer dans un défilé, traverser un fossé, etc.
Il se dit des animaux qui changent de lieu en certaines saisons. Le passage des ramiers, des bécasses. Le passage des harengs. Oiseau de passage, oiseau qui passe en certaine saison d'un pays dans un autre. Fig. Oiseau de passage, personne qui n'est en quelque lieu que pour peu de temps. Poissons de passage, ceux qui ne paraissent dans certains parages que dans des saisons déterminées. Fig. De passage, qui arrive à son tour.
Sur le trône heureux des amours, Tous les plaisirs sont de passage [VOLT., Ép. 68]
Fig. De passage, provisoire.
L'armée fit quelques camps de passage, et prit enfin celui de Leck [SAINT-SIMON, 11, 131]
Fig. Qui ne dure pas, qui passe aussitôt.
Saisir.... Comme un rapide éclair un bonheur de passage [P. LEBRUN, le Cid d'Andal. II, 3]
Fig. De passage, par passade.
L'indulgence, lui disais-je, que vous avez pour toutes mes intrigues de passage ne peut venir que de votre indifférence [DUCLOS, Œuv. t. VIII, p. 185]
Moment de passer. Son passage fut court. Nous guettons son passage.
Mais, Zaïre, je puis l'attendre à son passage [RAC., Bajaz. I, 4]
Voie par où l'on passe. Il passe bien du monde par là, c'est un grand passage.
Au milieu de tous trois je me faisais passage [CORN., le Ment. II, 5]
Un bras seul à nous trois nous ferme le passage [ID., Œdipe, IV, 2]
Le trop superbe équipage Peut souvent en un passage Causer du retardement [LA FONT., Fabl. IV, 6]
Ses eaux [de Babylone] furent desséchées pour donner passage à son vainqueur [BOSSUET, Hist. II, 4]
Il [Cyrus] s'y ouvrit [par l'Euphrate] des deux côtés de la ville le passage.... [ID., ib. III, 4]
Des paveurs en ce lieu me bouchent le passage [BOILEAU, Sat. VI]
Au milieu de l'orage Un ais sur deux pavés forme un étroit passage [ID., ib.]
Il me parut que le parti le plus assuré était de s'emparer promptement de certains passages dans les montagnes qui étaient mal gardés [FÉN., Tél. X]
Savari, son interprète [de Charles XII], homme adroit et entreprenant, porte sa lettre à Andrinople, malgré la sévérité avec laquelle le grand visir faisait garder les passages [VOLT., Charles XII, 6]
Du camp des Sarrasins il connaît les passages [VOLT., Tanc. II, 1]
Ce Magellan était un Portugais auquel on avait refusé une augmentation de paye de six écus ; ce refus le détermina à servir l'Espagne et à chercher un passage par l'Amérique pour aller partager les possessions des Portugais en Asie [ID., Mœurs, 149]
Je suis très persuadé qu'on tenterait vainement d'aller au delà du 82e ou 83e degré, et que, si le passage par le nord est possible, ce ne peut être qu'en prenant la route de la baie d'Hudson [BUFF., Add. théor. terr. t. XII, p. 493]
Ce fut Cabot qui le premier eut l'idée d'un passage par le nord-ouest à la mer du Sud [RAYNAL, Hist. phil. XVII, 7]
Fig. Il me trouvera sur son passage, se dit par menace de quelqu'un à qui l'on se propose de faire obstacle. Au passage, dans le lieu où passe la personne dont il s'agit.
Je vois voler partout les cœurs à mon passage [RAC., Brit. IV, 3]
Je ne suis point surpris du nombre des sonnets faits à votre louange ; ce sont des fleurs qu'on jette partout sur votre passage [VOLT., Lett. Campi, 1774]
Je pars à pied modestement, Quand de bons vivants au passage M'offrent un déjeuner charmant [BÉRANG., Hab. de cour.]
Fig.
Guettant à propos les fautes au passage [RÉGNIER, Sat. XI]
En tous lieux les chagrins m'attendent au passage [BOILEAU, Ép. VI]
À Paris et dans quelques grandes villes, galerie couverte où ne passent que les piétons. Passage éclairé au gaz. Un passage couvert d'un vitrage. On appelle aussi passages à Paris des rues découvertes et où passent les voitures (passages Violet, Saunier, etc.), mais que l'autorité administrative n'a pas classées au nombre des voies publiques, et dont elle laisse l'entretien à la charge des propriétaires, qui doivent les clore la nuit, etc. ; ce sont des rues privées.
Terme d'architecture. Dégagement entre deux pièces ; corridor court et étroit.
Action de passer, sur un navire, d'un lieu à un autre ; voyage au delà des mers. Il peut facilement trouver un bon et sûr passage pour l'Amérique. Un brick américain me donna passage à son bord.
En 1692, le roi fit, à la prière du roi d'Angleterre, le dessein d'une descente en Angleterre.... l'infanterie devait s'embarquer à la Hogue et la cavalerie au Havre ; M. de Tourville devait assurer le passage et la descente [VILLETTE, Mém. dans JAL]
Mais pauvre, et n'ayant rien pour payer mon passage, Ils m'ont, je ne sais où, jeté sur le rivage [A. CHÉN., Idylles, l'Aveugle.]
Passage de la ligne, instant où un bâtiment traverse la ligne équinoxiale. On dit aussi le passage des tropiques. Ces passages donnent lieu à des cérémonies burlesques. Embarquement, sur un navire, d'un individu qui ne fait pas partie de l'équipage, qui paye un prix convenu pour être transporté au lieu de la destination, et qui, pour cela, prend la dénomination de passager. Temps que dure une traversée sur mer, d'un port à un autre.
Droit qu'on paye pour passer sur un pont, sous un pont, etc. Payer son passage. Ce passage de pont appartient à une compagnie. Bateaux de passage, ceux qui servent à transporter des passagers du bord d'une rivière à l'autre, ou qui font d'autres trajets de ce genre.
Terme de jurisprudence. Droit de passer sur la propriété d'autrui. Passage de servitude, liberté de passage dont on jouit sur l'héritage d'autrui par convention ou prescription. Passage de souffrance, celui qu'on est obligé de souffrir sur son fonds en vertu d'un titre.
10° Terme d'astronomie. Le moment où un astre est interposé entre l'œil d'un observateur et d'autres corps fixes ou mobiles auxquels il rapporte sa position.
Il [M. Halley] avait rapporté plusieurs autres observations de l'île Sainte-Hélène, et principalement celle du passage de Mercure sur le disque du soleil [MAIRAN, Éloges, Halley.]
L'abbé Chappe a observé le passage de Vénus sur le soleil à Tobolsk, vers le 58e degré, sur le terrain le plus froid et sous le ciel le plus nébuleux [VOLT., Lett. Bailly, 9 fév. 1776]
Passage du méridien, moment où un astre est le plus élevé et à distance égale de l'orient et de l'occident.
11° Terme de manége. Pas relevé et cadencé, plus raccourci que le trot, diminutif de piaffer ; c'est un air bas. Passage des sangles, partie de la région costale située en arrière des coudes et où passe la sangle de la selle.
12° Point de passage, se dit quelquefois pour col de montagne. Terme de chemin de fer. Passage de niveau ou à niveau, endroit où un chemin de fer rencontre un chemin ordinaire, lorsque la différence de niveau n'est pas assez considérable pour nécessiter un pont.
13° Passage des poudres, service organisé sur un bâtiment de guerre pour que les gargousses soient délivrées des soutes et portées aux chargeurs des bouches à feu.
14° Terme d'imprimerie. Espace au travers duquel le tympan passe sous la platine.
15° Fig. Il se dit de ce que l'on compare à l'action de passer.
Je puis donner passage à mes tristes soupirs [CORN., Cid, III, 3]
M. d'Harouys est très affligé, mais il me mande que la joie de votre accouchement et la naissance de votre fils se sont fait un passage au travers de sa tristesse ; et je l'assure aussi, en récompense, que sa tristesse s'est fait un passage au travers de ma joie [SÉV., 9 déc. 1671]
Elle [une dame cherchant à enlever le roi à Mme de Montespan] ouvrirait les chemins de l'infidélité, et ne servirait que comme d'un passage pour aller à d'autres plus jeunes et plus ragoûtantes [ID., 30 sept. 1676]
D'un geste menaçant, d'un œil brûlant de rage, Dans le sein l'un de l'autre ils cherchent un passage [RAC., Théb. v, 3]
Je demeurai sans voix, et n'en repris l'usage Que par mille sanglots qui se firent passage [ID., Iphig. I, 1]
Si vous vivez dans la justice, vous mourrez dans la paix et dans la confiance du juste, et votre mort ne sera qu'un passage à la bienheureuse immortalité [MASS., Av. Mort du péch.]
Ô ciel ! par quel ravage Les ans sur son front pâle ont marqué leur passage ! [C. DELAV., Paria, III, 4]
16° Fig. Transition. Le passage du jour à la nuit. Le passage d'un ton, d'un mode à un autre.
Alors, les passages de l'obscurité à l'ombre, de l'ombre à la lumière, de la lumière au grand éclat, sont si doux, si touchants [DIDER., Essai sur la peinture, ch. 3]
Les jeunes gens, dans la fougue d'une imagination pleine de force, négligent trop cette règle importante ; pourvu qu'ils excitent du tumulte sur la scène et qu'ils forment des tableaux frappants, ils s'inquiètent peu des liaisons, des gradations et des passages [MARM., Œuv. t. IX, p. 292]
M. de Lacépède.... en disant que les salamandres faisaient le passage des lézards aux grenouilles.... [BRONGNIART, Instit. Mém. scienc. phys. et math. sav. étrang. t. I, p. 597]
Terme de peinture. Succession graduée des nuances d'une couleur, depuis la plus foncée jusqu'à la plus légère ; succession des ombres depuis la plus forte jusqu'à la plus claire, jusqu'au clair lui-même.
[Dans un portrait] point de nuances, point de passages, nulles teintes dans les chairs [DIDER., Salon de 1767, t. IX, p. 36, éd. 1821]
Terme de géologie. Forme intermédiaire entre une roche et une autre.
On peut, tant par l'observation que par l'analogie, suivre tous les passages et saisir les nuances entre le grès, la pierre à fusil et l'agate [BUFF., Min. t. VII, p. 265]
17° Fig. Changements qui se font dans les situations.
La république de Marseille n'éprouva jamais ces grands passages de l'abaissement à la grandeur [MONTESQ., Esp. VIII, 4]
J'avoue que la transformation totale du gouvernement par rapport aux finances cause un ébranlement actuel qui blesse un certain nombre de gens dans le passage [, Lett. sur le nouv. syst. de fin. dans DESFONTAINES]
Droit de passage, la somme que payaient, au profit de l'ordre, ceux qui, sortis d'un ordre religieux, étaient reçus dans celui de Malte, ou dans quelques autres ordres religieux ou militaires.
18° Fig. Changement de disposition de l'âme.
Tous mes moments ne sont qu'un éternel passage De la crainte à l'espoir, de l'espoir à la rage [RAC., Bérén. v, 4]
Le plaisir n'est pour lui qu'un passage au dégoût [BERNIS, Relig. veng. X]
Ce passage inouï du courroux aux bontés [VOLT., Pélopid. IV, 5]
Rien n'est moins surprenant que le passage de la méchanceté à l'abjection [J. J. ROUSS., 2e dial.]
19° Il se dit d'une chose de peu de durée.
Votre image N'avait dans son esprit pu faire qu'un passage, Pour ne vous avoir vu que durant un moment [MOL., l'Ét. IV, 1]
Chacun veut de la vie embellir le passage [GILB., Le 18e siècle.]
La vie n'est qu'un passage, c'est-à-dire elle est courte.
20° Fig. Mort.
Un coup de cloche ne fit venir que d'inutiles témoins de son passage [BOSSUET, Lett. quiét. 413]
Par ces admirables pratiques, cette princesse est venue à sa dernière heure, sans qu'elle eût besoin d'apporter à ce terrible passage une autre préparation que celle de sa sainte vie [ID., Marie-Thér.]
La religion seule a des secrets pour ce terrible passage [STAËL, Corinne, XX, 5]
[Le crucifix] Aux lèvres du mourant collé dans l'agonie, Comme un dernier ami, Pour éclaircir l'horreur de cet étroit passage, Pour relever vers Dieu son regard abattu [LAMART., Méd. II, 22]
21° Fig. Ce qui est comparé à un lieu par où l'on passe difficilement ; embarras (sens peu usité).
La courtoisie de cet adversaire me jette dans un passage assez difficile et capable d'attirer sur moi l'envie et la jalousie de plusieurs [DESC., Rép. aux 1res object. 5]
22° Fig. Citation d'un auteur, d'un ouvrage.
Dans un passage que je rapporte de Lessius [PASC., Prov. XI]
Il est singulier de voir comment il échappe aux passages qui le pressent de toutes parts [MONTESQUIEU, Esp. XXX, 25]
La proclamation de Napoléon venait d'être lue ; on s'en répétait à voix basse les passages les plus remarquables, et le génie des conquêtes enflammait notre imagination [SÉGUR, Hist. de Nap. IV, 2]
23° Terme de musique. Se dit d'une portion de chant, d'une ou de plusieurs phrases. Ce passage est charmant. Ornement qu'on ajoute à un trait de chant.
Un savetier chantait du matin jusqu'au soir, C'était merveilles de le voir ; Merveilles de l'ouïr, il faisait des passages.... [LA FONT., Fabl. VIII, 2]
Notes de passage, celles par lesquelles on remplit les degrés disjoints pour les franchir avec plus de grâce et qui n'appartiennent point à l'harmonie.
24° Se dit, au trictrac, d'une flèche vide de l'adversaire par laquelle on peut passer une dame au retour. Passage ouvert, par opposition à passage fermé, qui s'emploie lorsqu'il y a deux dames sur la flèche. Se dit aussi d'une flèche sur laquelle il n'y a qu'une dame.
25° Préparation que l'on donne aux peaux en les passant dans différentes drogues, afin de les adoucir.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Sel [si je le] puis trover à port ne à passage [, Ch. de Rol. LI]
  • XIIe s.
    Bien se defendent à cet estroit passage [, Ronc. p. 65]
    Sire, fait il, ne vieng passage demander [, Th. le mart. 123]
  • XIIIe s.
    Joffrois de Ville-Hardoin fu meüs de la terre de Surie avec celui passage qui venus estoit en Constantinoble [VILLEH., CXXXIII]
    Li avoirs fu porchaciés par l'ost, e assés i ot de ceus qui ne porent leur passage paier [ID., XXXIV]
    Sire, ce n'est mie giex [jeu], Ains est moult pesans ouvrages De bien guaitier deus passages [, Bibl. des ch. 4e série, t. IV, p. 30]
    Et ses chevaus [son cheval] Qui moult tost l'enmaine au passage [de la mort] [, Lai du conseil]
  • XIVe s.
    Je [Charles le Bel] laisse à la Terre sainte 50 mille livres à payer et delivrer quant passage general se fera ; et est mon entente que se le passage se faisoit en mon vivant, de y aler en ma personne [DU CANGE, passagium.]
    Le port, c'est à savoir le passaige de la Saone [ID., ib.]
  • XVIe s.
    Le passage de la mort à la vie [MONT., I, 84]
    Chrysippes mesloit à ses livres, non les passages seulement, mais des ouvrages entiers d'autres aucteurs [ID., I, 156]
    Il estoit commis à deffendre certain passage du Peloponnese contre les Arcadiens [ID., I, 243]
    Ilz luy demanderent tribut et salaire pour luy donner passage par leurs terres [AMYOT, Sertor. 9]
    Cet attendrissement se fait par bouillir dans l'eau claire, jusques à ce que, le fruit devenu mol, une espingle mise dans une piece d'icelui ne la puisse comme rien tenir enlevée en haut, ains, par sa propre pesanteur, s'eschappe de l'espingle, ce qu'en termes de l'art de confire s'appelle, faire le passage [O. DE SERRES, 851]

ÉTYMOLOGIE

  • Passer ; bourg. passeige ; wallon, passeg ; prov. passatge ; espagn. pasage ; port. passagem ; ital. passaggio

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    PASSAGE.
    10° Ajoutez :
  • Lunette des passages, nom donné quelquefois à la lunette méridienne.
  • 26°
    En Normandie, barrière fixe, facile à enjamber, qui permet de passer d'un herbage dans un autre, d'une prairie dans une autre prairie [DELBOULLE, Gloss. de la vallée d'Yères, le Havre, 1876, p. 253]
    27° Faire passage à, amener à.
    La coutume de vivre, plus forte que loi du monde, nous fait bien passage à des choses qui n'ont point de loi [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne]

passage

PASSAGE. n. m. Action de passer. Il peut avoir pour complément soit celui ou ceux qui passent, soit le lieu par où l'on passe. Guetter le passage de quelqu'un. Le passage de l'armée. Le passage des troupes. Le passage de la mer Rouge. Le passage de la rivière. Le passage des Alpes. Le passage du pont est interdit pendant les grosses eaux.

Il se dit particulièrement en parlant des Oiseaux et des poissons qui changent de région dans certaines saisons. Le passage des ramiers, des cailles, des bécasses. Le passage des harengs, des morues.

Oiseaux de passage, Les oiseaux qui en certaine saison passent d'un pays dans un autre. Les hirondelles, les cailles sont des oiseaux de passage.

Fig. et fam., C'est un oiseau de passage, se dit d'une Personne qui n'est en quelque lieu que pour peu de temps, qui ne fait qu'y passer.

PASSAGE se dit aussi en parlant des Liquides et des gaz. Faire une ouverture pour le passage de l'air, de la fumée. Lever une vanne pour permettre le passage de l'eau dans une rigole.

En termes d'Astronomie, il désigne le Moment où un astre est interposé entre l'oeil d'un observateur et d'autres corps fixes ou mobiles auxquels il rapporte sa position. Observer le passage de Vénus sur le disque du soleil.

PASSAGE signifie figurément Transition. Le passage de cette idée à celle qui la suit est trop brusque, n'est pas bien ménagé. Le passage du jour à la nuit. Le passage d'une teinte à une autre, dans un tableau. Le passage d'un ton, d'un mode à un autre, dans un morceau de musique.

Il désigne aussi le Changement d'une situation, d'une disposition d'âme en une autre. Le passage d'une vie mondaine à une vie chrétienne. Le passage d'une confiance excessive à une méfiance exagérée.

Fig., La vie n'est qu'un passage, Elle est courte.

PASSAGE désigne encore le Lieu par où l'on passe. Cet endroit est très fréquenté, c'est un grand passage. Pourquoi voulez-vous traverser ce champ? ce n'est pas un passage. Ôtez-vous du passage, de mon passage. Se saisir, s'emparer des passages. Garder les passages. Ce pays a refusé de donner, de livrer passage par son territoire aux belligérants. Fermer le passage. Défendre le passage. Le passage est embarrassé. Le passage est ouvert. Se faire, s'ouvrir, se frayer un passage. Occuper, disputer, tenter un passage. Cette galerie sert de passage. Ce passage est bien étroit. Un torrent qui se fait passage entre des rochers.

En termes de Chemin de fer, Passage à niveau, Endroit où une route traverse au même niveau une voie ferrée.

PASSAGE se dit de Galeries, généralement couvertes et réservées aux piétons, qui servent de dégagement aux rues voisines. Le passage Choiseul. Le passage des Panoramas. Construire un passage. Un passage pavé de dalles et couvert d'un vitrage. La plupart des passages sont fermés de portes ou de grilles pendant la nuit.

En termes de Jurisprudence, il signifie Droit général ou particulier de passer sur la propriété d'autrui, par prescription ou par convention. Passage de souffrance, de servitude. Il doit un passage par son parc.

Il se dit également du Droit qu'on paie pour traverser une rivière dans un bac ou dans un bateau, pour passer sur un pont, par une écluse, etc. Payez le passage, votre passage. Ce passage de pont appartient à la ville.

Il se dit encore de la Somme qu'il faut payer pour un voyage sur mer, pour une traversée. J'ai payé mon passage sur le paquebot. On fait une réduction aux familles nombreuses sur le prix du passage, sur le passage.

PASSAGE signifie aussi, figurément, Certain endroit d'un auteur, d'un ouvrage, que l'on cite, que l'on allègue, que l'on indique. Il y a dans ce livre un beau passage, un passage très remarquable. Passage obscur, difficile. Citer, rapporter, commenter, expliquer un passage. Se reporter à un passage. Passage de l'Écriture, de saint Augustin, de Cicéron.

En termes de Musique, il désigne Quelques mesures ou quelques phrases d'une oeuvre. Travaillez beaucoup ce passage, il est difficile. Dans cet opéra, tout n'est pas intéressant, mais il y a de beaux passages.

passage

Passage, m. penac. Signifie tantost l'allée et le voyage d'un lieu à autre, Profectio. Le passage de l'armée est dangereux, Plena periculi res est, exercitus praefectio. Prendre un Faulcon au passage, Accipitrem in ipsa migratione intercipere. Et tantost un voyage court et sans muser, Momentanea profectio, comme, Je feray un passage jusques où vous estes, Istuc modica mora adero. Et tantost chemin pour aller outre, comme, L'armée du Roy a demandé passage par les terres de l'Empereur, Transitum petiit. Liu. lib. 23. Et tantost certaines lettres du Roy, par lesquelles il mande à tous ceux qui sont de son obeissance, prie et requiert les Princes estrangers, laisser passer, sejourner et demeurer tel son Ambassadeur ou chevaucheur de son escuyrie, ou autre y denommé, avec nombre limité de gents de sa suyte, armez ou desarmez, leurs finances, bagues, joyaux, harnois, chevaux, lettres closes ou patentes, et retourner sauvement et quittement dedans le temps qui y est aussi limité; leur fournir toutes leurs necessitez en payant. Lesquelles lettres portent clause de sauve-garde, Diploma commeatus tuti ac liberi, cum fidei publicae interpositione. Mais quand elles sont à seel placqué, ne s'addressent qu'aux seuls subjects du Roy, et ont en teste, De par le Roy, et ne portent limitation de temps, car ce sont passages volants, et suffit d'y mettre, Donné en tel lieu, sans dire soubs le seel secret ou placqué. En aucuns protocoles anciens escrits à la main, ces lettres cy à seel placqué sont appelées, Lettres de pas. Aussi sont elles pareillement addressées aux gardes de ponts, ports et passages. En cette maniere de signification on dit, Passage pour Ambassadeurs, quand le Roy les envoye hors le Royaume, à ce que ens et hors iceluy ils et leurs gents et attirail passent, sejournent et repassent sauvement et quittement, et sont lettres requisitoires hors les limites de France. Ce qui s'entend in mandata, non autem in libera legatione. Passage à un chevaucheur d'escuyrie pour passer sauvement, et non quittement, luy quatriesme et son attirail ens et hors le Royaume, quand il est depesché par le Roy avec la clause de l'an expiré telles lettres non valoir. Lesquelles ne sont à tous chevaucheurs ottroyées de mesme amplitude et estenduë, ains de moindre à ceux qui sont de l'ordonnance de l'escuyrie du Roy. Passage à subjects pour poursuivre la delivrance des prisonniers et ostages detenus hors le Royaume, quand le Roy permet aux denommez en ses lettres, d'aller, escrire, traitter, composer, passer lettres obligatoires, porter or et argent à l'estranger pour le fait de laditte delivrance, sauvement et quittement dedans le temps y limité, sans pour raison de ce encourir blasme, faute ne reproche, avec l'exception de ne transporter audit païs estranger en ce faisant choses illicites, suyvant la loy, Cotem ferro. ff. de publica. et l. non solum. Cod. de commerc. et mercat. l. 2. Cod. quae res export. non deb. eod. Passage à vivres franchement pour la provision et avictuaillement d'un chasteau, quand il est mandé laisser enlever et passer quittement la quantité de grain y limitée, pour la provision de tel chasteau. Passage et traicte de vin, quand est mandé laisser enlever et passer la quantité de pipes y limitée, franchement du droit de traicte, duquel est par les mesmes lettres fait don à l'impetrant. Il se trouve en aucuns anciens protocoles escrits à la main, certain formulaire de lettres inscrites, Lettres de passe, addressées à subjects et alliez. Par l'une d'icelles sans limitation de nombre de personnes est mandé aux subjects, sont requis et priez les amis, alliez et bien-vueillants laisser passer sauvement sans plus un Napolitain habitué en France, ses famille et biens quelconques (les choses illicites hors) auquel le Roy permet s'en retourner demeurer au Royaume de Naples, lors tenu et possedé par le Roy. Par l'autre sont faits pareils permission, mandement, et requisition pour une vefve, s'en retournant demeurer au Comté de Rossillon. Et par l'autre avec nombre limité de personnes de suyte, est mandé laisser passer par le Royaume sauvement et quittement avec reception, courtoisie et d'honneur, la Royne Isabel, femme au Roy Dom Federic. Lesquelles lettres portent le nom de Passe, entrant et sortant de la frontiere, ainsi que fait lettre de pas la susdite à seel placqué, entrant et sortant des metes d'une province, bailliage, seneschaulcée à autre au dedans des enclaves et frontieres de ce Royaume. Passage se prend aussi pour le lieu par où l'on passe d'une chambre ou sale à autre, comme, Cette galerie ne sert que de passage, Haec porticus neutiquam mansionem, at transitum tantum praestat. Et de ce seul mot est inscrit par les Mareschaux de logis et fourriers en marquant le dedans d'un logis. Et tantost pour l'endroict d'un chemin passant, comme, Voicy un dangereux passage, Hac magno cum periculo transitur. Il se prend encore pour quelconque endroict de sens entier d'un escrit de long discours, comme, S. Augustin dit en ce ou sur ce passage de l'Evangile, Hoc loco, aut in hunc locum. Et en cette signification il vient du mot Chaldée Pasuk, qui signifie un vers, un membre de Periode ayant sentence entiere, qu'on dit aussi un verset, et la periode mesme. Esquels Pasuks les livres du vieil Testament ont esté distinguez, tant pour facile comprehension du sens d'iceux, que pour le bien de la memoire du lecteur. Ainsi Passage cy endroit sera partie ou particule de pâsaq mot Chaldée, qui signifie cesser et faire arrest. Ce que le lecteur fait au bout de chasque propos ou sentence entiere dicte Pasuk. Ou bien de pat ou pissâh Hebrieux, qui signifient partie, particule, Pars, particula, frustum, dont lesdites dictions Chaldées ont esté prinses.

Passage, Velut locus per quem passus aguntur, Transitus, huius transitus, Meatus, huius meatus.

Passage et entrée d'un lieu, Aditus, huius aditus.

Le passage est fait, Iactus est gradus et aditus ad caetera. B.

Oiseaux de passage, qu'on appelle autrement passagiers, Aues commeantes. Bud.

Un passage estroit entre deux mers, Isthmus.

Passage fait d'ais longs, et plancheé, Tabulatus transitus.

Le passage des Alpes, Alpium transitus.

Certains passages et destroits que les Romains faisoyent anciennement garder sur les marches et frontieres de leur Empire, Limites.

Donner ou bailler passage, Transitum alicui facere, vel dare, Aperire iter alicui in aliquam regionem, Dare iter, Dare viam alicui per fundum.

Si les embassades n'eussent donné passage aux ennemis par une des portes, Ni legati patefecissent vna porta hostibus viam.

Donner passage par le fossé, Emittere per vallum.

Il t'a ouvert le passage pour retourner aux tiens, Tibi reditum ad tuos aperuit.

Clorre le passage aux fuites et delais, Fugitiuorum rimas obstruere. Budaeus.

Boucher et estouper le passage, Obsepire iter, Includere viam.

Couper les passages et chemins, Intercludere viam.

Empescher le passage, Prohibere itinere.

Fermer les passages à quelqu'un en sorte qu'il ne puisse fuyr, Fugam alicui claudere.

Garder les passages que les ennemis n'ayent des vivres, Commeatum inimicis intercludere.

Celuy qui garde les passages sur la mer, Limenarcha.

Tenir un passage et guetter, Locum aut viam insidere.

Surmonter les mauvais passages, Difficultates locorum vincere.

Celuy qui faisoit le train de la ferme des passages et tenoit le registre, soit du costé des bailleurs, ou du costé des fermiers, Magister scripturae.

Lettre de passage, Symbolum. B. ex Arist.

¶ Un passage fort doubteux en droit, Ius inter peritos ambiguum, vel quod ambigitur.

Les mauvais passages de proces, Maeandri forenses, Scopuli fori. Budaeus.

Eschapper assez honnestement d'un mauvais passage de proces, E luto forensi emergere pedibus semilotis. B.

¶ Nous en avons parlé en un autre lieu et passage, Sunt a nobis alio loco disputata.

passage


PASSAGE, s. m. PASSAGER, ÈRE, adj. et subst. [Pa-sage, , gère: 3e e muet au 1er, é fer. au 2d, è moy. et long au 3e.] Passage, est 1°. L'action de pâsser. "Le passage de la mer rouge, de la rivière; le passage d'une armée, des câilles, des bécasses. Remarquez que dans le 1er exemple, il se dit de ce qui est pâssé, traversé et dans le 2d de celui qui pâsse, qui traverse. = Il régit quelquefois de du lieu que l'on quite et à de celui où l'on va. Il se dit avec ces régimes sur-tout dans le moral. "Le passage d'une vie mondaine à une vie chrétiène est dificile et pénible. = 2°. Le lieu par où l'on pâsse. "Ôtez-vous du passage. "Il l'atendit au passage. "Doner, livrer passage (sans article) Boucher, fermer, défendre, tenter, ocuper, disputer le passage, un passage; se saisir, s'emparer des passages, etc. = 3°. Le droit qu' on paye pour passer une rivière, un pont. "Ce passage apartient à un tel Seigneur. "Payez le passage ou votre passage. = 4°. Endroit d'un Auteur qu'on allègue. "Citer, aporter, expliquer, un passage de la Sainte Écriture, de St. Augustin, de Cicéron, etc. = 5°. En termes de Musique, roulement de voix d'une note à l'aûtre. — Dans le Manège, alûre mesurée et cadencée du cheval.
   PASSAGER, en parlant des chôses est adjectif: qui est de peu de durée: les plaisirs du monde sont passagers. Fleurs Passagères. Douleur passagère. = En parlant des oiseaux, qui ne fait que pâsser, qui ne s'arrête point: "Les hirondelles, les grûes sont des oiseaux passagers. = En parlant des hommes, il est substantif; qui ne s'embarque sur un vaisseau que pour pâsser en quelque lieu. On distingue les passagers dans un vaisseau des gens de l'équipage. = Les Dictionaires ne mettent point le féminin. Je crois qu'on peut l'employer en quelques ocasions. "Les passagères sont fort embarrassantes dans un Navire. = Passager difère de passant, en ce que celui-ci ne se dit que de celui, qui voyage par terre et qui ne fait que pâsser en plusieurs lieux sans s'arrêter dans aucun: celui-là se dit de celui, qui voyage par mer et reste sur le vaisseau tout le tems du voyage. M. Valmont de Bomare a mis l'un pour l' aûtre. Il dit, parlant des fameux glaciers de Grindelwald en Suisse: "Il s'y forme de tems en tems des fentes par les éforts de l'air comprimé, et lorsque cela arrive, on entend au loin un bruit horrible, et les passagers sentent sur le lac un moûvement semblable à celui d'un tremblement de terre. — On ne navigue pas sur un étang glacé: on y marche, ou l'on y est traîné; et l'Auteur avait dit plus haut que les habitans du pays passent par dessus pour abréger leur route. Ce sont donc des passans et non des pâssagers.
   PASSAGER, se dit quelquefois adjectivement des persones, et alors il a le sens de passant. "Je ne fais pas ma demeure dans cette ville: je n'y suis que passager. "Les Hommes ne sont que passagers sur la terre.

Synonymes et Contraires

passage

nom masculin passage
1.  Action de franchir une limite.
2.  Fait de séjourner quelque part.
3.  Grande circulation.
4.  Endroit par où l'on passe.
5.  Fragment d'une œuvre.
Traductions

passage

Übertritt, Durchfahrt, Passagedoorgang, overtocht, overgang, gang, passage, doortocht, oversteek, (het) passeren, galerij, geschrift], overgang (naar), oversteek(plaats), passage [muziek, toegang, loop, overloop, pas, plaatspassage, pass, crossing, passing, wayחלוף (ז), חצייה (נ), מבוי (ז), מובאה (נ), מעבר (ז), מעבר מפולש (ז), מפלש (ז), קומה מפולשת (נ), חֲצִיָּה, מָבוֹי, מוּבָאָה, מַעֲבָר, מִפְלָשׁπέρασμα, πρόσβαση, μουσικό κομμάτιpassaggio, corsia, passata, passatoia, passatoio, passo, promozione, traghetto, valico, varcoمـُرُورٌ, نَصٌّpasáž, průchodpassagepasaje, pasokatkelma, väyläodlomak, prolaz楽節, 通路악절, 통로passasjedroga, pasażpassagem, trechoпассаж, проходpassage, styckeท่อนบทเพลง ตอน, ทางเดินgeçit, parçalối đi, mục段落, 通道通過 (pɑsaʒ)
nom masculin
1. lieu que l'on traverse, chemin un passage souterrain
2. partie de la route où les piétons peuvent traverser
3. croisement d'une ligne de chemin de fer et d'une route
4. action de passer, de traverser un lieu passage interdit
5. partie d'une œuvre lire un passage

passage

[pɑsaʒ] nm

Ils s'arrêtaient de travailler au passage du train → They stopped working as the train passed.
Nous l'avons vu lors de notre passage à Brest → We saw him when we passed through Brest.
sur le passage du cortège → along the route of the procession
au passage (alors que l'on passe)on the way; [remarquer] → in passing
au passage de
Il a été éclaboussé au passage de la voiture → He was soaked by a passing car.
des touristes de passage → tourists who are passing through
Nous sommes de passage à Toulouse → We're just passing through Toulouse.
(= accès, chemin) → way
des troncs d'arbre barraient le passage → tree trunks blocked the way
"laissez le passage" → "keep clear"
"n'obstruez pas le passage" → "do not obstruct"
(= prix de la traversée) → passage
(= extrait de livre) → passage
J'ai traduit un passage de ce livre → I translated a passage from this book.
passage à niveau nmlevel (Grande-Bretagne) crossing, grade (USA) crossing
passage à tabac nmbeating, beating-up
passage à vide nmbad patch
passage clouté nmpedestrian crossing
passage de témoin nmpassing the baton
passage interdit nm → no entry
passage protégé nmright of way (over secondary roads on your right)