passer

(Mot repris de passais)

passer

v.i. [ lat. passare, de passus, pas ]
1. Aller d'un lieu à un autre ; se déplacer en un mouvement continu : Peux-tu passer par la boulangerie avant de rentrer ? La Seine passe à Paris traverser circuler
2. Aller quelque part un bref instant : Elle a dit qu'elle passerait ce soir faire un saut
3. Franchir une limite ou un obstacle : Ces armes sont passées en fraude pénétrer s'infiltrer, percer, poindre
4. Couler au travers d'un filtre, d'un tamis : Le café passe mal filtrer
5. Être digéré : Mon dîner ne passe pas descendre
6. Être admis, accepté ; être adopté : Cet enfant va passer en sixième.
7. Venir dans telle position : Pour elle, la famille passe avant le travail l'emporte sur ; primer sur
8. Aller d'un lieu dans un autre : Veuillez passer dans la salle d'attente entrer pénétrer, venir ; sortir
9. Changer d'état, de niveau : Passer de l'état solide à l'état liquide. La température est passée de 20 °C à 30 °C en une après-midi.
10. (Avec un attribut) Être promu à telle fonction : Il est enfin passé cadre devenir
11. En venir à : Le suspect est passé aux aveux a avoué
12. Se joindre à ; rejoindre le camp adverse : L'ancien maire est passé à l'opposition rallier
13. Se transmettre à un autre possesseur : À sa mort, ce manuscrit passera à sa fille aller, revenir
14. Se soumettre à ; subir : Elle a dû passer une radio pour s'assurer que la rotule n'était pas déplacée.
15. Se produire en public ; être représenté, projeté : Ce chanteur est passé plusieurs fois à l'Olympia. Cette publicité passe aux heures de grande écoute.
16. S'écouler, en parlant du temps : Plusieurs années passèrent avant le rappel des exilés couler, filer
17. Avoir une durée limitée : Sa colère passera vite cesser disparaître, se dissiper, finir ; durer
18. Perdre son éclat, en parlant d'une couleur : Le vert du papier peint a passé se décolorer, se faner
19. Vieilli Faire saillie ; dépasser : Son chemisier passe sous son gilet.
En passant,
sans s'attarder : Jetez un œil sur cette maison en passant.
Il faudra bien en passer par là,
en venir à faire cela, s'y résoudre.
Laisser passer,
ne pas s'opposer à ; ne pas remarquer, ne pas corriger : Ses parents laissent passer beaucoup de ses bêtises. Le correcteur a laissé passer une faute d'orthographe.
Ne pas passer,
ne pas être admis, toléré : Sa critique n'est pas passée.
Passer par,
avoir à supporter : Nous sommes passés par de graves difficultés avant de trouver du travail traverser
Passer pour,
être considéré comme, avoir la réputation de : Au travail, il passe pour un dilettante. Ses livres passent pour sérieux.
Passer sur,
ne pas s'arrêter à : Passons sur cette affaire et parlons de vos projets omettre
Y passer,
subir une épreuve, un désagrément : On ne peut pas imaginer comme c'est douloureux, tant qu'on n'y est pas passé ; être dilapidé : Toute sa paie y est passée ; fam., mourir : Il a bien failli y passer.
v.t.
1. Aller au-delà d'une limite : Ils ont passé la frontière sans encombre franchir, traverser
2. Subir un examen ; réussir à un examen : Elle a passé le concours d'entrée à l'I.U.F.M.
3. Faire aller d'un lieu dans un autre : Ce ferry passe aussi les camions transborder, transporter guider
4. Faire aller à travers un filtre : Passer la sauce au chinois tamiser filtrer
5. Remettre, transmettre : Peux-tu me passer ton stylo ? prêter
6. Laisser derrière soi ; dépasser : Ce cheval a vite passé tous les autres devancer
7. Laisser de côté, volontairement ou non : En recopiant le texte, vous avez passé une ligne omettre, oublier, sauter
8. (Sans compl.) À certains jeux, s'abstenir de jouer ou d'annoncer quand vient son tour : Tous les joueurs de tarot ont passé.
9. Laisser s'écouler, employer du temps : Ils passent leurs mercredis devant la télé. J'ai passé mes vacances à la montagne.
10. Admettre avec indulgence : Ses parents lui passent tous ses caprices excuser ; condamner, punir
11. Ternir une couleur : Le soleil a passé le bleu des rideaux décolorer ; colorer
12. Étendre sur une surface : Passer une couche de vernis sur une table en chêne appliquer, mettre
13. Mettre sur soi : Elle passa son manteau et sortit enfiler
14. Établir dans les formes légales ; dresser : Passer une commande auprès d'un fournisseur conclure
15. Soumettre à l'action de ; exposer : Passer des instruments à l'alcool pour les stériliser.
Passer au fil de l'épée,
tuer, exécuter avec une épée.

se passer

v.pr.
1. Avoir lieu ; arriver : Cette histoire s'est passée il y a un siècle se dérouler se produire
2. S'écouler, en parlant du temps : Un mois s'est passé depuis ce drame.
3. (de) Ne pas avoir besoin de qqch ; le refuser : Nous pouvons parfaitement nous passer de votre aide.
4. (de) Se priver de qqch, de qqn ; renoncer à faire qqch : Elle ne peut pas se passer de café s'abstenir se dispenser

passer


Participe passé: passé
Gérondif: passant

Indicatif présent
je passe
tu passes
il/elle passe
nous passons
vous passez
ils/elles passent
Passé simple
je passai
tu passas
il/elle passa
nous passâmes
vous passâtes
ils/elles passèrent
Imparfait
je passais
tu passais
il/elle passait
nous passions
vous passiez
ils/elles passaient
Futur
je passerai
tu passeras
il/elle passera
nous passerons
vous passerez
ils/elles passeront
Conditionnel présent
je passerais
tu passerais
il/elle passerait
nous passerions
vous passeriez
ils/elles passeraient
Subjonctif imparfait
je passasse
tu passasses
il/elle passât
nous passassions
vous passassiez
ils/elles passassent
Subjonctif présent
je passe
tu passes
il/elle passe
nous passions
vous passiez
ils/elles passent
Impératif
passe (tu)
passons (nous)
passez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais passé
tu avais passé
il/elle avait passé
nous avions passé
vous aviez passé
ils/elles avaient passé
Futur antérieur
j'aurai passé
tu auras passé
il/elle aura passé
nous aurons passé
vous aurez passé
ils/elles auront passé
Passé composé
j'ai passé
tu as passé
il/elle a passé
nous avons passé
vous avez passé
ils/elles ont passé
Conditionnel passé
j'aurais passé
tu aurais passé
il/elle aurait passé
nous aurions passé
vous auriez passé
ils/elles auraient passé
Passé antérieur
j'eus passé
tu eus passé
il/elle eut passé
nous eûmes passé
vous eûtes passé
ils/elles eurent passé
Subjonctif passé
j'aie passé
tu aies passé
il/elle ait passé
nous ayons passé
vous ayez passé
ils/elles aient passé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse passé
tu eusses passé
il/elle eût passé
nous eussions passé
vous eussiez passé
ils/elles eussent passé

PASSER

(pâ-sé) v. n.

Résumé

Aller d'un lieu à un autre.
Passer, en termes d'escrime.
Passer, en termes de marine.
Passer à l'ennemi, déserter.
Se présenter devant des gens chargés d'inspecter.
Il se dit des choses qui ont ou qui reçoivent du mouvement.
Il se dit de personnes dont soit la position, soit les sentiments changent.
Il se dit des choses abstraites que l'on compare à des choses matérielles qui se meuvent.
Traverser l'esprit, en parlant d'idées.
10° En venir à, faire transition, quitter un sujet.
11° Il se dit de nuances qui vont de l'une à l'autre.
12° Passer de cette vie en l'autre, ou, absolument, passer, mourir.
13° Passer, en termes de jeu.
14° Recevoir une sanction.
15° Subir un examen.
16° Être supportable, acceptable.
17° Être transmis.
18° Être introduit, en parlant de certaines choses.
19° Être digéré, en parlant d'aliments.
20° S'écouler, en parlant du temps.
21° Ne pas rester dans le même état, diminuer, disparaître.
22° Finir, cesser.
23° S'étendre au delà.
24° Fig. Passer plus loin.
25° Passer outre.
26° Passer par.
27° Passer par-dessus.
28° Passer sur.
29° Passer pour.
30° Y passer.
31° Faire passer.
32° Laisser passer.
33° Passe.
34° En passant.
35° V. a. Traverser.
36° Transporter d'un lieu à un autre.
37° Transmettre, remettre de la main à la main.
38° Faire couler des liquides au filtre ou au tamis.
39° Aller au delà, en parlant de l'espace ; dépasser, en parlant du temps.
40° Devancer.
41° Il se dit de ce qu'on fait aller d'une place à l'autre.
42° Faire mouvoir, faire glisser une chose sur une autre.
43° En parlant du temps, consumer, employer.
44° Soumettre à l'action de.
45° Préparer, accommoder, apprêter.
46° Passer en revue.
47° Soumettre à un examen, à un jugement ; en un sens opposé, subir un examen, une inspection.
48° Il se dit des actes qu'on fait par-devant notaire.
49° Donner pour un certain prix, en parlant de ventes.
50° Admettre pour, croire.
51° Concéder, tolérer, accepter.
52° Allouer.
53° Pardonner.
54° Surpasser, l'emporter sur.
55° Être au-dessus des forces du corps ou des facultés de l'esprit.
56° Aller plus loin, se répandre, s'ébruiter.
57° Toucher, mentionner adroitement.
58° Omettre.
59° Satisfaire, en parlant de certains sentiments.
60° V. réfl. Se passer, être supérieur à soi-même.
61° Avoir son cours, en parlant du temps.
62° Cesser, n'avoir pas lieu.
63° Perdre sa beauté, sa force, en parlant de choses.
64° Arriver, avoir lieu.
65° Se passer à, se contenter de ; on a dit se passer de, au même sens.
66° Se priver, s'abstenir.
Aller d'un lieu à un autre.
Passez, seigneur, dit-il, passez dans cette barque [CORN., Pomp. II, 2]
Et s'il voulait passer de son pays au nôtre.... [ID., Nicom. III, 2]
Quand un autre dragon, qui n'avait qu'un seul chef, Et bien plus d'une queue, à passer se présente [LA FONT., Fabl. I, 12]
Ha ! mon enfant, que je voudrais bien vous voir un peu, vous entendre, vous embrasser, vous voir passer, si c'est trop que le reste ! [SÉV., 19]
Je suis passée courageusement de Bretagne en Provence [ID., 13 nov. 1690]
Le petit la Troche a passé des premiers à la nage [au passage du Rhin] ; on l'a distingué [ID., 24 juin 1672]
Il [Valentinien] envoya ordre à Équitius, qui commandait dans l'Illyrie, de passer jusque dans le pays des Quades [FLÉCH., Hist. de Théodose, I, 23]
Chacun prétend passer, l'un mugit, l'autre jure [BOILEAU, Sat. VI]
Immobile, saisi d'un long étonnement, Je l'ai laissé passer dans son appartement, J'ai passé dans le mien [RAC., Brit. II, 2]
J'ai visité l'Élide, et, laissant le Ténare, Passé jusqu'à la mer qui vit tomber Icare [ID., Phèdre, I, 1]
Téméraire, où voulez-vous passer ? [ID., Athal. III, 2]
On lui vint dire que trois personnes étaient dans sa chambre, et je me retirai pendant qu'elle y passait [MARIVAUX, Pays. parv. part. 4]
Les persécutions que nos mahométans zélés ont faites aux Guèbres les ont obligés de passer en foule dans les Indes [MONTESQ., Lett. pers. 85]
Les auteurs de ce temps avouent que, quand un Anglais rencontrait un Danois, il fallait qu'il s'arrêtât jusqu'à ce que le Danois eût passé [VOLT., Mœurs, 42]
Il passera sur une planche étroite, il tombera et se cassera une jambe [DIDEROT, Salon de 1767, Œuvres, t. XIV, p. 221, dans POUGENS.]
Charles-Quint demandait à un Espagnol qui arrivait de Mexico combien il y avait de temps entre l'hiver et l'été ; autant, répondit-il avec vérité et avec esprit, qu'il en faut pour passer du soleil à l'ombre [RAYNAL, Hist. phil. VI, 20]
Ce lieu est si désert, il n'y passe personne [GENLIS, Théât. d'éd. Zélie, I, 1]
En sortant de table, j'ai senti que j'étais si peu maîtresse de moi-même, que j'ai pris le parti de passer un instant dans mon cabinet [ID., Adèle et Théod. t. III, p. 371, dans POUGENS]
Les Turcs ont passé là : tout est ruine et deuil [V. HUGO, Orientales, 18]
Passer devant, marcher devant une autre personne.
Nérine : Vous n'avez qu'à entrer dans ce logis. - Passe devant [MOL., Fourber. III, 8]
Passer devant, se dit aussi de la préséance.
Hier, M. de Chevreuse, à l'ordre de Saint-Michel, passa devant M. de la Rochefoucauld ; ce dernier lui dit : Monsieur, vous passez devant moi, vous ne le devez pas. M. de Chevreuse lui répondit : Monsieur, je le dois, car je suis duc de Luynes. Ha, monsieur, par ce côté-là, vous avez raison [SÉV., 501]
À dire la vérité, quoique la fille de M. le duc d'Orléans dût passer devant une fille de branche cadette [Mme DE CAYLUS, Souv. p. 266, dans POUGENS]
Fig. Passer devant, obtenir la préférence.
Ses plaisirs passent toujours devant ses devoirs [MAINTENON, Lett. à Mme de St-Géran, 10 sept. 1683]
Terme de vénerie. Passe le cerf, passe, passe, passe, passe, terme dont les piqueurs se servent lorsqu'ils voient le cerf après avoir rappelé les chiens. Passer chez quelqu'un, se rendre chez une personne.
Elle a feint de passer chez la triste Octavie [RAC., Brit. v, 8]
Figaro : Monsieur passe-t-il chez lui ? - Bartholo : Non, monsieur ne passe point chez lui [BEAUMARCH., Barbier de Sév. III, 5]
Passer chez quelqu'un, se dit aussi quand, sa demeure se trouvant sur notre chemin, nous entrons chez lui. Je passerai chez vous ce soir en allant au spectacle. On dit aussi : je passerai par chez vous, pour signifier : je passerai par votre ville, par votre pays. Lorsque je ferai le voyage d'Italie, je passerai par chez vous. Ne faire que passer, traverser un lieu sans s'y arrêter.
Je n'ai fait que passer à Versailles [BOSSUET, Lett. 166]
J'ai vu l'impie adoré sur la terre.... Je n'ai fait que passer : il n'était déjà plus [RAC., Esth. III, 9]
Fig. Ne faire que passer, durer peu.
L'autorité n'a fait que passer dans vos mains ; elle vous a échappe comme un songe [FÉN., Dial. des morts anc. Dial. 7]
Galba, Othon, Vitellius ne firent que passer [MONTESQ., Rom. 15]
La barbarie dure des siècles, il semble que ce soit notre élément ; la raison et le bon goût ne font que passer [D'ALEMBERT, Disc. prélim. Encycl. Œuvres, t. I, p. 296, dans POUGENS.]
Passer sous le joug, voy. JOUG ; et fig. Être réduit à la soumission, à la dépendance. On dit dans un sens analogue : passer sous les lois, sous l'empire.
Et, le monarque du monde [l'homme] étant surmonté par ce superbe vainqueur [Satan], tout le monde passa sous ses lois [BOSSUET, 1er sermon, Démons, 2]
Marguerite en passant sous les lois d'un époux [M. J. CHÉN., Charles IX, I, 3]
Passer sur le corps de quelqu'un, franchir le corps de quelqu'un qui est renversé par terre.
Grothusen, le favori du roi, et le général Dardorf tombèrent morts auprès de lui ; Charles, en combattant, passa sur le corps de ce dernier, qui respirait encore [VOLT., Charles XII, 8]
Par extension. Passer sur le ventre ou sur le corps de quelqu'un, le renverser, parvenir à ce qu'on veut malgré lui.
Un officier général lui ayant représenté la grandeur du péril : Quoi ! vous doutez, dit-il, qu'avec mes huit mille braves Suédois je ne passe sur le corps à quatre-vingt mille Moscovites ? [VOLT., Charles XII, 2]
Il fallait passer sur le ventre à toutes ces troupes, avant que d'arriver devant le camp [ID., ib.]
Fig. Obtenir un avantage au préjudice de quelqu'un.
Mes amis, qui croyaient les honneurs littéraires usurpés par tous ceux qui les obtenaient avant moi, s'impatientaient de voir dans une seule année quatre nouveaux académiciens me passer sur le corps sans que j'en fusse ému [MARMONTEL, Mém. VII]
On nous oublie, on nous fait passer nos cadets sur le corps [CARMONTELLE, la Promotion, sc. 2]
Passez au large ! cri des sentinelles pour obliger celui qui s'approche à cheminer à distance de la sentinelle. À l'ancien jeu de billard et au mail, passer signifie faire passer la bille ou la boule par la passe. J'ai passé. Avez-vous passé ? On dit dans le même sens qu'une bille passe, a passé. Terme de trictrac. Passer au retour, entrer dans le jeu de l'adversaire quand il y a passage.
Terme d'escrime. Passer sur quelqu'un, avancer sur lui en portant le pied gauche devant le pied droit pour gagner le fort de l'épée de l'adversaire et le désarmer.
Bassompierre ne laissa pas de me désarmer, parce qu'il passa sur moi et qu'il était plus âgé et plus fort [RETZ, I, 3]
Passer en avant, se dit quand on met le talon du pied gauche à la boucle du pied droit. Passer en arrière, mettre le pied droit en arrière du talon gauche et retomber en garde du pied gauche.
Terme de marine. Passer au billet, se dit de l'action d'un équipage qui vient, avant le départ, se présenter devant l'officier. Passer sur le beaupré, se dit d'un navire qui passe trop près sur l'avant. Passer à poupe, se dit d'un bâtiment à qui le commandant d'une flotte, escadre ou division, a des ordres à donner dans le porte-voix, et qui pour cela passe assez près de la poupe. Passer au vent, c'est, en gagnant un bâtiment en vitesse, se placer entre lui et le point de l'horizon d'où vient la brise. Faire passer à la bande, ordonner que l'équipage monte sur les vergues ou dans les haubans, mais d'un seul côté du bâtiment, pour saluer un bâtiment ou divers personnages qui quittent le navire. Passer sur un bâtiment, s'y embarquer passager. Passer par-dessus le bord, s'y introduire ou en sortir clandestinement. Passer pour deux, pour trois, etc. se dit du sablier qui se vide pour la deuxième, la troisième fois depuis le commencement du quart.
Passer à l'ennemi, déserter, se mettre du parti ennemi.
Il fit mourir dans les villages plusieurs ilotes, soupçonnés d'avoir voulu passer chez les ennemis [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. VIII, p. 309, dans POUGENS]
Par analogie.
C'est à vous de passer du côté de l'empire [RAC., Brit. II, 3]
Nous rappelons en vain par nos cris, par nos pleurs Des dieux qui sont passés dans le camp des vainqueurs [VOLT., Sophon. II, 1]
Je vois tout le sénat passer à votre avis [ID., Brut. I, 1]
Il se dit de ceux qui se présentent devant des gens chargés de les inspecter. Passer au conseil de recrutement, être examiné par le conseil de recrutement. Passer à un conseil de guerre, être jugé par un conseil de guerre. Cette compagnie, ce régiment a passé en revue, on en a fait la revue. Fig. Il passera partout, il passera à la montre, se dit d'un homme de belle mine.
Passer, se dit des choses qui ont du mouvement ou qui en reçoivent. La Seine passe à Paris. Quand la lune passe au méridien. Le coup lui a passé entre le bras et le corps. Il passe du vent par-dessous la porte.
Sa tête [de Pompée].... Passe au bout d'une lance en la main d'Achillas [CORN., Pomp. II, 2]
Il veut qu'en même jour le corps de mon époux Passe d'entre mes bras dans le ventre des loups [ROTR., Antig. IV, 3]
Creusez, fouillez, bêchez ; ne laissez nulle place Où la main ne passe et repasse [LA FONT., Fabl. v, 9]
Il faut croire qu'il passe autant de vin dans le corps de nos Bretons que d'eau sous les ponts, puisque c'est là-dessus qu'on prend l'infinité d'argent qui se donne à tous les états [SÉV., 75]
Vous tenez table, vous bâtissez ; mais vous conservez par reconnaissance le portrait de votre bienfaiteur, qui a passé, à la vérité, du cabinet à l'antichambre [LA BRUY., VI]
Ératosthène et Aristobule tenaient de Patrocle que les marchandises des Indes passaient par l'Oxus dans la mer du Pont [MONTESQ., Esp. XXI, 6]
....En passant par une lyre, Le souffle même du zéphyre Devient un ravissant accord [LAMART., Méd. II, 24]
Il passera bien de l'eau sous les ponts entre ci et là, c'est-à-dire cela n'arrivera pas de longtemps. Passer debout, se dit des marchandises munies d'un passe-debout (voy. ce mot). On dit, par comparaison avec une rivière, qu'une route, un chemin passe par tel endroit, pour exprimer que cette route, ce chemin a son trajet par là. La route passe non loin du village. Terme de jeu de paume. Passer à fleur de corde, voy. FLEUR, n° 13. Passer devant les yeux, se dit de ce qui se présente à la vue. Les scènes variées qui passent devant les yeux. Familièrement et fig. Passer devant le nez, se dit de choses qu'on pourrait avoir et qui trompent notre attente.
Se moquer philosophiquement à part soi de tant de choses qui lui passent journellement devant le nez [LAMOTHE LE VAYER, Dial. d'Orat. Tubero, t. I, p. 288, dans POUGENS]
Fig. Il se dit de personnes dont, soit la position, soit les sentiments se modifient.
Il ne tiendra qu'au roi qu'aux effets je ne passe [CORN., Nic. I, 3]
Tiens la balance droite à chaque événement, Tiens-la ferme à tel point que jamais tu ne passes Jusque dans la faiblesse et dans l'emportement [ID., Imit. III, 25]
Adieu, ma très chère enfant, ne craignez point que je retombe ; je suis passée de l'excès de l'insolence, pour la santé, à l'excès de la timidité [SÉV., 8 mars, 1676]
Puisqu'il [Jésus-Christ] est la voie, passons par lui ; mais celui qui passe toujours n'arrive jamais [MALAVAL, dans BOSSUET Ét. d'orais. II, 9]
Un mari qui tour à tour passant du jeu à la débauche et de la débauche au jeu, expose jusqu'à ses fonds, et fait dépendre d'un seul coup la fortune de toute une famille [BOURDAL., 3e dimanc. après Pâq. Domin. t. II, p. 103]
Tandis que l'Orient dans le lit de ses reines Voit passer un esclave au sortir de nos chaînes ! [RAC., Bérén. II, 2]
Vous savez jusques à quels excès Cambyse s'est porté, et jusques à quel point d'insolence nous avons vu passer le mage [FÉN., t. XXII, p. 392]
Je sais ce que c'est que ces états-là ; j'y ai passé [DESTOUCHES, Fausse Agnès, I, 2]
Est-il vrai que M. Paller a passé de l'intendance de Moulins à celle de Besançon ? [VOLT., Lett d'Argental, novembre 1734]
Mathias Corvin avait passé de la prison sur le trône ; instruit par l'adversité, il n'en fut que plus digne de la couronne [DUCLOS, Œuv. t. VII, p. 52]
Le duc du Maine avait près de huit ans, il passa enfin entre les mains des hommes [GENLIS, Maint. t. I, p. 243, dans POUGENS]
Passer du blanc au noir, aller d'un extrême à l'autre. Passer à l'état de, être tenu pour.
En 1817.... l'abbé Grégoire, ancien évêque, ancien conventionnel, ancien sénateur, était passé dans la polémique royaliste à l'état " d'infâme Grégoire " ; cette locution que nous venons d'employer, passer à l'état de, était dénoncée comme néologisme par M. Royer-Collard [V. HUGO, les Misérables, 1re part. liv. II, chap. 1]
Terme de tactique. Passer de l'ordre en bataille à l'ordre en colonne, de l'ordre en colonne à l'ordre en bataille, se dit d'une troupe qui, étant en bataille, se met en colonne, ou qui, étant en colonne, se met en bataille. Terme de musique. Passer d'un ton, d'un mode à un autre, dans un autre, quitter le ton, le mode où l'on est pour en prendre un autre. Fig.
Heureux qui, dans ses vers, sait d'une voix légère Passer du grave au doux, du plaisant au sévère ! [BOILEAU, Art p. I]
Fig. Il se dit des choses abstraites que l'on compare à des choses matérielles qui se meuvent. Ce mot a passé de l'italien dans notre langue.
Ah ! que tu connais mal jusqu'à quelle manie D'un amour déréglé passe la tyrannie ! [CORN., la Tois. d'or, v, 2]
Pour bien écrire encor j'ai trop longtemps écrit, Et les rides du front passent jusqu'à l'esprit [ID., Au roi, 1676]
Les évêques de Constantinople ayant transporté à leur siége l'autorité de ceux de Césarée, d'Éphèse, d'Héraclée, et l'ayant élevé au-dessus de ceux d'Alexandrie et d'Antioche, ils se brouillèrent si fort avec celui de Rome, que cette discorde a enfin passé jusqu'à une entière séparation [MÉZERAI, Hist. de France avant Clovis, IV, 12]
Le courage de M. de Turenne est passé à nos ennemis : ils ne trouvent plus rien d'impossible depuis la défaite du maréchal de Créquy [SÉV., 16 août 1675]
Le sacrifice [de la messe] serait inutile à la reine, si elle n'avait mérité par sa bonne vie que l'effet en pût passer jusqu'à elle [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Je reconnais toujours vos injustes mépris ; Ils ont même passé sur mon malheureux fils [RAC., Mithr. III, 5]
Une négligence pour sa personne qui passe dans l'excès [LA BRUY., Théophr. XIX.]
Dans le gouvernement despotique, le pouvoir passe tout entier dans les mains de celui à qui on le confie [MONTESQ., Esp. v, 16]
Quelle lumière affreuse a passé dans mon cœur ! [VOLT., Zaïre, III, 7]
Cher amant, si mes pleurs, mon trouble et mes remords Peuvent percer la tombe et passer chez les morts [ID., Alz. III, 1]
Tout ce qui doit passer au cœur doit en sortir [J. J. ROUSS., Ém. v.]
Il faut pour tant d'horreur, Que tout l'art de Venise ait passé dans son cœur [DUCIS, Othello, v, 4]
Passer en, se convertir en.
Je vois tous mes soupçons passer en certitudes, Et ne puis plus douter de tes ingratitudes [CORN., l'Illus. com. v, 3]
D'où vient cette inclination naturelle, si contraire à notre première institution, sinon de la contagion du premier péché, par laquelle la source des hommes étant infectée, la corruption nous est passée en nature ? [BOSSUET, 1er serm. pour la Pentec. 1]
Toute imputation passe en preuve invincible [J. J. ROUSS., 2e dial.]
Fig. Passer, se dit des idées qui traversent l'esprit.
Pour la proposition d'aller à Grignan, au lieu d'aller en Bretagne, elle m'avait déjà passé par la tête [SÉV., 7 août 1675]
Ce sont des doutes qui passent dans l'esprit [BOSSUET, Lett. Corn. 101]
Il me passe par la tête cent choses plus bizarres l'une que l'autre [BARON, Homme à bonnes fort. II, 11]
Effectivement, il me passa dans l'esprit qu'il fallait que sa femme nous suivît aussi [MARIV., Marianne, 10e part.]
Je voudrais savoir s'il passe quelquefois dans les cœurs des autres hommes des puérilités pareilles à celles qui passent dans le mien [J. J. ROUSS., Confess. VI]
Cela lui a passé de la tête, de l'esprit, il n'y pense plus, il l'a oublié.
Il y a cent choses comme cela qui passent de la tête [MOL., Pourc. I, 6]
10° En venir à, faire transition, quitter un sujet.
Et sur ce fondement, seigneur, je passe au reste [CORN., Othon, I, 3]
Mais passons aux auteurs, et dis-moi quel ouvrage Aujourd'hui dans la scène a le plus de suffrage [ROTR., St Gen. I, 7]
J'ai bien envie de.... passer tout d'un coup à ce qui me tient le plus au cœur [SÉV., 27 oct. 1691]
Passer à, avec un infinitif.
Si dans les moindres dons tu passes à considérer leur auteur [Dieu] [CORN., Imit. II, 10]
Pour moi, je jette de loin ces paroles en l'air.... je passe ensuite à rejeter tout le mal que vous me dites de votre esprit et de votre corps [SÉV., 22 juill. 1685]
Passons, se dit absolument, pour indiquer qu'on n'insiste pas.
Passons ; je ne me puis souvenir sans trembler Du coup dont j'empêchai qu'il nous pût accabler [CORN., Rodog. II, 3]
Passons ; que fait le prince ? [ID., Suréna, I, 2]
Je ne trouve personne qui ne m'en fasse souvenir [de votre absence] : on m'en parle, et on a pitié de moi ; n'est-ce pas sur ces pensées qu'il faut passer légèrement ? passons donc [SÉV., 31 mai 1675]
11° Il se dit de nuances qui vont de l'une à l'autre.
Sa couleur, quand elle est étendue, passe au jaune doré [ROARD, Instit. Mém. scienc. phys. et mathém. sav. étrang. t. II, p. 529]
12° Passer de cette vie en l'autre, passer de cette vie à une meilleure, passer de vie à trépas, mourir. Absolument, passer, mourir.
Personne ne sait encore cet accident-là, et je me suis trouvée ici toute seule : il vient de passer entre mes bras [MOL., Mal. imag. III, 18]
Je crois déjà les voir [des neveux] au moment annoncé Qu'à la fin sans retour leur cher oncle est passé... [BOILEAU, Sat. x]
Il lui prit une toux si violente, que je crus qu'il allait passer.... [LE SAGE, Gil Blas, II, 1]
Son âme a passé, il est mort.
Je sentis ses doigts froids [de Laurence] saisir ma main contrainte ; Et, quand à ce transport je voulus m'opposer, Son âme avait passé dans ce dernier baiser [LAMART., Joc. IX, 324]
Il a passé comme une chandelle, se dit d'un homme qui est mort doucement.
13° Absolument. Terme de jeu. Ne point jouer le coup. Au jeu d'hombre, ne point faire jouer. Au jeu de brelan, ne point ouvrir le jeu, ou ne point tenir la vade. Au jeu de piquet, voulez-vous passer de point ? ou simplement passe de point, voulez-vous que réciproquement nous n'annoncions pas notre point ? À différents jeux de cartes, la carte, la main passe, c'est-à-dire aucun des joueurs ne la coupe. La main passe, signifie aussi qu'un joueur perd sa donne. Passer, se dit aussi d'un joueur qui gagne plusieurs parties de suite.
Il se moqua de ma délicatesse, me demanda sa revanche, je jouai, il passa sept fois [GENLIS, Théât. d'éducation, Les faux amis, II, 2]
14° Recevoir une sanction.
Le premier président et le président de Mesmes sont absents, et nous ferons passer ce qu'il nous plaira dans la compagnie plus aisément que s'ils étaient présents [RETZ, Mém. liv. II, t. I, p. 407, dans POUGENS]
L'avis passa de 53 contre 42 voix [BOSSUET, Var. 7]
Le jugement atroce qui ne passa que de deux voix, est mille fois pire que celui des Calas [VOLT., Lett. à la duchesse d'Eauville, 26 nov. 1774]
Démosthène a prévu ses desseins [de Philippe] ; il a fait passer dans le sénat, dont il est membre, un décret qui ordonne à nos députés de partir au plus tôt [BARTHÉL., Anach. ch. 6]
Hier la loi a passé, grâce à l'éloquence de celui qui l'avait le plus éloquemment combattue [C. DELAV., la Popul. v, 1]
Dans un sens analogue, il se dit de ce qui reçoit l'assentiment.
On peut croire que cette folie ne passa pas sans opposition [J. J. ROUSS., Confess. v.]
Terme de palais. Cette affaire a passé à l'avis du rapporteur, elle a été jugée suivant son avis. Elle a passé contre l'avis du rapporteur, elle a été jugée contre le sentiment du rapporteur. Elle a passé du bonnet, c'est-à-dire elle a passé tout d'une voix, tous les juges ont été du même avis (à cause de l'habitude des conseillers de soulever leur bonnet en signe d'assentiment). Locutions vieillies consistant en ce que passer y est pris impersonnellement : à quoi passe-t-il ? quelle est la décision des juges ? Il passe à tel avis, la décision des juges est telle. En matière criminelle, il passe in mitiorem, l'avis le plus doux l'emporte. Il passe au bannissement, à la mort, il y a condamnation au bannissement, à la mort.
15° Subir un examen. Il passe son baccalauréat aujourd'hui. Absolument. Quand passez-vous ? Être reçu, être admis, en parlant d'épreuves, d'examens. Il ne passera pas à l'examen. Passer maître, être reçu maître avec les épreuves et les formalités requises. Il a passé maître ès arts. Il est passé maître.
Qu'il fasse toujours son chef-d'œuvre, et que jamais il ne passe maître [J. J. ROUSS., Ém. III]
Il se dit des monnaies. Cette monnaie ne passe plus. Cette pièce de vingt francs est bonne, elle passera. Être reçu par l'usage. Le mot a passé. Passer en proverbe, être dit proverbialement.
En plusieurs endroits de la France, il était passé en proverbe de dire : cela est beau comme le Cid [PELLISSON, Hist. Acad. III]
La sagesse de Salomon a passé en proverbe ; il écrivit une multitude incroyable de paraboles [DIDER., Opin. des anciens philos. (Juifs)]
Il était passé en proverbe que deux moussons à Bombay étaient la vie d'un homme [RAYNAL, Hist. phil. III, 22]
16° Être supportable, être acceptable. Ce vin peut passer.
Peut-être que vous mettrez ce petit conte avec celui que je fis malheureusement un soir dans votre petite chambre ; il n'importe, il est tout chaud, il faut qu'il passe [SÉV., 11 sept. 1680]
Je m'imagine que je vous parle, et tout passe dans la conversation [MARIV., Marianne, 1re part.]
Mahomet a bien passé ; pourquoi les Guèbres ne passeraient-ils pas ? [VOLT., Lett. d'Argental, 18 nov. 1768]
17° Être transmis. Passer de bouche en bouche, de génération en génération.
Il y a bien des réflexions à faire sur les restes de ces grands personnages dont les biens sont passés en d'autres mains [SÉV., 2 sept. 1687]
Tous nos vieux meubles qui sont passés d'abbés en abbés [de Livry], et qui demeureront longtemps en l'état où vous les connaissez [ID., 23 nov. 1689]
Quand ils verront que, dans un moment, leur gloire passera à leur nom, leurs titres à leurs tombeaux, leurs biens à des ingrats, et leurs dignités peut-être à leurs envieux [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Et par vous cette lettre a passé dans ses mains [RAC., Bajaz. v, 1]
Je voudrais bien savoir comment on peut s'y prendre pour mettre ce livre à vos pieds, car rien ne passe ; pour cette lettre, elle passera [VOLT., Lett. Dupaty (alors détenu à Pierre-Encise), 15 déc. 1770]
Son sceptre et son épouse ont passé dans vos bras [ID., Œdipe, II, 4]
L'empire grec avait passé, par les assassinats, dans vingt familles différentes [ID., Mœurs, 93]
Le genre d'écrire de cet auteur célèbre [de Fontenelle] est absolument à lui, et ne peut passer à un autre sans s'altérer ; c'est une liqueur qui ne doit point changer de vase [D'ALEMB., Mél. litt. Œuv. t. III, p. 281, dans POUGENS]
Quatre-vingts ans après la ruine de Troie, une partie du Péloponnèse passa entre les mains des Héraclides ou descendants d'Hercule [BARTHÉL., Anach. Introd. part. 1]
Cette nouvelle a passé jusqu'à lui, elle est arrivée, elle est parvenue jusqu'à lui. Passer à la postérité, se dit d'un souvenir qui se conserve parmi les générations successives, d'un livre ancien qui arrive entre leurs mains.
Si ma mémoire eût passé à la postérité, elle n'y eût passé que comme celle d'un malfaiteur dont on se souvient uniquement pour le détester [J. J. ROUSS., Corresp. du Peyrou, t. III, p. 189, dans POUGENS]
Vous avez beau faire, mon cher maître, vos vers passeront à la postérité ; mais le nom de votre maréchal [le maréchal de Richelieu] n'y passera pas [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 27 avr. 1765]
En termes militaires, faire passer la parole, voy. PAROLE.
18° Être introduit, en parlant de certaines choses. Cette note a passé de la marge dans le texte.
Cette lettre si digne de passer dans nos annales [MASS., Or. fun. Villeroy.]
19° Passer, se dit des aliments qui se digèrent. Il a une affection de l'estomac ; rien ne passe. Le lait ne lui passe pas.
La chair de porc, ainsi que celle de sanglier, dessèche, mais elle fortifie et passe aisément [BARTHÉL., Anach. ch. 25]
Fig.
Je m'excède, disait-elle, de livres de dévotion, je m'en bourre, et rien ne passe [D'ALEMB., Lett. au roi dc Pr. 14 nov. 1776]
20° S'écouler, en parlant du temps, des années, etc. Ce temps est passé et il a passé bien vite.
Avant que le jour passe, On saura qui des deux doit régner sur la Thrace [MAIRET, Soliman, III, 6]
Ma vie a passé en un moment comme un nuage [SACI, Bible, Job, XXX, 15]
Sept temps passeront sur vous, jusqu'à ce que vous reconnaissiez que le Très Haut a un pouvoir absolu sur les royaumes des hommes et qu'il les donne à qui il lui plaît [ID., ib. Daniel, IV, 29]
Vous savez que dans celle [maison] où passa mon bas âge.... [MOL., le Dép. II, 1]
Avec des livres, le temps passe [SÉV., 565]
On voit passer comme un torrent l'empire d'un roi des Grecs : c'était celui d'Alexandre [BOSSUET, Hist. II, 4]
La Judée vit passer le règne détestable d'Amon, fils de Manassès [ID., ib. I, 7]
Ainsi que mes chagrins, mes beaux jours sont passés [BOILEAU, Ép. v.]
Deux années ne passent pas sur une même coterie [LA BRUY., VII]
Je puis maintenant dire aux rapides années : Passez ! passez toujours ! je n'ai plus à vieillir [V. HUGO, Crépusc. 25]
21° Ne pas rester dans le même état, diminuer, disparaître, ne pas laisser de trace.
Toutes choses ont leur temps, et tout passe sous le ciel après le terme qui lui a été prescrit [SACI, Bible, Ecclésiaste, III, 1]
Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point [ID., ib. Évang. St Mathieu, XXIV, 35]
Toutes ces choses sont passées comme l'ombre, et comme un courrier qui court, ou comme un vaisseau qui fend les flots agités [ID., ib. Sagesse, v, 9]
Dans cinquante ans tout sera égal, et les plus heureux, comme les autres, auront passé dans ce grand fleuve qui nous entraîne tous [SÉV., 28 août 1680]
Ne croyez pas, ma fille, que la mort de M. de Turenne ait passé ici aussi vite que les autres nouvelles ; on en parle et on le pleure encore tous les jours [ID., 26 août 1675]
Tout passe, tout glisse.... et ne fait que de légères traces à mon cerveau, excepté votre souvenir [ID., 15 juin 1680]
Voilà, ma chère bonne, ce que vous me dites ; si vous pensez que ces paroles passent superficiellement dans mon cœur, vous vous trompez : je les sens vivement [ID., 23 avril 1690]
Qu'est-ce à dire, mes frères ? quels sont ces fleuves de Babylone ? saint Augustin nous l'expliquera : les fleuves de Babylone, dit-il, c'est tout ce qu'on aime et qui passe [BOSSUET, Sermons, Paix par Jésus-Christ, 2]
Madame a passé du matin au soir, ainsi que l'herbe des champs [ID., Duch. d'Orl.]
Les hommes passent comme les fleurs qui s'épanouissent le matin, et qui le soir sont flétries et foulées aux pieds [FÉN., Tél. XIX.]
Le silence des vivants est un hommage pour les morts : ils durent et nous passons [STAËL, Corinne, II, 3]
Ce qu'on dit passe, et ce qu'on écrit reste [C. DELAV., Princ. Aurélie, IV, 2]
22° Finir, cesser. Cette mode passera. Il est en colère, mais cela passera.
Je crains ici pour vous l'évanouissement ; Entrez dans cette salle, en attendant qu'il passe [MOL., Sgan. 11]
Il n'y a jour que je ne vous regrette.... ce goût que j'ai pour vous ne m'a point passé [SÉV., à Mme de Guitaut, 29 oct. 1692]
Laissez à ce torrent le temps de s'écouler ; Dans huit jours, dans un mois, n'importe, il faut qu'il passe [RAC., Bérén. III, 4]
Le goût passe, la vérité demeure toujours [MASS., Avent, Concept.]
Dieu suspend les flots de la création, et le monde a passé comme un fleuve tari [CHATEAUBR., Génie, I, IV, 7]
23° S'étendre au delà.
Ayant attention de tenir la mèche bien unie et sans fil qui passe [GENLIS, Maison rust. t. I, p. 392, dans POUGENS]
24° Fig. Passer plus loin, s'occuper de choses ultérieures.
Mais, avant que de passer plus loin, J'ai voulu vous parler un moment sans témoin [RAC., Iphig. III, 1]
Passer plus loin aller au delà.
Il n'y a point d'offres de toutes choses que le roi ne lui ait faites [à Jacques II] ; la générosité, la magnanimité ne passe point plus loin [SÉV., 28 fév. 1689]
Passer plus avant, se porter à quelque chose de plus décisif.
L'Italie passa encore plus avant ; l'impiété de l'empereur fut cause qu'on lui refusa les tributs ordinaires [BOSSUET, Hist. I, 11]
Passer trop avant, aller au delà de ce qui convient.
....Vraiment, en voulant rire, Vous passez trop avant ; brisons là, s'il vous plaît [CORN., Mél. IV, 2]
25° Passer outre, aller au delà. Fig. Ajouter à ce qu'on a dit ou fait.
Passons outre : que ferez-vous [vous calvinistes] à ceux que leur aversion naturelle et insurmontable pour le vin exclut de cette partie de la sainte cène ? [BOSSUET, 1re instruction pastor. XLI]
Terme de procédure. Commencer ou continuer d'exécuter. Défense de passer outre à la vente du bien.
Un magistrat païen n'ose d'abord passer outre à la condamnation de Jésus-Christ [MASS., Carême, Passion.]
26° Passer par, traverser certains degrés. Passer par tous les grades. Il a passé par les emplois, par les dignités. Cette affaire a passé par ses mains, il s'en est mêlé. On dit aussi : Tout lui passe par les mains. Il lui en a bien passé par les mains. On dit dans un sens analogue : passer par quelqu'un.
Tout ce qui passe par vous en devient meilleur [MAINTENON, Lett. au card. de Noaill. 12 sept. 1698]
Passer par les mains, être manipulé, manié, préparé.
Si vous examinez en détail tous les apprêts des viandes qui doivent composer le festin que l'on vous prépare ; si vous regardez par quelles mains elles passent [LA BRUY., VI]
Fig. Il passera par mes mains, j'aurai occasion de me venger de lui.
Assommons ce trompeur ; ah ! traître ! ah ! scélérat, tu passeras par nos mains [HAUTEROCHE, Cocher supp. sc. 19]
Dans un langage un peu leste, passer par les mains, se dit d'une femme de qui un homme obtient ou arrache les faveurs.
Sans l'espérance.... qu'au sac de Paris.... vous ne passerez que par mes mains, je crois que je déserterais [BUSSY, à Mme de Sévigné, 15 février 1649]
Fig. Il est fâcheux d'avoir à passer par ses mains, se dit d'un homme difficile, épineux ou peu expéditif. Fig. et familièrement. Passer par les mains d'un médecin, être traité par lui.
Écoutez, vous faites la railleuse, mais vous passerez par nos mains quelque jour [MOL., Am. méd. III, 2]
Fig. Passer par la main du bourreau, être puni corporellement. On dit de même : passer par les verges, par les baguettes, par les armes.
Il se détermine, en vertu du don de Dieu qu'on nomme liberté, à passer trente-six fois par les baguettes [VOLT., Candide, 2]
Fig. Passer par, être soumis à. Passer par de rudes épreuves, par de grandes tribulations.
En sa faveur déjà la ville se rebelle, Et ne peut voir passer par la rigueur des lois Sa dernière espérance et le sang de ses rois [CORN., Poly. III, 5]
Pausanias, qui avait été lui-même consulter les oracles et qui avait passé par toutes ces cérémonies, nous en a laissé une description fort ample [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. v, p. 32, dans POUGENS]
M. de Voltaire envoya à Genève les Quand ; cette plaisanterie réussit, et j'imaginai qu'il fallait faire passer M. de Pompignan par les particules ; je fis les Si et ensuite les Pourquoi.... [MORELLET, Mém. t. I, p. 88, éd. 1822]
Fig. Cet homme a passé par l'étamine, c'est-à-dire par le tamis, par le crible, il a été examiné sévèrement. On dit dans un sens analogue : J'ai passé par là, je sais ce qui en est.
J'ai passé par là, c'est une des plus cruelles choses du monde [SÉV., 13 avril 1672]
Passer par le fil de l'épée, par le fer, périr par la main de l'ennemi.
Quelques troupes, renfermées dans un château, se sont rendues aux ennemis à discrétion et ont passé par le fil de l'épée [LA BRUY., X.]
Tout ce qui se trouva d'habitants qui n'avaient pu s'échapper passa par le fer ennemi [VERTOT, Révol. rom. VII, 201]
On dit dans un sens analogue : passer par le feu, par le fer et le feu.
Vous aviez désolé les pays d'alentour, Rasé quinze châteaux, aplani deux montagnes, Fait passer par le feu villes, bourgs et campagnes [CORN., l'Illus. com. II, 4]
Vous faites passer par le fer et par le feu ceux qui sont dans cette erreur si pardonnable, de croire que Dieu aime encore ce qu'il a aimé [MONTESQ., Esp. XXV, 13]
En passer par, se résigner, se soumettre.
Oui, j'en passerai par ce qu'il dira [MOL., l'Avare, I, 6]
C'est pour vous dire qu'il en faut passer par là, ou ne point écrire [SÉV., 219]
Quoi ! il faudra que Dieu en passe par votre choix ! [BOURDAL., 1er dim. après l'Épiph. Dominic. t. I, p. 19]
Si votre future s'opiniâtre au douaire, 'il en faudra passer par là [MAINTENON, Lett. à M. d'Aubigné, 15 avril 1675]
Elle serait bien aise d'en passer par là [se marier] [HAMILT., Gramm. 4]
Vous savez que je suis le meilleur maître du monde ; j'en passe par tout où il vous plaît [D'ALLAINVAL, Éc. des bourgeois, II, 2]
On dit familièrement et dans le même sens : Il faut passer par là ou par la fenêtre.
Point de quartier sans la noce ; il faut passer par là ou par la fenêtre [, Arlequin Jason, dans GHERARDI, Théâtre ital. t. I, p. 176]
27° Fig. Passer par-dessus, ne tenir compte, éluder, violer.
Il y a d'autres personnes à consulter qui sont bien plus accommodantes, qui ont des expédients pour passer doucement par-dessus la loi [MOL., Mal. imag. I, 9]
Vous passez par-dessus la possession de ce qu'on désire, pour y voir la séparation [SÉV., 457]
Vous avez bien fait de passer par-dessus vos dernières peines [BOSSUET, Lett. abb. 51]
Quand les personnes consacrées à Dieu ont une fois passé par-dessus les règles de leur profession, le retour est presque impossible [FLÉCH., Panég. II, 307]
Passer par-dessus toutes les difficultés, ne point être arrêté par les difficultés. Passer par-dessus les plus beaux endroits d'un livre, par-dessus les défauts d'un ouvrage, ne point s'y arrêter, ne point les remarquer. Il faut passer là-dessus, il faut pardonner, oublier cette faute. On dit de même : je veux bien, pour cette fois, passer là-dessus.
28° Fig. Passer sur, ne pas s'appesantir sur, laisser de côté.
Passez, passez sur les perfections, Il n'est pas question de vanter son mérite [LA FONT., Florent. I, 8]
Il passe sur l'affaire présente avec une adresse et un esprit admirable [SÉV., 207]
Je passe légèrement sur mille choses pour ne point trop écrire [ID., 278]
Nous passions à la hâte sur mille chapitres que nous n'avions pas le temps de traiter à fond [ID., 3 févr. 1672]
J'ai passé rapidement sur beaucoup de faits [BOSSUET, Hist. II, 8]
Le ministre [protestant] passe sur un fait si essentiel [la condamnation des ariens au concile de Rimini] ; mais enfin il en convient [ID., 2e instr. past. 107]
Nous passons sur l'irrégularité des manières, pourvu que nous soyons assurés du fonds [MASS., Carême, Culte.]
29° Passer pour, être réputé.
Vous avez vu, me dit-il..., avec quel succès nos pères ont travaillé à découvrir par leurs lumières, qu'il y a un grand nombre de choses permises qui passaient autrefois pour défendues [PASC., Prov. x.]
Moïse a toujours passé dans tout l'Orient, et ensuite dans tout l'univers, pour le législateur des Juifs et pour l'auteur des livres qu'ils lui attribuent [BOSSUET, Hist. II, 13]
Toutes les calamités publiques passaient dans son esprit pour des vengeances du ciel irrité [FLÉCH., Hist. de Théodose, III, 29]
Je serais très fâché de passer pour l'auteur de Zadig, qu'on veut décrier par les interprétations les plus odieuses.... voyez quelle apparence ! [VOLT., Lett. d'Argental, 10 oct. 1748]
Impersonnellement.
Il passe pour constant que [chez les Seiks] dans un temple est un autel sur lequel est placé le code de leur législation, à côté duquel on voit un sceptre et un poignard [RAYNAL, Hist. phil. IV, 22]
30° Familièrement. Y passer, subir nécessairement une peine, un châtiment, une mortification.
Tout le monde y passe [MOL., l'Ét. II, 4]
Y passer, mourir.
Celui qui s'empêche de souhaiter que son père n'y passe bientôt, est homme de bien [LA BRUY., VI]
Y passer, se dit aussi d'une intervention nécessaire. Le notaire y a passé, se dit d'une chose constatée par un acte en forme.
Oh ! tu as beau dire, il faut que le notaire y passe [PICARD, Marionn. I, 4]
Par analogie, et pour exprimer une sorte de perfection : La main du maître y a passé.
31° Faire passer, introduire, ou, simplement, faire marcher. Il le fit passer dans le salon. Je l'ai fait passer devant moi.
La métropole fit passer des forces considérables au nouveau monde sous les ordres de Braddock [RAYNAL, Hist. phil. XVI, 21]
Fig. Faire passer la plume par le bec, voy. PLUME. Faire passer, faire parvenir, laisser parvenir.
L'antiquité n'a rien fait passer jusqu'à nous qui soit si généralement connu que le voyage des Argonautes [CORN., Toison d'or, Argument.]
Quand on songe à l'avenir et qu'on a de belles vérités à y faire passer, il est naturel de vouloir que ce soit par des canaux qui ne soient pas suspects [SÉVIGNÉ, 20 juill. 1679]
S'il s'était donné le malheureux plaisir de faire passer des injures à la postérité [VOLT., Mél. litt. Mém. sur la sat.]
Je n'ai que cent louis comptés dans cette bourse ; Je voudrais, s'il se peut, les lui faire passer [COLLIN D'HARLEV., Vieux célib. IV, 2]
Communiquer.
Jusques à votre oreille il l'aura fait passer [ce bruit] [CORN., Œdipe, III, 4]
J'ai voulu que des cœurs vous fussiez l'interprète ; Qu'au travers des flatteurs votre sincérité Fît toujours jusqu'à moi passer la vérité [RAC., Bérén. II, 2]
Partout dans tous les cœurs j'ai fait passer ma rage [C. DELAV., Vêpres sicil. I, 1]
Fig. Transporter.
Despréaux a su faire passer dans ses vers les beautés propres à chaque genre dont il donne les règles [D'ALEMB., Éloges, Despréaux.]
Faire passer, faire paraître court.
Les manœuvres de la Champmeslé pour conserver tous ses amants [racontées en voyage], sans préjudice des rôles d'Atalide, de Bérénice et de Phèdre, font passer cinq lieues de pays fort aisément [SÉV., 24 août 1689]
Hé, Monsieur ! peut-on voir souffrir des malheureux ?Dandin : Bon, cela [la question] fait toujours passer une heure ou deux [RAC., Plaid. III, 4]
Faire passer, faire admettre, faire accepter.
Une morale nue apporte de l'ennui : Le conte fait passer le précepte avec lui [LA FONT., Fabl. VI, 1]
Qui pense finement et s'exprime avec grâce Fait tout passer ; car tout passe ; Je l'ai cent fois éprouvé [ID., Tabl.]
Il me semble que j'ai bien des excuses à vous faire du siége de Manheim : on m'assurait si fort que ce ne serait rien, que j'espérais de vous le faire passer insensiblement [SÉV., 17 nov. 1688]
Que ne fait-on passer avec un peu d'encens ? [FLOR., Fabl. I, 13]
Faire passer pour, donner à croire que.
Faire passer pour nouveaux des vers déjà passés, ou pour bons ceux qui ne le sont guère, ce n'est pas un petit miracle [SCARR., Épît. dédic. Œuv. t. I, p. 152]
Elle prévient ma plainte, et cherche adroitement à la faire passer pour un ressentiment [CORN., Nicom. III, 4]
Faire passer sur, induire à ne pas tenir compte de.
Un motif si légitime me fit passer sur les petites formalités ordinaires [MONTESQ., Lett. pers. 28]
L'illustration de l'origine fait passer sur l'irrégularité de la naissance [RAYNAL, Hist. phil. IV, 4]
Faire passer, ôter, faire disparaître. Faire passer une tache.
La faute qui lui en a fait perdre le droit et l'espérance n'a pu lui en faire passer le désir [MASS., Mystères, Incarn.]
Tu verras comment je saurai faire passer cet amour prétendu, cette bouffée de jeunesse [PONT DE VESLE, Somnamb. sc. 16]
Populairement. Faire passer le goût du pain, donner la mort. Faire passer par, soumettre à.
Il ne lui resta que deux domestiques [au roi Robert, excommunié] ; encore faisaient-ils passer par le feu, pour les purifier, les plats où il avait mangé et les vases où il avait bu [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuv. t. III, p. 49, dans POUGENS]
32° Laisser passer, permettre de s'écouler, de passer.
Ulysse, en apparence approuvant mes discours, De ce premier torrent laissa passer le cours [RAC., Iphig. I, 1]
Laissons passer les fadeurs du jour de l'an et le tumulte du carnaval, après quoi nous verrons à qui appartiendra la tête de cet officier [le jeune d'Etallonde] [VOLT., Lett. d'Argental, 30 déc. 1774]
Fig. Laisser passer, ne pas répondre, ne pas blâmer, admettre, tolérer. On ne peut lui laisser passer cette proposition.
Je le gronderais bien, si j'étais avec lui, et ne lui laisserais pas passer de telles injustices [SÉV., 27 déc. 1688]
Elle ne faisait pas semblant d'y prendre garde, et laissait tout passer, sous prétexte du plaisir innocent qu'elle prenait à ma naïveté [MARIVAUX, Pays. parv. part. 2e.]
33° Familièrement. Passe, soit, j'y consens, je l'accorde.
Mais passe pour le croire.... [CORN., la Suiv. III, 12]
Un octogénaire plantait : Passe encor de bâtir, mais planter à cet âge.... [LA FONT., Fabl. XI, 8]
Mais encore passe, elle est jeune et jolie [SÉV., 29]
Ah ciel ! un jour de noce oublier une femme ! Cette erreur me paraît un peu digne de blâme ; Pour le lendemain, passe ; et j'en vois aujourd'hui Qui voudraient bien pouvoir l'oublier comme lui [REGNARD, le Distr. v, 11]
Encore passe qu'on m'éclabousse [dans les rues de Paris], mais je ne puis pardonner les coups de coude [MONTESQ., Lett. pers. 24]
Je ne veux pas me brouiller avec Anitus ; c'est un homme trop à craindre ; s'il ne s'agissait que des dieux, encore passe [VOLT., Socrate, III, 1]
Passe pour celui-là, mais n'y revenez plus ; passe pour cette fois-là, mais que cela n'arrive plus, se dit quand une personne a fait quelque chose de mal et qu'on lui pardonne pour cette fois-là.
34° En passant, loc. adv. En suivant son chemin.
Je vais être en relation avec un brame des Indes, par le moyen d'un officier qui va commander sur la côte de Coromandel, et qui m'est venu voir en passant [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 10 oct. 1760]
En passant, sans faire de séjour.
Des hôtelleries où l'on n'était qu'en passant [BOSSUET, Hist. III, 3]
Fig. Incidemment, sans s'y appliquer.
Ce n'est pas en passant qu'on traite cette chose [LA FONT., Coupe.]
Que cela vous soit dit en passant, mon beau-frère [MOL., Tart. I, 6]
Mais comme ce ne sont que des mots en passant, il ne faut point s'en offenser [SÉV., 89]
C'est en passant qu'on aime ; on hait plus constamment [DUFRÉNY, Réconcil. norm. II, 7]
Soit dit en passant, c'est au vin de mon pays que je dois le commencement de ma fortune [MARIVAUX, Pays. parv. part. I]
La comtesse : Je vous suis obligée du petit compliment que vous me faites en passant. - Le marquis : Point du tout ; je ne passe jamais, moi, je dis toujours exprès [ID., le Legs, 10]
35° V. a. Traverser.
Que cent peuples unis des bouts de l'univers Passent pour la [Rome] détruire et les monts et les mers ! [CORN., Hor. IV, 5]
Les marchands de Sidon passaient la mer pour venir remplir vos ports [SACI, Bible, Isaïe, XXIII, 2]
Ils passent de la nef la vaste solitude, Et dans la sacristie entrant, non sans terreur.... [BOILEAU, Lutr. III]
Cette femme superbe entre, le front levé, Et se préparait même à passer les limites De l'enceinte sacrée ouverte aux seuls lévites [RAC., Athal. II, 2]
Vous, dès que cette reine, ivre d'un fol orgueil, De la porte du temple aura passé le seuil [ID., ib. v, 3]
Voilà de l'argent pour en prêter à tous les morts qui n'en auront point dans la bouche pour passer la barque de Charon [FÉN., Dial. des morts anc. 35]
Veut-il passer l'eau vis-à-vis les Quatre-Nations ? [J. J. ROUSSEAU, 1er dial.]
Alexandre passa le Granique la deuxième année de la cent-onzième olympiade, trois cent trente quatre ans avant notre ère [LEVESQUE, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. I, p. 438]
Substantivement. Au passer de, en traversant.
Il est vrai qu'hier, au passer d'une rivière, nous aperçûmes venir à nous quatre grands taureaux.... [VOIT., Lett. 85]
Passer la porte, être obligé de sortir d'une maison.
C'est à vous de sortir et de passer la porte [REGNARD, le Légat. III, 2]
Passer le Rubicon, voy. RUBICON. Fig. Passer le pas, faire une chose malgré soi. Il a été obligé de passer le pas, on lui a fait passer le pas. Passer le pas, faire quelque chose de difficile, d'important, de douteux.
Enfin voilà votre nièce sur le point de passer le pas [se marier] [BUSSY-RAB., Lett. à Mme de Sév. 19 oct. 1675]
Passer le pas, mourir. Le pauvre homme, après avoir langui, a passé le pas. Passer le pas, se dit souvent d'une mort forcée. Si on le prend, on lui fera passer le pas. Passer son chemin, le continuer sans s'arrêter.
Il [un sanglier] passait son chemin, et il était bon de ne lui rien dire [MOL., Am. magn. v, 1]
Fig. Passez votre chemin, se dit à un importun pour le renvoyer.
Passez votre chemin, la fille, et m'en croyez [LA FONT., Fabl. III, 1]
Passez votre chemin, votre visite est faite [TH. CORN., l'Amour à la mode, I, 5]
Ainsi, lui dit-il d'un ton brusque, passez votre chemin ; les gens curieux sont ici fort mal reçus [LESAGE, Diable boit. ch. v, dans POUGENS]
Passez votre chemin, se dit aussi pour exhorter quelqu'un à ne pas s'inquiéter. Passez votre chemin sans écouter ces propos. En passant chemin (locution qui a vieilli), en chemin, dans le chemin. Je l'ai rencontré en passant chemin. Terme de marine. Passer la mer, aller d'un des rivages de la mer à un autre rivage.
36° Transporter d'un lieu à un autre. Le batelier m'a passé à l'autre bord.
Et l'on verra Charon passer chez Rhadamante Dans une même barque et l'amant et l'amante [CORN., Médée, v, 5]
Empêcher que Charon, dans la fatale barque, Ainsi que le berger ne passe le monarque [BOILEAU, Art p. III]
Et Charon fréter la barque Qui va bientôt me passer [CHAUL., Épît. au chev. de Bouillon.]
Je me garderai bien de vous passer à Buénos-Ayres, dit le patron [VOLT., Candide, XIX.]
Passer son jeu, se dit au trictrac, quand on est obligé de jouer les dames sans espoir de pouvoir remplir.
37° Transmettre, remettre de la main à la main. Passez cela à votre voisin.
Avec plaisir, dit la prieure toute radoucie, et qui nous passa ce qu'il fallait pour le billet [MARIV., Marianne, 3e part.]
Terme de commerce. Passer un billet à l'ordre de quelqu'un, lui en transmettre la propriété par un endossement. Passer une pièce de monnaie douteuse, ou légère, ou fausse, la faire recevoir. Il lui en a fait passer quinze pour douze, il l'a trompé, il a abusé de sa confiance. Passer des marchandises en fraude, les faire entrer sans payer les droits.
38° Faire couler des liquides au filtre ou au tamis. Passer un bouillon à travers une étamine.
Conducteurs aveugles, qui avez grand soin de passer ce que vous buvez de peur d'avaler un moucheron, et qui avalez un chameau [SACI, Bible, Évang. St Matthieu XXIII, 24]
Passez cette sauce dans un tamis, faites-la réduire sur le feu.... [GENLIS, Maison rustique, t. I, p. 108, dans POUGENS]
Il se dit aussi de choses qui ne sont pas liquides. Passer de la farine. Fig. Passer les choses au gros sas, ne les point examiner à la rigueur.
39° Aller au delà, en parlant de l'espace. La boule a passé le but. Fig.
Tout mari est plaideur, monsieur, ou il se défend ou il attaque ; quelquefois le procès ne passe pas la maison [MARIVAUX, Pays. parv. part. 4]
Absolument. Qui passe perd, se dit à certains jeux lorsqu'on excède le nombre de points nécessaires pour gagner.
Je vous recommande mon panégyrique au bas de mon portrait.... c'est là qu'il est dangereux de passer le but ; qui passe perd, et les louanges sont des satires quand.... [SÉV., à Bussy, 19 mai 1677]
Aller au delà, en parlant du temps.
Elle passait alors cinquante ans [CORN., Pulch. Au lecteur.]
Mais je crains de passer l'heure du rendez-vous [ROTR., Bélis. II, 19]
Elle [la comtesse de Bussy] m'a écrit une très honnête lettre ; mais j'ai passé le temps de lui faire réponse [SÉV., 24 avr. 1672]
Aussi les Égyptiens donnent-ils eux-mêmes une si grande antiquité à Osiris, qu'on voit bien qu'ils ont confondu son temps avec celui des commencements de l'univers, et qu'ils ont voulu lui attribuer les choses dont l'origine passait de bien loin tous les temps connus dans leur histoire [BOSSUET, Hist. III, 3]
J'ai bientôt passé l'heure avec peine accordée [VOLT., Brut. IV, 1]
Il ne passera pas la journée, l'année, il ne vivra pas jusqu'à la fin de la journée, de l'année.
Cela lui reprend de moment en moment, et je crois qu'elle ne passera pas la journée [MOL., Am. méd. I, 6]
Notre bon curé [de Versailles] que vous aimez tant, se meurt : il ne passera pas midi [MAINTENON, Lett. à Mme de Brinon, 1686, t. II, p. 185, dans POUGENS.]
Aller au delà, dépasser, en parlant de taille, de hauteur. Cet homme vous passe de toute la tête.
Seul, il passe du front leurs fronts audacieux [DELILLE, Parad. perd. II]
Fig.
Il nous passe cent pieds par-dessus la tête [SÉV., 592]
Aller au delà, en parlant d'un certain taux. La dépense passe la recette. Fig. Aller au delà, dépasser.
Et les fruits passeront la promesse des fleurs [MALH., II, 1]
Je suis bien aise qu'en cela vous passiez mes souhaits, et que vous me fassiez plus de bien que je n'en saurais désirer [VOIT., Lett. 30]
Des héros fabuleux passer la renommée [CORN., Cid, v, 8]
Et, comme le succès passait mon espérance [ID., Hor. I, 3]
Quand Balac me donnerait plein sa maison d'or et d'argent, je ne pourrais pas passer les ordres du Seigneur mon Dieu [SACI, Bible, Nombr. XXIV, 13]
Votre courage, qui assurément passe de beaucoup vos forces [SÉV., 88]
Recevez un présent passant tous les présents passés et les présents ; car ce n'est pas trop dire : c'est, ma bonne, un tour de perles de douze mille écus [ID., 9 mars 1672]
On dit qu'il [Bourdaloue] passe toutes les merveilles passées, et que personne n'a prêché jusques ici [ID., 25 déc. 1671]
Ne reconnaissez-vous pas M. de Chaulnes, d'avoir fait écrire le pape à sa chère fille Mme de Maintenon ? elle est si touchée de ce bref, qu'elle en a remercié Mme de Chaulnes avec un air de reconnaissance qui passe la routine des compliments [ID., 23 avr. 1690]
La duchesse de Bourgogne est dans une tristesse qui passe la mienne, c'est sa pente naturelle [MAINTENON, Lettre au duc de Noailles, 9 juin 1709]
Je sais qu'en vous quittant le malheureux Titus Passe l'austérité de toutes leurs vertus [des anciens Romains] [RACINE, Bérén. IV, 5]
Qu'à bon droit votre gloire en tous lieux est semée ! Et que la vérité passe la renommée ! [ID., Phèd. II, 2]
Le crime de la sœur passe celui des frères [ID., ib. IV, 6]
Il passe le vrai dans la nature ; il en fait le roman [LA BRUY., I]
Je vous en dis trop peut-être, et je passe ma commission [BARON, Homm. à bonnes fortunes, IV, 7]
Peut-être sa promesse a passé sa puissance [VOLT., Zaïre, I, 1]
Le plaisir de l'esprit passe celui des yeux [ID., Trois emper. en Sorb.]
Il [Massillon] remplit la mesure de son ministère, mais il ne la passa jamais [D'ALEMB., Éloges, Massillon.]
Il [Tite-Live] est toujours près des limites qui doivent séparer l'historien de l'orateur et du poëte, mais il ne les passe jamais [MARMONTEL, Œuv. t. VIII, p. 107]
40° Devancer. Ce lévrier passe tous les autres à la course.
Si léger qu'il passerait un daim à la course [LESAGE, Diab. boit.]
41° Passer se dit de ce qu'on fait aller d'une place à l'autre. Passer un collier à son cou. Passer son doigt dans une bague.
C'est peut-être en partie ce ridicule qui a banni l'ancienne coutume des amants de théâtre, qui, dans leur désespoir, présentaient leur épée à leurs maîtresses, et les priaient à genoux de la leur passer au travers du corps [FONTEN., Réfl. poét. Œuv. t. III, p. 191, dans POUGENS]
Il parle, il presse, il prie, s'arrache les cheveux, il se veut passer son épée au travers du corps [DANCOURT, Colin-maillard, sc. 8]
Fig. Se passer son épée au travers du corps, se disait pour la vendre et en manger le prix.
Il me donna, entre autres, une petite épée, dont j'étais fort épris, et que j'ai portée jusqu'à Turin, où le besoin m'en fit défaire, et où je me la passai, comme on dit, au travers du corps [J. J. ROUSS., Confess. I]
Passer son habit, le mettre.
Alors je me levai, je passai promptement une robe, et je descendis guidée par le médecin [GENLIS, Vœux témér. t. II, p. 132, dans POUGENS]
Passer un habit à quelqu'un, lui mettre son habit.
Allons, Finette, venez me passer mon domino [SAURIN, Mœurs du temps, 15]
Quel plaisir j'avais à la parer, à lui poser sur la tête un petit bouquet de fleurs d'orange, à lui passer sa robe de noces ! [GENLIS, Ad. et Théod. t. III, p. 514, dans POUGENS]
Terme de marine. Passer les manœuvres, introduire dans le canal des poulies ou dans les conduits de toutes sortes qui doivent les recevoir, les manœuvres courantes qui complètent le gréement d'un vaisseau. Passer les torons d'un cordage décommis, les introduire dans un autre cordage, ou bout de cordage, pour les épisser ensemble. Une manœuvre est bien passée, lorsqu'elle vient à son appel ; si elle est passée à contre, on dit qu'elle est mal passée.
42° Faire mouvoir, faire glisser une chose sur une autre. Passer sa main sur ses cheveux. Passer des rasoirs sur la pierre. Passer le fer sur du linge. Passer l'éponge sur une toile cirée. Passer la plume, un trait de plume sur une ligne, pour la biffer.
Heureux qui vit chez soi avec ses nièces, ses livres, ses jardins, ses vignes, ses chevaux, ses vaches, son aigle, son renard et ses lapins qui se passent la patte sur le nez ! [VOLT., Lett. Thiriot, 9 août 1756]
Une main chérie daigne lui passer un mouchoir sur les joues [J. J. ROUSS., Ém. v.]
Fig. Passer l'éponge sur quelque chose, voy. ÉPONGE. Fig. Passer les yeux, promener le regard. Il passait les yeux sur ce qui l'entourait.
Votre fils plaît extrêmement.... on ne saurait passer les yeux sur lui comme sur un autre : on s'arrête [SÉV., 25 fév. 1685]
Fig. Ne faire que passer les yeux sur un ouvrage. sur une chose, ne la regarder qu'à la hâte, l'examiner superficiellement. Populairement. Passer la jambe, donner un croc-en-jambe. Fig. Passer à quelqu'un la plume par le bec, voy. PLUME. Terme de danse. Passer un entrechat, faire un entrechat.
Où trouverez-vous.... un jeune homme qui s'élève si haut en dansant et qui passe mieux la capriole (voy. CABRIOLE) ? [LA BRUY., III]
43° En parlant du temps, consumer, employer.
Mme Scarron parle contre sa conscience, ou ne sait pas bien ce qui se passe chez un homme avec qui elle passe la plus grande partie de sa vie, quand elle vous dit que je ne vous aimerai que six mois [SCARRON, Lett. Œuv. t. I, p. 207, dans POUGENS]
Quant à son temps, bien sut le dispenser, Deux parts en fit, dont il soulait passer L'une à dormir et l'autre à ne rien faire [LA FONT., Son épitaphe.]
Mon Dieu ! que vous allez passer une jolie automne ! [SÉV., 343]
Pour mon fils et sa femme, ils sont ravis de passer ici jusqu'au carême avec moi [ID., 4 septembre 1689]
Pour ma vie, vous la connaissez ; on la passe avec cinq ou six amies dont la société plaît, et à mille devoirs à quoi l'on est obligé [ID., à Bussy, 6 août 1675]
Conduisez-vous partout, comme si vous y deviez passer votre vie [MAINTENON, Lett. à M. d'Aubigné, 28 oct. t. I, p. 122, dans POUGENS.]
Il se couchait à sept heures du soir en tout temps, et se levait à deux heures du matin ; il passait trois heures en prière [FONTEN., Morin.]
Pour lors, je passerai sans trouble et sans affaire La nuit à bien dormir, le jour à ne rien faire [BARON, Andrienne, III, 7]
Ses agitations ne sont qu'un regret de perdre la vie, et non pas une douleur de l'avoir mal passée [MASS., Avent, Mort du pécheur.]
On passe sa vie à s'indigner et à gémir [VOLT., Lett. Grimm, 4 décembre 1768]
Il [Charles XII] passa cinq jours entiers sans manger ni boire ; le sixième, au matin, il courut deux lieues à cheval, et descendit chez le prince de Hesse, son beau-frère, où il mangea beaucoup [ID., Charles XII, 8]
Dans une maladie grave du jeune prince, Mme Scarron avait passé près de lui cinq nuits de suite [GENLIS, Maintenon, t. I, p. 41, dans POUGENS]
Passer sa vie ensemble, et s'écrire régulièrement dix billets par jour ; ah ! c'est plutôt de l'affectation que de l'amitié [ID., Théât. d'éduc. les Dangers du monde, I, 1]
Passer le temps, se divertir. Il a bien passé le temps, son temps. Il passe son temps comme un roi, il se divertit bien. Passer mal son temps, le temps, souffrir, être mal traité.
Nos ennemis ne veulent point de paix : les plénipotentiaires ne reviennent point encore, et passent mal leur temps [MAINTENON, Lett. au duc de Noail. 16 nov. 1709]
Sais-tu que les railleurs et les mauvais plaisants D'ordinaire avec moi passent fort mal leur temps ? [REGNARD, Ménechm. I, 2]
Si vous n'étiez pas son père, avec de tels propos vous passeriez mal votre temps [CARMONTELLE, le Père avare, sc. 13]
Passer une bonne nuit, bien passer la nuit, bien dormir. Passer une mauvaise nuit, mal passer la nuit, mal dormir.
Je vous ai fait passer de mauvais jours et de mauvaises nuits ; avouez-le de bonne foi [FÉN., Dial. morts anc. 34, Annibal, Fabius.]
Suffire pendant quelque temps. Ce manteau me passera ce printemps. Il faut que ces provisions nous passent l'hiver. Soumettre à l'action de. Passer du linge à la calandre.
Si vous écrivez à Léocadie, je vous conjure de passer vos lettres au vinaigre avant de les lui envoyer [GENLIS, Mères rivales, t. III, p. 55, dans POUGENS]
Ulric de Hutten fut lui-même atteint du mal vénérien ; il en souffrit cruellement pendant neuf ans, ayant passé jusqu'à onze fois la cure du mercure sans avoir été guéri radicalement [KOCH, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. IV, p. 355]
Terme de couturière et de tailleur. Passer des coutures au fer, les rabattre avec un fer, avec le carreau. Passer au bleu, passer le linge une fois propre dans de l'eau rendue bleue pour l'empêcher d'avoir une teinte jaune. Fig. et populairement. Passer au bleu, effacer, vendre. Passer en blanc, parmi les monnayeurs, mettre les lames de métal entre les rouleaux du laminoir avant de les avoir fait recuire. Passer les peaux en blanc, les blanchir.
Le mégissier est l'artisan qui passe les peaux en blanc pour les mettre en état d'être employées par les gantiers, [, Dict. des arts et mét. Mégissier]
Passer un soldat par les armes, le fusiller.
Il est vrai que d'être au poste où étaient les gendarmes au combat de Senef, c'est précisément être passé par les armes [SÉV., 15 oct. 1674]
On disait autrefois passer un soldat par les verges, par les baguettes, et, dans la cavalerie, par les courroies, le punir en le faisant passer au travers des rangs d'une compagnie dont chacun le frappait. Passer au fil de l'épée, massacrer une troupe, une garnison, une population. Tout fut passé au fil de l'épée.
45° Préparer, accommoder, apprêter certaines choses, comme cuirs, étoffes. Cette peau a été bien passée.
Quand vos dos [de livres] sont bien secs, passez en colle forte [LESNÉ, la Reliure, p. 57, 1820]
Terme de relieur. Passer en carton, percer la couverture de carton d'un livre pour y passer le fil qui forme les nervures. Passer en parchemin, couvrir le dos d'un livre avec du parchemin.
46° Passer des troupes en revue, en faire la revue. Passer une revue, faire une revue des troupes. Fig. Passer en revue les actions d'une personne, les examiner les unes après les autres. En un sens analogue.
Je passe et repasse toutes ces choses en mon esprit [DESC., Médit. II, 5]
47° Soumettre quelqu'un à un examen, à un jugement.
Combien de pécheurs sont ainsi passés au jugement de Dieu [BOURDAL., Serm. 21e dim. après la Pentec. Dominic. t. IV, p. 300]
Passer quelqu'un maître, le recevoir à la maîtrise (voy. le n° 15). Passer au parlement, se disait autrefois des ducs et pairs qui y recevaient leur consécration.
Le roi a fait entendre à MM. de Charost qu'il voulait leur donner des lettres de duc et pair, c'est-à-dire qu'ils auront dès à présent les honneurs du Louvre tous deux, et l'assurance d'être passés en parlement la première fois qu'on en passera [SÉV., 9 mars 1672]
En un sens opposé, subir une inspection, un examen. Passer une inspection. Il a bien passé son examen.
48° Il se dit des actes que l'on fait par-devant notaire. Passer une procuration, une transaction, un compromis.
Ce mariage, dont les articles étaient déjà passés, achevait de la désespérer [SCARR., Rom. com. I, 22]
Des articles sont bientôt passés, et ils n'engagent qu'autant qu'on veut [MARIV., Sec. supr. de l'am. III, 10]
J'ai loué un hôtel deux mille écus ; et j'espère passer le contrat aujourd'hui [MONTESQ., Lett. pers. 45]
On dit, dans un sens analogue, passer un décret.
Il n'est pas impossible que le conseil d'une démocratie passe de mauvais décrets [J. J. ROUSS., Écon.]
49° Donner pour un certain prix, en parlant de ventes. Il m'a passé cet objet à un prix très modéré.
Il avait mis que cette boîte, qu'il appelait un ballot, pesait onze quintaux, et il m'en avait passé le port à un prix énorme [J. J. ROUSSEAU, Conf. VII]
50° Admettre pour, croire.
Nous ne sommes qu'un sang ; et ce sang, dans mon cœur, A peine à le passer pour calomniateur [CORNEILLE, Nicom. III, S.]
Quand on a les qualités principales, il faut passer les gens pour bons, dans la difficulté de trouver des hommes parfaits [SÉV., mai 1690]
51° Concéder, tolérer, accepter.
Ayez l'esprit en repos, passez-nous seulement notre lenteur [SÉVIGNÉ, 29 janv. 1685]
Il [Régis] me passe que Dieu agit toujours par les voies les plus simples [MALEBR., Rech. vér. Rép. à Régis, ch. 2]
Ils se passent les uns aux autres qu'ils sont gens à belles aventures [LA BRUYÈRE, VII]
J'entends corner sans cesse à mes oreilles : l'homme est un animal raisonnable ; qui vous a passé cette définition ? [ID., XII]
Il fallut bien me passer ce dernier article [HAMILT., Gramm. 3]
Je te passe pour un moment qu'il y ait des prestiges, passe-moi, à mon tour, pour un moment, qu'il n'y en ait point ; car cela n'est pas impossible [MONTESQ., Lett. pers. 143]
Vous dites que Dieu pouvait vous donner un bon bénéfice, et qu'il pouvait vous rendre plus heureux que vous n'êtes ; il y a des gens qui ne vous passeraient pas cette proposition [VOLT., Oreilles, 4]
Fig. Passer condamnation, avouer qu'on a eu tort.
Ce ministre passe condamnation sur Luther et Mélanchthon [BOSSUET, 2e avert. § 6]

PROVERBE

    Passez-moi la rhubarbe et je vous passerai le séné, se dit, en mauvaise part et en plaisantant, de concessions qu'on se fait mutuellement.
52° Allouer. Passer un article en dépense. Passer une somme en compte, la tenir pour reçue.
Vous verrez que la Jarie est obligé à toutes les réparations qui sont nommées dans les baux, et que je les y ai toujours passées en compte [SÉV., 13 août 1687]
53° Pardonner.
On les poursuit avec chaleur, on ne leur passe rien [BOURDAL., 3e dim. après la Pentec. Dominic. t. II, p. 379]
Il faut être aussi bonne que je le suis, pour vous passer toutes vos folies [DANCOURT, Moulin de Jav. sc. 3]
Les plaisirs ne sont pas faits pour être examinés à la rigueur, et on est tous les jours réduit à leur passer bien des choses [FONTEN., Callir. Pauline.]
Nous devons nous prêter aux faiblesses des autres, Leur passer leurs défauts comme ils passent les nôtres [REGNARD, Ménechm. I, 2]
Je sais qu'il faut se passer Des bagatelles dans la vie [VOLT., Ép. 19]
Elle n'est pas fille à lui passer des familiarités [J. J. ROUSS., Ém. v.]
Il souffre, il est malheureux, il faut bien lui passer quelque chose [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 3 janv. 1765]
Passez les mots aux rieurs, Les plus gros sont les meilleurs [BÉRANG., Gaudriole.]
À tant d'esprit passez la négligence : Ah ! du talent le besoin est l'écueil [ID., Ém. Debraux.]
54° Surpasser, l'emporter sur.
On vous peut vanter d'avoir mis au monde un ouvrage qui passe tout ce que la Grèce et l'Italie ont jamais vu de mieux fait [VOIT., Lett. 5]
Si mes amis ne me trompent, cette pièce égale ou passe la meilleure des miennes [CORN., Othon, préf.]
Le bien et la force du corps élèvent le cœur ; mais la crainte du Seigneur passe l'un et l'autre [SACI, Bible, Ecclésiastiq. XL, 26]
Passer quelqu'un en méchanceté [PERROT D'ABL., Tac. 442]
Nous avons vu de vous des églogues d'un style Qui passe en doux attraits Théocrite et Virgile [MOL., Femm. sav. III, 5]
M. de la Feuillade, courtisan passant tous les courtisans passés [SÉV., 20 juill. 1679]
Ils [les démons] voient qu'étant leurs inférieurs par nature, nous les passons par la grâce [BOSSUET, 2e sermon, Démons, 2]
Une princesse dont le mérite passe la naissance, encore que, sortie d'un père et de tant d'aïeux souverains, elle ait réuni en elle.... [ID., Anne de Gonz.]
Passez-les en prudence, aussi bien qu'en courage [VOLT., Adél. du Guesclin. II, 7]
Il est impossible aux hommes et difficile à la nature elle-même de passer en richesse mon imagination [J. J. ROUSS., Conf. IV]

PROVERBE

    Contentement passe richesse, c'est-à-dire il vaut mieux être content que riche.
    En mariage, comme ailleurs, contentement passe richesse [MOL., Méd. malgré lui, II, 2]
55° Être au-dessus des forces du corps ou des facultés de l'esprit.
Ce sont choses.... qui passent notre capacité présente [PASC., Pens. XII, 12, éd. HAVET.]
Humiliez-vous, raison impuissante ; taisez-vous, nature imbécile : apprenez que l'homme passe infiniment l'homme [ID., ib. VIII, 1]
Voici ce qui passe toute intelligence [BOSSUET, Hist. II, 6]
les mystères qui passent les sens [ID., ib. II, 13]
Leur figure passait l'imagination [HAMILT., Gramm. 3]
Ce trait passait l'érudition de Senantes [ID., ib. 4]
Que leur importe une vérité qui les passe ? [MASS., Carême, Doutes.]
Vous direz peut-être.... que vous ne pouvez pas entrer dans des discussions qui vous passent [ID., Carême, Salut.]
Cela me passe, je ne le conçois pas.
L'aventure me passe, et j'y perds mon latin [MOL., le Dép. II, 4]
Qu'ils trouvent des dupes, c'est ce qui me passe [LA BRUY., VI]
Que veux-tu que je fasse ? Géronte n'entend rien ; ce que je vois me passe [GRESSET, Méch. III, 4]
56° Aller plus loin, se répandre, s'ébruiter.
Je vous prie que tout ceci ne passe point vous et Mme de Guitaut [SÉV., à Mme de Guitaut, 11 mai 1683]
Que tout ce que je vous dis là ne vous passe pas [MARIV., Marianne, 6e part.]
Absolument.
À vous parler confidemment, c'est d'Hacqueville qui m'a conté ce que je vous écris ; il me prie que cela ne passe point [SÉV., 9 oct. 1775]
57° Toucher, mentionner adroitement. Il a passé cela délicatement.
58° Omettre. Passez cet endroit, ne le lisez pas.
.... Passons les qualités ; Cela ne rendra pas le contrat moins valide [REGNARD, le Distr. v, 9]
Absolument.
C'est pour vous dire que je vous conte cela ; passez, si cela vous ennuie [MARIV., Marianne, 6e part.]
Passer sous silence, ne pas parler de. Passer quelqu'un, ne pas lui remettre ce qu'on remet aux autres, l'omettre dans quelque distribution, dans quelque politesse.
Ceux qui distribuent des billets imprimés à la porte, ont ordre de le passer avec la plus outrageante affectation [J. J. ROUSS., 1er dial.]
Fig. Il se dit de certains sentiments qu'on satisfait. Il passa sa colère sur son domestique qui n'en pouvait mais.
Nous y vîmes une fois un chat, qui voulut arracher les deux yeux à Mme de la Fayette, et pensa bien en passer son envie [SÉV., 54]
Je meurs quelquefois d'envie de pleurer au bal, et quelquefois j'en passe mon envie, sans que personne s'en aperçoive [ID., 79]
60° Se passer, v. réfl. Être supérieur à soi-même.
Il se passa lui-même, lorsqu'il revint au Palais-Royal ; et il est constant qu'il toucha tout le monde, à l'exception de la reine qui demeura inflexible [RETZ, Mém. t. I, liv. II, p. 196, dans POUGENS]
61° Avoir son cours, en parlant du temps et des choses qui se font dans le temps.
La moitié de la vie se passant en sommeil [PASC., Pens. VIII, 1, édit. HAVET.]
La matinée se passait dans ce cruel exercice [BOSSUET, Anne de Gonz.]
La minorité de Justinien s'était heureusement passée [ID., Hist. I, 11]
Il se passa quatre cent trente ans avant que Dieu donnât à son peuple la terre qu'il lui avait promise [ID., ib. II, 3]
Vos embrassements.... Ne se passeront-ils qu'en éclaircissements ? [RAC., Brit. I, 2]
La vie est courte et ennuyeuse ; elle se passe toute à désirer [LA BRUY., XI]
La seconde campagne se passa comme la première : Athènes parut sur terre sans défense contre Sparte, comme Sparte fut sur mer sans défense contre Athènes [CONDILLAC, Hist. anc. II, 5]
Le temps se passe, et le cours de la vie s'achève sans qu'on s'en aperçoive [DIDEROT, Salon de 1767, Œuv. t. xv, p. 151, dans POUGENS]
Il se dit, dans un sens analogue, du moment qui se perd.
Sire, à trop consulter l'occasion se passe [ROTR., Antig. v, 6]
Des moments précieux se passaient en reproches et en invectives [RAYNAL, Hist. phil. IV, 25]
62° Cesser, n'avoir pas lieu.
Je ris de sa colère, il faut qu'elle se passe [MAIRET, M. de Chrispe, III, 6]
En marchant cela se passe [SÉV., 262]
Nous en avons vu [des nuages] de cette manière à Livry, qui se passaient sans orage [ID., 1er avr. 1689]
En effet son indisposition se passa [MARIV., Marianne, 11e part.]
Il lui faudrait du repos et quelques bonnes saignées, et tout cela se passerait [GENLIS, Théât. d'éduc. le Magistrat, II, 3]
63° Il se dit des choses qui perdent leur beauté, leur force, etc. Ce vin n'a plus guère de force, il se passe.
Ce qui se passe et vieillit est proche de sa fin [SACI, Bible, St Paul, Ép. aux Hébr. VIII, 13]
Tu peux prendre pour toi cette jupe demain, Je viens d'apercevoir que la tienne se passe [QUIN., Mère coq. II, 2]
Elle [la sagesse divine] a fait les fleurs des champs, qui se passent du matin au soir [BOSSUET, 1er serm. 2e sem. de carême, 1]
On dit dans un sens analogue : Cette mode se passe.
64° Arriver, avoir lieu.
Mais dis-nous comment tout s'est passé [CORN., Perthar. v, 4]
La marquise [d'Uxelles] reprend tous les ordinaires les nouvelles qu'elle a mandées ; appelle-t-on cela savoir tout ce qui se passe ? je hais ce qui est faux [SÉV., 507]
Voici une petite histoire qui s'est passée il y a trois jours [ID., 199]
Va voir ce qui se passe et reviens me le dire [RAC., Mithr. IV, 1]
La perte des batailles vient souvent du trop d'ardeur des officiers qui, n'étant occupés que de la poursuite des ennemis, oublient et négligent ce qui se passe dans le reste de l'armée [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VIII, p. 229, dans POUGENS]
Londres est remplie de négociants et de gens de mer qui s'intéressent beaucoup plus aux succès maritimes qu'à tout ce qui se passe en Allemagne ou en Flandre [VOLT., Louis XV, 28]
Impersonnellement.
Il s'est passé tantôt, entre eux, une scène ici.... [LESAGE, Turcaret, IV, 4]
La reine Élisabeth demandait à Cécill : " Que s'est-il passé au conseil ? " Quatre heures, madame, répondit le ministre [MARMONTEL, Œuv. t. VII, p. 469]
Telle fut la fin de la guerre de Xerxès, plus connue sous le nom de guerre médique ; elle avait duré deux ans ; et jamais peut-être dans un si court intervalle de temps il ne s'est passé de si grandes choses [BARTHÉL., Anach. Introd. part. II, sect. 2]
Comment s'est passée votre dispute ? qu'est-il advenu de votre dispute ? Comment s'est passé votre voyage ? que vous est-il arrivé dans votre voyage ? Fig. et par menace.
Celane se passera pas ainsi, c'est-à-dire j'aurai satisfaction de ce qui vient d'arriver Comment ! on fait venir un honnête homme de Moulins.... oh ! cela ne se passera comme cela [PICARD, Voy. interrompu, III, 2]
Fig. Il se dit des sentiments, des émotions qui se forment dans l'âme. Je ne saurais dire ce qui se passait en moi, dans mon cœur, dans mon âme. Un singulier combat se passait en moi.
65° Se passer à, se contenter de.
Il s'est fallu passer à cette bagatelle ; Alors que le temps presse, on n'a pas à choisir [CORN., Ment. I, 5]
Si l'on dit que l'homme aurait pu se passer à moins pour sa conservation [LA BRUY., XVI]
[Chauvelin] content de la médiocrité, se passant à peu de chose [D'ARGENSON, Mém. t. II, p. 239 (éd. 1860).]
On a dit dans le même sens : se passer de.
Ce que je trouve admirable, c'est qu'un homme qui s'est passé durant sa vie d'une assez simple demeure, en veuille avoir une si magnifique pour quand il n'en a plus que faire [MOL., le Festin, III, 6]
La sagesse, qui accoutume les hommes à se passer de peu et à être tranquilles, m'a tenu lieu de tous les autres biens [FÉN., Fabl. 37]
66° Se priver, s'abstenir.
Je me passerai de tous les autres biens, tant que je jouirai de ceux-là [VOIT., Lett. 23]
Nous pourrons nous passer aisément de nous voir [HAUTEROCHE, Bourg. de qual. III, 9]
Celui qui croit trouver en soi-même de quoi pouvoir se passer de tout le monde, se trompe fort ; mais celui qui croit qu'on ne peut se passer de lui, se trompe encore davantage [LA ROCHEFOUCAULD, Max. 201]
Quand je vous vois chez vous dans le temps où nous sommes, j'admire le bonheur du roi de se pouvoir passer de tant de braves gens qu'il laisse inutiles [SÉV., à Bussy, 5 sept. 1674]
Il faudrait que vous vous éloignassiez de Saint-Cyr et de moi : et Saint-Cyr et moi nous ne pouvons nous passer de vous [MAINTENON, Lett. à l'abbé Gobelin, 20 oct. 1687]
Vous savez bien vous passer des plaisirs ; mais les plaisirs ne peuvent se passer de vous [ID., Lett. à Mme de Caylus, 16 mai 1718]
Esprit que je hais et qu'on aime, Avec douleur je m'aperçoi, Pour écrire contre toi-même, Qu'on ne peut se passer de toi [CHAUL., Contre l'esprit.]
Il n'y avait en Europe que lui [le grand Condé] et le suédois Torstenson qui eussent eu à vingt ans ce génie qui peut se passer de l'expérience [VOLT., Louis XIV, 3]
Tant qu'ils trouvent des plantes à brouter, ils [les chameaux] se passent très aisément de boire [BUFF., Quadrup. t. V, p. 23]
Se passer que, avec le verbe suivant au subjonctif.
Oronte : Je me passerai bien que vous les approuviez [mes vers]. - Alceste : Il faut bien, s'il vous plaît, que vous vous en passiez [MOLIÈRE, Mis. I, 2]
Mon fils se passerait bien que sa femme fût si entêtée de vos perfections [SÉV., 5 févr. 1690]
Je puis me passer que vous m'estimiez ; mais j'ai besoin de vous estimer vous-même [J. J. ROUSS., Lett. à Mme d'Houdetot, 25 mars 1758]
Se passer bien, se passer volontiers, se dit des choses qui ne plaisent guère.
On assure que vous avez raconté bien des choses, dont je me serais passé volontiers [FÉN., Dial. des morts mod. (Louis XI, Commines).]
Elle se serait bien passée de cette distinction [HAMILT., Gramm. 10]
Mille choses que de jeunes filles se passeraient bien de savoir [J. J. ROUSS., Hél. I, 6]

PROVERBES

  • Jeunesse est forte à passer, c'est-à-dire il est bien difficile de passer son jeune âge sans faire quelque folie.
  • Il faut que jeunesse se passe, il faut avoir de l'indulgence pour les écarts de la jeunesse.
  • L'amour passe le gant, se disait lorsqu'on touchait la main à quelqu'un à l'improviste, sans qu'il eût le loisir de la présenter nue.
  • Il ne peut non plus s'en passer que de sa chemise, que de chemise, c'est-à-dire il a peine à s'abstenir de quelque chose à quoi il est accoutumé.

REMARQUE

  • 1. Passer, verbe neutre, se conjugue avec l'auxiliaire avoir, quand on veut marquer l'acte ; avec l'auxiliaire être, quand on veut marquer l'état : Il a passé en Amérique en tel temps ; il est passé en Amérique depuis tel temps ; le cortége a passé par cette rue ; il y a une heure qu'il est passé.
    Despréaux, parlant à des nobles entichés de leurs aïeux : Savez-vous, dit-il.... si leur sang tout pur, ainsi que leur noblesse, Est passé jusqu'à vous de Lucrèce en Lucrèce ; je crois qu'a passé valait mieux [D'OLIVET, Rem. Racine, § 28]
  • 2. J. J. Rousseau a dit passer instruire, comme on dit aller instruire : On ne veut pas que mes mémoires passent dans le continent et ailleurs instruire une autre génération des maux que m'a fait souffrir celle-ci, Lett. à Davenport, 30 avril 1767. Cela n'est pas bon.
  • 3. L'Académie fait deux articles séparés de passer v. n. et passer v. a. C'est à tort ; il n'y a là que deux emplois différents d'un même mot.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    E s'il passe la devise [la règle] sans le congé à la justice [, Lois de Guill. 5]
    Viendrat li jors, si passerat li termes [, Ch. de Rol. IV]
    Vers Angleterre passat-il la mer salse [salée] [, ib. XXVII]
  • XIIe s.
    Ainz que l'an past [passe] [, Ronc. p. 20]
    De ci qu'as porz passanz [d'ici jusqu'aux ports qui servent de passages] [, ib. p. 34]
    Franzois passerent le jor à grant tristor [, ib. p. 37]
    Outre [il] s'en passe [, ib. p. 64]
    Il ne verra passer le quint mois ne le quart, Que nous lui monstrerons tant espieu et tant dart.... [, Sax. XXIX]
  • XIIIe s.
    Certes encor n'a pas deus mois passé, Que li marquis m'envoya son message [QUESNES, Romancero, p. 109]
    Et firent crier par tout l'ost que nul ne fust si hardi qu'il passast cel ordenement pour noise ne pour cri qu'il oïst [VILLEH., CXLII]
    Parmi le cors [il] lui fait le froit acier passer [, Berte, III]
    À St Herbert [ils] passerent le Rhin isnelement [, ib. IX]
    [Elle] Ne put outre-passer, s'ele n'y passe à no [nage] [, ib. XXXII]
    Lors [elle] se musse au buisson, si lait le temps [le mauvais temps] passer [, ib. XLIII]
    Car la nuit qu'ai passée, [j'] ai trouvé mout amere [, ib. XLIV]
    Bien entend li messages [messager] que c'est chose passée [décidée] [, ib. LXVIII]
    Et Symons passe avant [s'avance], mie ne s'oublia [, ib. CXXXI]
    Et au passer que li rois englois quida faire, li Barrois le saisit par le col, et feri cheval des esperons [, Chr. de Rains, p. 40]
    Amors qui toutes choses passe, Me donnoit cuer et hardement De faire son commandement [, la Rose, 1800]
    Ce sont les gens qui se peuvent defendre par champion : feme, home mahaignié, ou home qui a passé soissante ans [, Ass. de J. I, 176]
    Se cil cui le [la] beste est, veut jurer sor sains que le beste rompi son lien, et, si tost comme il le sot, il l'ala querre, il s'en passe sans amende [BEAUMAN., XXX, 57]
    Mais qu'ils ne passent [dépassent] pour une querele trente livres [ID., V, 3]
    Il fu jugié.... que ce que li ordeneur avoient dit seroit de nule valeur, porce qu'il avoient trop outrageusement passé mesure [ID., XLI, 35]
    S'il recordent jugement qui a esté fes, li apiax [l'appel] passe, quand on ne dist riens contre le jugement [ID., XXXIX, 6]
    Qu'il retiengnent tant solement, des cozes dont il est faute, ce qui lor convient por eus et por lor mesnie à l'anée passer [ID., XLIX, 2]
    Et il estoit bien voir [vrai] que il en y ot des noiés au passer [JOINV., 224]
  • XIVe s.
    Il s'ensuit que nous passons oultre et traiterons briefment de elettion [ORESME, Eth. 63]
    Et doit estre felicité mise en la plus noble chose qui soit en nous, et en laquelle nous passons les bestes [ID., ib.]
    V (9). J'ay mengié sans faim, et maintes fois je m'en peusse bien passer à moins [, Ménagier, I, 3]
    Dame, dist ses mariz, vous estes rassotée ; Il convient, et c'est drois, jeunesce soit passée ; Car il faut qu'elle soit, comment que soit, getée [, Guesclin. 273]
    Moult est chiux [celui-là] fox [fou] qui jure chose qu'à passer a ; Car Diex est tous poissans, qui tout fist et crea [, Baud. de Seb. II, 53]
  • XVe s.
    Quand cette besogne fut toute passée, le roi d'Angleterre se retraist à Calais [FROISS., I, I, 329]
    Les dessus dits [soupçonnés d'avoir assassiné le sire de Mauny] en furent arrestés ; mais ils estoient adonc là si forts qu'ils s'en passerent et excuserent [ID., I, I, 240]
    Je me passerai brievement d'eux [je finirai en peu de mots ce que j'ai à dire sur eux, les Calésiens obligés de quitter leur ville] [ID., I, I, 323]
    Leur usage [des Escots] est tel en guerre et leur sobrieté, qu'ils se passent [se contentent] bien assez longuement de chair cuite à moitié, sans pain, et de boire yaue de riviere, sans vin [ID., I, I, 34]
    Si commencerent les cardinaux à traiter pour avoir treves à durer trois ans ; ce traité passa.... [ID., I, I, 211]
    [Le roi d'Angleterre renvoie à rançon messire Hervez son prisonnier] et parmi ce que [à condition que] vous ferez ce message, je vous laisserai passer pour dix mille escus que vous paierez.... [ID., I, I, 214]
    Entrementes que ces amours, ces lettres, ces accointances.... couroient entre le roi de Portingal et le duc de Lancastre, se passoit le temps [ID., II, III, 38]
    Bretons et Bourguignons bouterent le feu en la ville.... de quoi le roi et le duc de Bourgegne furent durement courroucés ; mais amender ne le purent : si leur en convint passer [ID., II, II, 232]
    Bien savoit le roi de France.... que les Flamands approchoient, et que ce ne se pouvoit passer que bataille n'y eust [ID., II, II, 194]
    J'ay aux eschès joué devant amours, Pour passer temps, avecques faulx Dangier [CH. D'ORL., Ball. 59]
    Car angoisse prevue est à demy passée [AL. CHART., Espér. des trois vertus.]
    Nonobstant qu'ils disoient partout où ils passoient qu'ils venoient pour le bien publicq [JEAN DE TROYES, Chron. 1465]
    Charles VII ne s'armoit mie volentiers et n'avoit point chiere la guerre, s'il s'en eust peu passer [FENIN, 1422]
    Passer un traité [COMM., I, 13]
    Nul prince ne le passa jamais [le duc de Bourgogne] de desirer nourrir grans gens et les tenir bien reiglez [ID., V, 9]
    Certes, je sais bien que c'est ; car j'ai passé par là [j'ai été amoureux] [LOUIS XI, Nouv. XXVI]
  • XVIe s.
    Le monde a bien esté autrement enseigné, passé [il y a] longtemps [CALV., Instit. 625]
    Mais quand verrai que tu te passeras [vieilliras], Je cesseray ceste vengeance extresme [MAROT, I, 365]
    Maistresse passée [dans la danse] [ID., II, 110]
    Il donna à perpetuité.... et de ce leur passa belles lettres [RAB., Garg. I, 53]
    Et est escript en autheur celebre, passé ha 1800 ans [ID., Pant. III, 22]
    Je l'ayme desjà tout plein [mon enfant], et jà en suis tout assoty ; fascherie du monde... tant grande et vehemente n'entrera desormais à mon esprit, que je ne passe, seulement en le voyant et l'oyant jargonner en son jargonnois pueril [ID., ib. III, 28]
    Nous veismes comment elle sassoyt, tamisoyt, belutoyt, et passoyt le temps, avecques ung beau et grand sas de soye blanche et bleue [ID., ib. V, 21]
    Il n'y a creature en ce monde qui passe en l'amour et affection envers vous vostre.... etc. [MARG., Lett. 120]
    Je n'ay de bien que ce qu'il m'en fault pour passer mon année [ID., ib. 153]
    Hier qu'elle prist medecine, tout son mal se passa [ID., ib. 68]
    Le general de leur ordre est passé par icy, et n'a voulu voir l'empereur [ID., ib. 76]
    S'il vous plest luy commander vous dire la pure verité de toutes choses, comme elles sont passées, à vous seul il en rendra bon conte [ID., ib. 123]
    Ô que ce mot m'a serré le cœur, qu'il m'a fait rougir de honte, et passer de jalousie ! [ID., Nouv. LXX.]
    Et lui fut offert de le passer docteur pour rien, ce que toutefois il refusa [BEZE, Vie de Calvin, p. 13]
    Homme ne doit passer dedans ma barque [de Charon], S'il n'a passé par les mains de la Parque [DU BELLAY, IV, 50, verso.]
    Il s'y rencontra une fois par cas d'aventure, en passant chemin seulement [AMYOT, Lyc. 50]
    L'accord estant ainsi passé [ID., Publ. 35]
    En passant par la ville de Sardis, pour passer son temps, il alla visitant les temples [ID., Thém. 55]
    Il [un Gaulois] luy passa [à un sénateur romain] tout doulcement la main par dessus sa barbe [ID., Cam. 40]
    Le commun populaire, qui paravant se passoit à peu, en devint superflu, sumptueux et dissolu [ID., Péric. 16]
    Ilz passoient de beaucoup en nombre ceux de Marcellus [ID., Marcell. 7]
    Pendant que ces choses passoient en la Grece [ID., Sylla, 47]
    Ainsi comme Crassus passoit son armée par dessus le pont.... [ID., Crassus, 38]
    Après qu'ilz eurent tous passé le pont [ID., ib. 38]
    Elle estoit deja passée et suraagée [ID., Démétr. 34]
    Passant un jour en revue devant le prince de Condé, entre cinq cens arquebusiers... [D'AUB., Vie, XVIII]
    Condamné à estre passé par les armes [, ib. LXXXIII]
    Ayant passé sa colere sur Baugency.... [ID., Hist. I, 142]
    Pour contre-poison à cette invention, Monbrun passé [maître passé] en diligence fait un fort au dessous de Loriol [ID., ib. I, 321]
    Le temps se passe, et se passant, madame, Il fait passer mon amoureuse flame [RONS., 815]
    Passer en proverbe [MONT., II, 43]
    Le jugement peult se passer du sçavoir, et non le sçavoir du.... [ID., I, 148]
    Passe [j'y consens] [ID., I, 203]
    Quand Pyrrhus passa en Italie [ID., I, 230]
    L'envie de vomir luy estoit passée, de frayeur [ID., IV, 2]
    Quelques unes passent si avant les termes de raison que leurs pauvres maris s'en gratent la teste [LANOUE, 164]
    Et à plusieurs de nos prisonniers on fit alors passer le pas [ID., 689]
    Vous l'eussiez fait passer par le trou du chat [COTGRAVE, ]
    Le bonheur tost se passe, qui n'en a soin [ID., ]
    Qui passe un jour d'hiver, il passe un de ses ennemis mortels [ID., ]
    Qui a des noix, il en casse ; et qui n'en a pas, il s'en passe [ID., ]
    Semelles et vin passent chemin [ID., ]
    Il n'y a remede, il faut tous passer par là ou par la fenestre [DUFAIL, Contes d'Eutrap. ch. XVI, fol. 79, dans POUGENS.]
    Boire, manger, coucher ensemble, c'est mariage, ce me semble ; mais il faut que l'Eglise y passe [LOYSEL, Instit. cout. 108]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. passar ; espagn. pasar ; ital. passare. D'après Diez, ce mot vient du supin passum, de pandere, déployer, ouvrir (pandere moenia) ; ce qui le décide, c'est que, dans les langues romanes, le sens de passer est essentiellement transitif. Mais, en étudiant l'historique assez étendu qui se trouve ci-dessus, il ne paraît pas que le sens transitif l'emporte sur le sens intransitif. Alors intervient la considération du sens de passer qui se tire assez mal de pandere ; au lieu qu'il se tire sans peine, du moins dans la signification intransitive, de passus, pas ; d'ailleurs d'un verbe intransitif faire un verbe transitif n'est point fort difficile (voy. DESCENDRE).

passer

PASSER. v. intr. Aller d'un lieu à un autre, traverser l'espace qui est entre deux; ou simplement Traverser un lieu, une chose.

PASSER, avec l'auxiliaire Avoir, désigne seulement l'Action de se transporter d'un lieu à un autre. Avec l'auxiliaire Être, il désigne en outre le Résultat de cette action et signifie que le passage est accompli. Passez de ce côté-ci. Il a passé le long de la muraille. Il est passé de l'autre côté de l'eau. Passer par un lieu, par un pays. Il a passé par Lyon. Il est passé en Amérique depuis longtemps. Il a passé en Amérique en tel temps. Passer dans la ville. Passer par la porte. Passer par la fenêtre. Passer sur un pont, sur une planche. Passer de France en Angleterre. Passer de l'antichambre au salon. L'armée a passé par ce pays-là. La procession est passée depuis une demi-heure. Le facteur passe à midi. Il n'a fait que passer. Il ne fait que passer et repasser. Il a passé comme un éclair. Il passe beaucoup de monde, beaucoup de voitures dans cette rue. Il résolut de passer outre, malgré tous les obstacles. Laissez passer les plus pressés. Passez devant moi, je vous suivrai. Je ne passerai qu'après vous. La balle lui a passé bien près de la tête. La rivière passe par là, passe à travers la ville. La route ne passe pas loin du village. La balle du joueur a passé par-dessus le mur. Le vent, l'air, la lumière, le jour passent par cette fenêtre. L'air passe dans ces tuyaux. Le sang passe des artères dans les veines. Une barre de fer qui passe dans la muraille. Faire passer quelque chose de main en main. Faire passer quelque chose sous les yeux de quelqu'un. Faire passer l'or par la filière.

Il s'emploie aussi figurément. La maladie a passé par toutes ses périodes. Passer de l'amour à la haine, de la tristesse à la joie, de la richesse à la pauvreté, etc. Les affaires doivent passer avant les plaisirs. Votre affaire ne passera (ne sera examinée, jugée) qu'après telle autre, ne passera que dans un mois. Il fit passer dans l'âme de ses soldats l'enthousiasme dont il était animé. Faire passer ses idées dans l'esprit, dans la tête de quelqu'un. Ce corps est passé de l'état liquide à l'état gazeux. En termes de Musique, Passer d'un ton, d'un mode à un autre, dans un autre. En termes de Tactique, Passer de l'ordre de bataille à l'ordre de colonne.

Passer debout se dit des Marchandises qui, pour être transportées à leur destination au- delà d'une ville, sans payer l'octroi, ne font que la traverser et ne peuvent y être déchargées.

Passer au large, Passer à quelque distance. Le navire a passé au large des Açores. Passez au large, Cri par lequel les sentinelles avertissent, pendant la nuit, de passer à quelque distance de l'endroit où elles sont postées.

Fam., Passer chez quelqu'un, Aller, entrer chez quelqu'un dont la demeure se trouve sur la route que l'on prend pour se rendre en quelque autre endroit. Je passerai chez vous ce soir en allant au théâtre. On dit aussi Je passerai par chez vous, Par votre ville, par votre pays, etc.

Passer à l'ennemi, Déserter et se mettre du parti ennemi.

Fig., Passer de cette vie en l'autre, passer de cette vie à une meilleure et, absolument, Passer, Mourir, expirer. Il est à l'agonie, il va passer. Je l'ai vu passer. Il a passé, il est passé.

Fig. et fam., Passer du blanc au noir, Aller d'un extrême à l'autre; changer brusquement de conduite, d'opinion, de langage.

Passer au conseil de revision, Être examiné par le conseil de recrutement. Passer en conseil de guerre, Être jugé par un conseil de guerre.

Fig., Passer à l'état de, Devenir. Il est passé à l'état de squelette.

Fig., Passer par de rudes épreuves, par de grandes tribulations, Avoir beaucoup à souffrir en certaines occasions. On dit familièrement, dans un sens analogue, J'ai passé par là, je sais ce qui en est.

Fig., Passer par les emplois, par les dignités, S'élever des moindres dignités aux plus grandes, et y parvenir par degrés. On dit de même Passer par tous les grades militaires.

Fig. et fam., Cela lui a passé par la tête, par l'esprit, Il lui est arrivé d'y penser, il s'en est occupé. Cela lui a passé de la tête, de l'esprit, Il a cessé d'y penser, il l'a oublié.

Fig. et fam., Cette affaire lui a passé sous le nez, Elle lui a échappé.

Fig., Passer par-dessus toutes sortes de considérations. N'avoir égard à rien de ce qui pourrait déterminer à faire ou à ne pas faire quelque chose. Passer par-dessus toutes les difficultés, N'être point arrêté par les difficultés.

Fig., Passer par-dessus les plus beaux endroits d'un livre, par-dessus les défauts d'un ouvrage, Ne point s'y arrêter, ne point les remarquer.

Fig., Passer sur les défauts d'une personne, d'un ouvrage, Les voir avec indulgence, ne pas les faire remarquer.

Prov. et fig., Passer sur le ventre à quelqu'un, Le renverser, parvenir malgré lui à ce qu'on veut. Nos chasseurs passèrent sur le ventre de l'ennemi. Passer sur le corps de quelqu'un se dit dans le même sens que le précédent, et, dans un sens plus figuré, il signifie Obtenir un avantage au préjudice de quelqu'un. Dans la dernière promotion plusieurs de ses camarades lui ont passé sur le corps.

En termes de Procédure, Passer outre, Commencer ou continuer d'exécuter, malgré une opposition. Il avait commencé de bâtir en tel endroit, il lui fut défendu par arrêt de passer outre. Dans le langage courant, Passer outre signifie Aller plus avant, plus loin, ne pas tenir compte d'un argument, d'une objection. En dépit de la résistance de ses amis, il passa outre. Il passa outre à ces observations pourtant si justes, à ces scrupules pusillanimes.

Fig. et fam., Cette affaire a passé par ses mains, Il s'en est mêlé, il en a une connaissance particulière. On dit de même : Tout lui passe par les mains. Il lui en a bien passé par les mains.

Fig., Laisser passer une proposition, une parole, une action, Ne pas la reprendre, ne pas la blâmer. Quoi! vous avez laissé passer cette extravagance? Laissera-t-on passer un livre si dangereux sans le réfuter? Je ne saurais laisser passer une semblable parole.

Fig., Laisser passer une faute, une erreur, Ne pas la remarquer, ne pas l'apercevoir. Cette imprimerie a d'excellents correcteurs : ils nous ont signalé plusieurs fautes que nous avions laissées passer.

Fig., Il faut passer là-dessus, Il faut pardonner, oublier cette faute. On dit de même : Je veux bien, pour cette fois, passer là-dessus.

En passer par, Se résigner, se soumettre à. J'en passerai par où il vous plaira. J'en passerai par l'avis de tels et tels. Il faut qu'il en passe par là. Il faut en passer par où il lui plaît.

Fig. et fam., Y passer, Subir une peine, un châtiment, un désagrément. Il faut y passer. Tout le monde y passa.

Fam., Le notaire y a passé, se dit d'une Chose constatée par un acte en forme.

En termes de Palais, Cette affaire a passé à l'avis du rapporteur, Elle a été jugée suivant l'avis du rapporteur. Elle a passé contre l'avis du rapporteur, Elle a été jugée contre le sentiment du rapporteur.

La loi a passé, La loi est votée. Il fit passer cette loi à la Chambre, Il la fit voter.

En passant se dit figurément de Tout ce que l'on fait avec quelque sorte de précipitation et sans y avoir donné le temps nécessaire. Je n'ai pas eu le loisir d'examiner l'endroit, je ne l'ai vu qu'en passant. Je ne lui ai parlé de votre affaire qu'en passant. On se sert encore de cette locution lorsqu'on interrompt le fil d'une conversation pour parler succinctement d'une chose qui se présente à l'esprit. Vous remarquerez en passant. Je vous dirai en passant. Cela soit dit en passant.

PASSER signifie quelquefois Être reçu, être admis à un emploi, à un grade, etc. Il est passé sous-chef. Il a passé capitaine. Il ne passera pas à l'examen, il est trop ignorant.

Passer maître se disait jadis de l'Ouvrier qui, après avoir fait un chef-d'oeuvre, obtenait la maîtrise. Il signifie figurément Devenir le plus habile, le plus expert. À force de travail, le voilà passé maître dans sa spécialité. Cet avocat est passé maître dans l'art d'émouvoir le jury. Ironiquement, Il est passé maître en friponnerie.

PASSER signifie aussi Être reçu par l'usage, avoir cours. Cette monnaie ne passe plus. Cette chose a passé, est passée en proverbe, en usage, en coutume, en force de loi, en force de chose jugée.

PASSER signifie quelquefois, en parlant des Choses, S'introduire, se glisser. Ce mot a passé dans notre langue, est passé de l'italien dans le français. Une glose qui a passé dans le texte.

PASSER signifie également Être supportable. Ce vin n'est pas mauvais, il peut passer. Le devoir de cet élève n'est pas très bon, mais il peut passer.

Fam., Passe, Soit, je l'accorde, j'y consens. Passe pour cette fois, mais n'y revenez plus.

Passe pour cette fois, mais que cela n'arrive plus se dit Quand une personne a fait quelque chose de mal et qu'on lui pardonne pour cette fois-là.

PASSER se dit particulièrement en parlant des Transitions qui se font d'un point ou d'une matière à l'autre. Passons au second point. Je passe à la seconde objection. Passons à autre chose, à d'autres choses ou, absolument, Passons; ce dernier s'emploie surtout pour exprimer qu'on n'insiste point.

Il se dit encore des Parties de vêtements qui débordent la place où elles devraient être. Sa jupe passe sous son manteau.

PASSER se dit aussi des Choses qui changent de main, qui sont transmises de l'un à l'autre. Cette terre, cette charge passa dans telle maison par mariage. La couronne de France passa de la première race à la seconde. Sa place, son emploi doit passer à son fils. Ces titres, ces manuscrits passèrent en d'autres mains, en des mains étrangères. Passer de bouche en bouche.

À différents Jeux de cartes, La main passe signifie qu'Un joueur perd ou ne conserve pas sa donne et qu'elle passe à un autre. Je passe, Je ne joue pas à ce coup-ci.

PASSER se dit en parlant des Aliments qui se digèrent. Cette viande passe facilement. Son dîner ne passait pas.

PASSER signifie aussi S'écouler, ne pas demeurer dans un état permanent. Les jours, les années passent. Le temps passe et la mort vient. L'hiver est bientôt passé. Vous avez laissé passer le temps de planter. La saison est passée. La beauté passe comme une fleur. Cette couleur passe bien vite. Ce vin n'a plus guère de force, il est presque passé. Les plaisirs passent. Tout passe en ce monde. Son temps est passé. Ses beaux jours sont passés.

Il signifie encore Finir, cesser. Il est en colère, mais cela passera. Cette mode passera. Les paniers des femmes ont depuis longtemps passé de mode, sont passés de mode. La fantaisie m'en est passée. La faim lui a passé. Je vous en ferai passer l'envie. Cela fait passer le rhume, la migraine.

PASSER, pris absolument, signifie, en termes de Théâtre, Être joué. Sa pièce passera cet hiver.

PASSER, suivi de la préposition pour, signifie Être réputé. Il passe pour un homme de bien. Il passe pour sage, pour un homme sage. Il est avare, du moins il passe pour cela. C'est un galant homme, et qui passe pour tel. S'il n'est savant, du moins il passe pour l'être. Il passe pour bon médecin, pour grand géomètre. Il passe pour avoir fait, pour avoir dit telle chose. Si j'avais fait cette faute, pour qui passerais-je dans votre esprit, pour qui passerais-je dans le monde? Cela passe pour article de foi.

PASSER est aussi transitif et signifie Traverser. Passer la grande cour du Louvre. Passer le pont. Passer la rivière; la passer à gué; la passer à la nage; la passer en bateau. Passer les monts. Passer le détroit. Passer la mer. Passer l'eau.

Fig., Passer son chemin, Continuer son chemin sans s'arrêter.

Passez votre chemin se dit à un importun pour le renvoyer.

Passer des troupes en revue, En faire la revue On dit de même Passer en revue les actions d'une personne. On dit aussi Passer une revue, Faire une revue des troupes.

Passer un examen, Le subir. Il a passé son examen d'une manière brillante.

Fig. et fam., Passer le pas se dit de Quelqu'un qu'on a contraint à faire quelque chose. Il a été obligé de passer le pas, on lui a fait passer le pas. Dans ce sens et dans le précédent, on dit plus souvent aujourd'hui Sauter le pas, faire sauter le pas. Il signifie aussi Mourir. Le pauvre homme a été longtemps malade, mais enfin il a passé le pas.

PASSER signifie aussi Transporter d'un lieu à un autre. Voulez-vous me passer dans votre bateau? Le batelier m'a passé; il m'a passé à l'autre bord.

Il signifie également Faire passer. Passez les bras dans les manches de votre manteau. Passer un ruban, un lacet dans un oeillet. Il lui a passé son épée au travers du corps. Passer son doigt dans une bague.

Passer son habit, sa robe, etc., Mettre son habit, sa robe, etc.

Passer une pièce fausse, La donner en paiement sans que celui qui la reçoit s'aperçoive de sa fausseté.

PASSER signifie aussi Faire couler des substances liquides au travers d'un tamis, d'un linge, etc. Passer une décoction dans un linge. Passer du bouillon à travers une étamine.

Il signifie aussi Tamiser, en parlant de Certaines substances qui ne sont pas liquides. Passer de la farine au tamis, dans un tamis, au bluteau.

PASSER signifie encore Transmettre. Passez- moi ce volume. Passez cela à votre voisin.

Fam., Il m'a passé son rhume, Il me l'a communiqué.

En termes de Commerce, Passer un billet, une lettre de change à l'ordre de quelqu'un, Lui en transmettre la propriété par un endossement.

PASSER se dit aussi en parlant d'Objets vendus. Il m'a passé cette étoffe à un prix modéré.

PASSER signifie aussi Aller au-delà, excéder, dépasser. La boule a passé le but. Passer les bornes, la mesure.

Cela passe la permission, C'est une chose que l'on ne peut permettre.

Passer la rampe se dit, en termes de Théâtre, d'Effets, de répliques, de mots qui portent sur le public. Cette pièce est pleine d'esprit, mais d'un esprit subtil qui ne passe pas la rampe.

Il ne passera pas l'année, la journée, la nuit, etc., Il ne vivra pas jusqu'à la fin de l'année, de la journée, de la nuit, etc.

PASSER signifie encore Être au-dessus des forces du corps ou des facultés de l'esprit. Cela passe mes forces. Cela passe ma capacité, mon intelligence. Cela passe la portée de l'esprit humain. Cela passe l'imagination. Cela passe toute imagination.

Cela me passe, Je n'arrive pas à le comprendre, j'ai peine à l'imaginer. Qu'un tel événement ait pu se produire, cela me passe.

PASSER signifie encore Devancer. Ce lévrier passe tous les autres à la course.

Il signifie aussi Surmonter en mérite, valoir mieux, de quelque manière que ce soit. Homère et Virgile ont passé de bien loin tous les autres poètes épiques. Il passe tous ses rivaux. On dit plutôt aujourd'hui Dépasser; toutefois, on a gardé le proverbe : Contentement passe richesse.

PASSER signifie en outre Faire mouvoir, faire glisser une chose sur une autre. Passer sa main sur son visage, sur ses cheveux. Passer l'éponge sur une table pour l'essuyer. Passer la plume, un trait de plume sur quelques lignes d'un écrit, pour les rayer, pour les biffer.

Fig., Passer l'éponge sur quelque chose, L'effacer, l'oublier, ne pas en tenir compte, faire comme si cela n'avait jamais existé.

PASSER signifie encore Exposer, soumettre à l'action de. Passer du papier au feu pour le faire sécher. Passer un meuble à l'encaustique. Passer les cheveux au henné. Passer du linge à l'étuve.

Passer au bleu. Voyez BLEU.

En termes de Couturière et de Tailleur, Passer des coutures au fer, Les rabattre avec le fer, avec le carreau.

Passer un soldat par les armes, Le fusiller, par jugement d'un conseil de guerre.

Passer au fil de l'épée, Tuer en passant l'épée au travers du corps. Il ne se dit qu'en parlant de Gens massacrés dans une ville, dans une place de guerre qui vient d'être prise. La ville prise, tous les habitants furent passés au fil de l'épée.

PASSER signifie, figurément, Toucher, mentionner adroitement une chose dans le discours, sans l'approfondir, sans s'y arrêter. Il a passé cela délicatement, adroitement, légèrement.

Il signifie aussi Omettre quelque chose, ou n'en point parler. Vous avez passé deux mots dans votre copie. Passez cet endroit, ne le lisez pas. Passer un fait sous silence. Passez cela, on le sait.

PASSER signifie aussi Accorder, pardonner. Il faut que vous me passiez encore cela. On ne vous passera jamais cela. Je vous passe cette sottise. Passer une faute à quelqu'un. Il ne faut rien passer à cet enfant.

Prov. et fig., Passez-moi la rhubarbe, je vous passerai le séné, se dit en parlant de Deux personnes qui se font mutuellement des concessions, qui ont l'une pour l'autre des complaisances intéressées. Il ne se dit qu'en mauvaise part ou par plaisanterie.

Passer son envie d'une chose, Satisfaire le désir qu'on a de quelque chose. Il souhaitait passionnément d'avoir cette maison de campagne, enfin il en a passé son envie.

PASSER se dit, figurément, en parlant des Actes que l'on fait par-devant notaire. Passer un contrat, une procuration, une transaction, un compromis, etc. Vous me passerez acte. Nous en passerons acte. Cela fut fait et passé par- devant notaire.

PASSER signifie encore Enregistrer. Passer une somme en compte. Passer un article en dépense.

Il signifie spécialement Transférer d'un registre ou d'un chapitre à un autre. Passez ceci aux profits et pertes, par profits et pertes.

Fig., Passer condamnation signifiait autrefois Acquiescer à un jugement duquel on pourrait interjeter appel. Il ne s'emploie aujourd'hui que dans le sens de Considérer une chose comme non avenue, ne pas tenir rigueur à quelqu'un de quelque chose.

PASSER, en parlant du Temps, signifie Consumer, employer. Passer le temps. Passer une année, un mois, un jour, une heure. Nous avons passé ce jour bien agréablement. Il a passé l'été à la campagne. Passer la nuit en prières. Passer sa vie dans l'oisiveté, dans les plaisirs.

Passer une bonne nuit, Bien dormir. Passer une mauvaise nuit, Mal dormir, souffrir pendant la nuit.

SE PASSER signifie S'écouler. En ce sens il se dit proprement du Temps. Les années se passent, le temps se passe insensiblement. Voilà la belle saison qui se passe. L'occasion se passe. Presque toute notre vie se passe à former de vains désirs. Tout leur temps se passe en de frivoles occupations. Ses journées se passent dans l'oisiveté.

Fam., Mon mal de tête se passe, Il commence à se calmer.

Prov., Il faut que jeunesse se passe, On doit avoir de l'indulgence pour les fautes que la vivacité et l'inexpérience de la jeunesse font commettre.

SE PASSER signifie encore Arriver, avoir lieu. Ce qui s'est passé avant nous. Ce qui se passera après nous. Depuis votre départ, il s'est passé bien des choses, bien des événements. Que s'est-il passé à la séance? Comment s'est passé votre entretien? Comment s'est passé votre voyage?

Fig., Je ne saurais dire ce qui se passait en moi.

Fig. et par menace, Cela ne se passera pas ainsi, Ce qui vient d'arriver aura une suite, j'en aurai réparation, j'en tirerai vengeance. Il m'a été fait une injustice flagrante : cela ne se passera pas ainsi.

SE PASSER DE signifie Se priver, s'abstenir. Il ne peut pas se passer de vin. Si l'on n'en peut avoir, il faut s'en passer. Je me passerai bien de lui. Il se fût bien passé de dire cela, de parler d'un tel.

Le participe passé est aussi employé comme adjectif et signifie Qui a été autrefois et qui n'est plus. Le temps passé. Au temps passé. Se ressouvenir de ses fautes passées. On connaît sa vie passée.

Il signifie aussi Qui a perdu sa fraîcheur, son éclat. Une étoffe passée. Une couleur passée.

Il s'emploie quelquefois comme préposition et signifie Après. Passé cette époque, il ne sera plus temps. Passé cinq heures, la bibliothèque est fermée.

passer

Passer, neutr. acut. Est aller d'un lieu à autre, sans faire arrest, Transgredi. Liu. lib. 3. Cic. lib. 1. de diuinat. comme, Il ne fait que passer, c. Il ne sejourne et n'arreste point, et va outre, Praetergreditur. Passer aussi en fait d'ambles est des pieds de derriere outremarcher le gravis et l'assiete des pieds de devant.

Passer en Cypre, Cyprum traiicere.

Passer devant, Praegredi.

Passer par la ville, Iter facere per ciuitatem.

Passer par devant à cheval, et costoyer, Praeterequitare, Obequitando praeterire.

Passer en nageant, ou à nage une riviere, Flumen natando traiicere.

Passer la mer, Transfretare, Transmittere mare.

Quand on passe et repasse, Allées et venuës, Obuersatio.

Passé au travers, Transiectus.

Passer le barreau, Transcendere septum auditorij, Repagulum supergredi. Bud.

Passer tout outre, Praetergredi, Transgredi, Transmittere, Traiicere.

S'ils veulent passer outre, Si porro ire pergant. Bud. ex Liu.

Il commande au bourreau qu'il passe outre, Lictorem lege agere iubet. Bud. ex Liu.

Passe outre, Hoc age. B. ex Gel.

Passer outre nonobstant l'appel, est Attenter au prejudice de l'appel, Prouocationi non cedere. B.

L'executeur de l'arrest a declaré qu'il passeroit outre nonobstant appelation quelconque, Is qui lege agere coeperat ex decreto Curiae, prouocationi se non cessurum quamlibet geminatae edixit. B.

Pour reverence de l'appel differer de passer outre, Prouocationi morem gerere.

Passer outre, qu'on dit trespasser, est rendre l'ame, Vita excedere.

L'année se passe, Annus circumagitur. Liu. lib. 23.

Passer une liqueur par un linge ou estamine, à ce que le marc soit separé et demeure à part, Percolare linteo.

Passé par un sac, ou par une chausse, comme les Apothicaires passent leur hippocras, Saccatus.

¶ Outrepasser, Praetergredi.

¶ Passer de son droit, Decedere iure suo, vel de suo iure.

Passer sa cholere, Destomachari, Desaeuire, Deferuescere. B.

Il faut passer par là, et n'y a remede, Adrastia haec est, Lex est haec Adrastiae, Accipienda plaga est. B.

Il est passé par la Cour de Parlement, c. Veu et deliberé en la Cour, Patres eius rei authores facti. B.

Il est passé et enteriné en la Cour, Curia eius rei author facta est. Budaeus.

Laisser passer ou evader aucun, Retia vel plagas alicui summittere. Bud. ex Plin.

Passer quelque chose sous silence, Praetermittere, Silentio obtexere.

Passer une chose comme ne la voyant point, Conniuere in re aliqua.

Passer une chose legerement, et en parler peu, Aliquid leuiter attingere.

Passer par dessus quelque chose, Digitis extremis attingere, Summis labris delibare, Carpere, Leui brachio aliquid agere ac stringere. B.

Je suis passé par dessus ce livre, Hunc librum strictim attigi. Bud. ex Cicerone.

Je passeray legerement, Transcurram.

Les soldats ont passé, ou se sont rendus d'un camp et armée à l'autre, Milites transitionem fecerunt. Liu. lib. 22.

Passons outre, Istaec missa faciamus, ad illa transeamus.

Passer aucun en quelque art, c'est estre plus excellent en cela que luy, Praestare, Antecellere in ea arte.

Passer aucuns de beaucoup, Longe anteire.

Passer les autres de la teste, des espaules, c'est estre plus haut que le reste de la trouppe de toute la teste, ou des espaules, Alios capite aut humeris supereminere. Virg. 6. AEneid.

Il m'a passé de deux journées, Biduo me antecessit.

¶ Je m'esmerveilloy si cela se passeroit ainsi, Mirabar hoc si sic abiret. Terent. Andr.

Il ne se passera pas qu'il ne soit batu, Non feret quin vapulet.

Passer aisément quelques maux, Facile mala perpeti.

Passer le temps de sa vie, Vitam transigere, Transmittere.

Cela se passa ainsi, Ita res acta est.

Cela se passa sans injure, Ita res gesta fuit absque vlla contumelia.

Passer le temps, est s'esbattre à quelque chose, Tempus ludendo traducere, Animum relaxare. De là on dit Passetemps, m. pour esbat, esbatement, deduict.

Passer quelques mois en une caverne, Menses aliquot in specu transmittere.

Il regarde où passer l'hyver, Locum hibernis circumspectat, qui est pour mettre en garnison l'armée durant l'hyver.

Il n'y a rien qui passe le debvoir, Circumcisa et limata frugalitas. Budaeus.

J'ay passé maintes nuits sans dormir, Multas noctes peregi insomnes.

La maladie se passe, AEgritudo abscedit, Facessit.

L'esperance se passe, Extenuatur spes, Euanescit.

Il se passe, c. Il s'envieillit et flestrit de sa personne, Fit illius viriditas euanida. B. ex Plin.

Face passée, Vieta facies, Flaccida. B. Exterminata.

Le jour est passé, Dies ad crepusculum exacta est.

Les heures se passent, Horae cedunt.

Les froidures se passent, Exigunt se frigora.

Passer condemnation, Litigio cedere. B. Manus in lite aduersario dare. Cela est ainsi dit, parce que celuy qui passe condemnation, accorde que sentence soit donnée contre luy par le juge. Ainsi l'on dit passer un contract par devant Notaires, qui sont juges cartulaires, quand les parties accordent respectivement estre tenuës aux conventions portées par iceluy, comme jugement cartulaire donné entre elles de leur consentement.

Passer condemnation à pur et à plein, Cedere liti, et iis quae liti cedunt.

Il se passe à peu de chose, Contentus est paruo. Ce qui se dit par reciprocation d'action.

Je me passeray bien d'elle, Ego illa lubens ac facile carebo, Illius ope et opera opus non habebo.

Il se faut passer à ce qu'on trouve, Quod conquiri pararique potest, id sat est habendum.

Passe toy de moy, Me missum fac, Opera mea ne vtitor.

Passé, particip. m. acut. Ce qui a esté, et n'est plus, Praeteritus, Exactus. Ainsi dit on, Le temps est passé, Tempus est exactum. Il se prend aussi pour envieilly, devenu caduque et flaistry, comme, Cestuy est merveilleusement passé, o quam hic consenuit, attritus ac vietus euasit. Et une femme passée, de mesmes, Cui flos aetatis iam emarcuit. Mais on dit aussi adverbialement, Le temps passé, Au temps passé, et du temps passé, Olim, quondam.

passer


PASSER, v. act. et neut. [Pâcé: 1re lon. 2 é fer. l'â est sur-tout long devant l'e muet: il pâsse, il pâssera, etc.] Pâsser, en général, c'est aler d'un lieu à un aûtre, et traverser l'espace qui est entre deux. = Quand il a un regime, il prend, dans ses tems composés, l'auxiliaire avoir. "Alexandre a pâssé l'Euphrate: Louis XIV a pâssé le Rhin avec toute son armée, etc. "La Couronne d'Espagne a pâssé à la Maison de Bourbon — Il se met avec l'auxiliaire être, quand il est sans aucun régime. "L'armée est pâssée, et non pas a pâssé. "Cette fleur est pâssée: nos beaux jours sont pâssés. * Boileau emploie cet auxiliaire être, quoique ce verbe ait un régime, dans ces vers, où parlant à des Nobles entêtés de leurs aïeux, il leur dit: savez-vous si,
   Leur sang tout pur, ainsi que leur noblesse,
   Est passé jusqu'à vous de Lucrèce en Lucrèce.
   Je crois, dit d'Olivet, qu'à pâssé valait mieux. L'Ab. Vertot a fait la même faûte. "Thibaut étoit pâssé dans la Palestine. "D'où ces barbares pouvoient être pâssés dans la Perse. Hist. de Malte. Il faut, avoit pâssé. pouvaient avoir pâssé, etc. * Le P. Barre, (ou son Imprimeur) a fait pis encôre: il a employé l'auxil. être avec pâsser actif. "Dès qu'Arnoul fut pâssé les Alpes, Berenger se remontra. Il faut, eut pâssé. Cette faûte est si grossière, qu'on ne peut se persuader que ce ne soit pas une faûte d'impression. = Pâsser, quoique sans régime, prend l'auxil. avoir, quand il signifie, être reçu. "Ce mot a pâssé. WAILLI. "Cet avis a pâssé à la pluralité des voix.
   PâSSER a plusieurs régimes: 1°. l'acusatif; pâsser une rivière: et figurément, cela pâsse l'imagination; 2°. le datif et l'ablatif: "Cela m'a pâssé de l'esprit, lui a pâssé de la mémoire; 3°. L'ablatif et le datif: pâsser d'un endroit à l'aûtre, de la joie à la tristesse, etc. 4°. Les prép. par, à travers, dans, sur, etc. "Il a pâssé par Lyon, à travers la ville, dans la rûe, sur le pont, etc. 5°. La prép. à devant l' infinitif. "Il pâsse tout son tems à se divertir; 6°. La prép. en: Cela a pâssé en coutume. = Dans ce dernier sens il est neutre: BOSSUET le fait actif. "Il est convaincu par ce seul écrit d'avoir passé la rébellion en dogme: "Leurs rébellions sont passées en dogmes. — On dirait aujourd'hui, dans le 1er exemple: d'avoir érigé la rébellion en dogme; et dans le 2d, leurs rébellions ont passé en dogmes = 7°. Pâsser pour régit le nominatif: Il p sse pour le fils d'un tel: mais il n'a pas d'autre régime. D'Ablancourt et Vaugelas lui donent le datif pour régime de la persone. "La Patrie même me pâssera pour un fantôme. D' Abl. "Que lui eût su prédire Aristandre, quoiqu'il lui pass t pour un oracle. Vaugelas, Quinte-Curce. N'en déplaise à l'Auteur des Réflexions, dit La Touche, je ne crois pas que cette expression soit aussi noble qu'il dit: elle sent un peu le gasconisme. On dirait aujourd'hui, pâssera, quoiqu'il passât dans mon ou dans son esprit pour, etc. * Corneille et Bossuet le font suivre de l'acusatif et lui donent la signification active.
   J'ai peine à le pâsser pour calomniateur.
"Il faudra donc que nous pâssions pour honnêtes les infamies dont sont pleines les Comédies de Molière. = Cela n'est pas de l'usage actuel. Nous dirions: J'ai peine à le regarder comme calomniateur: il faudra donc que nous consentions à regarder comme honêtes, etc. ou bien que, dans notre opinion, ces infamies pâssent pour honêtes. = 8°. P sser, au figuré, régit, comme au propre, l'ablatif et le datif des noms, et cet ablatif se met quelquefois à la tête de la phrâse: "Du mépris que mille horreurs inspirèreent pour sa persone, on pâssa au mépris de sa dignité. Rayn. = Il régit d'autrefois de et en.
   Et d'apâs en apâs conduisant la victime,
   Il la fait à la fin pâsser de crime en crime.
       Créb.
= 9°. Dans le Dict. Hist. art. le grand Condé, on voit, pâsser régissant l'infinitif sans prép. "Il pâssa à cent lieues de là, se mettre à la tête d'une armée. Afin de rendre le style plus rapide, on a retranché pour: mais il ne faut pas que la rapidité du st. nuise à l'exactitude et à la régularité. L'usage n'acorde pas ce régime à pâsser. = 10°. Pâsser, pardoner régit le datif. "C'est un enfant; il faut lui pâsser quelque chôse. Marm. "Conoissez l'aimable Nation qui vous adopte: elle vous pâssera des vices, jamais des ridicules. L'Ab. Coyer, à une Dame Anglaise, mariée en France. "On pourroit laisser au monde cette foible consolation; et puisqu'il renonce aux vertus des Saints, lui pâsser du moins celles des hommes. Massill. Dans cette dernière phrâse, lui pâsser signifie, lui pardoner de se glorifier de, etc. = 11°. Pâsser sur, au figuré, franchir, surmonter. "Il pâssa sur toutes ces considérations. = 12°. En passer par, être obligé de céder, de consentir. "Il a été obligé d'en pâsser par là. "Les Protestans ayant promis d'en pâsser par tout ce qu'il plairoit aux Ambassadeurs de France. D'Avr. = * Bossuet dit, dans le même sens, y pâsser. "Quand le Synode eut fait la décision, il fallut y pâsser. On dit: en pâsser par là; mais cette locution n'est que du st. fam. "Quand je ne le voudrois pas, il faudroit bien en pâsser par là, de la manière dont vous vous y prenez. Sév. = 13°. Pâsser quelqu'un à, voiturer, transporter, est actif. "Je me garderai bien de vous pâsser à Buenos-Ayrès. Volt. = Pâsser chez, aler chez, est neutre: "Le Marquis et moi avons pâssé deux fois chez vous. Marm. = 14°. * Le Traducteur d'un discours espagnol se sert de pâsser, au lieu de faire pâsser. "Charles II, (Roi d'Espagne) desiroit laisser les vingt-deux Courones de la Monarchie dans sa maison, et se voyoit forcé, en même tems, par la nécessité et la justice, de les pâsser (faire pâsser) à une Branche Française, son énemie. Éloge de Philipe V. = 15°. Pâsser, au propre, est actif en divers sens. — Faire couler des chôses liquides au travers d'un tamis, d'un linge, d'une passoire. "Pâsser un bouillon, une décoction, etc. Pâsser de la farine. — Préparer, aprêter. "Pâsser un cuir, une peau, une étofe en couleurs. — Faire, en parlant des actes. "Pâsser un contrat, une procuration, une transaction. — Pâsser son habit, le mettre. = Au figuré, omettre, ne point parler de... Pâssez cet endroit, ne le lisez pas. Pâssez cela, on le sait. Pâsser sous silence. = Aprouver, alouer. Pâsser un article; pâsser dans un compte, en compte, à compte. "Je ne puis vous pâsser cet article. — Pâsser par l'étamine, examiner, ou être examiné sévèrement. Pâsser une chôse au gros sâs; ne l'examiner que superficiellement. Pâsser condamnation, avouer qu'on a tort. — Pâsser en proverbe, devenir proverbe. Pâsser de mode, n'être plus à la mode. = 16°. Pâsser, mourir, s'il est français, de quoi je doute, est tout au plus de la conversation. "On crut, dit le P. Charlevoix, que le malade alloit pâsser. = 17°. Pâsser et se pâsser se ressemblent fort, et il y a plusieurs endroits où l'on peut mettre indiféremment l'un ou l'aûtre. "Le temps pâsse ou se pâsse; la beauté pâsse, se pâsse, etc. Néanmoins l'un est quelquefois plus propre et plus élégant que l' aûtre. Par exemple, s'il s'agit de la beauté en général, on dira, la beauté pâsse; mais s'il s'agit d'une persone en particulier, on dirait plus proprement et plus élégamment: sa beauté se pâsse. On dit mieux: des couleurs qui se pâssent, que, des couleurs qui pâssent; une mode qui pâsse, que, une mode qui se pâsse; des maux qui pâssent, que des maux qui se pâssent, etc. Pour le tems, si l'on veut seulement exprimer la rapidité avec laquelle il s'échape, sans marquer à quoi nous l'employons, on dit: le tems pâsse, les jours pâssent, les années pâssent. Mais quand on parle du tems, avec raport à l'usage qu'on en fait, on dit: se pâsse. "Une partie de la vie se pâsse à desirer l'avenir, et l'aûtre à regretter le passé. "La vie de la plupart des gens se pâsse dans des visites inutiles ou criminelles. Bouh. = 18°. Se pâsser, s'abstenir, régit de (l'ablat.) il ne peut se pâsser de friandises, de boire des liqueurs. "Il ne peut s'en pâsser. = 19°. Se pâsser de, et se pâsser à, ont des sens diférens: le 1er signifie se priver ou être privé, s'abstenir ou de gré, ou de force; le 2d veut dire, se contenter. "Je me pâsserai de cet habit, cette année: "Je me pâsserai à un seul habit. Th. Corn. = C'est dans ce dernier sens que Fontenelle a dit: Je me pâsserai à (je me contenterai d') un peu moins d'éclat. = Selon le Dict. de l'Acad. on dit également: se pâsser de, et se pâsser à, pour dire, se contenter de. "Il se pâsse de peu: il se pâsse à peu: ils se pâssent d' un petit ordinaire. "Il ne se pâssera pas à un si petit ordinaire. — Pour moi, je suis de l'avis de La Touche; j'aimerais beaucoup mieux, se pâsser de.
   En pâssant. Voy. PASSANT.
   PâSSÉ. Voyez-le avant PâSSÉE, et aprês PâSSE.

Synonymes et Contraires

passer

verbe intransitif passer
2.  Aller quelque part.
3.  Traverser une matière.
4.  Être écoulé, en parlant du temps.
7.  Cesser d'exister.

passer

verbe transitif passer
3.  Mettre une chose à tel endroit.
4.  Mettre un vêtement.
5.  Omettre quelque chose.
6.  Filtrer à travers une passoire.
7.  Enduire d'une matière.
8.  Tendre quelque chose à.

passer (se)

Traductions

passer

(pɑse)
verbe intransitif
1. aller d'un lieu à un autre, se déplacer passer dans la rue Je suis passé devant chez toi. laisser passer qqn passer d'une pièce à une autre
2. traverser passer par Paris
3. disparaître, s'effacer La douleur est passée.
4. s'écouler Le temps passe vite.
5. être présenté, projeté Ce film passe au cinéma. passer à la radio
6. être admis passer en seconde
7. être considéré comme passer pour mort

passer

passieren, verbringen, vergehen, angeben, entern, erteilen, geben, herreichen, übergeben, übertreten, vorübergehen, vorüberkommen, zubringen, auslassen, en passant, entbehren, ereignen, geschehen, Passant, sieben, übersetzen, verstreichen, verzichten, aufwenden, ausreichen, vorbeigehenpass, spend, pass by, go, cross, give, go beyond, overtake, transfer, fill in, call for, hand, fade, strain, go around, go by, go past, go roundpasseren, doorbrengen, overdrijven, voorbijgaan, overgaan, oversteken, verlopen, doorgeven, aangeven, aanreiken, geven, langsgaan, omkomen, opbrengen, overlopen, overtrekken, tebovengaan, toebrengen, toekennen, verdrijven, vergaan, verlenen, verstrijken, voorbijlopen, voorbijstreven, (voorbij)gaan, aanschieten, aantrekken, boeken, doen verdwijnen, doorgaan (voor), gaan (van...naar), gebruikt worden, halen door/langs/over, opmaken, overhandigen, overschrijden, overslaan, radio], uitgezonden worden [film, verbleken, vergeven, vertonen [film], weglaten, zeven, begaan, gaan, slijten, vegen, doorgaan, passen, omgaan, besteden, ergens langsgaan, op bezoek gaanחלף (פ'), סינן (פיעל), עבר (פ'), עָבַר, סִנֵּן, חָלַףpasar, andar por, dedicar, pasar a, pasar por, pasar por delanteзабегать, передавать, посетить, потратить, проходить, проходить мимоpassare, trascorrere, colare, dare, ingranare, ronzare, sbiadire, sporgere, trapassare, varcare, oltrepassare, visitareيَتَجَاوَزُ, يَجْتَازُ, يَزوزُ, يَقْضِي, يَـمُرُّ, يـَمْضِيminout, plynout, podat, stavit se, vynaložitbesøge, bruge, gå, gå forbi, passereδαπανώ, διαβιβάζω, επισκέπτομαι, περνώkäyttää, kiertää, kulua, mennä ohi, ohittaabiti prihvaćen, dodati, posjetiti, proći pored, prolaziti, trošiti・・・を過ぎる, 皆に行き渡る, 費やす, 通過する, 過ぎる건네주다, 들르다, 들이다, 지나가다, 통과하다bruke, dra forbi, dra rundt, passereminąć, obejść, przejść, spędzaćdecorrer, despender, passar, passar por alguém, visitarförflyta, gå förbi, gå runt, lägga ner, passeraเดินผ่าน, เดินผ่านไป, ใช้เวลา, ไปเยี่ยม, ผ่านไป, ส่งผ่านgeçilmek, geçmek, harcamak, idare etmek, yanından geçmekđi qua, đưa cho, sử dụng, trôi đi, viếng thăm依照, 到处走动, 消耗, 路过, 通过
verbe transitif
1. utiliser, employer passer du temps à faire qqch passer une mauvaise journée passer ses vacances à la campagne
2. mettre sur soi passer une robe
3. donner passer qqch à qqn
4. subir passer un examen
5. aller au-delà, traverser passer le pont passer la frontière

passer

[pɑse]
vi
(= aller) → to go, to pass, to pass by, to go by
passer au salon → to go through to the sitting room
passer par → to go through
Ils sont passés par Paris → They went through Paris.
passez devant! → go in front!
passez par ici! → go this way!
passer à table → to sit down to eat
(= faire une halte rapide) [facteur] → to come, to call; (pour rendre visite) → to call in, to drop in
Je passerai chez vous ce soir → I'll call in this evening., I'll drop in this evening.
passer prendre qn → to come and collect sb
en passant → in passing
Je lui ai dit en passant que j'allais me marier → I told him in passing that I was getting married.
(CARTES) → to pass
passe encore de le penser, mais de le dire! → it's one thing to think it, but to say it!
passons! → let's say no more about it!
passer sur qch [+ faute, détail inutile] → to pass over sth
(= s'écouler) [temps, jours] → to go by, to pass
(= disparaître) [douleur] → to pass, to go away; [mode] → to die out; [couleur, papier] → to fade
faire passer à qn le goût de qch [+ homme] → to cure sb of his taste for sth; [+ femme] → to cure sb of her taste for sth
(= franchir un obstacle, traverser) [personne] → to get through; [courant, air, lumière] → to get through; [liquide, café] → to go through
faire passer [+ message] → to get over, to get across
laisser passer [+ air, lumière, personne] → to let through; [+ occasion] → to miss; [+ erreur] → to overlook
Il m'a laissé passer → He let me through.
(= être digéré, avalé) → to go down
(ÉDUCATION) [personne] → to move up (to the next class)
(= être diffusé) [film, émission] → to be on
passer à la télévision → to be on TV
"Titanic" passe à la télé ce soir → "Titanic" is on TV tonight.
Mon père passe à la radio demain soir → My father's on the radio tomorrow night.
(autres locutions) passer à [+ ennemi, opposition] → to go over to
passer aux aveux → to confess, to make a confession
passer avant qch/qn (fig) → to come before sth/sb
passer dans les mœurs → to become the custom
passer dans l'usage → to become normal usage
passer en seconde (AUTOMOBILES) → to change into second
passer pour
Il passe pour riche → He is thought to be rich.
il passait pour avoir → he was said to have
faire passer qn/qch pour → to make sb/sth out to be
vt
(= franchir) [+ frontière, rivière] → to cross; [+ douane] → to go through
Nous avons passé la frontière belge → We crossed the Belgian border.
faire passer qch dans qch → to get sth into sth
faire passer qch par qch → to get sth through sth
(= transmettre, donner) passer qch à qn → to pass sth to sb, to give sb sth
Passe-moi le sel, s'il te plaît → Pass me the salt, please.
je vous passe M. Cousin (au téléphone) → I'm putting you through to Mr Cousin
passer qch en fraude (= faire entrer) → to smuggle sth in (= faire sortir) → to smuggle sth out
passer la parole à qn → to hand over to sb
[+ temps, journée] → to spend
Elle a passé la journée à ne rien faire → She spent the day doing nothing.
Ils passent toujours leurs vacances au Danemark → They always spend their holidays in Denmark.
(= subir) [+ examen] → to sit, to take; [+ visite médicale] → to have
Gordon a passé ses examens la semaine dernière → Gordon took his exams last week.
(= mettre) [+ vêtement] → to slip on
passer la main par la portière → to stick one's hand out of the door
passer la seconde (AUTOMOBILES) → to change into second
(= faire passer) [+ thé, soupe] → to strain
passer qch dans qch → to put sth into sth
passer qch par qch → to put sth through sth
passer l'aspirateur → to hoover
(= jouer) [+ film] → to show; [+ disque, CD] → to play, to put on
On passe "Le Kid" au cinéma cette semaine → They're showing "The Kid" at the cinema this week.
(= conclure) [+ marché] → to agree on; [+ accord] → to reach
(= tolérer) passer qch à qn → to let sb get away with sth
et j'en passe! → and that's not all!
(= devenir)
passer président → to become president [pɑse]
vpr/réfl
se passer les mains sous l'eau → to rinse one's hands under the tap
se passer de l'eau sur le visage → to splash some water on one's face
vpr/pass
(= avoir lieu) [scène, action] → to take place
Cette histoire se passe au Moyen Âge → This story takes place in the Middle Ages.
comment se sont passés tes examens? → how did your exams go?
(= arriver) → to happen
que s'est-il passé? → what happened?
Que s'est-il passé? Un accident? → What happened? Was there an accident?
qu'est-ce qui se passe? pourquoi est-ce qu'elle pleure? → what's the matter? why is she crying?
vpr/vi
se passer de → to go without, to do without
Je me passerai de café ce matin → I'll do without coffee this morning.