passant, ante

PASSANT, ANTE

(pâ-san, san-t') adj.
Qui passe. Terme de blason. Animaux passants, animaux qui sont représentés marchant sur leurs quatre pieds.
Les armes de Laval sont de gueules à un léopard passant d'or [SAINT-SIMON, 463, 22]
Où il passe beaucoup de monde (par la métonymie de l'effet pour la cause, comme on dit une couleur voyante).
Vous, dans le rang que vous tenez, dans la plus brillante et la plus passante province de France [la Provence].... [SÉV., 14 déc. 1689]
Commerci étant le lieu du monde le plus passant, il [le cardinal de Retz] est venu demeurer à Saint-Denis [bourgade voisine] [ID., 27 juin 1678]
Il fit bien valoir la beauté de la Provence, et comme tout y est vif et passant et brillant à cause de ces vaisseaux et de ces galères, de ceux qui vont et viennent d'Italie [ID., 18 août 1680]
Chemin passant, chemin public où tout le monde a le droit de passer.
S. m. et f. Passant, passante, celui, celle qui passe par une rue, par un chemin.
Un passant inconnu touché de cette enfance Sur le mont Cythéron reçut de lui mon fils [CORN., Œd. IV, 2]
Un homme qui se met à la fenêtre pour voir les passants, si je passe par là, puis-je dire qu'il s'est mis là pour me voir ? [PASC., Pens. V, 17]
Nous étions, l'année passée, assassinés de chenilles à Livry ; celle-ci, ce sont des voleurs qui assassinent les passants dans la forêt [SÉV., 439]
Ce ne sont pas flatteurs que les passants, Et moins encore les passantes [FONTEN., Poés. Œuv. t. VIII, p. 384, dans POUGENS]
Dans son chemin, dès que Robert trouvait Ou femme ou fille, il priait la passante De lui conter ce que plus elle aimait [VOLT., Ce qui plaît, etc.]
Qui vous nourrit ? - Les dons du passant que j'implore [C. DELAV., Paria, III, 2]
Arrête, passant (mots qui se mettent souvent dans une épitaphe). Jeter de l'eau bénite des passants, jeter des pierres ; locution provenue d'une ancienne coutume par laquelle les passants jetaient une pierre sur une fosse qu'ils rencontraient.
S. m. Passant de baudrier, partie du baudrier dans laquelle s'introduit le fourreau d'une arme blanche. On dit aussi pendant. Nom, dans le harnachement, d'une petite pièce de cuir, en forme d'anneau, placée transversalement autour d'une courroie, et dans laquelle on engage l'extrémité d'une autre courroie. Suivant qu'ils sont ou non cousus à la courroie qu'ils entourent, les passants sont dits passants fixes ou passants coulants
S. m. Passant, scie de bûcheron sans monture.
Se dit de petits morceaux de cuir cousus le long d'une bottine par un de leurs bouts.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Se toute la cité mettoient leur estude à recevoir honorablement aucuns estranges messages ou passans [ORESME, Eth. 116]
  • XVe s.
    Il fut ordonné de y faire ung pont bien passant et assez large.... [COMM., IV, 9]
  • XVIe s.
    Il feit secrettement faire plusieurs vaisseaux, au bourg de Thymetades, arriere des grans chemins passans [AMYOT, Thésée, 23]
    Quand elles veirent qu'il n'y avoit point de gardes à l'entour d'elles, ny aucuns passans [ID., Publ. 3b.]