pasteur

pasteur

n.m. [ lat. pastor, de pascere, paître ]
1. Ministre du culte protestant : Sa mère est pasteur.
2. Litt. Berger.
Le Bon Pasteur,
Jésus-Christ.

pasteur

(pastœʀ)
nom masculin
1. berger le pasteur et son troupeau
2. religion personne qui dirige le culte protestant pasteur qui marie un couple

PASTEUR

(pa-steur) s. m.
Celui qui possède ou qui garde les troupeaux.
Tel que le vieux pasteur des troupeaux de Neptune, Protée, à qui le ciel, père de la fortune, Ne cache aucuns secrets [J. B. ROUSS., Ode au comte du Luc.]
Au-dessous de la contrée des Samoïèdes est celle des Ostiates, le long du fleuve Oby ; ils ne tiennent en rien des Samoïèdes, sinon qu'ils sont, comme eux et comme les premiers hommes, chasseurs, pasteurs et pêcheurs [VOLT., Russie, I, 1]
Le pasteur de Mantoue, Virgile.
Quelques imitateurs, sot bétail, je l'avoue, Suivent en vrais moutons le pasteur de Mantoue [LA FONT., Poésies mêlées, LXX]
Les Pasteurs, nom qu'on donne à un peuple qui envahit l'Égypte vers 2209 ans avant l'ère chrétienne. Adj.
Les peuples pasteurs ont une subsistance bien plus assurée que les peuples chasseurs [MONTESQ., Rom. 17]
Les Scythes étaient des peuples pasteurs, qui, sans demeure fixe, erraient dans de vastes pays incultes [CONDILLAC, Hist. anc. I, 18]
Fig. Celui qui exerce une grande autorité sur une réunion d'hommes.
Ô vous, pasteurs des peuples, qui êtes sans doute assemblés ici pour défendre la patrie contre ses ennemis, ou pour faire fleurir les plus justes lois, écoutez un homme que la fortune a persécuté [FÉN., Tél. XX]
Sceptres sur lesquels Évandre et Nestor, pasteurs des peuples, s'appuyaient en jugeant les peuples [CHATEAUBR., Génie, I, I, 78]
Homme qui a reçu de Dieu mission et caractère pour enseigner les fidèles, et leur administrer les moyens de salut que Dieu a établis (BERGIER).
La régularité de Mme la Dauphine dans les observances de l'Église, dont elle ne se dispensa jamais qu'après avoir examiné ses besoins et rendu à ses pasteurs les déférences nécessaires [FLÉCH., Dauphine.]
Que de tableaux à tracer, depuis le pasteur du hameau, jusqu'au pontife qui ceint la triple couronne pastorale ! [CHATEAUBR., Génie, II, II, 9]
On dit aussi : pasteur des âmes.
Ne pensons pas qu'il n'y ait que les évêques et les supérieurs ecclésiastiques qui entrent avec Jésus-Christ en communication de cette qualité de pasteurs des âmes [BOURDAL., 2e dim. après Pâques, Dominic. t. II, p. 4]
Le bon pasteur, le pasteur qui, dans l'Évangile, retrouve et rapporte la brebis perdue.
Je suis le bon pasteur ; le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis [SACI, Bible, Év. St Jean, X, 11]
Quand on voit dans l'Évangile la brebis perdue préférée par le bon pasteur à tout le reste du troupeau [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Titre chez les protestants de celui qui a charge d'âmes.
Genre de poissons des mers d'Amérique.

SYNONYME

  • PASTEUR, MINISTRE. Ces termes de l'Église protestante ne sont pas synonymes. Le pasteur a charge d'âmes, il a un troupeau qu'il visite, tandis que le ministre n'en a pas. Pour être ministre, il suffit d'avoir fait ses études théologiques, subi des examens satisfaisants et reçu la consécration. Pour être pasteur, il faut de plus avoir été nommé à la direction spirituelle d'une paroisse, PAUTEX.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Maistre e pere e pastur sunt li proveire [prêtres] en lei à trestuz cels qui vivent en cristiene fei [, Th. le mart. 73]
  • XIIIe s.
    À mal pastor chie lox [le loup] laine [, Proverbes du vilain, ms. de St-Germ. f° 75, dans LACURNE]
    La sainte Escripture Qui commande au pastour honeste Cognoistre la vois de sa beste [, la Rose, 11395]
  • XIVe s.
    Aussi comme le pasteur a cure de ses ouailles et les aime [ORESME, Eth. 248]
  • XVIe s.
    Car des brebis que pastour abandonne, Souvent le loup en devore à l'escart [J. MAROT, V, 75]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, pâtour ; norm. pastou ; provenç pastor ; ital. pastore ; du latin pastorem, de pastum, supin de pascere, paître. Pâtre vient du nominatif pástor, avec l'accent sur la pénultième.

pasteur

PASTEUR. n. m. Celui qui élève ou qui garde des troupeaux. Dans cette acception, il ne se dit guère qu'en parlant des Peuples anciens et dans le style poétique. La plupart des anciens patriarches étaient pasteurs. Quand Romulus voulut fonder Rome, il assembla les pasteurs de la contrée. Adjectivement, Les rois pasteurs. Les peuples pasteurs.

PASTEUR se dit au figuré de Celui qui exerce une autorité paternelle sur un peuple, sur une réunion d'hommes. Homère appelle les rois les pasteurs des peuples. On l'applique surtout à JÉSUS-CHRIST, et aussi aux évêques, aux curés. JÉSUS-CHRIST est le souverain pasteur des âmes. Notre-Seigneur est le bon pasteur qui ramène la brebis égarée. Un pasteur doit avoir soin de ses ouailles. En termes d'Écriture sainte, Les brebis connaissent la voix du pasteur.

PASTEUR est aussi le Titre des ministres protestants. Il étudie pour être pasteur.

pasteur

Pasteur, ou Pastre, ou Pastoureau, Pastor, Custos ouium, Opilio.

Ils aiment tousjours les pasteurs, Retinent charitatem in pastores.

pasteur


PASTEUR, s. m. PASTORAL, ALE, adj. PASTORALEMENT, adv. PASTOUREAU, ELLE, s. m. et f. [Pas-teur, toral, rale, rale-man; pas-tou-ro, rèle: 4e e muet au 3e et 4e.] Pasteur, berger; celui, qui garde les troupeaux. Il ne se dit au propre que des gardeurs de moutons, et dans les Histoires anciènes. = Aujourd'hui, on ne le dit qu'au figuré. "Les Évêques et les Curés sont les vrais pasteurs, et les fidèles sont leurs ouailles. = Ce mot se dit encore au propre en vers et dans la prôse poétique.
   Pan a soin des brebis, Pan a soin des pasteurs.
       Ségrais.
= M. l'Ab. Du Bos le joint à Bergers. "Les Bergers, et les Pasteurs d'alors étoient libres de ces soins. On ne sait pourquoi il distingue pasteurs de bergers: l'un de ces deux mots sufisait, et c'est berger, qui devoit avoir la préférence. = M. Marmontel dit aussi pasteur au propre: "Trois collines en amphithéâtre, où sont répandûes de loin en loin quelques cabanes de Pasteurs: "L'habitude vous fait des besoins, que n'éprouvent pas les Pasteurs. = Ce mot ne fait point mal dans ces deux phrâses, qui ont un air de poésie antique. = Fénélon l'emploie au figuré en parlant des mauvais Rois: vous êtes donc les loups cruels, et non pas les Pasteurs; ou, vous n'êtes pasteurs que pour tondre et égorger le troupeau. Télém.
   PASTORAL, apartenant au Pasteur. Au propre, chant, habit pastoral, vie pastorale. Au figuré, bâton pastoral, la crosse des Évêques, des Abbés et Abbesses; le soin pastoral des âmes. Sollicitude pastorale: instruction pastorale. = S. f. Pièce de Théâtre, dont les personages sont des Bergers et des Bergères. "Les pastorales ne sont plus à la mode.
   PASTORALEMENT, en bon Pasteur. Il n'a d'usage qu'au figuré. ACAD. "Prêcher pastoralement. Reprendre, corriger pastoralement.
   PASTOUREAU, PASTOURELLE, petit berger, petite bergère. = On n'emploie ces mots que dans des chansonettes.

Traductions

pasteur

dominee, herder, predikant

pasteur

paŝtisto, pastoro

pasteur

pastor

pasteur

präst, kyrkoherde, pastor, prost

pasteur

mchungaji

pasteur

pastor

pasteur

præst

pasteur

pappi

pasteur

svećenik

pasteur

聖職者

pasteur

목사

pasteur

prest

pasteur

duchowny

pasteur

พระผู้สอนศาสนา

pasteur

vaiz

pasteur

mục sư

pasteur

牧师

pasteur

[pastœʀ] nm (protestant)minister