patène

(Mot repris de patènes)
Recherches associées à patènes: corporal, purificatoire

patène

n.f. [ du lat. patena, plat ]
Petit plat rond destiné à recevoir l'hostie pendant la messe.

PATÈNE

(pa-tè-n') s. f.
Chez les catholiques, vase sacré en forme de petite assiette qui sert à couvrir le calice et à recevoir l'hostie. La patène donnée, comme la paix (voy. ce mot), à baiser pendant l'offertoire ne peut être touchée que par un prêtre, un diacre ou un sous-diacre, à cause de la consécration qu'elle a reçue.
Le comte de Luna, ambassadeur de Philippe II, roi d'Espagne, veut être encensé à la messe et baiser la patène avant Ferrier, ambassadeur de France ; ne pouvant obtenir cette distinction, il se réduit à souffrir qu'on emploie en même temps deux patènes et deux encensoirs ; Ferrier fut inflexible [VOLT., Mœurs, 172]
Le plat dans lequel on offrait le pain, alors que l'on communiait sous les deux espèces [DE LABORDE, Émaux, p. 432]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Un calice d'argent doré, tout plain, où il a en la patene un Dieu qui monstre ses playes, esmaillié [DE LABORDE, Émaux, p. 432]
  • XVIe s.
    En leur promotion ils prennent un calice avec la patine et l'hostie [CALV., Instit. 1183]

ÉTYMOLOGIE

  • Béarn, padena (Fors et cout. de Béarn, Pau, 1715) ; du lat. patena ou patina, plat, de patere, être ouvert (voy. PATENT).

patène

PATÈNE. n. f. T. de Liturgie catholique. Vase sacré, de forme plate, qui couvre le calice et reçoit l'hostie. Patène d'or, d'argent.

patène


PATèNE, s. f. [2e è moy. 3e e muet.] Vâse sacré, fait en forme de petite assiète, qui sert à couvrir le calice, et sur lequel repôse l'hostie.

Traductions

patène

patina