patricien, ienne


Recherches associées à patricien, ienne: patriciat, plébéien, Senat

PATRICIEN, IENNE

(pa-tri-si-in, si-è-n') adj.
Il se dit de l'ordre qui, chez les Romains, tenait le premier rang et était seul, surtout dans les premiers temps, admissible à certaines grandes magistratures.
Après l'expulsion des rois, le gouvernement était devenu aristocratique ; les familles patriciennes obtenaient seules toutes les magistratures, toutes les dignités et par conséquent tous les honneurs militaires et civils [MONTESQ., Rom. 8]
Se dit des nobles ou privilégiés, dans quelque pays que ce soit.
Substantivement. Celui qui appartenait au premier ordre parmi les Romains. Romulus partagea le peuple en patriciens, chevaliers et plébéiens.
C'était parmi les patriciens qu'on prenait toujours les sénateurs ; aux patriciens appartenaient les emplois, les commandements, les dignités, même celles du sacerdoce [BOSSUET, Hist. III, 6]
Les patriciens voulant empêcher le retour des rois [MONTESQ., Rom. 8]
S'est dit des nobles de quelques républiques d'Italie.
J'allai chez M. Leblond le prier de parler au patricien à qui appartenait le théâtre de Saint-Luc [J. J. ROUSS., Conf. VII]
Se dit des nobles et privilégiés, de quelque pays que ce soit.
Partout il se forma de ces patriciens orgueilleux qui trouvaient étrange que la nature eût daigné accorder à des plébéiens des poumons pour respirer, une bouche pour parler et des yeux pour voir [CONDILLAC, Études hist. I, 3]
Adj. fig. Distingué, digne de patriciens. Des manières patriciennes.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Romulus eslut aucuns des plus suffisans, les quelx il tint en office, et apela peres ; et toutz ceulx qui d'eux descendirent furent apelez patriciens [BERCHEURE, f. 3]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. PATRICE.