patrociner

(Mot repris de patrocinée)

PATROCINER

(pa-tro-si-né) v. n.
Terme vieilli. Parler longuement et d'une façon importune pour persuader.
Prêchez, patrocinez jusqu'à la Pentecôte ; Vous serez ébahi, quand vous serez au bout, Que vous ne m'aurez rien persuadé du tout [MOL., Éc. des f. I, 1]
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Comme Guillaume Ferrecoq reparast [vînt] à la court espirituel de l'evesque de Meaulz, et y patrocinast, et feist fait de procureur.... [DU CANGE, patrocinari.]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. et esp. patrocinar, ital. patrocinare ; du lat. patrocinari, de patronus, avocat (voy. PATRON 1).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • PATROCINER. - HIST. Ajoutez :
  • XVIe s.
    Preschez et patrocinez d'icy à la Pentecoste, enfin vous serez esbahy comment rien ne me aurez persuadé [RAB., III, 5]
    Il convient d'autant mieux de rapporter ce passage de Rabelais, que Molière le copie (voy. au Dictionnaire), en en avertissant d'ailleurs.

patrociner

PATROCINER. v. intr. Parler longuement, et jusqu'à l'importunité, pour persuader. Prêchez et patrocinez tant qu'il vous plaira. Il est vieux.

patrociner


*PATROCINER, v. n. Vieux mot. Parler longuement et jusqu'à l'importunité, pour tâcher de persuader. Il n'est plus bon que pour le burlesque et le marotique.
   Préchez, patrocinez jusqu' à la Pentecôte,
   Vous serez étoné, quand vous serez au bout,
   Que vous ne m'aurez rien persuadé du tout.
       Molière.