patron

1. patron, onne

n. [ du lat. patronus, avocat, de pater, patris, père ]
1. Chef d'une entreprise ; employeur, par rapport à ses employés : Le patron de cette usine est très dynamique
directeur : Le vendeur demande une semaine de congés à sa patronne.
2. Professeur de médecine ; personne qui dirige un service hospitalier.
3. Professeur, maître qui dirige un travail de recherche : Son patron de thèse lui a suggéré de modifier son plan.
4. Commandant d'un bateau de pêche.
5. Saint, sainte dont on porte le nom ou qui sont désignés comme protecteurs d'une ville, d'une corporation : Sainte Cécile est la patronne des musiciens.

2. patron

n.m. [ de 1. patron ]
Modèle en tissu, en papier fort, etc., d'après lequel on taille un vêtement.
Tailles demi-patron, patron, grand patron,
dans l'industrie vestimentaire, chacune des trois tailles masculines, désignées aussi par les chiffres 3, 4 et 5.

PATRON2

(pa-tron) s. m.
Modèle sur lequel travaillent certains artisans, comme les brodeurs, les tapissiers et autres.
Malheureusement Mlle Catherine Vadé, qui en a trouvé le manuscrit, ne sachant pas ce que c'était, en a fait des patrons de manchettes, et ne nous a donné que le discours aux Velches [VOLT., Facéties, Suppl. au disc. aux Velches.]
Dentelle d'un beau patron, dentelle faite sur un beau patron.
Morceau de papier découpé de manière à figurer certaines parties des vêtements d'homme ou de femme, et sur lequel on taille l'étoffe. Le patron d'une chemise, d'un bonnet, d'une veste. Tailler un patron.
Terme de luthier. Il se dit de certaines pièces de bois qui ont la forme des différentes parties d'un instrument tel que violon, basse, etc. et d'après lesquelles on taille le bois dont ces instruments doivent être faits. Violon d'un grand patron, d'un petit patron. Les stradivarius sont d'un grand patron, les amatis sont en général d'un petit patron.
Papier ou carton découpé qu'on applique sur une surface quelconque pour peindre les parties que ces découpures laissent à découvert. Les cartes à jouer s'impriment avec des patrons. Sorte de peinture faite avec des patrons découpés.
Dans les manufactures d'or, d'argent et de soies figurées, dessin fait par le peintre et rehaussé de couleurs, qui sert à monter le métier, et à représenter sur l'ouvrage les différentes figures de fleurs, d'animaux et de grotesques, dont le fabricant veut l'embellir.
Patron ou table à patron, table de bois blanchie sur laquelle les vitriers tracent les figures d'après lesquelles ils veulent couper leurs pièces.
Modèle en bois dont on se sert pour former le creuset et les étalages d'un fourneau.
Fig. Modèle.
Chaque mère à sa bru l'alléguait pour patron [LA FONT., Matrone.]
Fais toutes choses selon le patron qui t'a été montré [PASC., Figuratifs, 13, édit. FAUGÈRE.]
N'allez pas prendre patron sur mes lettres.... je vous en ai écrit depuis peu d'infinies [SÉV., 12 avr. 1671]
Notre esprit si faible et si court ne peut se former par lui-même cette image de l'infini qui n'aurait aucun patron [FÉN., Exist. 53]
Le curé de Veretz est un homme sensé.... ami de la jeunesse, trop raisonnable pour la réformer sur le patron des âges passés [P. L. COUR., Pétition pour les villageois qu'on empêche de danser]
Cet homme s'est formé sur un bon, sur un mauvais patron, il s'est formé sur un bon, sur un mauvais modèle.

REMARQUE

  • Malherbe a dit patron, au sens passif, pour image exacte : Belle âme, beau patron des célestes ouvrages, Qui fus de mon espoir l'infaillible recours, VI, 11.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Ung patron à la grandeur d'un couvre-chief, auquel patron a plusieurs divises faictes à l'eguille [, Bibl. des ch. 6e série, t. I, p. 356]
    Pour plusieurs patrons qu'ils avoient fait faire en papier et parchemin pour aucuns ouvraiges que Monseigneur veult et a intention de faire faire en sa chapelle à Dijon [DE LABORDE, Ém. p. 434]
    Pour avoir paint, en patron, la situation de la ville de Calais et icelle presentée à Monseigneur [ID., ib.]
    Ou [au] quel patron de cire n'y avoit que l'esprainte et enseigne du tuel [tuyau] de la serrure [DU CANGE, tuellus.]
    Et que des maistres vienne le patron et l'exemple, sur quoi leurs aides et leurs apprentis doivent ouvrer [AL. CHART., Quadril. invectif.]
    Et se peut voir par les tours [du chàteau d'Amboise], par où l'on monte à cheval, et par ce qu'il avoit entrepris en la ville, dont les patrons estoient faits de merveilleuse entreprise et despence, et qui de long temps n'eussent pris fin.... [COMM., VIII, 18]
  • XVIe s.
    L'autel d'Achaz duquel il avoit fait apporter le patron de Samarie [CALV., Instit. 964]
    Alexandre souverain patron des actes hasardeux [MONT., I, 133]
    Ce qu'on sçait droictement, on en dispose sans regarder au patron [ID., I, 163]
    L'homme rencontrant de bons exemples venoit par force à se mouler et former au patron de la vertu [AMYOT, Lyc. 57]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. patron, modèle ; bas-lat. patronus, patrunus, modèle ; angl. pattern, Du sens de protecteur, on a passé à celui de guide et, finalement, de modèle.

patron

PATRON, ONNE. n. Protecteur, protectrice. Il se dit du Saint, de la sainte dont on porte le nom, de celui, de celle sous l'invocation de qui une église est placée, et de celui, de celle qu'un pays, une ville, une confrérie, une communauté réclame comme son protecteur. Saint Jean est mon patron. Saint Denis est un des patrons de la France. Sainte Geneviève est la patronne de Paris. Saint Fiacre est le patron des jardiniers; saint Éloi celui des orfèvres, etc.

PATRON se dit aussi d'un Homme puissant sous la protection de qui l'on se met pour faire sa fortune, pour avoir de l'appui; d'un Homme dont on obtient le secours dans une affaire, dans une circonstance difficile. Chez les Romains, les plébéiens s'attachaient, sous le nom de clients, à quelque patricien qu'ils appelaient leur patron. Il a eu ce ministre pour patron. Il a été mon patron dans cette affaire. Il est le patron de ma candidature.

Il se dit aussi du Chef d'une entreprise, d'une usine, d'une manufacture, d'un établissement commercial. Les ouvriers réclamèrent de leurs patrons une augmentation de salaire.

Il se dit, par extension et familièrement, du Maître d'une maison. Où est le patron? Je voudrais saluer le patron.

Il se dit en outre de Celui qui commande aux matelots d'un canot, d'une chaloupe ou d'un très petit bâtiment. Le patron de la barque, du bateau.

Il se disait, chez les Romains, du Maître à l'égard de son affranchi. L'affranchi devait respect à son patron.

Il se dit encore du Prélat ou de l'autorité laïque qui a le droit de nommer à un bénéfice ecclésiastique.

Dès patron-minet, Dès l'aube, de très bonne heure. Se réveiller, se lever dès patron-minet. Il est familier.

patron

PATRON. n. m. Modèle sur lequel on fabrique certains objets. On dit plutôt dans ce sens MODÈLE.

Il désigne aussi un Morceau de papier, de toile, que les tailleurs, les lingères, les couturières, etc., découpent de manière à figurer les différentes parties de leurs ouvrages et sur lequel ils taillent l'étoffe dont ces ouvrages doivent être faits. Le patron d'un veston, d'un gilet. Le patron d'une chemise, d'un corsage, d'une robe.

En termes de Lutherie, il se dit de Certaines pièces de bois qui ont la forme des différentes parties d'un instrument, tel que violon, basse, guitare, etc., et d'après lesquelles on taille le bois dont ces instruments doivent être faits. Violon d'un grand patron, d'un petit patron.

Il se dit également d'un Papier ou carton découpé, qu'on applique sur une surface quelconque, pour peindre les parties que ces découpures laissent à découvert. Les peintres en décor font souvent usage de patrons. Les cartes à jouer s'impriment avec des patrons. Colorier au patron. Voyez POCHOIR.

patron

Le Patron de quelque chose, Archetypus, vel Archetypum, Exemplar, Exemplum, Specimen, Prima adumbratio.

Patron et ordonnance d'un edifice et autres choses, Forma.

Il a exprimé l'image de laquelle tu avois fait le patron, Ille imaginem effinxit, quam tu adumbraueras. Bud.

Faire les patrons de quelque chose, Adumbrare aliquid. Bud.

Suyvre son patron, Imitari praescriptum adumbratum.

Desirer d'en avoir le patron, Expetere exemplum.

Faire le patron et exemple aux autres, Exemplum instituere.

Prendre le patron, Sumere simile, Capere specimen, Ducere similitudinem ex aliquo, Imitari exemplum alicuius, Pingere exemplum.

Prendre le patron de droicture, non point sur l'utilité commune, mais par une lettre d'un mot estant en une loy, Exprimere ius literis.

Faillir à suyvre un patron, Decidere ab archetypo.

Demander à aucun qu'il prenne patron à un autre, Ad exemplar alterius.

Vouloir tous rapporter à un patron, Quaerere omnes ad vnum exemplum.

¶ Le patron d'innocence, Specimen innocentiae.

¶ Un patron de navire, Nauarchus, Nauticus, Nauclerus.

Appartenant à patron de galere, Nauclerius, Naucletiatus.

¶ Patron pour defenseur et protecteur, ou bienfaicteur, Patronus, Mecaenas.

patron


PATRON, s. m. PATRONAGE, s. masc. [Dern. e muet au 2d.] Patron a deux significations, qui n'ont aucun raport l'une avec l'aûtre. 1°. Modèle. Dans ce sens, il se dit fort bien des chôses qui servent de modèle à certains artisans, sur lequel ils travaillent. "Un beau patron de point, de dentelle. * On le disait autrefois~ des persones.
   Belle âme! beau patron des célestes ouvrages!
       Malherbe.
L'Acad. ne le désaprouvait pas d'abord Dans les éditions suivantes, elle le borne au style familier, et à cette phrâse: se former sur un bon, ou sur un mauvais patron, sur un bon, ou un mauvais modèle. "N'allez pas prendre patron sur mes lettres, dit Mde de Sévigné à sa fille, elles sont infinies: je n'ai que ce plaisir. = 2°. Protecteur. Il se dit du Saint dont on porte le nom, et il a pour féminin Patrone: "C'est mon Patron: c'est sa Patrone. = Par extension, Prince, Seigneur auquel on s'atache, sous la protection duquel on se met. "Un tel Prince est son patron: il a un bon patron à la Cour. = Défenseur: "Il n'y a point de sotise, ni d'extravagance, qui n'ait quelque Philosophe pour Auteur, ou pour patron. P. Rapin. = 4°. Celui qui comande dans une barque. "Le Patron de la barque. = 5°. Celui qui a droit de nomer à un bénéfice. "Patron éclésiastique. Patron laïque. "Il est le patron de ce bénéfice. "Le Pape ne prévient point les Patrons laïques, etc.
   PATRONAGE n'a que ce dernier sens: C'est le droit qu'un éclésiastique ou un laïque a de nomer à un Bénéfice: "Droit de patronage: ce Bénéfice est en patronage laïque, etc.
   On dit, proverbialement, d'un homme qui a tout pouvoir dans une maison, qu'il est le Patron de la câse; et de celui qui a le plus de crédit dans une société, dans une compagnie, dans une afaire, qu'il est le patron de la barque.

Synonymes et Contraires

patron

nom patron
Personne qui dirige une entreprise.
chef, directeur, employeur, responsable -familier: boss.
Traductions

patron

(patʀɔ̃) masculin

patronne

(patʀɔn) féminin
nom
1. chef d'entreprise demander une augmentation à son patron
2. propriétaire le patron d'un restaurant

patron

Wirt, Baas, Chef, Häuptling, Bossboss, pattern, template, master, stencil, templet, landlord, manager, owner, chiefpatroon, baas, sjabloon, heer, meester, schablone, baas/bazin, beschermheilige, eigenaar/-nares, model, structuur, werkgever/-geefsterאימום (ז), גזרה (נ), מעביד (ז), מעסיק (ז), פטרון (ז), תבנית לבגד (נ), מַעֲבִיד, מַעֲסִיקmastroempresario, patrón, jefemodel老板, 上司αφέντης, πατρόν, αφεντικόpatrono, chefemodello, padrone, patrono, capoزَعيمšéfchefpomošefボス우두머리sjefszefруководительchefเจ้านายpatronông chủ老闆 (patʀɔ̃)
nom masculin
modèle en papier pour la couture

patron

[patʀɔ̃, ɔn]
nm/f
(= chef) → boss, manager*(manageress)
le grand patron de ... → the big boss of ...
(= propriétaire) → owner, proprietor*(proprietress)
(= employeur) → employer
les petits patrons → small business people
(MÉDECINE)senior consultant
patron de thèse (UNIVERSITÉ)supervisor (of postgraduate thesis)
(RELIGION)patron saint
nm (COUTURE)pattern