patté

patte

PATTE. n. f. Il se dit du Pied des animaux quadrupèdes, des oiseaux, à l'exception des oiseaux de proie, de certains animaux aquatiques, comme l'écrevisse, le homard, etc., et de certains insectes, comme l'araignée, la mouche, etc. Patte de singe, de lion, de chat. Un chien qui donne la patte. Un chat qui donne des coups de patte. La patte d'un perroquet. Manger une patte de homard.

Ce chat fait patte de velours, Il rentre ses griffes en avançant la patte.

Fig. et fam., Faire patte de velours, Cacher sous des dehors caressants le pouvoir ou le dessein qu'on a de nuire.

Fig. et fam., Pattes de mouche, Écriture très peu lisible, dont le caractère est menu et mal formé.

PATTE se dit, par analogie et familièrement, de la Main, du Pied de l'homme. Cet homme a de grosses vilaines pattes. Vous touchez à tout, ôtez vos pattes de là. À bas les pattes! Bas les pattes!

Fig. et fam., Marcher à quatre pattes, Marcher sur les pieds et sur les mains.

Fig. et fam., Il ne remue ni pied ni patte, Il est sans mouvement. Il ne saurait remuer ni pied ni patte, se dit d'un Homme qu'une grande faiblesse ou une grande lassitude empêche de marcher.

Fig. et fam., Retomber sur ses pattes, Se tirer d'un mauvais pas.

Fig. et fam., Tomber sous la patte de quelqu'un, Être à sa merci, être en situation d'être maltraité par lui. Qu'il ne tombe pas sous ma patte, il s'en souviendrait longtemps. On dit à peu près dans le même sens : S'il passe jamais sous ma patte, il n'en sera pas quitte à bon compte.

Fig. et fam., Être entre les pattes de quelqu'un, Dépendre d'un homme dont on a sujet de craindre les mauvaises dispositions.

Fig. et fam., Se tirer des pattes de quelqu'un, N'être plus dans sa dépendance, n'avoir plus rien à redouter de lui.

Fig. et fam., Tenir quelqu'un sous sa patte, Être en état, en pouvoir de lui causer du dommage, du désagrément.

Fig. et fam., Donner un coup de patte, des coups de patte à quelqu'un, Lâcher en passant quelque trait vif et malin contre quelqu'un. Il y a dans son discours au coup de patte à votre adresse.

Fig. et fam., Graisser la patte à quelqu'un, Le corrompre, le gagner par argent.

Fig. et fam., Avoir de la patte se dit d'un Peintre qui a de l'habileté de main. Dans ce tableau, on reconnaît la patte de tel maître. Ce maître a mis là sa patte.

PATTE désigne aussi le Pied d'un verre, d'une coupe, et d'autres objets semblables. Un verre à patte. On dit plutôt aujourd'hui Un verre à pied.

En termes de Marine, Les pattes d'une ancre. Les pièces triangulaires qui terminent à ses deux extrémités la partie courbe d'une ancre et qui la font mordre sur le fond.

PATTE désigne encore, en termes d'Arts, un Morceau de fer pointu d'un bout, et plat de l'autre, qui, par le bout pointu, se fiche dans du bois ou se scelle dans du plâtre, et, par l'autre bout, sert à fixer un lambris, un chambranle de porte, un châssis de croisée, etc. Une patte à glace.

Il se dit aussi d'un Instrument qui sert à régler du papier à musique, en traçant à la fois les cinq lignes parallèles qui forment une portée.

En termes de Couture, il désigne une Petite bande d'étoffe qui est attachée par une de ses extrémités à quelque partie d'un vêtement, et dont l'autre extrémité porte soit un bouton, soit une boutonnière.

Il se dit aussi d'une Petite bande d'étoffe qui fait partie du parement d'un uniforme. Une patte d'épaule.

Il se dit encore de la Languette de cuir qui sert à fermer un portefeuille.

En termes de Botanique, il désigne la Racine de certaines plantes, qui a quelque ressemblance avec la patte d'un animal. C'est ce qu'on nomme autrement Griffe. Patte d'anémone, de renoncule.

Patte-de-Lion. Voyez PIED-DE-LION.

patté

PATTÉ, ÉE. adj. T. de Blason. Qui a des branches qui s'élargissent en s'incurvant à leurs extrémités. Croix pattée.

patte

Patte de bestes, comme d'un Chien, Lion, ou semblables, Palma pedis.

¶ Une herbe qu'on appelle Patte de lion, Leontopetalon, Consiligo. On la nomme aussi Pommelée, Elebore noir.

¶ Patte d'ours, voyez Branque Ursine, Acanthus.

¶ Patte de loup, non d'herbe, Catanance, sunt qui Bistortam vocent.

patte


PATTE, ou PATE, s. f. 1°. Pied des animaux à quatre pieds, qui ont des doigts, des ongles et des grifes, et de tous les oiseaux, hormi les oiseaux de proie. "Patte de singe, de chat, de chien, de lion, etc. "Un chien qui done la patte. = On dit aussi, patte d'une écrevisse, d'une araignée. = 2°. Les pattes d'une ancre sont les triangles recourbés qui la font mordre au fond de l'eau. = 3°. Le pied d'un verre, d'une coupe, etc. = 4°. Morceau de fer, pointu par le bout et plat par l'aûtre. Par le bout pointu, il se fiche dans du bois ou se scelle dans le plâtre; par l'aûtre bout; qui est percé de plusieurs trous, il sert à atacher un lambris. "Patte en bois, patte en plâtre. = 5°. Patte, dans le sens litéral, se dit proverbialement des hommes. "Il a une vilaine patte, de grôsses pattes: "Ne pouvoir remuer ni pied, ni patte. = Trouver quelqu'un sous sa patte, à sa portée. "Quand vous le trouverez sous votre patte, servez-vous-en. Sév. = Se tirer des pattes de quelqu'un, se soustraire à son pouvoir, ou simplement à ses persécutions, à ses importunités. "Comment vous serez-vous tirée de ses pattes et de ces inondations de paroles, où l'on se trouve noyée, abimée. Sév. = Marcher à quatre pattes; sur les mains et sur les piés. — Graisser la patte à quelqu'un, le corrompre à prix d'argent. "Son souvenir continuel fait sur mon coeur, comme s'il me graissoit la patte. Sév. = Mettre la patte sur quelqu'un, le batre, le maltraiter. Acad. = Passer sous sa patte, en être maltraité. Id. = Mettre la patte dessus ou sur, c'est aussi se rendre maître de l'esprit de quelqu'un, prendre de l'ascendant, de l'empire sur lui. = Être entre les pattes de; être soumis à l' examen d'un homme dont on a lieu de craindre la sévérité. = Tenir sous sa patte, être en état, en pouvoir de faire déplaisir à... = Doner un coup, ou des coups de patte à quelqu'un; lâcher un trait vif et malin contre lui, sans paraitre avoir le dessein de l'ofenser, ou d'en médire. = Faire patte de velours; cacher, sous des dehors caressans, le pouvoir et le dessein de nuire. = Se servir de la patte du chat pour tirer les marrons du feu; Charger un aûtre de ce qu'il y a de dificile et de périlleux dans une afaire, pour profiter ensuite de son travail. = Bailler le chat par les pattes, présenter une afaire par l'endroit le plus dificile.