patte

1. patte

n.f.
1. Membre ou appendice des animaux supportant le corps et assurant la marche : Le chat fait patte de velours. Les pattes palmées du canard.
2. Fam. Pied ; jambe : Après cette longue marche, j'avais mal aux pattes.
3. Habileté de la main particulière à un artiste, à un artisan : On reconnaît la patte du sculpteur dans cette œuvre.
4. Languette de cuir ou d'étoffe servant à fermer, à décorer un vêtement : Les pattes d'un bonnet.
5. (Surtout au pl.) Cheveux qu'un homme laisse pousser en avant de l'oreille ; favoris : Ses pattes commencent à blanchir.
Remarque: Ne pas confondre avec une pâte.
Coup de patte,
Fam. critique, trait malveillants lancés à qqn.
Marcher à quatre pattes,
marcher sur les mains et les genoux : Le bébé marche à quatre pattes.
Montrer patte blanche,
présenter toutes les garanties nécessaires pour être admis quelque part : Il faut montrer patte blanche pour pouvoir entrer dans ce club.
Pantalon à pattes d'éléphant,
dont les jambes s'évasent du genou aux chevilles.
Retomber sur ses pattes,
Fam. sortir sans dommage d'un mauvais pas.
Tirer dans les pattes de ou à qqn,
Fam. lui causer sournoisement des difficultés.
Tomber sous la patte de qqn,
Fam. se trouver à sa merci : Elle est tombée sous la patte de ce gourou.

2. patte

n.f. [ du germ. paita, vêtement ]
En Suisse, chiffon, torchon.

PATTE

(pa-t') s. f.
Pied des quadrupèdes qui ont des doigts, des ongles ou des griffes, et des oiseaux autres que les oiseaux de proie.
La bête scélérate à de certains cordons se tenait par la patte [LA FONT., Fabl. III, 18]
....Favori [un chien] Danse et tend la patte au mari [ID., Petit chien.]
Montrez-moi patte blanche, ou je n'ouvrirai point [ID., Fabl. IV, 15]
Il est vrai, disaient ces philosophes, que si l'homme n'avait jamais eu que des pattes, il n'aurait jamais bâti ni villes, ni palais, ni vaisseaux.... [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuvr. t. IV, p. 307, dans POUGENS]
L'os de la patte, chez les oiseaux, l'os tarso-métatarsien. Terme de chasse. Patte, le pied du loup qui consiste dans le talon, les doigts, les ongles et la fossette qui est dans le milieu, et qui en forme la connaissance sur la terre. Fig. Des pattes de chat, des lettres mal formées. Des pattes de mouche, caractères d'écriture très fins, peu lisibles. En parlant d'un chat, faire patte de velours, cacher les griffes en donnant la patte.
Ce commerce très délicat [entre le roi de Prusse et Voltaire] dure encore ; il ressemble aux mines que font deux chats qui montrent d'un côté patte de velours et des griffes de l'autre [VOLT., Mémoires.]
Bertrand [d'Alembert] serait presque tenté de le gronder [Raton, Voltaire] de ce qu'il fait patte de velours au détestable marmiton Alcibiade [le duc de Richelieu], le vil et l'implacable ennemi des marrons, des Bertrands, des Ratons, et du Raton même qui ne devrait lui présenter la patte que pour l'égratigner [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 9 fév. 1773]
Fig. Faire patte de velours, cacher sous des dehors caressants le dessein qu'on a de nuire.
Des sournois.... qui font patte de velours parce qu'ils sont trop lâches pour oser avouer leurs projets [THÉOD. LECLERCQ, Prov. t. IV, p. 279, dans POUGENS]
Fig. Il a la patte blanche, on lui passe tout (locution tirée de la fable où le biquet demande à voir la patte blanche, qui était la marque de la chèvre). Se servir de la patte du chat pour tirer les marrons du feu, se servir d'un autre, lui laissant la peine ou le péril et recueillant le profit. Familièrement. Marcher à quatre pattes, marcher sur les pieds et sur les mains.
Quand il tonnait, Mme de Saint-Herem se fourrait à quatre pattes sous un lit de repos [SAINT-SIMON, 97, 26]
Lorsque Zémire et Azor fut annoncé à Fontainebleau, le bruit courut que c'était le conte de la Belle et de la Bête mis sur la scène, et que le principal personnage y marcherait à quatre pattes [MARMONTEL, Mém. IX]
Fig. Mettre l'homme à quatre pattes, le considérer comme un pur animal.
Je ne puis souffrir en aucune circonstance qu'on mette l'homme à quatre pattes [DIDEROT, Mémoires, t. III, p. 442, dans POUGENS]
On n'a jamais employé tant d'esprit à vouloir nous rendre bêtes ; il prend envie de marcher à quatre pattes, quand on lit votre ouvrage [le Discours sur l'Inégalité] [VOLT., Lett. J. J. Rousseau, 30 août 1755]
Ne tentez pas de retomber à quatre pattes ; personne au monde n'y réussirait moins que vous ; vous nous redressez trop bien sur nos deux pieds, pour cesser de vous tenir sur les vôtres [J. J. ROUSS., Lett. à Voltaire, 10 sept. 1755]
Il ne remue ni pied, ni patte, il est sans mouvement soit par faiblesse, lassitude, maladie, ou parce qu'il ne veut pas se mouvoir.
Moi qui suis dans un cul de jatte, Qui ne remue ni pied ni patte [SCARR., Test.]
Le moyen de se représenter que vous êtes au lit affligé de toutes les parties et les jointures de votre petit corps.... que vous ne remuez ni pied ni patte ? [SÉV., à Coulanges 24 juill. 1691]
Sans remuer ni pied ni patte, n'osant ni courir, ni sauter, ni chanter, ni crier, quand j'en ai envie [J. J. ROUSS., Conf. XI]
Populairement. À pattes, à pied. Quelques-uns montèrent dans les omnibus ; le reste s'en retourna tristement à pattes.
Il se dit des membres de certains crustacés et de certains insectes. Une patte d'écrevisse, de homard, de mouche, d'araignée. Tous les insectes ont six pattes, et les arachnides huit. Fausses pattes, les organes ambulatoires des annélides, des lépidoptères, et les appendices qui se trouvent sous la queue des crustacés.
Familièrement. Main.
Mais quoi ! plus on se hâte, et moins avance-t-on ; Tout, comme par dépit, se trouvait sous ma patte : Au lieu de mon chapeau je prends une savate [RÉGNIER, Sat. X]
Sur les morceaux touchés de sa main délicate, Ou mordus de ses dents, vous étendiez la patte [MOL., l'Ét. IV, 5]
J'ai eu toutes les peines du monde à m'échapper de leurs pattes [ID., Pourc. II, 4]
Sous la patte, sous la main, à portée.
Je vous conseille de le prendre à l'essai [un secrétaire] ; quand vous le trouverez sous votre patte, servez-vous-en [SÉV., à Mme de Coulanges, 22 fév. 1695]
Tomber sous la patte de quelqu'un, être à sa merci, comme la souris sous la patte du chat.
Allez, vous êtes une ingrate ; Ne tombez jamais sous ma patte [LA FONT., Fabl. III, 9]
C'est un certain Bentivoglio dont je n'ai que trop entendu parler, et qui pourra bien un jour tomber sous ma patte [LE SAGE, Guzm. d'Alfar. IV, 3]
On dit dans un sens analogue : S'il passe jamais sous ma patte, il n'en sera pas quitte à bon marché. Mettre la patte sur quelqu'un, le battre, le maltraiter. Être entre les pattes de quelqu'un, être soumis à l'examen d'un homme dont on a sujet de craindre la sévérité. Être sous la patte de quelqu'un, être sous son autorité.
Le colonel Faure s'en va et me laisse sous la patte du major [P. L. COUR., Lett. I, 224]
Tenir quelqu'un sous sa patte, être en état de lui faire de la peine, du mal. Sortir des pattes, se tirer des pattes de quelqu'un, n'avoir plus rien à craindre de lui, plus rien à démêler avec lui.
Quatre ducats, Que j'eusse bien donnés pour sortir de sa patte [RÉGNIER, Sat. VIII]
Comment vous serez-vous tirée de ses pattes [une couturière qui réclamait le payement d'un mémoire] ? [SÉV., à Mme de Grignan, 26 oct. 1689]
Le régent voulait faire enfin quelque chose pour se tirer des pattes de la cabale et de celles du parlement [SAINT-SIMON, 507, 195]
Donner un coup de patte, des coups de patte à quelqu'un, lâcher quelque trait vif et malin contre lui.
Racine a tiré tout son or [pour Andromaque] du fumier de Pertharite [de Corneille] ; et personne ne s'en était douté, pas même Bernard de Fontenelle, qui aurait été bien charmé de donner quelques légers coups de patte à Racine [VOLT., Lett. Cideville, 23 sept. 1761]
Graisser la patte à quelqu'un, voy. GRAISSER. Fig. Pattes croisées, se dit de celui qui se tient coi.
Jamais la maréchale n'osa souffler.... et ce lion, muet et les pattes croisées, comme celui que vous avez vu autrefois [le prince de Condé malade], parut un prodige si nouveau.... [SÉV., 18 fév. 1689]
Dites-moi ce qu'il aura pensé des bâtiments, et si celui du Carcassonne [de l'évêque de Carcassonne] aura toujours les pattes croisées [s'il ne l'achèvera pas] [ID., 19 juin 1689]
Patte, jeu d'écoliers, où l'on jette quelque menue monnaie contre une muraille et où l'on gagne quand il n'y a que la largeur de l'extension de la main entre les pièces des joueurs.
Patte d'anémone, patte de renoncule, etc. la racine de ces plantes, ainsi dite parce que souvent elle approche de la figure d'une patte d'animal.
Qu'est-ce que la valeur d'une patte ou d'un oignon qu'un insecte ronge ? [J. J. ROUSS., Hél. IV, 11]
On dit plus souvent griffe. Terme forestier. Se dit quelquefois pour pied, en parlant des arbres que l'on marque en réserve ou en délivrance. Arbre marqué en patte.
La partie sur laquelle se soutient un verre, une coupe, etc. Un verre à patte.
Un bonnet qui fut d'écarlate, Le verre d'Anchise sans patte [SCARR., Virg. VII]
On dit de même : la patte d'un flambeau et d'un guéridon. Le gros bout plat d'un pain de sucre. Ouverture inférieure des instruments à vent, tels que flûte, hautbois, etc. La patte d'un hautbois.
Morceau de fer pointu d'un bout et plat de l'autre ; par le bout pointu il se fiche dans du bois, dans du plâtre ; et par l'autre bout il sert à fixer un lambris, un châssis, etc. Pour les pattes destinées à être fichées dans du bois ou scellées dans du plâtre, plusieurs ouvriers substituent à patte le nom de patte-fiche. On les distingue en pattes-fiches à bois et pattes-fiches à plâtre. Sorte de clou dont la tête est aplatie en forme d'ovale, et percée de plusieurs trous pour l'attacher contre une planche, etc.
Crochet de fer ou cheville de bois dont le boucher se sert pour suspendre la viande.
Terme de menuisier. La partie mobile d'un sergent. Terme de charron. Bout de rais de roue qui entre dans le moyeu ; l'extrémité opposée est la broche.
10° Terme de marine. Patte de l'ancre, triangle de fer soudé à l'extrémité de chaque bras de l'ancre ; se dit aussi de l'ancre des pontonniers. Patte d'anspec, garniture de fer que l'anspec porte à son gros bout. Patte de bouline, anneau de corde attaché par une épissure à la ralingue de chute d'une voile carrée, pour recevoir l'extrémité d'une bouline ou d'une branche de bouline. Morceau de fer plat et recourbé d'un bout, fixé de l'autre bout à un cordage : deux élingues, ainsi garnies de pattes, servent à soulever les futailles, sous les douves desquelles on engage les pattes.
11° Petit instrument formé de cinq tire-lignes, qui sert à régler les livres de musique, en y faisant d'un seul coup les cinq raies.
12° Terme de tailleur. Bande d'étoffe fixée par un de ses bouts à une partie d'un vêtement, et qui s'attache de l'autre à un bouton.
En Espagne, les gentilshommes de la chambre portent tous une grande clef qui sort par le manche, de la couture de la patte de leur poche droite [SAINT-SIMON, 89, 171]
Petite bande d'étoffe de couleur tranchante, appliquée sur un habit d'uniforme.
13° Languette qui garnit la couverture d'un portefeuille et qui sert à le fermer en s'insérant dans une bride. Partie de l'étui qui sert à le fermer et à l'ouvrir, en s'agrafant ou se boutonnant vers le milieu.
14° Au plur. Nom donné autrefois aux chiffons servant à faire le papier (ainsi dit de pata, provençal moderne, et patta, crémonais, qui, en signifiant patte, signifient aussi lambeaux).
Linge vieil, vieux drapeaux, drilles et pattes sortant par les provinces... [, Tarif, 18 sept. 1664]
En Auvergne, où il y a beaucoup de manufactures de papier, on appelle les guenilles pattes [, Dict. des arts et mét. Amst. 1767, papetier]
15° Terme de pêche. Pattes, tas de morues qui ont été mises au premier sel, ou qu'on laisse égoutter au sortir du lavoir.
16° Patte de loup ou lissoir, instrument pour adoucir le papier raboteux.
17° Nom de certaines plantes. Patte d'araignée, nom vulgaire de la nigelle de Damas. Patte de lapin, orpin velu. Patte de lièvre, trèfle des champs. Patte de lion, alchimille.
18° Nom de certaines coquilles. Patte de crapaud, espèce de coquille du genre rocher. Patte de lion brûlée, espèce de pourpre.
19° Nom de certains insectes. Patte étendue, espèce de bombyx.

REMARQUE

  • 1. La cinquième édition du Dictionnaire de l'Académie ne mettait qu'un t dans patte.
  • 2. En général, on désigne sous le nom de patte les membres ou organes de locomotion des animaux. On dit les pieds d'un cheval, et, généralement, de tous les animaux qui ont les pattes enveloppées de cornes ; les pattes d'un chien, d'un lapin, et, en général des animaux qui n'ont pas ces parties entourées de corne. Les oiseaux, les reptiles, les insectes ont des pattes, excepté les oiseaux de proie, qui ont des serres ; les céphalopodes, des bras ; les poissons, les cétacés, les tortues marines, des nageoires.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Fut la chutte des deux chevaliers telle, que le dit Pietois cheut le dos au sablon, et le dit messire Jaques cheut à pattes [O. DE LA MARCHE, Mém. I, p. 315, dans LACURNE]
    Elle lui jeta un coussin sur la teste, et le fit choir à pattes, et puis commença à rire très fort [LOUIS XI, Nouv. LIV]
  • XVIe s.
    Ils ne laissent rien où ils mettent la patte [OUDIN, Curios. franç.]

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. piôte ; bourg. paite ; espagn. pata ; d'un radical pat qui se trouve aussi dans l'allemand Patsche, patte.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    PATTE. Ajoutez :
    20° Chez les charpentiers, instrument à lame très large et mince, servant à terminer le bois de charpente préalablement équarri.
    21° Patte de coq, ustensile qui sert dans la poterie.
    22° En sucrerie, la patte du pain de sucre, la partie sur laquelle il repose. Le sucre est moins pur dans la patte que dans la tête.

    HISTORIQUE

    • Ajoutez : XIIe s.
      Et quant l'os [l'armée] aproca, si saut [une ourse] geule baée, Et a en mi sa voie une mule trovée, Qui estoit de farine et de froment torsée [chargée] ; De la senestre pade li douna tel colée, Que el li a l'espaule toute del bu sevrée [, li Romans d'Alixandre, p. 283]
    • XIIIe s.
      Atant [le diable] me vout [voulut] sans delaier Fichier ou cors et entaier Ses agus cros et ses grans pates [GAUTIER DE COINSY, les Miracles de la sainte Vierge, p. 114, éd. l'abbé Poquet.]
    • XIVe s.
      Avoir refait, ressoudé, rassis les ances et couvescles desdictes quartes, bire et aiguiere.... et avoir refait et forgé l'une des pates desdictes quartes (1386) [, Nouv. rec. de comptes de l'argenterie des rois, par Douët-d'Arcq, p. 184]

patte

PATTE. n. f. Il se dit du Pied des animaux quadrupèdes, des oiseaux, à l'exception des oiseaux de proie, de certains animaux aquatiques, comme l'écrevisse, le homard, etc., et de certains insectes, comme l'araignée, la mouche, etc. Patte de singe, de lion, de chat. Un chien qui donne la patte. Un chat qui donne des coups de patte. La patte d'un perroquet. Manger une patte de homard.

Ce chat fait patte de velours, Il rentre ses griffes en avançant la patte.

Fig. et fam., Faire patte de velours, Cacher sous des dehors caressants le pouvoir ou le dessein qu'on a de nuire.

Fig. et fam., Pattes de mouche, Écriture très peu lisible, dont le caractère est menu et mal formé.

PATTE se dit, par analogie et familièrement, de la Main, du Pied de l'homme. Cet homme a de grosses vilaines pattes. Vous touchez à tout, ôtez vos pattes de là. À bas les pattes! Bas les pattes!

Fig. et fam., Marcher à quatre pattes, Marcher sur les pieds et sur les mains.

Fig. et fam., Il ne remue ni pied ni patte, Il est sans mouvement. Il ne saurait remuer ni pied ni patte, se dit d'un Homme qu'une grande faiblesse ou une grande lassitude empêche de marcher.

Fig. et fam., Retomber sur ses pattes, Se tirer d'un mauvais pas.

Fig. et fam., Tomber sous la patte de quelqu'un, Être à sa merci, être en situation d'être maltraité par lui. Qu'il ne tombe pas sous ma patte, il s'en souviendrait longtemps. On dit à peu près dans le même sens : S'il passe jamais sous ma patte, il n'en sera pas quitte à bon compte.

Fig. et fam., Être entre les pattes de quelqu'un, Dépendre d'un homme dont on a sujet de craindre les mauvaises dispositions.

Fig. et fam., Se tirer des pattes de quelqu'un, N'être plus dans sa dépendance, n'avoir plus rien à redouter de lui.

Fig. et fam., Tenir quelqu'un sous sa patte, Être en état, en pouvoir de lui causer du dommage, du désagrément.

Fig. et fam., Donner un coup de patte, des coups de patte à quelqu'un, Lâcher en passant quelque trait vif et malin contre quelqu'un. Il y a dans son discours au coup de patte à votre adresse.

Fig. et fam., Graisser la patte à quelqu'un, Le corrompre, le gagner par argent.

Fig. et fam., Avoir de la patte se dit d'un Peintre qui a de l'habileté de main. Dans ce tableau, on reconnaît la patte de tel maître. Ce maître a mis là sa patte.

PATTE désigne aussi le Pied d'un verre, d'une coupe, et d'autres objets semblables. Un verre à patte. On dit plutôt aujourd'hui Un verre à pied.

En termes de Marine, Les pattes d'une ancre. Les pièces triangulaires qui terminent à ses deux extrémités la partie courbe d'une ancre et qui la font mordre sur le fond.

PATTE désigne encore, en termes d'Arts, un Morceau de fer pointu d'un bout, et plat de l'autre, qui, par le bout pointu, se fiche dans du bois ou se scelle dans du plâtre, et, par l'autre bout, sert à fixer un lambris, un chambranle de porte, un châssis de croisée, etc. Une patte à glace.

Il se dit aussi d'un Instrument qui sert à régler du papier à musique, en traçant à la fois les cinq lignes parallèles qui forment une portée.

En termes de Couture, il désigne une Petite bande d'étoffe qui est attachée par une de ses extrémités à quelque partie d'un vêtement, et dont l'autre extrémité porte soit un bouton, soit une boutonnière.

Il se dit aussi d'une Petite bande d'étoffe qui fait partie du parement d'un uniforme. Une patte d'épaule.

Il se dit encore de la Languette de cuir qui sert à fermer un portefeuille.

En termes de Botanique, il désigne la Racine de certaines plantes, qui a quelque ressemblance avec la patte d'un animal. C'est ce qu'on nomme autrement Griffe. Patte d'anémone, de renoncule.

Patte-de-Lion. Voyez PIED-DE-LION.

patté

PATTÉ, ÉE. adj. T. de Blason. Qui a des branches qui s'élargissent en s'incurvant à leurs extrémités. Croix pattée.

patte

Patte de bestes, comme d'un Chien, Lion, ou semblables, Palma pedis.

¶ Une herbe qu'on appelle Patte de lion, Leontopetalon, Consiligo. On la nomme aussi Pommelée, Elebore noir.

¶ Patte d'ours, voyez Branque Ursine, Acanthus.

¶ Patte de loup, non d'herbe, Catanance, sunt qui Bistortam vocent.

patte


PATTE, ou PATE, s. f. 1°. Pied des animaux à quatre pieds, qui ont des doigts, des ongles et des grifes, et de tous les oiseaux, hormi les oiseaux de proie. "Patte de singe, de chat, de chien, de lion, etc. "Un chien qui done la patte. = On dit aussi, patte d'une écrevisse, d'une araignée. = 2°. Les pattes d'une ancre sont les triangles recourbés qui la font mordre au fond de l'eau. = 3°. Le pied d'un verre, d'une coupe, etc. = 4°. Morceau de fer, pointu par le bout et plat par l'aûtre. Par le bout pointu, il se fiche dans du bois ou se scelle dans le plâtre; par l'aûtre bout; qui est percé de plusieurs trous, il sert à atacher un lambris. "Patte en bois, patte en plâtre. = 5°. Patte, dans le sens litéral, se dit proverbialement des hommes. "Il a une vilaine patte, de grôsses pattes: "Ne pouvoir remuer ni pied, ni patte. = Trouver quelqu'un sous sa patte, à sa portée. "Quand vous le trouverez sous votre patte, servez-vous-en. Sév. = Se tirer des pattes de quelqu'un, se soustraire à son pouvoir, ou simplement à ses persécutions, à ses importunités. "Comment vous serez-vous tirée de ses pattes et de ces inondations de paroles, où l'on se trouve noyée, abimée. Sév. = Marcher à quatre pattes; sur les mains et sur les piés. — Graisser la patte à quelqu'un, le corrompre à prix d'argent. "Son souvenir continuel fait sur mon coeur, comme s'il me graissoit la patte. Sév. = Mettre la patte sur quelqu'un, le batre, le maltraiter. Acad. = Passer sous sa patte, en être maltraité. Id. = Mettre la patte dessus ou sur, c'est aussi se rendre maître de l'esprit de quelqu'un, prendre de l'ascendant, de l'empire sur lui. = Être entre les pattes de; être soumis à l' examen d'un homme dont on a lieu de craindre la sévérité. = Tenir sous sa patte, être en état, en pouvoir de faire déplaisir à... = Doner un coup, ou des coups de patte à quelqu'un; lâcher un trait vif et malin contre lui, sans paraitre avoir le dessein de l'ofenser, ou d'en médire. = Faire patte de velours; cacher, sous des dehors caressans, le pouvoir et le dessein de nuire. = Se servir de la patte du chat pour tirer les marrons du feu; Charger un aûtre de ce qu'il y a de dificile et de périlleux dans une afaire, pour profiter ensuite de son travail. = Bailler le chat par les pattes, présenter une afaire par l'endroit le plus dificile.

Synonymes et Contraires

patte

nom féminin patte
2.  Style propre à un écrivain.
Traductions

patte

Pfote, Bein, Fuß, Laschepaw, leg, foot, tab, strapklauw, been, poot, (schilderij)haak, klep, pat, poot [dier], voetכפה (נ), כרע (ז), רגל (נ), רֶגֶל, כַּפָּהpoot, voetpetge, peu, potapote, fodpiedopata, zarpa, piejalka, käpälälábfóturzampa, piedefot, potestopa, łapa, patapiciorлапа, ногаtass, fotmguuayak, pençeπόδι, πατούσαكَفُّ الْـحَيَوَانِtlapašapa動物の足동물의 발อุ้งเท้าchân động vật (pat)
nom féminin
1. membre d'un animal qui lui permet de marcher chien qui lève la patte
2. languette la patte d'un sac
3. poils qu'on laisse pousser sur les joues

patte

[pat] nf
[chien, chat] → paw; [oiseau] → foot
(= jambe) → leg
(= languette) → strap; [poche] → flap
(= favoris) → sideburns