paulette

(Mot repris de paulettes)

PAULETTE

(pô-lè-t') s. f.
Nom d'un droit que le roi faisait lever sur les charges de finance et de magistrature, et qui était la soixantième partie du prix d'un office.
Tous les magistrats du royaume devaient de neuf ans en neuf ans payer ce droit de paulette, qui assurait la possession de leurs charges à leurs familles [VOLT., Hist. parl. ch. 55]

ÉTYMOLOGIE

  • En 1604, Ch. Paulet, secrétaire de la chambre du roi sous Henri IV, a donné l'avis de cet impôt et en a été le premier fermier. Un nommé Palot prit la ferme de la paulette après Paulet ; d'où ce droit fut appelé palote.
    D'où vient ceste grande cherté d'offices ? de ceste ennemie de l'estat paulete-palote, qui, à la façon du chancre, mine et mange insensiblement toutes les familles de ce royaume [PASQUIER, Lett. t. III, p. 49]

paulette

PAULETTE. s. f. Droit que la plupart des officiers de justice et de finance payaient tous les ans au roi, afin de pouvoir disposer de leurs charges, et pour que le prix en demeurât à leurs héritiers, s'ils venaient à mourir dans le cours de l'année. Les charges qui payaient paulette. Sa charge fut perdue pour ses héritiers, parce qu'il n'avait pas payé la paulette.