pavot

pavot

n.m. [ lat. papaver ]
Plante dont une variété fournit l'opium.

pavot

(pavo)
nom masculin
plante à grandes fleurs L'opium est extrait du pavot.

PAVOT

(pa-vo ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas : un pa-vo élégant ; au pluriel, l's se lie : des pa-vo-z élégants ; pavots rime avec faux, repos, etc.) s. m.
Genre de la famille des papavéracées. Plante qui porte de grandes fleurs à quatre pétales, dont la graine renferme de l'huile, et dont le suc est soporifique (papaver somniferum, L.)
. Ils avaient mis l'un et l'autre, sur leurs cheveux flottants et parfumés d'essences, des couronnes de pavots, de sésames et d'autres plantes consacrées à Vénus [BARTHÉL., Anach. ch. 77]
C'est au funeste hiver de 1709, qui fit périr tous les oliviers de la France, qu'on est redevable de l'introduction de la culture du pavot, qui était connu depuis longtemps en Allemagne [GENLIS, Maison rust. t. III, p. 113, dans POUGENS]
Comparer la rose au pavot, comparer des choses qui ne sont pas comparables.
Aussi bien chanter d'autre chose, Ayant chanté de sa grandeur, Serait-ce pas après la rose Aux pavots chercher de l'odeur ? [MALH., III, 3]
Poétiquement et fig. Les pavots, le sommeil.
C'est bien, ô nuit, c'est bien de tes plus noirs pavots Que tu m'as distillé ce funeste repos [ROTR., Antig. I, 1]
Il choisit une nuit libérale en pavots ; Chacun était plongé dans un profond repos [LA FONT., Fabl. XI, 3]
Les pavots que le sommeil répand sur la terre [FÉN., Tél. XI]
Que de nuits sans pavots, que de jours sans soleil ! [LAMART., Méd. II, 14]
[à la nuit] L'illusion se glisse en notre âme amollie, Et l'air, plein de silence et de mélancolie, Des pavots du sommeil enivre la raison [ID., Harm. II, 6]
On dit dans un sens analogue : les pavots de la mort.
Sans voir qu'elle y mêlait les pavots de la mort [V. HUGO, Odes, I, 3]
Pavot de Tournefort, papaver orientale, L. Pavot-coq, le coquelicot, papaver rhoeas, L. Pavot cornu, glaucienne. Pavot épineux, l'argémone du Mexique.
Terme d'alchimie. Pavot des philosophes, la pierre parfaite au rouge.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Fleurs de paot broiies en oile d'olive [ALEBRANT, f° 33]
    Huile de olives, de amandes, de noiz et de pavoz [, Liv. des mét. 159]
  • XIVe s.
    En alant touz pensis parmi le jardin, il abatoit les testes des pavoz avecques un baston [BERCHEURE, f. 25, verso.]
  • XVIe s.
    L'odeur fascheuse du suc de pavot noir, qu'on appelle opium [PARÉ, XXIII, 44]

ÉTYMOLOGIE

  • Norm. (Bayeux) papi, coquelicot ; Berry, papou ; wallon, pavoir ; provenç. papaver, paver ; portug. papoula ; ital. papavere (voy. PAPAVÉRACÉES). Le provençal paver montre qu'on a dit paver au lieu de papaver. Cependant il faut prendre en considération l'anglo-saxon papig, popig ; angl. poppy ; kimry, pabi. Il semble que cette forme s'est combinée avec le latin réduit à paver, et a donné les formes du français et de ses patois.

pavot

PAVOT. n. m. Plante qui porte de grandes fleurs à quatre pétales, qui contient de l'opium et dont la graine donne l'huile d'oeillette. Pavot sauvage. Pavot de jardin. Le coquelicot est une espèce de pavot.

Poétiquement, Les pavots de Morphée, Le sommeil.

pavot

Du Pavot, Papauer.

La teste du pavot et autres semblables, où la semence est enfermée, Scapus.

De Pavot, Papauereus.

Pavot cornu, Papauer corniculatum, vel cornatum.

pavot


PAVOT, s. m. [Le t final ne se prononce pas.] Plante, dont la graine a la vertu d'assoupir. "Tête, graine, suc, jus de pavot. = Les Poètes disent, les pavots du sommeil, pour dire, le sommeil même. "Ce ne fut point le sommeil, qui lui versa ses doux pavots: ce fut la Discorde, qui l'ennivra de ses poisons. Télém.

Traductions

pavot

Mohn, Schlafmützchen

pavot

poppy

pavot

papaver

pavot

papavo

pavot

papaver

pavot

valmue

pavot

mak

pavot

vallmo

pavot

мак

pavot

Мак

pavot

罌粟

pavot

mák

pavot

Valmue

pavot

פרג

pavot

양귀비

pavot

[pavo] nmpoppy