peinture

peinture

n.f.
1. Matière colorante liquide propre à recouvrir une surface : De la peinture en bombe. Un tube de peinture.
2. Action de recouvrir une surface, un support avec cette matière : Elle a fait la peinture du plafond au rouleau.
3. Couche de couleur recouvrant un objet, un matériau : La peinture de la voiture s'écaille.
4. Technique de représentation de sujets, de combinaisons de couleurs ; art qui utilise cette technique : Il s'est spécialisé dans la peinture à l'acrylique. Un livre sur la peinture.
5. Œuvre d'un artiste peintre ; ensemble des œuvres d'un pays, d'une époque : Cette peinture vaut plusieurs millions d'euros tableau, toile
6. Représentation par l'écrit : Une peinture de la vie des femmes au siècle dernier description, fresque, tableau
Ne pas pouvoir voir qqn en peinture,
Fam. ne pas pouvoir le supporter ; le détester.

PEINTURE

(pin-tu-r') s. f.
Imitation faite avec lignes et couleurs, sur une superficie plane, de tout ce qui se voit sous le soleil ; sa fin est la délectation, [POUSSIN, Lett. 7 mars 1665]
La peinture est un des arts libéraux ; elle a trois parties : l'invention, le coloris et le dessin.
Dans la peinture, nous aimons mieux un paysage que le plan du plus beau jardin du monde ; c'est que la peinture ne prend la nature que là où elle est belle, là où la vue se peut porter au loin et dans toute son étendue, là où elle est variée, là où elle peut être vue avec plaisir [MONTESQ., Goût, Curiosité]
La peinture se divise en technique et idéale, et l'une et l'autre se sous-divise en peinture de portrait, peinture de genre et peinture historique [DIDER., Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 325, dans POUGENS]
Ce qui fait bien en peinture fait toujours bien en poésie ; mais cela n'est pas réciproque [ID., Salon de 1767, t. XIV, p. 127]
Vers le temps de la bataille de Marathon, la peinture et la sculpture sortirent de leur longue enfance, et des progrès rapides les ont amenées au point de grandeur et de beauté où nous les voyons aujourd'hui [BARTHÉL., Anach. ch. 37]
La peinture en ce premier état d'enfance où elle est désignée par les noms de linéaire ou de monogramme.... [LÉVESQUE, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. II, p. 380]
Peinture à fresque, celle qui se fait contre les murailles et les voûtes fraîchement enduites d'un mortier de chaux et de sable. Peinture en détrempe, peinture qui se fait ou sur des murs, ou sur du bois, ou sur de la toile, et à laquelle toutes couleurs sont propres, à l'exception du blanc de chaux. Peinture à l'huile, celle qui se fait sur toutes sortes de matières, et où les couleurs se broient avec de l'huile de noix, ou de l'huile de lin. Peinture sur verre, celle des vitraux. Peinture en émail, celle qui se fait sur les métaux et sur la terre, avec des émaux cuits et refondus.
Plate peinture, se disait, au moyen âge, de ce qui se peignait sur mur, sur châssis ou sur toile, par opposition à la peinture appliquée sur ronde bosse [DE LABORDE, Émaux, p. 435]
Ouvrage de peinture. Une belle peinture. Les peintures de Michel-Ange et de Raphaël au Vatican. Familièrement. Cela est fait comme une peinture, se dit d'une chose bien faite, d'un ouvrage exécuté avec soin.
Portrait.
Et voilà d'un bel homme une vive peinture ! [MOL., Sgan. 6]
Je n'ai pas reconnu les traits de sa peinture [ID., ib. 22]
Image d'un objet.
Ayant ainsi vu cette peinture dans l'œil d'un animal mort [DESC., Diopt. v.]
Toute couleur appliquée sur une surface. La peinture de ce carrosse est toute fraîche.
Si les femmes étaient telles naturellement qu'elles le deviennent par artifice, ....qu'elles eussent le visage aussi allumé et aussi plombé qu'elles se le font par le rouge et par la peinture dont elles se fardent, elles seraient inconsolables [LA BRUY., III]
Peinture en bois, partie de l'ébénisterie qui représente des figures et autres ornements.
S. f. pl. Les peintures, s'est dit, aux cartes, des rois, des dames et des valets.
Poétiquement. Les couleurs naturelles répandues dans la nature.
Sachez qui donne aux fleurs cette aimable peinture [RÉGNIER, Sat. IX, à Rapin.]
Il [Dieu] donne aux fleurs leur aimable peinture [RAC., Athal. I, 4]
Fig. Description vive et animée par la parole ou le style.
J'ajoute à ces tableaux la peinture effroyable De leur concorde impie, affreuse, inexorable [des triumvirs] [CORN., Cinna, I, 3]
Je pense que je vis d'un air dans le monde à ne pas craindre d'être cherchée dans les peintures qu'on fait là des femmes qui se gouvernent mal [MOL., Critique, 7]
L'éloquence est une peinture de la pensée [PASC., Pens. XXIV, 87 bis, éd. HAVET.]
Je crois que Marseille vous a paru beau : vous m'en faites une peinture extraordinaire, qui ne déplaît pas [SÉV., 52]
On lit encore avec joie la belle peinture que font Isaïe et Ézéchiel des bienheureux temps qui devaient suivre la captivité de Babylone [BOSSUET, Hist. II, 5]
Vous verrez dans les paroles de ce grand roi [David] la vive peinture de la reine, et vous en reconnaîtrez tous les sentiments [ID., Mar.-Thér.]
À ces petits défauts marqués dans sa peinture [d'Achille], L'esprit avec plaisir reconnaît la nature [BOILEAU, Art p. III]
La peinture que la chaire fait de nos vices [MASS., Carême, Parole.]
En peinture, loc. adv. En apparence, sans réalité.
Je parle de cette affection en peinture qui est bien souvent une fausse représentation de l'âme [BALZ., liv. VII, lett. 29]
Puisque le roi veut bien n'être roi qu'en peinture [CORN., Nicom. V, 7]
Un duel met les gens en mauvaise posture, Et notre roi n'est pas un monarque en peinture [MOL., Fâch. I, 10]
Tu ne seras heureux par ma foi qu'en peinture [REGNARD, le Joueur, V, 7]
En effigie.
Calvin et ses suppôts.... Dans Paris, en peinture, allèrent au supplice [VOLT., Loi nat. 3]
Je ne voudrais pas y être, m'y voir, même en peinture, se dit d'un lieu, d'une situation pour laquelle on aurait une vive répugnance. Ne pouvoir voir en peinture, détester quelqu'un ou quelque chose au point de ne pouvoir en souffrir la représentation.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ce dist raisons : amours n'est fors painture ; En li n'a riens fors biauté et figure [, Bibl. des chartes, 4e série, t. V, p. 16]
    En Oreb un veel [ils] formerent, Et les pointures aorerent [, Psaumes, dans Liber psalm. p. 333]
  • XIVe s.
    Chi commenchent les peintures des taules [tables de jeux] [, Hist. littér. de la Fr. t. XXV, p. 54]
  • XVe s.
    Guy de la Tremoille fit très richement garnir la navire où son corps devoit passer ; et cousterent les nouvelletés et les peintures.... plus de deux mille francs [FROISS., II, III, 36]
  • XVIe s.
    Quelquefois on a ouy dire au roy [Henri III], qu'il eust voulu que des huguenots et des ligueurs le dernier fust en peinture, tant il hait les uns et les autres [, Considerations sur le meurtre du duc de Guyse, p. 22]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, pondeur, ponteur ; bourg. pointure ; prov. pintura, pictura, penchura ; esp. peintura ; ital. pintura, pittura ; du lat. pictura, de pictum, supin de pingere, peindre.

peinture

PEINTURE. n. f. L'art de peindre, le métier de peindre. La peinture d'histoire. La peinture de genre.

Il se dit aussi de Toute sorte d'ouvrages de peinture. Il y a de belles peintures dans ce palais. Les peintures de ce salon, de cette galerie sont admirables. Peinture à l'huile, à fresque, à la détrempe, au pastel. Peinture sur verre, sur émail, sur porcelaine, sur bois, sur étoffe, etc.

Il se dit encore de Toute couleur qui est étendue, appliquée sur une surface. Prenez garde à la peinture. Faites attention à ne pas vous frotter à ce mur, la peinture en est toute fraîche, la peinture n'est pas sèche.

Il se dit figurément d'une Description vive et naturelle. Cet auteur excelle dans la peinture des caractères, des passions, des moeurs, des faiblesses du coeur humain, des objets, des scènes de la nature. Il en a fait une peinture si vive qu'on croit voir la chose elle-même. Il a mal réussi dans la peinture qu'il en a faite. On voit éclater dans ces vives peintures tout ce que la passion a de plus animé.

EN PEINTURE, loc. adv. et fig. En apparence, sans réalité. Il n'était roi qu'en peinture.

Fam., Je ne peux pas le voir en peinture, se dit d'une Personne que l'on ne peut souffrir.

peinture

Peinture, Pictura, Graphice graphices.

Peinture faite sur le vif, Icon iconis.

Peinture où il y a beaucoup de jour, Collustrata pictura.

Une maniere de peinture faite à feu, Encaustice encaustices.

La premiere ordonnance et premiers traits qu'on fait en peinture, avec charbon, Adumbratio.

Project de peinture, Graphis, huius graphidis.

Peinture en tapis ou broderie, Pictura textilis. B. ex Cic.

Synonymes et Contraires

peinture

nom féminin peinture
Traductions

peinture

paint, painting, dye, colour, picture, portrayalverf, schilderkunst, (het) schilderen, schilderij, vervenמשיכת מכחול (נ), צביעה (נ), צבע (ז), צבעות (נ), ציור (ז), תמונה (נ), צְבִיעָה, צֶבַעpinturaGemälde, Farbe, Malereifarbo, kolorilo, pentarto, pentraĵopintura, colorante, cuadropicturapicturafarbatinta, pinturapicturăfärgboya, maliřstvíкраска, живописьdipinto, tinta, verniceدِهَانٌbarvamalingμπογιάmaalibojaペンキ페인트malingสีsơn涂料繪畫 (pɛ̃tyʀ)
nom féminin
1. matière colorante de la peinture à l'huile
2. action de couvrir qqch avec une matière colorante La peinture du mur prendra deux jours.
3. tableau peint accrocher une peinture au mur

peinture

[pɛ̃tyʀ]
nf
(ART) (= activité, tableau) → painting
On expose des peintures de Gautier au musée → There's an exhibition of Gautier's paintings at the museum.
je ne peux pas le voir en peinture (fig) → I can't stand the sight of him
(= couleur) → paint
J'ai acheté de la peinture verte → I bought some green paint.
La peinture s'est écaillée → The paint is peeling.
peinture mate → matt paint
peinture brillante → gloss paint
"peinture fraîche" → "wet paint" peintures
nfpl (surfaces peintes)paintwork sg
Les peintures sont à refaire → The paintwork needs doing.