pelletier, ière

PELLETIER, IÈRE

(pè-le-tiè, tiè-r') s. m. et f.
Celui, celle qui fait et vend des fourrures.

PROVERBES

  • Tous les renards se trouvent à la fin chez le pelletier, c'est-à-dire les gens de mauvais métiers finissent par être pincés.
  • On donne assignation pour se revoir chez le pelletier, c'est-à-dire il y a un rendez-vous commun qui est le tombeau.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Tuit li vallet frepier, tuit li vallet gantier, et tuit li vallet peletier doivent chascun, chascun an, un denier au mestre des frepiers [, Liv. des mét. 199]
  • XIVe s.
    La cousture [suture chirurgicale] doit estre faite si com les peletiers cousent leur peaus [H. DE MONDEVILLE, f° 40]
  • XVIe s.
    Et sont ceux du mestier toujours attrapés tost ou tard : car les renards se trouvent tous à la fin chez le pelletier [DESPER., Contes, LXXXIII]

ÉTYMOLOGIE

  • Anc. franç. pel, peau, par le suffixe tier qui se trouve aussi dans bijou-tier, grainetier, etc. et qui représente etier, correspondant aux diminutifs et, ette. L'ancienne langue avait aussi pelicier, formé directement de pelisse, et qui se trouve encore dans le patois du Berry.