penaillon

PENAILLON

(pe-nâ-llon, ll mouillées, et non penâ-yon) s. m.
Haillon.
Familièrement et par mépris, un moine.
En un mot, tous ces penaillons, Ces loups-garous, ces capuchons, Qui font peur par leur mine seule, [, Harangue des gens de Sarcelle à M. de Vintimille contre l'Unigenitus, M. 12, 1732]
Tout penaillon y vante sa besace, Son institut, ses miracles, sa crasse [VOLT., Hypocris.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ces embourrements de ventre que partent les hommes, et ces penaillons de revesche de quoy les femmes grossissent leur cul [BOUCHET, Serées, III, p. 66, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Penaille.

penaillon

PENAILLON. s. m. Haillon. Son habit était en penaillons. Que voulez-vous faire de ce penaillon? Il est familier et peu usité.

penaillon

PENAILLON se dit quelquefois par mépris, pour désigner Un moine.

penâillon


PENâILLON, s. m. [Penâ-glion: 1re e muet, 2e lon. mouillez les ll.] Hâillon. "Que voulez-vous faire de ce penâillon. "Il n'était couvert que de penâillons: son habit est en penâillons, st. famil.