penchant, ante

PENCHANT, ANTE1

(pan-chan, chan-t') adj.
Qui penche, qui est incliné.
Il y a une grande différence de relever une maison ruinée, et de la soutenir quand elle est penchante [BOSSUET, Réfut. catéch. Ferry, II, 5]
Le Rhin.... Appuyé d'une main sur son urne penchante [BOILEAU, Ép. IV]
Des monts, des rocs suspendus et penchants [MALFIL., Narcisse, I]
[Hylas] Se courbe, et, s'appuyant à la rive penchante, Dans le cristal sonnant plonge l'urne pesante [A. CHÉNIER, Idylles, Hylas.]
Fig.
Étrange aveuglement de l'homme, qui, tout penchant qu'il est à la mort, ne veut prendre qu'à l'extrémité les sentiments d'un mourant ! [BOSSUET, Pensées chrétiennes, 2]
Terme de zoologie. Se dit des ailes d'un insecte, quand le bord interne est plus élevé que l'externe.
Fig. Qui est dans le déclin, sur son déclin.
Ô mon fils ! ô ma joie ! ô l'honneur de nos jours ! ô d'un état penchant l'inespéré secours ! [CORN., Hor. IV, 2]
Rendez-vous, comme lui, digne de ce dépôt, Que son âge penchant vous remettra bientôt [ID., Pulch. V, 6]
Quand nous nous voyons penchants sur le retour de notre âge, que nous comptons déjà une longue suite de nos ans écoulés [BOSSUET, Panég. St Bernard, 1]
Si le monde penchant n'a plus que cet appui, Je le plains [RAC., Alex. II, 2]
Fig. Enclin.
Le cœur des hommes est étrangement penchant à la légèreté ! [PASC., Jésus-Christ, 19, édit. FAUGÈRE.]