pensement


Recherches associées à pensement: pansement

PENSEMENT

(pan-se-man) s. m.
Terme archaïque ou provincial. Action de penser.
J'ai vécu sans nul pensement [RÉGNIER, Epitaphe.]
Dont Teudelingue entra par plusieurs fois En pensement.... [LA FONT., Mul.]
Ce pensement était son plaisir et sa consolation [G. SAND, Fr. le Champi.]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Et li très douz pensemenz [, Couci, X]
  • XVe s.
    Et demeurerent en ce pensement, sans eux si tost lever, et se rendormirent [FROISS., II, III, 99]
  • XVIe s.
    Nouvelle amour et nouveau pensement [MAROT, II, 332]

ÉTYMOLOGIE

  • Penser ; prov. pensamen, pessamen ; cat. pensament ; espagn. pensamiento ; ital. pensamento.

pensement

Pensement. s. m. v. Action de penser. Il ne se dit que des soins & des remedes pour penser les playes. Ce Chirurgien a traité plusieurs blessez, & il luy est deu beaucoup pour ses pensements. on donne tant à ce mareschal pour les fers & les pensements des chevaux.

pensement

Pensement, Cogitatio, Deliberatio, Meditatio, Praemeditatio, Reputatio.

Pensement ou jugement qu'on fait de quelque chose, Existimatio.

Pensement et traittement de quelque matiere, Commentatio.

Soigneux pensement, Dispicientia.

N'avoir autre pensement que ce proces, ou n'avoir autre chose en la teste, In causam toto pectore incumbere, Causam totam complecti, Demittere se penitus in causam. B.

N'avoir aucun pensement de chose quelconque, Vacare animo.

Delaisser quelque pensement qu'on avoit de, etc. Deponere cogitationem reparandae classis.

Reduire à son pensement, Mettre en sa pensée, Cogitationi suae subiicere.

pensement


*PENSEMENT, s. m. Souci, inquiétude. Vieux mot, qui se dit encôre en certaines Provinces. "Un Père de famille a beaucoup de pensemens.
   J'ai vécu sans nul pensement.
       Regn.
Montagne, qui était gascon, dit pensement pour pensée. Il done aux araignées même pensement, délibération, conclusion. Le mot est surané, et l' opinion extravagante.