pepie

PEPIE

(pe-pie ; plusieurs prononcent pépie) s. f.
Maladie dangereuse consistant en une pellicule blanche qui vient au bout de la langue des oiseaux, et qui les empêche de boire et de faire entendre leur cri.
Nos poules eurent la pepie, Dont plusieurs perdirent la vie [SCARR., Virg. III]
Fig. Avoir la pepie, avoir soif, avoir le gosier sec.
Vous allez gagner la pepie [GHERARDI, Théât. ital. t. II, p. 155]
Vous nous ferez avoir la pepie, vous ne nous donnez pas à boire, vous tardez trop à nous faire boire. Cet homme n'a pas la pepie, il boit volontiers. Il, elle n'a pas la pepie, se dit aussi d'une personne babillarde.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Se un faucon a la pepie [, Ménagier, III, 2]
  • XVe s.
    Estant parmi les pots pleins de vin delectable, Ainsi comme un poulet, Je ne me laisserai mourir de la pepie [BASSELIN, II]
  • XVIe s.
    Quand les vignes gelent en mon village, il juge que la pepie en tienne desjà les cannibales [MONT., I, 170]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, pepin, pepeie ; génev. pipi, s. f. ; provenç. et catal. pepida ; espagn. pepita ; portug. pevide, pivide ; ital. pipita ; milanais, púvida, púida ; bas-lat. pipita ; du lat. pituita, pepie, proprement pituite ; la dérivation paraît certaine ; mais le changement du t en p est singulier. L'angl. oip, l'allem. Pips, anc. haut-allem. phiphis, ont la même origine.