perché

(Mot repris de perchee)

perché


perchée

(pɛʀʃe)
adjectif
qui est sur un endroit en hauteur un corbeau perché sur un arbre

perche

PERCHE. n. f. Poisson d'eau douce, à nageoires épineuses, dont la chair est blanche et ferme.

perche

PERCHE. n. f. Longue pièce de bois. Pousser un bateau à la perche.

Fig. et fam., C'est une grande perche se dit d'une Personne dont la taille est haute et grêle.

Fig., Tendre la perche, Aider quelqu'un à sortir d'une situation embarrassante.

PERCHE désigne aussi une Ancienne mesure de longueur. Mesurer à la perche. La perche pour mesurer les bois était de vingt-deux pieds.

Il se disait aussi d'une Superficie d'une perche carrée qui équivalait au centième de l'arpent. Une perche de vigne. Six perches de pré.

PERCHE, en termes de Vénerie, désigne le Bois du cerf, du daim, du chevreuil, qui porte plusieurs andouillers.

perche

Perche, f. penac. C'est un long baston de moyenne grosseur qu'on couche par travers pour y mettre dessus quelque chose, Pertica oneraria, Sur de tels estalle on les faulcons, desquels on dit qu'ils sont en la perche, quand les faulconniers les y ont mis. Mais les veneurs par ce mot perche entendent le marrein de la rameure du cerf, parce qu'en icelle perche sont estallez les antoillers sur antoillers et autres cors, et les espois du cerf. On dit aussi les perches du bouc sauvage pour les cornes du bouc sauvage. Perche en oultre est la mesure à laquelle sont mesurez et arpentez les bois, prez, pastis, terres, vignes, et autres choses semblables, laquelle est de vingt pieds de long mesure de Roy. Le pied estant de douze poulces, le poulce, de douze lignes. Selon ce on dit qu'il y a cent perches à l'arpent. Aucuns la rendent en Latin par Decempeda, mais induëment, veu que la perche est de vingt pieds comme dit est, vigintipeda, ou bis decempeda, Si dire se pouvoit, viendroit plus à propos, et en mesurage de fonds de terre est entenduë quarrée, comme toise en bastimens, et aulne en tapisserie. Ainsi lon dit l'arpent estre de cent perches, Perticis vigintipedis quaquauersum constare.

Une longue perche de bois, Contus.

Longue perche qu'on met au travers des hayes, ou un fust, Longurius.

Perche à arpenter et mesurer les terres, Decempeda.

Une perche à oiseleur, Ames amitis.

Perches fichées en terre, ausquelles on lie les vignes, Iugum.

Les pigeons se viennent percher ou jucher sur un arbre, Columbae sidunt super arbore.

Les oiseaux de proye sont à la perche, ou sont perchez, Accipitres sedent in pertica.

Un poisson qu'on appelle Perche, Perca.

Le pays du PERCHE.

perche


PERCHE, s. f. PERCHER, v. n. PERCHOIR, s. m. [Pêrche, ché, choar; 1re ê ouv. 2e e muet au 1er, é fer. au 2d.] Perche est, 1°. sorte de poisson d'eau douce. = 2°. Mesure de 18, 20 ou 22 piés de Roi, selon les diférens pays. = 3°. Brin de bois, long de dix ou douze piés et de la grôsseur du brâs, ou environ. — Fig. et par râillerie, grande perche, femme, dont la tâille est grande et tout d'une venûe.
   Percher et se percher, au propre, c'est se mettre sur une perche ou sur une branche d'arbre. Le 1er se dit de la volâille, et de la manière de se reposer et de dormir; le 2d des autres oiseaux, et signifie, se reposer à la fin de leur vol. L'Acad. dit aussi percher dans cette 2de acception. = Au fig. (st. fam.) Il se dit des persones. Se mettre sur quelque endroit élevé pour mieux voir ou mieux entendre. "Où vous êtes-vous perché?
   PERCHOIR: le lieu où l'on met percher les volâilles. On dit aussi, et plus ordinairement, juchoir.