persécuteur, trice

PERSÉCUTEUR, TRICE

(pèr-sé-ku-teur, tri-s') s. m. et f.
Celui, celle qui persécute.
Pendant que votre main, sur eux appesantie, à leurs persécuteurs les livrait sans secours [RAC., Esth. III, 4]
Est-elle [la Divinité] donc la protectrice des adultères, des sacriléges.... la persécutrice de l'innocence, de la pudeur, de la piété, des vertus les plus pures ! [MASS., Carême, Vér. d'un avenir.]
Je ne crois pas qu'on puisse faire à un homme une injure plus atroce que de l'appeler persécuteur [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 27 juin 1764]
Il se dit quelquefois en bonne part.
Déjà, de l'insolence heureux persécuteur, Vous aviez des deux mers assuré les rivages [RAC., Phèdre, III, 5]
En particulier, celui qui persécute pour cause de religion.
Cruels et lâches persécuteurs, faut-il donc que les cloîtres les plus retirés ne soient pas des asiles contre vos calomnies ? [PASC., Prov. XVI]
Cette nouvelle Babylone [Rome], imitatrice de l'ancienne.... persécutrice du peuple de Dieu, tombe aussi comme elle d'une grande chute [BOSSUET, Hist. III, 1]
On est rarement de la religion de son persécuteur, surtout quand il veut dominer sur la conscience [VOLT., Dict. phil. Apostat.]
Fig.
Le juste, sévère à lui-même et persécuteur irréconciliable de ses propres passions [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
La volupté en a été [de la vérité] de tout temps la plus inexorable persécutrice [MASS., Panég. St Jean-Bapt.]
Par exagération, personne importune, incommode. C'est un persécuteur fâcheux.
Adj. Qui persécute.
Si l'on regarde comme très injustes les païens persécuteurs, on doit regarder aussi comme très injustes les chrétiens persécuteurs [VOLT., Mœurs, Rem. XVI]
Touché des supplices des quakers, il en interrompit le cours en Amérique par une ordonnance de 1661 ; mais il ne put y étouffer entièrement l'esprit persécuteur [RAYNAL, Hist. phil. XVII, 20]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Tu fus lus [loup] as oeilles [brebis], or seis pastur et prestre ; De Saul persecuteur Pols [saint Paul] seras e deis estre [, St Thom. mart. f° 8, verso]
  • XIIIe s.
    Ainsi comme il [saint Paul] estoit persecuteres de l'Eglise, devint il puis vaissiaus de election [BRUN. LATINI, Trésor, p. 73]
  • XIVe s.
    Cruel et fier persequteur du plebe [BERCHEURE, f° 61, verso.]
  • XVe s.
    Se trouver entre les mains des vrays et anciens persecuteurs de sa maison [COMM., V, 17]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. persequieyre, persecutor, persequedor ; catal. persequetor ; espagn. persequidor ; ital. persecutore ; du lat. persecutorem, de persecutum, supin de persequi, de per, et sequi, suivre.