persuasion

(Mot repris de persuasions)

persuasion

n.f.
1. Action de persuader, de convaincre : Il vaut mieux recourir à la persuasion plutôt qu'à la force dissuasion
2. Fait d'être persuadé : Sa persuasion le rend imperméable à toute autre idée certitude, conviction

PERSUASION

(pèr-su-a-zi-on) s. f.
Action de persuader.
Que si les persuasions de ces trompeurs ont pu trouver place dans la trop précipitée imagination de quelques-uns [NAUDÉ, Rosecroix, VII, 1]
Je ne crois point qu'aux plus belles paroles du monde il y ait assez de persuasion pour adoucir une nécessité si amère [MALH., Lettres, I, 11]
La reine employa des persuasions très puissantes, à savoir des larmes et des paroles assez tendres [LAROCHEF., Mém. 51]
Nous pouvons dire à l'égard de la persuasion, que, pour l'ordinaire, elle n'a sur nous qu'autant de puissance que nous voulons [BOILEAU, Longin, Sublime, I]
Il a la persuasion sur les lèvres, il est très éloquent.
La douce persuasion coulait de ses lèvres comme un ruisseau de miel [FÉN., Tél. X]
Lançant des traits ailés en sons harmonieux, La persuasion, fille de l'éloquence, Assise sur sa bouche, éclate dans ses yeux [MASSON, Helv. VI]
Détermination de l'esprit à croire, causée par la force, la vérité, la beauté des raisons.
Attaché à ses sentiments par persuasion, et non par caprice [FLÉCH., M. de Montausier.]
Rien ne ressemble plus à la vive persuasion que le mauvais entêtement [LA BRUY., XII]
La persuasion artificielle de la philosophie, quoique formée lentement par de longs circuits, égalait en lui la persuasion la plus naturelle et causée par les impressions les plus promptes et les plus vives [FONTEN., Carré.]
La partie de cette connaissance qui a pour objet le présent et le passé [l'histoire], quoiqu'elle ne soit fondée que sur le simple témoignage, produit souvent en nous une persuasion aussi forte que celle qui naît des axiomes [D'ALEMB., Disc. prélim. encycl. Œuv. t. I, p. 229, dans POUGENS.]
Ferme croyance. J'ai agi dans la persuasion que vous m'approuveriez.
Tout cela n'ébranla pas ma persuasion [J. J. ROUSS., Conf. XI]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    D'autant que l'ame est plus vuide et sans contre-poids, elle se baisse plus facilement soubs la charge de la premiere persuasion [MONT., I, 200]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. persuasio ; esp. persuasion ; ital. persuasione ; du lat. persuasionem, de persuasum, supin de persuadere, persuader.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    PERSUASION. Ajoutez :
    Au plur.Fig. Des persuasions, des impulsions persuasives.
    J'ai dit des âmes à l'épreuve des persuasions, comme le cardinal Du Perron a dit devant moi : Des âmes qui résistent aux persuasions des sens, aux persuasions de la volupté [BALZAC, Lett. inéd. CIV, éd. Tamizey-Larroque.]

persuasion

PERSUASION. n. f. Action de persuader. Cet orateur a le don, le talent de la persuasion. Il a obtenu ce résultat par persuasion plutôt que par autorité.

PERSUASION signifie aussi État de celui qui est persuadé. J'ai agi dans la persuasion que vous m'approuveriez. J'ai la persuasion qu'il m'est attaché. Je suis dans la persuasion qu'il me rendra ce service. J'en ai la persuasion. Il restait dans ces sentiments par persuasion et non par caprice ou par entêtement.

persuasion

Persuasion, Persuasio.

Synonymes et Contraires

persuasion

nom féminin persuasion
Traductions

persuasion

persuasion, convictionהשאה (נ), השתכנעות(נ), התפתות (נ), סיבור אוזן (ז), שידול (ז), שכנוע (ז), שִׁכְנוּעַ, הַשָּׂאָה, שִׁדּוּל, הִשְׁתַּכְנְעוּתovertuiging, overreding설득övertalning (pɛʀsɥazjɔ̃)
nom féminin
action de convaincre pouvoir de persuasion

persuasion

[pɛʀsɥazjɔ̃] nfpersuasion