pesé, ée

PESÉ, ÉE

(pe-zé, zée) part. passé de peser
Fig. Jugé, apprécié.
Bien loin de condamner les expressions innocentes, il [le théologien sincère] est prêt même d'excuser celles qui, pesées dans l'extrême rigueur, pourroient quelquefois sembler rudes [BOSSUET, Réfut. catéch. Ferry, préambule.]
Tout bien pesé, après examen de toutes les circonstances.
Tout bien pesé, j'ai cru devoir.... [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. XI, 1re part. p. 288, dans POUGENS.]